François Hollande dévoile (enfin) son programme numérique

Le candidat socialiste souhaite réorienter les investissements du Grand emprunt, lancer un plan numérique pour la formation et favoriser l'utilisation des "logiciels libre et des standards ouverts". Le Conseil national du numérique pourrait être maintenu, mais n'échapperait pas à une modification de sa gouvernance.

5 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Depuis le début de la campagne, les candidats à la présidentielle avaient jusque là privilégié le monde de la culture plutôt que le numérique. A 10 jours du premiers tour, changement de braquet. Lundi, le collectif numérique, qui réunit une vingtaine d'associations du secteur, comme la Fédération Française des Télécoms (FFT), l'AFDEL (logiciels) ou Cap Digital, publiera les positions des principaux candidats.

En mars, le collectif leur avait demandé d'exprimer leur vision du secteur et de ses enjeux, (impact sur l'emploi, la formation, la fiscalité, la réglementation...).  La tribune.fr s'est procurée la lettre-programme de François Hollande. Le collectif attendait encore vendredi la réponse de Nicolas Sarkozy. Ce dernier visite samedi le campus de l'école dédiée aux métiers de l'Internet, Epita-Epitech, et fera même une halte chez Melty.fr, une start up créée par un ancien de l'école, Alexandre Malsch, actuellement vice-président du Conseil national du numérique.

Pas de propositions économiques dédiées au numérique

De son côté, dans un document de 5 pages, le candidat socialiste, qui assure pourtant que « le numérique est une question clef pour l'avenir », ne prévoit pas de mesure économique spécifique au numérique, mais rappelle dans sa lettre la série de « handicaps » dont souffre l'industrie française : « plafond de verre qui bloque la croissance des PME, carence des capacités d'investissement en capital, décrochage de la R&D industrielle ».

Il réitère auprès des acteurs les propositions de son programme d'aides au PME, qui prévoit notamment une réforme fiscale, la création d'une banque publique d'investissement, la dégressivité de l'impôt sur les sociétés etc... La conseillère numérique de François Hollande, Fleur Pellerin rappelle d'ailleurs ses critiques à l'égard du Grand Emprunt, qui prévoyait 4,5 milliards d'euros d'investissement dans le numérique. «Visiblement, une grande partie des fonds n'a pas été dépensée. Notamment, parce que remplir un dossier de financement pour une PME est très compliqué. La politique de l'Etat, qui s'est posé en « investisseur avisé » a été trop prudente. On est dans des secteurs où il faut prendre des risques".

François Hollande souhaite aussi, comme Nicolas Sarkozy, rétablir l'équité fiscale par rapport aux géants américains qui échappent à l'impôt en passant par l'Irlande ou le Luxembourg. Mais il ne propose pas à ce stade de solution spécifique.

La formation, solution à la pénurie de compétence

François Hollande mise plutôt sur l'éducation pour résoudre le problème de la « grave pénurie de développeurs et de jeunes formés aux nouveaux métiers du numérique » qui pénalise les entreprises. "L'éducation ne devra donc pas seulement faire des élèves des consommateurs du numérique, mais aussi des créateurs qui sauront décoder cet univers. Le code informatique n'est pas moins noble que le code juridique ». Ainsi, le "plan numérique pour la formation", qui prévoit par exemple la formation des enseignants au numérique, l'arrivée de nouveaux supports, et l'ouverture d'une option numérique au baccalauréat devrait aider à suciter les vocations. 

La modernisation de l'Etat et l'ouverture des données publiques

La « modernisation numérique de l'Etat » est, elle, considérée comme une source potentielle de productivité. François Hollande souhaite mieux « maîtriser des systèmes d'informations des services publics », en maintenant "des compétences internes fortes", et en se détournant « de grands projets cloisonnés et coûteux ». Pour faire des économies et être plus efficace, le candidat président veut mutualiser "les besoins techniques entre administrations" et favoriser l'utilisation des "logiciels libre et des standards ouverts". 

Le candidat promet aussi une plus grande ouverture « sur les données publiques ». "Il en va de la démocratie et de la transparence, mais aussi de la vitalité du tissu d'entreprises innovantes". Sur ce sujet, François Hollande rejoint Nicolas Sarkozy, qui a ouvert ce chantier en créant Etalab, un établissement public chargé d'encourager la mise à disposition des données de l'Etat. Enfin, concernant la vie privée, le candidat socialiste a prévu de créer un "habeas corpus numérique", qui garantisse les droits et les libertés numériques de chacun. Il souhaite aussi que "la création, la destruction et la [mise en place] des modalités des fichiers de police soient une compétence du parlement". 

Vers une modification du Conseil national du numérique

Que deviendra le Conseil national du numérique (CNNum) après l'élection présidentielle ? Fleur Pellerin indique que le PS est « favorable à une institution qui éclaire les choix du parlement et du gouvernement sur des sujets techniques ». Mais la gouvernance du CNNum créé par Nicolas Sarkozy pourrait évoluer. « Il y a un problème de représentativité du Conseil, qui accueille uniquement des industriels, et où ne siègent ni les ayant droits ni les consommateurs. Ensuite, Nicolas Sarkozy saisit le Conseil uniquement quand cela l'arrange. Si l'on maintenait cette institution, nous redéfinirions les critères de saisine et rendrions ses avis systématiquement publics ». La conseillère de François Hollande n'a pas voulu revenir sur la polémique qui a mis le feu au Conseil ces deux derniers jours et qui a poussé son tout nouveau vice-président Jean-Baptiste Descroix Vernier à produire des excuses publiques, et à se mettre en vacance du Conseil jusqu'à fin avril.

 

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 17/04/2012 à 7:35
Signaler
Il faut en finir avec les jérémiades sur la pénurie de développeurs. Il y a des développeurs au chômage !!! Leur faute impardonnable ? Ils ont plus de 50 ans... Et de grâce pas de fadaises sur l'obsolescence des compétences. Quand on voit comment nom...

à écrit le 14/04/2012 à 9:23
Signaler
Je me suis connecté à nos comptes employeurs POLE-EMPLOI et APEC, voilà ce qu'il en ressort : RECHERCHE PÔLE-EMPLOI : Métiers du ROME M1805 - Études et développement informatique Toute la France => 7380 CV en ligne (CAT. A, dispo immédiate) RECHERC...

à écrit le 13/04/2012 à 23:40
Signaler
Il n'y a pas de pénurie en informatique mais une gestion très court terme des compétences des salariés en société de service qui préfèrent licencier et réembaucher plutôt que de former. Il existe un chômage très élevé chez les plus de 35 ans en infor...

à écrit le 13/04/2012 à 22:15
Signaler
"François Hollande mise plutôt sur l'éducation pour résoudre le problème de la « grave pénurie de développeurs et de jeunes formés aux nouveaux métiers du numérique » qui pénalise les entreprises." L.A.M.E.N.T.A.B.L.E !!! Tout le monde sait très bie...

le 13/04/2012 à 23:17
Signaler
"le candidat du système se passera de mon vote au second tour, c'est décidé !!!" IDEM pour moi... et au 1er tour aussi d'ailleurs ! Pour info, c'est la conseillère de Hollande à l'économie numérique (fleur pellerin) qui a été manipulée par les lobb...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.