Sony annonce près d’un milliard d’euros de pertes malgré les bonnes ventes de la PS4

 |   |  488  mots
Sony a dû sacrifier la rentabilité de sa PS4 pour gagner des parts de marchés face à la Wii U de Nintendo et la Xbox One de Microsoft. (Photo : Reuters)
Sony a dû sacrifier la rentabilité de sa PS4 pour gagner des parts de marchés face à la Wii U de Nintendo et la Xbox One de Microsoft. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Sony a vendu 7 millions de PS4 en mois de cinq mois mais cela ne sauve pas le géant japonais de ses mauvais résultats dans l'électronique. L'abandon de la division PC va peser encore jusque l'année prochaine. Des dirigeants vont rendre leur bonus.

La PS4 ne sauve pas Sony. Le géant japonais de l'électronique a annoncé mercredi une perte nette de près d'un milliard d'euros pour l'exercice 2013-2014. Il prévoit de rester dans le rouge cette année, même si la perte devrait être divisée par plus de deux.

Entre le 1er avril 2013 et le 31 mars 2014, le fleuron nippon a accusé une perte nette de 128,4 milliards de yens, creusée par des dépenses de restructuration des activités en mauvaise santé alors qu'il avait était revenu dans le positif et dégagé un bénéfice net de 43 milliards de yens un an plus tôt.

Le bénéfice d'exploitation du groupe a plafonné à 26,5 milliards de yens (196 millions d'euros), contre un gain près de dix fois plus important l'an passé, malgré un chiffre d'affaires de 7.767,3 milliards de yens (57,5 milliards d'euros) en hausse de 14,3% sur un an, amplifié par les gains de changes.

Abandon de la division PC

Au cours de l'année, Sony a notamment dû provisionner des fonds liés à l'abandon de la fabrication de PC et à la cession de sa marque Vaio, rendue effective le 1er juillet, à un fonds d'investissement japonais. Il a aussi dû enregistrer des dépréciations liées à son activité de fabrication de disques (Blue-ray, DVD et CD).

Sony a pourtant vendu quantité d'actifs à tour de bras (immeubles, participations dans diverses entreprises, etc.) qui lui ont rapporté des dizaines de milliards de yens. Le Nippon a aussi décidé de renoncer au marché des livres numériques à l'étranger et va probablement geler le développement de TV à écran organique électroluminescent (OLED) pour se concentrer sur celui des modèles LCD à très haute résolution 4K, un marché qu'il domine.

7 millions d'exemplaires vendus pour la PS4

La nouvelle console de jeux vidéo de salon PlayStation 4 (PS4), mise sur le marché en fin d'année dernière à l'étranger et en février au Japon, s'est toutefois écoulée à quelque 7 millions d'exemplaires en l'espace de moins de cinq mois.

Si Sony a dû sacrifier sa rentabilité pour les parts de marché, vendant même à perte selon le cabinet de conseils IHS, la performance laisse loin derrière ses concurrents Nintendo avec sa Wii U et Microsoft (Xbox one).

Des dirigeants rendront leur bonus

Face aux difficultés persistantes du groupe, 40 dirigeants chargés de la division électronique vont renoncer à quelque 30 à 35% de leurs émoluments.  Sony a également annoncé la suppression de 5.000 postes (dont 3.500 à l'étranger)  mais n'espère pas pour autant de miracle l'année prochaine.

Le chiffre d'affaires devrait très faiblement augmenter, de 0,4% à 7.800 milliards de yens, du fait de l'abandon des PC. Les charges liées à cette cession devraient toutefois toujours peser en 2015. Et malgré une forte hausse prévue du bénéfice d'exploitation, à 140 milliards de yens, grâce aux effets espérés de la restructuration, Sony devrait rester dans le rouge.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :