Google entre pleinement sur le marché des objets connectés en rachetant Fitbit

 |   |  600  mots
(Crédits : Arnd Wiegmann)
Google a annoncé vendredi le rachat de Fitbit, un des leaders mondiaux des objets connectés spécialisés dans le fitness, pour quelque 2,1 milliards de dollars. Une acquisition dans un marché convoité, qui risque de relancer le débat sur la protection des données personnelles.

Le numéro un des moteurs de recherche va acquérir Fitbit, un des leaders mondiaux des objets connectés spécialisés dans le fitness pour quelque 2,1 milliards de dollars. La transaction devant être conclue en 2020, selon Google.

"Fitbit a été un véritable pionner dans l'industrie et a créé des produits intéressants, des expériences et une communauté dynamique d'utilisateurs", a souligné Rick Osterloh, responsable du développement des produits chez Google, dans un communiqué.

"Google est le partenaire idéal pour mener à bien notre mission. Grâce aux ressources de Google et à sa plateforme mondiale, Fitbit va pouvoir accélérer l'innovation dans le domaine des objets connectés, faire de plus grandes économies d'échelle et rendre les outils de santé encore plus accessibles à tous", a pour sa part réagi le co-fondateur et directeur général de Fitbit James Park.

Très populaires aux Etats-Unis, les montres connectées et autres moniteurs d'activité physique Fitbit permettent de mesurer le nombre de pas faits quotidiennement, le nombre de calories absorbées ou encore le nombre d'heures de sommeil recommandées.

Sur le marché des objets connectés, le Chinois Xiaomi arrive en tête, devant Apple, Huawei et Fitbit, selon une enquête du cabinet IDC au deuxième trimestre 2019. Le marché des montres connectées ou "smartwatch" est, lui, dominé par Apple, qui commercialise depuis 2015 son Apple Watch. La firme à la pomme a lancé en septembre la cinquième génération de ce produit.

Fitbit, qui a lancé sa première "smartwatch" en 2017, n'a pas réussi à faire le poids dans ce secteur face au géant de Cupertino. Selon le cabinet Strategy Analytics, Apple occupait la moitié des parts de marché de cette industrie fin 2018, loin devant Fitbit (12,2%) et Samsung (11,8%).

Google ne développait jusqu'à présent pas son propre modèle de montre intelligente, mais proposait son système d'exploitation Wear OS à des tierces parties. Le groupe a assuré que Fitbit continuerait à utiliser le système d'exploitation iOS d'Apple, en plus de celui de Google.

Protection des données

Le géant californien a par ailleurs cherché à rassurer sur l'épineuse question de la protection des données, alors que plusieurs poids lourds technologiques font face à de vives critiques à ce sujet.

"Nous serons transparents sur les données que nous recueillons et pourquoi nous le faisons", a affirmé M. Osterloh. "Les données de santé et de bien-être de Fitbit ne seront jamais utilisées pour les publicités Google. Et nous donnerons aux utilisateurs de Fitbit le choix de vérifier, déplacer ou supprimer leurs données", a-t-il assuré.

A Wall Street, le marché réagissait positivement à la nouvelle du rachat de Fitbit, dont le titre s'envolait de près de 15% vers 15H20 GMT. Le cours de l'action, à 7,11 dollars, restait toutefois inférieur à celui investi par Google, qui a déboursé 7,35 dollars par action pour cette acquisition. Alphabet, la maison mère de Google, progressait de 0,3%.

"En achetant Fitbit, Google acquiert des clients et des données. Je pense qu'il s'agit d'une bonne décision étant donné que Google n'a jusqu'à présent pas été couronné de succès dans le secteur des objets connectés et qu'Apple est loin devant avec Watch", a commenté Patrick Moorhead de Moor Insights and Strategy.

Selon Avi Greengart de Techsponential, "Fitbit est une marque solide et bien établie avec un excellent réseau de distribution, qui offre à Google une entrée bien plus rapide sur le marché que s'il avait fabriqué son propre outil de fitness ou sa propre smartwatch."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2019 à 14:43 :
Google a parfaitement compris que globalement, acheter des entreprises qui innovent, c'est moins fatiguant qu'innover et le résultat est le même. Je ne dis pas que Google n'innove pas, simplement qu'il commence de plus en plus à se reposer sur sa puissance financière comme Apple. Après c'est sûr, Google a atteint la suprématie quantique dont l'application pratique la plus évidente est que .... attendez je vais faire une recherche sur Google pour voir à quoi ça sert.
a écrit le 02/11/2019 à 9:21 :
La 5G vous n'en aviez pas besoin mais vous l'aurez quand même !

Inquiétant que même la société marchande se déconnecte de nos aspirations consuméristes, ça sent la dictature marchande. Mais bon sang quand est-ce que nos mégas riches vont assumer leur emprise sur nos politiciens !?
Réponse de le 03/11/2019 à 9:53 :
Oui c'est ainsi que le scénario est construit. La technologie doit donner par la suite avec la suppression de la monnaie physique, la réelle dictature, puisqu'elle sera la clef pour savoir qui vous êtes.

Un scénario d'anticipation. L'arrivée possible de l'ordinateur quantique , c'est marrant, la même boîte, disons que nous aurons un grand tout capable de se déséquilibrer lui même (le marché) et pouvoir s'assurer l'existence du capital.

Pour cela il faut qu'il soit disponible,

"Ponction massive à Chypre sur les comptes de plus de 100.000 euros
Par latribune.fr | 30/03/2013,

Les comptes de 100.000 euros et plus domiciliés à la Bank of Cyprus perdront plus de 60% de leur épargne


A la cool, de fait la dépendance des institutions a l'informatique pose les condition du grand tout!

Et ce que l'on peut constater au pouvoir partout en Europe!

Pour moi, c'est intéressant de voir la banque ou finance dans l'institution, et l'évolution techno permettant de joindre le destin de tous entre les mains de quelques uns !!

Il y a derrière un mot qui correspond a cette réalité possible, puisque appliqué en Chine.

Et plus loin, le lien entre média, et financeurs de l'armement et de l'entertainment , c'est la fête au village!!!

Si je disposais d'un tel pouvoir, franchement vous ne pensez pas que ce scénario est crédible?
Réponse de le 03/11/2019 à 18:09 :
Quand on voit au Bangladesh ces femmes qui travaillent en usine faire grève parce que la spéculation financière immobilière s'étant installée en même temps que le dumping social leur prend trop en loyer pour qu'elles puissent l'assumer avec leur 85 euros mensuel, elles demandaient juste à passer à 100 euros par mois, seulement, et elles ont eu la police anti-émeute.

Les pauvres étant déjà donc complètement essorés, il n'y a plus grand chose à leur prendre si ce n'est leur vie, que le processus se perfectionne pour les plus aisés n'est en effet pas du tout inimaginable... On frissonne à la vue de ses fictions qui nous envisagent le pire alors que nous y sommes peut-être déjà.
a écrit le 01/11/2019 à 19:14 :
Logique ! ils disposent du capital, dispose des données et permet d'anticiper le block chain.
a écrit le 01/11/2019 à 18:33 :
Les objets connectés effraient car la cybersécurité ( protection des utilisateurs)n’est pas au point

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :