Domotique 2.0 : start-ups et PME françaises en première ligne

 |   |  422  mots
Autour de sa ThomBox, Avidsen, petite entreprise tourangelle, a développé une centaine de modules compatibles. / DR
Autour de sa ThomBox, Avidsen, petite entreprise tourangelle, a développé une centaine de modules compatibles. / DR (Crédits : DR)
Même s'il n'existe aucun chiffre sur le poids des start-up et des PME dans l'écosystème français de la domotique, l'Hexagone s'illustre grâce à un tissu d'entreprises très dynamiques, à la source de la plupart des innovations grâce à leurs compétences techniques.

En attendant l'avènement des opérateurs télécoms, le marché des box est aujourd'hui dominé par des PME dont beaucoup sont françaises. La box eeDomus, créée par la PME Connected Objects, ou encore sa concurrente Zibase (par Zodianet), toutes deux compatibles avec de nombreux protocoles, figurent parmi les plus emblématiques et les plus appréciées des utilisateurs.

Le secteur compte également de nombreuses success stories

Créée il y a huit ans, la PME Domadoo, basée à Lyon, figure aujourd'hui parmi les leaders français de la vente en ligne de solutions domotiques, avec les incontournables My Domotique, Domotique Store ou encore Planète domotique.

«Le créneau du "do-it-yourself", c'est-à-dire la domotique à destination des particuliers qui installent eux-mêmes leurs équipements, a permis à de nombreuses PME de s'illustrer», explique David Bonnamour, son créateur, qui a doublé son nombre d'employés (de 4 à 8) en quatre ans.

D'autres PME ont profité de l'essor du secteur pour opérer une reconversion réussie. C'est le cas d'Avidsen, située à Chambray-lèsTours, en Indre-et-Loire. Doté de son propre centre de recherche et de développement, le fabricant d'appareils pour la maison connectée cherche à valoriser ses innovations en s'associant avec de plus grands groupes.

La PME commercialise sa propre box sous la marque Thomson (la ThomBox), avec une centaine de modules compatibles. Elle a aussi conçu, en partenariat avec le bureau d'études B2M, la «BlyssBox» de Castorama. Et son chiffre d'affaires (25 millions d'euros en 2013 dont 15 en France et le reste en Europe) augmente tous les ans.

La France s'illustre dans le domaine des objets connectés pour la maison

Parmi les pépites, Withings (connue pour sa balance connectée mais aussi son tensiomètre ou son babyphone) et Netatmo (avec sa station météo), ont été récompensées lors du Consumer Electronic Show (CES) de 2013, la grand-messe mondiale de l'électronique grand public.

Les plates-formes de financement participatif (Kickstarter, MyMajorCompany...) permettent à de nombreuses start-up d'inventer des objets ambitieux qui s'imposeront peut-être dans la maison de demain, à l'image de la brosse à dents connectée Kolibree (qui analyse vos brossages, indique la quantité de tartre éliminée et pointe les zones pas suffisamment nettoyées) ou d'Alima, un appareil composé d'un ensemble de capteurs qui mesurent en continu les sources de pollution dans la maison (particules fines, CO2, humidité...).

Un écosystème qui pourrait encore grandir si le gouvernement arrive à créer une «Silicon Valley à la française», en discussion depuis deux ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/05/2014 à 22:11 :
Super intéressant votre article. Pour une fois qu'on ne parle pas des Google glass (du teasing depuis 3 ans, c'est pénible), mais de produits utiles maintenant, et disponibles tout de suite (en plus de sociétés françaises !). C'est de l'info, merci !
a écrit le 01/05/2014 à 23:58 :
La domotique est la fausse bonne idée qu'on essaye de faire décoller depuis près de 15 ans. Déjà la lourdeur d'une installation fait que cela concerne essentiellement les logements neuf, puis les gens ont compris que Connecté = Hackable et/ou Surveillé, alors il faut être bizarre pour en vouloir.
Réponse de le 05/05/2014 à 15:31 :
Bonjour @JeanMi,
Afin de ne pas trop résumer la domotique, je vous invite à approfondir votre vision du sujet au travers d'une grosse communauté à l'adresse suivante :
https://plus.google.com/u/0/communities/104668048523385757415

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :