Les "preuves d'amour" de François Hollande aux "Pigeons" de Californie

 |   |  659  mots
Carlos Diaz, leader du mouvement des pigeons a mis François Hollande au défi de l'étreindre, ce que le chef de l'Etat s'est empressé de faire. (Reuters/Robert Galbraith)
Carlos Diaz, leader du mouvement des "pigeons" a mis François Hollande au défi de l'étreindre, ce que le chef de l'Etat s'est empressé de faire. (Reuters/Robert Galbraith) (Crédits : Reuters/Robert Galbraith)
Donner des gages aux entrepreneurs : c'était l'objectif du séjour de François Hollande en Californie, aux Etats-Unis. Au cours de celui-ci, le chef de l'Etat a annoncé des mesures en faveur des entrepreneurs, et donné une accolade symbolique au leader du mouvement des "Pigeons".

Accolade symbolique, mais accolade quand même. Profitant d'une visite du président français au "US French Tech Hub", une plate-forme pour les sociétés désireuses de s'implanter aux Etats-Unis, Carlos Diaz, leader du mouvement des "pigeons" a mis François Hollande au défi de l'étreindre, ce que le chef de l'Etat s'est empressé de faire devant un public de chefs d'entreprises.

Avant cet acte de réconciliation avec celui qui l'accusait de faire fuir les entrepreneurs de France par une fiscalité confiscatoire, le président avait énuméré une série de mesures pour soutenir la création d'entreprises. Objectif avoué, selon la ministre déléguée à l'Economie numérique Fleur Pellerin: donner des "preuves d'amour" aux entrepreneurs.

L'épouvantail de la taxe à 75%

La taxe à 75% de François Hollande sur les entreprises comptant des salariés dont les revenus annuels sont supérieurs à un million d'euros, fait figure d'épouvantail aux Etats-Unis. A San Francisco, le chef de l'Etat a annoncé un nouveau mécanisme fiscal afin de permettre aux start-up de mieux rémunérer leurs salariés via une réforme du régime des attributions gratuites d'actions. Et ce alors que bien rares sont les start-up qui peuvent se permettre de rémunérer leurs employés à un niveau suffisamment élevé pour qu'ils soient soumis à la taxe à 75%. 

Le président a en outre promis la signature en mars d'une ordonnance pour développer les financements participatifs qui permettra aux particuliers de prêter, via les plates-formes de "crowdfunding", jusqu'à un million d'euros à des chefs d'entreprise, et dévoilé les premières mesures qui doivent émerger le 17 février du Conseil consacré à l'attractivité du territoire français.

"Venez en France !"

C'est grâce à ces mesures notamment qu'il compte faire venir les entreprises étrangères innovantes en France. Un nouveau "passeport talents" d'une durée de quatre ans renouvelables permettra d'attirer en France entre 5.000 et 10.000 chercheurs ou travailleurs hautement qualifiés, a-t-il promis.

"Venez en France !", a-t-il lancé à l'adresse des grands dirigeants de l'économie numérique américaine, dont il a rencontré l'élite, un peu plus tôt dans la journée, dans un restaurant français. Autour d'un canard à l'orange et de vins français, François Hollande a tenté de convaincre le fondateur de Twitter Jack Dorsey ou Sheryl Sandberg de Facebook que la France n'est pas l'enfer administratif et fiscal parfois dépeint par la presse anglo-saxonne.

Tout à son opération de séduction, le président n'a pas fait du contentieux fiscal qui oppose Bercy à Google un cheval de bataille, même s'il a plaidé pour une harmonisation mondiale des pratiques fiscales afin d'empêcher l'optimisation agressive pratiquée par certains géants de l'économie numérique.

>> Lire : 1 milliard d'euros: le redressement fiscal de Google en France ?

Gattaz-Hollande, nouvelle épisode

Le chef de l'Etat a aussi profité d'un discours devant la communauté française de San Francisco pour dédramatiser la fausse note jouée par le président du Medef, Pierre Gattaz, qui l'accompagne aux Etats-Unis.

Le patron des patrons, qui a dû annuler une conférence de presse à Washington à la demande de l'Elysée, avait jeté un froid ans la délégation quelques jours plus tôt en déclarant à la presse rejeter toute idée de contreparties aux 30 milliards d'euros d'allégements de charges proposés dans le cadre du pacte de responsabilité.

Pierre Gattaz a ensuite précisé ses propos, indiquant qu'il pourrait accepter des objectifs chiffrés à la condition qu'ils ne soient pas contraignant.

"Vous pouvez l'applaudir", a dit François Hollande, s'adressant aux 2.000 Français expatriés rassemblés dans un hôtel de San Francisco. "Je ne doute pas qu'il me rendra la pareille le moment venu. Cela fait partie du pacte de responsabilité, j'imagine", a-t-il ironisé.

>> Lire : Pacte de responsabilité : le patronat et François Hollande se rendent coup pour coup

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2014 à 17:58 :
Tout ça c'est du cinéma pour alimenter les journaliste, c'est a Hollywood qu'il aurait du aller.
a écrit le 13/02/2014 à 17:50 :
Hollande de beaux discours qui contraste avec les mesures économiques et fiscales prises, voilà la triste réalité , il ferait mieux de devenir humoriste, c est ça vraie vocation
a écrit le 13/02/2014 à 17:08 :
Venez en France !!
Cela commencera par un accueil "à la française" à l'aéroport avec les blocages des taxis qui doivent déjà donner une image positive de la France !!
a écrit le 13/02/2014 à 14:46 :
Maître Corbeau, sur un arbre perché, Tenait en son bec un fromage. Maître Renard, par l'odeur alléché, Lui tint à peu près ce langage
a écrit le 13/02/2014 à 12:32 :
Pour Sarko l'erreur de départ a été le repas au Fouquet's. Hollande lui a attendu un peu plus mais son erreur de base a été sa capitulation devant les pigeons (qui appartiennent surtout au monde de la finance) Ses électeurs se sont sentis trahis maintenat il en, rajoute une couche: chapeau l'artiste. Après cela on comprend que le PS panique pour les prochaines élections et je plains le militant de base qui a des convictions: il n'arrête pas de manger son chapeau et d'avaler des couleuvres!
Réponse de le 13/02/2014 à 14:21 :
le PS panique, vous avez bien raison! du coup ils ont sortis" le bulletin blanc dont "on tiendra compte"..Tu parles tout ça parce qu'ils craignent la montée du FN....mais les Français qui voteront (ou pas) pour QUI ils voudront, ne sont plus dupes !
Réponse de le 13/02/2014 à 14:38 :
Oui gabuzo, il a mis un et demi à s’apercevoir qu'il était entré dans une voie sans issue ! Maintenant, il fait marche arrière. Il n'a plus d'autre choix...
a écrit le 13/02/2014 à 12:28 :
Adoptez-le dans ce cas-là ..
a écrit le 13/02/2014 à 11:40 :
Les preuves" d'amour" , Mazette! que ne nous en a t-il pas donné à nous depuis 2 ans?? ! ce monsieur n'aiment pas les Français, c'est véridique, hélas! et puis..."ses preuves "D'AMOUR"........!!!!
Réponse de le 13/02/2014 à 11:54 :
Pardon : ce monsieur n'aime" pas.....
a écrit le 13/02/2014 à 11:14 :
La mante religieuse est elle aussi affectueuse avant les noces, c'est après que cela se gâte. Il semble que notre " normal pingouin" ait étudié les mœurs arabes qui veulent qu'on embrasse la main que l'on ne peut couper. .
a écrit le 13/02/2014 à 10:50 :
« Les gens de gauche ont rarement de grand projet. Ils font de la démagogie et se servent des mouvements d’opinion. La gauche tire le haut de la société vers le bas, par idéal d’égalitarisme. C’est comme ça que l’on a fini dans l’abîme en 1940….. Les socialistes sont d’éternels utopistes, des déphasés, des apatrides mentaux… Ils gaspillent toujours la plus grande partie des crédits. On ne les a jamais vu dépenser efficacement les crédits… Je n’aime pas les socialistes, car ils ne sont pas socialistes…. Parce qu’ils sont incapables, Ils sont dangereux …. »

Charles de Gaulle
Réponse de le 13/02/2014 à 11:49 :
@ Papy Tout à fait exact! ce grand homme ne parlait pas dans le vent".....
a écrit le 13/02/2014 à 10:27 :
je le pense sincère, au delà des preuves il faut de l'action.
si il commencait par appliquer les recommendations de la cours des comptes ?
a écrit le 13/02/2014 à 10:13 :
ce gars me rappelle une chanson de Jacques Dutronc : "... et je retourne ma veste ..."
a écrit le 13/02/2014 à 9:49 :
Foutaises !!! Surtaxe de l'IS, 150% de hausse sur Intéressement et Participation, interdiction des stocks options, 75%, ISF, 35 heures, impossibilité de travailler le dimanche, Code du travail délirant, fonction publique pléthorique... Qui peut croire "Oui Oui au pays des entreprises" ?? (à part des enfants de 6 ans ?)
Réponse de le 13/02/2014 à 9:57 :
vous exagerez un peu. les stock options ne sont pas interdite. Sinon je doute que le developpement de la france passe par l ouverture le dimanche des grandes surfaces (car le travail du dimanche est autorise, il y a plein d usine qui travaillent 7/7 24/24)
a écrit le 13/02/2014 à 9:41 :
Le roi de la pirouette, eh! Hop trois petits tours c'est dans la poche. Quel magicien?
a écrit le 13/02/2014 à 9:19 :
A partir de mardi la majorité silencieuse monte sur paris ! pour redonner le pouvoir au peuple ! appel á bloquer á partir de mardi soir toutes les prefectures et sous prefectures
faites circulez !
faites circulez !
Réponse de le 13/02/2014 à 9:54 :
en a surtout marre de vos blocages de routes et vos manifs tous les dimanches.
Réponse de le 13/02/2014 à 9:56 :
Merci de ne pas publier. Cette majorité, si elle est silencieuse, n'a rien à dire.
a écrit le 13/02/2014 à 9:18 :
Hollande n'est pas à une contradiction près! Des son retour, il continuera d'assommer les entreprises de taxes et de compliquer la vie des startups! Et celles-ci partiront à l'étranger. Au moins, il tient son cap !
a écrit le 13/02/2014 à 9:09 :
De toute façon, dès que FH sera de retour en son palais, la politique partisane reprendra ses droits au détriment de l'efficacité dont il a pu se rendre compte aux USA que c'est le moteur de l'économie. Triste France...
a écrit le 13/02/2014 à 9:01 :
Rien n'est possible si la France ne se réforme pas de A à Z . Croire aux politiques c'est croire à la guillotine autant à droite qu'à gauche et voir des gens applaudir M. Sarkozy celui qui a largement contribué à la c croissance de al fiscalité des entreprises et des ménages montre combien les français sont crédules et tellement accros aux discours à défaut d'efficacité. Le gouvernement actuel mené par le Président est en fait un clone de l'équipe Sarkozy et cela que l'on soit de droite ou de gauche, ne pas l'accepter est en fait le grand pb de notre pays. Alors vous qui ^tes partis faire de la croissance ailleurs surtout ne rentrez pas car le PS,l'UMP, l'UDI et les jumeaux des fronts National ou de Gauche vous ferons mourir à petits feux.
a écrit le 13/02/2014 à 8:48 :
Qui trop embrasse mal étreint !
a écrit le 13/02/2014 à 8:44 :
simple pour françois hollande: faire l'inverse de ce qu'il a fait et dit depuis 2 ans. Pour cela il peut commencer par dire qu'il aime les riches, les investisseurs, et le monde de la finance, supprimer ses impôts confiscatoires, et reprendre les réformes engagés par son prédécesseur.
Réponse de le 13/02/2014 à 9:08 :
Réformes de son prédécesseurs mais vous ^tes dans le rêve le meilleur des exemples la suppression d'un fonctionnaire sur deux une médiocre économie et le rapport demandez par M. Fillon à l'IGF montrait que sous M. Sarkozy la dépense parapublique avait augmenté de 10 milliards et le personnel de 6 pour cent. comment peut-encore se faire bercer par des discours contraire à la réalité des chiffres. Autre point augmentation des impôts sur les Stes de 17 milliards et ne parlons d'une taxe inventé chaque jour et des contrat PPP; Allons un peu de sérieux nous sommes en France la droite et la France ne font qu'un car chacun est le clone de l'autre. Vous êtes épatés par les discours par nos VRP des savonnettes des années 50 pas par une juste évaluation de nos politiciens de seconde zone au niveau des grands pays club que nous avons quitté. bonne journée.
a écrit le 13/02/2014 à 8:08 :
Encore ...les mensonges d 'amour de F.Hollande , mais....là nous pouvons en parler ,il s'agit d' entreprise privée...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :