Facebook sera coté sur le Nasdaq

 |   |  469  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le réseau social a fait son choix, selon plusieurs sources citées par la presse américaine. Il s'introduira en Bourse sur le Nasdaq en mai. Et non sur le New York Stock Exchange. Il est valorisé à plus de 100 milliards de dollars.

Entre le Nasdaq et le New York Stock Exchange (Nyse), Facebook a enfin fait son choix. Le réseau social a privilégié la plateforme électronique située sur Times Square au détriment de l'institution de Wall Street, affirment ce jeudi des sources citées par l'agence Bloomberg et par la chaîne d'informations financières CNBC. Son introduction en Bourse (IPO) est toujours attendue pour le mois de mai, sous le code "FB". Elle devrait permettre à la société dirigée par Mark Zuckerberg de lever au moins 5 milliards de dollars.

Cette décision marque le coup de sifflet final d'une grande bataille entre le Nasdaq et le Nyse pour décrocher la plus importante IPO de l'histoire pour une société Internet. Plus que les conditions, notamment financières, offertes par les deux opérateurs, Facebook devait trancher en termes d'image. D'un côté, le Nasdaq est la place privilégiée des sociétés technologiques. Apple, Microsoft, Google ou encore Intel y sont cotés. De l'autre, le Nyse pouvait faire jouer sa réputation et son prestige de place boursière historique, où est cotée la compagnie centenaire IBM.

Les dirigeants de Nyse-Euronext n'avaient d'ailleurs pas lésiné sur les moyens pour convaincre Facebook. Cet échec est donc un nouvel affront pour son patron Duncan Niederauer, deux mois après l'abandon de son projet de fusion avec l'opérateur allemand Deutsche Börse, bloqué par la Commission européenne. Ses équipes avaient pourtant réussi ces derniers mois à convaincre des sociétés Internet de les rejoindre, comme LinkedIn, Pandora et Yelp. Mais le Nasdaq avait répliqué en décrochant les IPO très médiatisées de Groupon et de Zynga.

La semaine passée, Facebook avait mis un terme à la cotation de ses actions sur le marché secondaire SharesPost. Le réseau social était alors valorisé à 102,8 milliards de dollars, un chiffre légèrement supérieur aux prévisions des analystes, qui misent sur une valorisation comprise entre 75 et 100 milliards lors de la fixation du prix d'introduction. La capitalisation boursière devrait cependant grimper lors des premiers jours de cotation, se rapprochant de celle de Google (205 milliards).

En 2011, Facebook, qui compte plus de 850 millions de membres, a réalisé un chiffre d'affaires de 3,7 milliards de dollars, soit le double de l'année précédente. 85% de ses revenus (3,2 milliards) sont issus de la publicité, le reste provenant des micro-paiements. Ces derniers, essentiellement générés par les jeux créés par Zynga, ont été multipliés par six entre 2010 et 2011. Son bénéfice net est ressorti à 1 milliard de dollars, ce qui représente une croissance de 66% sur un an. Une croissance rapide des résultats financiers qui devra se poursuivre pour justifier un tel niveau de valorisation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2012 à 13:53 :
Myspace, le super site social de l'epoque lancé en 2003 puis acheté par Murdoch en 2005 pour 580 millions de dollars. Revendu par le meme Murdoch en 2011 pour 35 millions de dollars. Les geeks ont la memoire courte concernant les echecs du web qui se multiplient. Le site 2foismoinscher vient de fermer aussi ....
a écrit le 06/04/2012 à 10:57 :
Coté du vent !... Ca doit être fait pour faire des bulles !
a écrit le 06/04/2012 à 5:59 :
85% des revenus issus de la publicite.....Quid des annonceurs si, et pourquoi pas,rien n est inscit dans le marbre, il y a une desafection des "amis" utilisateurs de FB?
Alors baser une valorisation sur des revenus pub....attention grosse tres grosse bulle!
Réponse de le 06/04/2012 à 8:10 :
heureusement que tu es là pour les prévenir! Vite, téléphone au Nasdaq pour les conseiller, lol.

Allez, retourne faire ta page Html... ^^
Réponse de le 06/04/2012 à 9:08 :
Comme Groupon, Twitter & Co. RDV dans quelques temps
Réponse de le 06/04/2012 à 10:08 :
dd à un peu raison... Ils ont surement du y penser, mais vivre sur la seule publicité que génère le site ne tiendra pas 10 ans. Facebook est surtout un effet de mode, il faut qu'il trouve un autre moyen de gagner de l'argent rapidement au risque de se casser la gueule d'ici quelques années. Mais ce brave petit sorti d'Harvard et l'équipe qui l'entoure doivent bien le savoir, c'est évident (à moins d'être aveuglé par le succès de Facebook et ne miser que la dessus, mais j'en doute...).
Réponse de le 07/04/2012 à 6:36 :
@tito: Bien sur, les actionnaires historiques de FB se frottent les mains.
Bien sur le NASDAQ est heureux, super pub et super commission à l emission
La bulle elle est pour les "lol"...pardon les pigeons de ton genre qui pour cause d effet de mode vont une nouvelle fois se faire tondre....
Les nouveaux actionnaires "gogo", ils en font des actionnaires Kleenex.On utilise une fois et on jete.
Le probleme, c est que tt ces kleenex n ont pas de memoire....
a écrit le 05/04/2012 à 23:16 :
Nice there we go !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :