Elon Musk et plusieurs PDG mettent en garde contre les "robots tueurs"

 |   |  344  mots
Elon Musk, membre du Future of Life Institute, de même que le célèbre astrophysicien britannique Stephen Hawking, met régulièrement en garde contre les dangers de l'intelligence artificielle, citant en particulier les robots tueurs
Elon Musk, membre du Future of Life Institute, de même que le célèbre astrophysicien britannique Stephen Hawking, met régulièrement en garde contre "les dangers" de l'intelligence artificielle, citant en particulier les "robots tueurs" (Crédits : AARON P. BERNSTEIN)
Ces dirigeants, tous concernés par l'évolution de l'intelligence artificielle, s'alarment de l'éventuelle utilisation de ses armes "terrifiantes". "Nous nous sentons particulièrement responsables pour tirer le signal d'alarme", écrivent les signataires.

Une centaine de responsables d'entreprises de robotique ou spécialisées dans l'intelligence artificielle, dont le milliardaire Elon Musk, ont envoyé une missive aux Nations Unies pour mettre en garde contre les dangers des armes autonomes, surnommées "robots tueurs".

Les "armes offensives (destinées à tuer, NDLR) autonomes (...) permettront des conflits armés à une échelle jamais vue auparavant et à des vitesses difficiles à concevoir pour les humains", peut-on lire dans cette lettre ouverte à la convention des Nations Unies sur les armes.

| Lire aussi : Robots armés autonomes : l'art de la guerre en mutation

Parmi les signataires, figurent Elon Musk, patron du constructeur de voitures électriques et partiellement autonomes Tesla et de l'entreprise spatiale SpaceX, ou encore Mustafa Suleyman, de la société britannique DeepMind, détenue par Google et spécialisée dans l'intelligence artificielle.

Une boîte de Pandore difficile à refermer

"En tant qu'entreprises mettant au point les technologiques d'intelligence artificielle et de robotique qui pourraient être détournées pour développer des armes autonomes, nous nous sentons particulièrement responsables pour tirer le signal d'alarme", disent-ils encore.

"Elles peuvent être des armes terrifiantes, des armes que des dictateurs et des terroristes utilisent contre des populations innocentes, et des armes piratées à des fins funestes", s'inquiètent les signataires, dans ce courrier diffusé dimanche par le Future of Life Institute, organisme non lucratif basé aux Etats-Unis qui met en garde contre les méfaits possibles de la technologie.

"Nous n'avons pas beaucoup de temps pour agir. Une fois ouverte cette boîte de Pandore, elle sera difficile à refermer. C'est pourquoi nous (vous) implorons de trouver le moyen de nous protéger de ces dangers", écrivent encore les dirigeants, originaires du monde entier.

L'ONU se penche depuis 2013 sur ce type d'armes et des réunions sur le sujet devaient avoir lieu à partir de lundi à Genève, réunions finalement annulées et reportées à novembre, selon le site internet des Nations Unies. En 2015, plusieurs milliers de chercheurs et personnalités avaient déjà lancé un appel pour l'interdiction des "armes offensives autonomes".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/08/2017 à 11:48 :
Pour limiter les hommes dans le concept de l'infini, seul compte l'intentionalité dans l'action et l'emploi.
Agir avec intelligence, humanité et avec des intentionnalités solides.
a écrit le 21/08/2017 à 10:38 :
Vu le climat actuel ça peut être si c'est utilisé de manière intelligente, une solution pour sortir d'un bourbier dans les pays qui ont connu les épurations ethniques sanglantes, remplacer les soldats de paix avec la robotique pour pouvoir mettre en place un système durable. Et neutre car les humains sont stupides et n'arrivent pas à s'entendrent et faire une paix pour tous sans bain de sang.
Réponse de le 22/08/2017 à 9:33 :
L’universel existe-t-il ?

Que ce soit une arme, une automobile, un robot et même un homme, il ne faut pas confondre la conception et l’emploi.
A la conception, à la base, il est réalisé une capacité, un potentiel d’actions qui, objectivement, n’existe pas : la chose est nulle, inerte.
C’est la prédisposition, la programmation ou, pour l’homme, l’éducation qui est surajoutée qui va matérialiser cette chose : l’emploi donne vie.
La réaction nucléaire devient centrale ou arme ; le couteau sert pour éplucher les légumes ou pour tuer un enfant, l’automobile transporte mais écrase…etc.
Il ne faut pas interdire de concevoir mais réguler l’utilisation, là aussi il faut moraliser : REGULER/MORALISER…MORALISER/REGULER …au nom de l’universel… s’il existe ! sinon c’est la chienlit quotidienne porte ouverte à l’égoïsme…

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :