Google News met en valeur les choix éditoriaux des rédactions

 |  | 387 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le moteur de recherche autorise désormais les médias à choisir l'actualité qu'ils veulent mettre en avant, à contre-courant de la politique du "tout algorithme".

Depuis jeudi, ceux qui surfent sur Google News en anglais, et seulement eux, ont dû remarquer une nouvelle rubrique, intitulée "Editors Picks" (les choix des rédacteurs en chef). "Elle affiche des contenus originaux que les rédactions ont choisi, afin de mettre en valeur leur publication", explique le moteur de recherche sur son blog officiel.

Les algorithmes ne décident plus tout

Un choix qui détonne dans la hiérarchisation de l'information qu'opérait jusque-là le géant américain. Les algorithmes de Google cherchent avant tout les liens Internet qui, à la fois, drainent le plus d'internautes et "sortent" une information en premier. Quantité et rapidité sont donc les deux critères principaux pour espérer être répertoriés sur le portail d'actualités, qui offre alors un relais d'audience très important sur la Toile.

Google commet une entorse à ces deux principes avec cette innovation, puisque les rédactions proposent une sélection de cinq des articles qu'elles considèrent comme importants. L'humain se substitue donc un peu à la toute puissance des calculateurs et au traitement de données automatisées dans le choix des sujets. "Les lecteurs obtiennent les informations qui les intéressent provenant des sources auxquelles ils font confiance, et les rédacteurs reçoivent plus de visites sur leurs sites", justifie Google.

Restaurer la confiance avec la presse en ligne ?

Dans cette interface légèrement revue, les médias ont à nouveau leur mot à dire. Ils peuvent non seulement valoriser leur travail mais aussi leur "marque", que les internautes peuvent, ou non, décider de suivre. C'est une façon aussi pour Google de restaurer la confiance avec ceux qui produisent l'information. Ce dernier est en effet accusé de détourner l'audience générée par les contenus des sites d'informations sans apporter de contrepartie financière directe. Le portail Google News redirigerait un milliard de clics par mois vers ces mêmes sites.

Pour l'instant, une vingtaine de médias ou d'agences bénéficient de cette vitrine, comme le Wall Street Journal, BBC News, The Guardian ou Reuters. A condition de respecter certaines règles édictées par Google - critères techniques sur le flux RSS à respecter, retour des utilisateurs -, n'importe quelle rédaction est invitée à être présente sur "Editors Picks".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :