Siemens prend 15% du capital d'Atos Origin

 |   |  279  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Atos Origin, SSII dirigée par l'ex-ministre des Finances et ancien patron de France Télécom, Thierry Breton (photo), va racheter la division services informatiques de Siemens pour 850 millions d'euros. Le groupe allemand prendra en retour 15% du capital de la société française. 1.750 suppressions d'emplois sont prévues.

Atos Origin va racheter la division services informatiques de Siemens pour 850 millions d'euros, a annoncé mardi le conglomérat industriel allemand, qui prendra 15% du capital de la société française dans le cadre de la transaction. Détaillant les modalités de l'opération, Siemens a précisé qu'il recevrait quelque 12,5 millions de nouvelles actions Atos Origin. Cet ensemble de titres, d'une valeur de 414 millions d'euros, représente 15% d'Atos, participation que le groupe allemand s'engage à conserver pendant cinq ans. Ce dernier recevra également pour 250 millions d'euros d'obligations convertibles à cinq ans et un versement en numéraire de 186 millions d'euros.

Siemens a également dit qu'il avait attribué à Atos Origin un contrat d'externalisation de quelque 5,5 milliards d'euros sur sept ans, selon lequel le groupe français sera chargé de la gestion de l'infrastructure informatique mondiale de Siemens. "Nous créons un champion européen", a déclaré Peter Loescher, président du directoire de Siemens. Dans un communiqué, le groupe allemand précise que la transaction aura un "significatif impact négatif sur les bénéfices" de l'exercice fiscal 2011.

Siemens a dit que le nouvel ensemble formé par Atos Origin et sa division Solutions and Services (SIS) devrait enregistrer une croissance de son chiffre d'affaire en phase avec la croissance du marché et dégager une marge opérationnelle de 6%. Pour 2013, le groupe a ajouté prévoir pour Atos-SIS un chiffre d'affaires compris entre neuf et 10 milliards d'euros et une rentabilité de 7% à 8%. Sur une base pro forma, la nouvelle société représente un chiffre d'affaires de 8,7 milliards d'euros. Dans le cadre de la cession de SIS à Atos, Siemens annonce la suppression de 1.750 postes dans l'effectif mondial de SIS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2010 à 12:31 :
Bravo monsieur Thierry Breton,vous travaillez toujours pour le bénéfice de la France.
a écrit le 15/12/2010 à 5:46 :
Votre titre est trompeur. Siemens ne "prend" pas 15 % du capital de Atos. Siemens échange un de ses actifs conte 15 % du capital de Atos, ces 15 % résultant d'une augmentation de capital. La réalité de l'opération (dont on parle depuis plusieurs années...) est donc loin de l'accroche du titre de l'article.
Réponse de le 15/12/2010 à 6:56 :
Les deux sont vrais : Atos acquiert certes un actif du groupe allemand, il n'en est pas moins vrai que cela modifie en profondeur la structure du capital de la SSII française. Le fait que le fonds PAI, autre grand actionnaire d'Atos, ait réagi le montre assez bien.
Réponse de le 15/12/2010 à 9:10 :
SIRIUS ? Ne serait-ce pas le nom de l'entité regroupant tous les dirigeants du groupe ATOS ?
Des licenciements "cachés" ont déjà commencés puisque de plus en plus de collaborateurs sont soumis à des propositions de rupture de contrat conventionnelle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :