Fibre optique : l’inquiétant retard des entreprises françaises

 |   |  525  mots
Le nombre d’accès en fibre optique représente 7% de l’ensemble des accès souscrits par les entreprises, contre 16% chez les particuliers, souligne l'Arcep dans son étude.
"Le nombre d’accès en fibre optique représente 7% de l’ensemble des accès souscrits par les entreprises, contre 16% chez les particuliers", souligne l'Arcep dans son étude. (Crédits : REUTERS/Daniel Munoz)
Alors que les abonnements Internet à très haut débit progressent auprès des particuliers, les entreprises peinent à s'y convertir. D’après une étude de l’Arcep, le régulateur des télécoms, seule une très faible proportion d’entre elles bénéficie d’un accès en fibre optique. La faute à des prix trop élevés, qui découragent les TPE et les PME.

C'est un sacré paradoxe. Si en France, avec la montée en puissance du Plan France très haut débit, les particuliers sont chaque mois de plus en plus nombreux à troquer leur vieille connexion ADSL contre un accès bien plus rapide en fibre optique, cette accélération ne concerne pas encore les entreprises. C'est ce que révèle l'Arcep dans une étude publiée ce mardi sur le marché français des télécoms. Le constat du régulateur du secteur est sans appel :

« D'une manière générale, les entreprises sont, en proportion, deux fois moins raccordées en fibre optique que la clientèle résidentielle : le nombre d'accès en fibre optique représente 7% de l'ensemble des accès souscrits par les entreprises, contre 16% chez les particuliers. »

« Il faut se réveiller rapidement »

Et l'Arcep de rappeler, une fois encore, que si le très haut débit est répandu dans les grands groupes, ce n'est pas le cas des TPE et des PME, pour qui les offres actuelles sont généralement hors de prix. A l'heure où la numérisation des entreprises françaises est devenue un enjeu majeur de compétitivité économique, cette situation inquiète le régulateur. En juin dernier, Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, pestait contre la piètre 18ème place de la France dans le classement de la Commission européenne concernant l'utilisation des technologies digitales des entreprises. « Nous sommes à la croisée des chemins, il faut se réveiller rapidement », affirmait-il à La Tribune.

C'est la raison pour laquelle l'Arcep se mobilise pour faire émerger un troisième acteur sur le marché des télécoms d'entreprise, aujourd'hui archi-dominé par Orange (70% de part de marché) et SFR (environ 20%). A ce sujet, le régulateur se garde d'évoquer un nom. Mais c'est bien Kosc Telecom qui a aujourd'hui le profil idéal. Ce nouveau « Free des télécoms professionnelles » dispose d'un réseau national couvrant tout l'Hexagone. Depuis le mois de septembre, il vend de la connectivité en gros à des opérateurs spécialisés dans le marché professionnel. Charge à ces derniers de proposer ensuite leurs offres aux entreprises. Avec des prix meilleur marché, Kosc Telecom estime avoir les armes pour, in fine, convaincre les TPE et les PME de passer au très haut débit.

Cette offensive pourrait donner un grand coup de pied dans la fourmilière des télécoms professionnelles. Or le secteur attise les convoitises. Peu médiatisé et parfois considéré comme secondaire par rapport aux télécoms grand public, il représente pourtant, d'après l'Arcep, près du tiers des revenus des opérateurs français, soit 9,7 milliards d'euros en 2015 !

Arcep

Même si, à l'instar du marché global des télécommunications, ses recettes s'affichent en baisse depuis plusieurs années, de l'ordre de 4% par an depuis 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2016 à 9:18 :
J'ai l'exemple d'une entreprise ligérienne de 50 salariés totalement dépendante du réseau à l'époque adsl + satellite ou on a demandé 60000€ pour installer la fibre.
no-comment.
Pourtant tirer une ligne sur les poteaux éxistants ça n'a rien de compliqué en campagne et raccorder le village en passant.
a écrit le 21/12/2016 à 23:40 :
"l'inquiétant"?? En quoi est-ce inquiétant?!
Déjà quels besoins justifieraient-ils d'avoir la fibre pour la plupart des entreprises françaises qui sont des TPME ou PME?

De plus, la France dispose d'un bon réseau de cuivre permettant d'avoir des débits, la plupart du temps, très corrects pour une utilisation professionnelle standard (on ne parle pas bien sûr de passer sont temps sur netflix, youtube ou équivalent!).
Avec l'utilisation du VDSL2, l'offre devient alors très largement suffisante pour la majorité.

Le THD est un délire des politiques qui 1) ne comprennent pas de quoi ils parlent, 2) sont persuadés depuis l'an 2000 que la techno va forcément créer de la valeur, 3) veulent prendre des pots de vins sur les travaux d'infrastructures.

Sur le point 2) c'est une double erreur car ce n'est qu'une ponction sur des chaines de création réelle de valeur d'une part et d'autre part la techno, et en particulier le débit, n'est rien sans un VRAI usage... cf. le GIGA bide de l'UMTS pour lequel les opérateurs se sont saignés.
a écrit le 21/12/2016 à 21:17 :
Si, les entreprises s'équipent en fibre optique

Dans son observatoire de marché 2015, l'Arcep souligne que :
"le nombre d’accès en fibre optique représente 7% de l’ensemble des accès souscrits par les entreprises contre 16% chez les particuliers"
et en conclut que les entreprises sont, en proportion, deux fois moins raccordées en fibre optique que la clientèle résidentielle.

De notre point de vue, il nous semble que c'est un raccourci trompeur.
En effet, les PME ont souvent de nombreuses connexions,
par exemple, sur notre siège social de Marne-la-Vallée, nous avons une fibre optique, une SDSL de secours, et 4 ADSL pour réaliser des tests.
La plupart de nos clients ont plusieurs lignes, et ceux qui ont une fibre optique ont aussi pour la plupart une ou plusieurs connexions en cuivre.
C'est donc logique que le nombre d'accès en fibre optique soit inférieur proportionnellement à celui des particuliers, qui n'ont souvent qu'une seule ligne.

D'après l'Arcep, sur le marché entreprises, il existe 90 000 lignes de fibres optiques dédiées.
Or selon l'Insee, il y a un peu plus de 300 000 sites d'entreprises de plus de 10 personnes.
Le taux d'équipement en fibre optique des entreprises de plus de 10 personnes est donc supérieur à 25%.
A comparer avec 16% pour les particuliers.

Selon nous, le marché entreprises est donc plus dynamique que celui des particuliers, en ce qui concerne l'adoption de la fibre optique.
Nous constatons une hausse des consommations de bande passante d'environ 50% par an, pour une entreprise donnée. Les entreprises ont besoin de la fibre optique !
Nous clients s'équipent en fibre, déjà depuis plusieurs années.
CELESTE propose des services uniquement aux entreprises, principalement en fibre, et notre croissance est d'environ 20% par an, elle est bien supérieure à la croissance du marché des télécommunications en général.

Le président de l'Arcep appelle les entreprises à se réveiller. De notre point de vue, elles ne dorment pas !
La Tribune reprend ces propos en indiquant que "les offres actuelles sont généralement hors de prix".
http://www.latribune.fr/technos-medias/fibre-optique-l-inquietant-retard-des-entreprises-francaises-626014.html

Pourtant l'étude de l'Arcep dit le contraire en soulignant une baisse régulière des prix, ainsi qu'un prix "pour les services de haute qualité" à 350€ par mois.
Cela rejoint notre analyse publiée en 2016 qui montre que le tarif entrée de gamme pour des offres en fibre dédiée est plutôt de l’ordre de 400€ par mois.
https://celeste.fr/fibre-optique-arcep

Il est donc contestable, selon nous, de dire que les PME françaises sont en retard sur la fibre optique.

"No comment" sur la solution, selon la Tribune, qui passerait par un troisième acteur qui pourrait arriver car il dispose d'"un réseau national" ... en cuivre !

Mais c'est vrai que les zones en France où les offres de fibre optique sont les plus compétitives sont celles où il y a plusieurs réseaux.
Le dynamisme du secteur passe donc par la concurrence entre les réseaux et non le retour à un réseau mutualisé unique comme au XXè siècle, avant la libéralisation du marché.
C'est pour cela que CELESTE investit dans un réseau de fibre optique, tout comme d'autres opérateurs sur ce marché très dynamique.


Nicolas Aube
Président - CELESTE
@NicolasAube
a écrit le 21/12/2016 à 17:21 :
Il est indéniable que la fibre offre de meilleures performances que les connexions cuivre. Surtout, il n'y a pas de perte de qualité et de vitesse de transmission lorsqu'on s'éloigne du répartiteur de l'oprateur téléphonique.
Mais est-ce que tout le monde a besoin d'une connexion fibre optique? Pour les particuliers, j'en doute sauf peut etre ceux qui sont très éloignés du répartiteur mais ces clients n'intéressent pas les opérateurs.
Pour les TPE et PME, je ne suis pas convaincu que cela améliorera leur compétitivité. Il suffit de regarder leur site internet, lorsque ces entreprises ont pris la peine d'en créer un, pour se rendre compte que leur problème n'est pas d'avoir une connexion plus rapide
Aujourd'hui ADSL offre à beaucoup d'entre nous, pas tous j'en convient, un débit suffisant. J'habite à la campagne et j'ai une connexion ADSL mesuré à 11 mbit/s. C'est suffisant pour regarder la TV. Dans les grandes villes beaucoup de clients sont passés au VDSL voir au VDSL2. Ce type de connexion est beaucoup plus rapide que l'ADSL classique et coute beaucoup moins cher à installer. L'ADSL fonction entre 1 à 15 mbit/s, le VDSL entre 15 et 70 mbit/s et le VSL2 de 34 à 100mbit/s. Lorsqu'on bascule d'une connexion ADSL à une connexion VDSL on ne subit pas d'augmentation de tarif.
ce qui n'est pas le cas avec une connexion fibre.
De plus, les opérateurs ne veulent financer la fibre que là ou ils ont beaucoup de client. Le monde rural ne les intéresse pas. Ce sont les collectivités locales, oui celles qu'on trouve trop dépensières, qui doivent investir pour installer la fibre. ET ce sont les opérateurs qui nous proposeront un abonnement plus cher.
Ainsi va le monde et notre société....
a écrit le 21/12/2016 à 13:12 :
Allez vite, un peu de sous pour une filière de rente...
a écrit le 21/12/2016 à 12:57 :
À 5 km de la plus grande ville d'Ardèche, on en est encore à la 2G et l'ADSL avec un débit de 3 Mbit/s !
Réponse de le 22/12/2016 à 11:45 :
Chez nous, à 5km de Montpon-Menesterol, c'est 128Kb/sec.
a écrit le 21/12/2016 à 10:28 :
malgré cela la France est toujours au top du Deloitte Tech Fast 500 EMEA assez loin devant le UK. et la France a une bonne stratégie dans les nouvelles techno, contrairement aux US, dixit John Chambers.
a écrit le 21/12/2016 à 10:09 :
Les abonnements pour particuliers progressent ??? mdr ou snifff + d un an que la fibre est dans ma rue mais toujours aucun operateur pour connecter l immeuble !
Pour Free qui a obtenu l accord de la copropriete, ils m ont expliqués qu ils avaient 6 ou 7 ans de marge pour nous raccorder !!!
Orange : Eux m ont assurés qu ils n avaient pas besoin de l accord de la co et qu en novembre je serai raccordé, cela devait etre novembre 2017 (sic)
a écrit le 21/12/2016 à 8:55 :
Les entreprises françaises font ce qu'elles veulent. On est en démocratie ou pas ? Si elles ne veulent pas la fibre, c'est leur droit.
a écrit le 21/12/2016 à 8:06 :
si on paie un surcout il faut en face mettre de nouvelles entrées. Allez plus rapidement c'est bien mais si au bout du tuyau! il n' y a rien de mieux je n'en vois pas l'utilité. La fibre va t elle permettre de mieux penser les devis?, le client sera t il plus apte à signer s'il a le devis à 8h au lieu de 8h30. Mon job est il une affaire de nano seconde. Pour que la fibre face vibrer les entrepreneurs il faudrait avant peut-être mieux expliquer à la TPE si cette technologie va lui donner plus de confort pour travailler et augmenter son CA/ marge etc etc . Un entrepreneur se doit de travailler avec de nouveaux outils mais que si ceux ci lui procurent soit un confort dans son job soit une meilleure rentabilité, pour l'instant je ne vois ni l'un ni l'autre grace à la fibre.
a écrit le 20/12/2016 à 20:43 :
Le Très Haut Débit, c'est peut-être utile pour regarder des films 4K en relief, mais le Haut Débit (ADSL) suffit actuellement pour travailler, du moins quand le réseau n'est pas ralenti pour cause de saturation. Il faudrait déjà finir le boulot avant de passer à l'étape suivante. Les chefs d'entreprises sont probablement moins "gogos" que les particuliers.
a écrit le 20/12/2016 à 19:54 :
l'entreprise avec 5 plombiers ne va pas forcement bcp gagner en productivite avec la fibre........
ca va dans les entreprises de services tres connectees, avec de tres gros fichiers et des clients un peu eloignes
si le tres haut debit c'est pour que les collaborateurs aillent sur facebook ou youtube comme il faut, ca, c'est autre chose
faut pas oublier que la france c'est enormement de toutes petites entreprises ( choix politique scient)
a écrit le 20/12/2016 à 19:48 :
Hé hé... Peut-être que les entreprises n'ont pas besoin de télécharger des films...? Sinon, et pour avoir étudié l'attractivité de la France vu par les décideurs étrangers, nous avons le meilleur réseau téléphonique de la planète. Alors pourquoi passer à la fibre si c'est juste pour les films ou jouer..?? Par contre, qu' Orange ne relie pas TOUS ses centraux par des débits corrects, je comprends les gars dans des zones reculées : c'est LE scandale.
a écrit le 20/12/2016 à 17:51 :
Quel progress chez les particuliers? Anno 2017 dans un monde en plein devoleppement informatique , le debit internet sur la campagne française c'est toujours sur la base du technique Minitel.
Réponse de le 21/12/2016 à 2:23 :
Vous plaisantez ? Meme au fin fond de la campagne française, on trouve maintenant des débits extrêmement confortable et peu onéreux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :