BlackBerry : le cofondateur Balsillie vend toutes ses actions

 |   |  314  mots
Jim Balsillie. Copyright Reuters
Jim Balsillie. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Un an après sa démission du poste de co-directeur général, Jim Balsillie a liquidé sa participation dans le fabricant du pionnier canadien des smartphones.

C?est la fin d?une histoire. Jim Balsillie a rompu tous les liens qu?il lui restait avec BlackBerry, la société qu?il a contribué à transformer de simple start-up il y a 20 ans en première capitalisation boursière du Canada à son apogée, en vendant ses dernières actions. Le co-fondateur de Research In Motion, rebaptisée le 30 janvier BlackBerry, du nom de son célèbre smartphone, ne détenait plus aucun titre au 31 décembre, selon un document publié auprès du gendarme de la Bourse américaine, la SEC. Jim Balsillie, 52 ans, possédait un an plus tôt 5,1% du capital, ce qui en faisait le troisième plus gros actionnaire, derrière Mike Lazaridis, l?autre co-fondateur, qui est l?inventeur du BlackBerry, et possède encore près de 30 millions d?actions, soit 5,7% du capital (chiffres au 31 décembre).

« Une idée canadienne devenue un succès mondial »
La participation de Jim Balsillie valait autour de 350 millions de dollars en décembre. L?action, qui cotait plus de 130 dollars en mai 2008, s?est effondrée sous les 7 dollars à l?automne dernier avant de se reprendre sur fond d?espoirs de rebond à la présentation du nouveau système d?exploitation BlackBerry 10. L'entreprise de Waterloo, près de Toronto, pèse 7,7 milliards de dollars en Bourse actuellement. En pleine tourmente face à la pression concurrentielle d'Apple et de Samsung, Jim Balsillie avait dû démissionner de son poste de co-directeur général, comme Lazaridis, en janvier 2012, tout en restant administrateur jusqu?en mars. Il avait alors remercié « les professionnels formidables qui ont aidé à transformer une idée canadienne en un succès mondial ». A fin décembre, BlackBerry comptait 79 millions d?utilisateurs. Mais sa part de marché est tombée en un an de 8,8% à 3,5% au quatrième trimestre selon le cabinet Gartner, contre près de 20% en 2009.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :