Google Livres part à l'assaut d'Amazon et d'Apple

 |   |  584  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>Reuters</small>)
Le moteur de recherche ouvre sa librairie en ligne sur Google Play, son magasin d'applications et de divertissement pour les appareils fonctionnant sous Android. Une nouvelle corde à son arc pour concurrencer Amazon et Apple sur le marché des tablettes.

Mary Higgins Clark, Patricia Cornwell, Marc Lévy ou Delphine de Vigan. Les dernières nouveautés de la littérature sont depuis jeudi matin disponibles sur Google Play. Le moteur de recherche vient d?ajouter à son magasin grand public une librairie en ligne où « plusieurs centaines de milliers de livres sont désormais accessibles », s?est félicité Philippe Colombet, directeur de Google Livres. Hachette, Editis (Plon, Robert Laffont, La Découverte?), Media Participations, La Martinière, tous les éditeurs ont répondu présent. « Les éditeurs mettent la totalité de leur catalogue numérisé. Je suis satisfait de leur volontarisme », s?est réjouit Philippe Colombet. Des milliers d?ouvrages libres de droits sont également consultables gratuitement.

La librairie est accessible sur le Web et sur tous les appareils équipés d?Android (tablettes, smartphones..). Les livres ne sont pas téléchargés, mais « stockés dans le cloud ». Une application spécifique à télécharger dans l?AppStore d'Apple permet d?accéder à sa bibliothèque sur iPad et sur iPhone, sans permettre évidemment ? concurrence frontale entre Apple et Google oblige - d?acheter des ouvrages mais seulement consulter ceux achetés ailleurs.

Google pénalisé sur la TVA par rapport à Amazon et Apple

Comme le veut la loi, c?est l?éditeur qui fixe « un prix unique », qui s?applique à tous les détaillants. Ainsi, le prix public TTC des livres numériques est identique sur Google Play, le Kindle d'Amazon et l'iBookstore d'Apple. Seule différence : les plateformes ne sont pas égales devant la TVA. Installé en Irlande pour des raisons fiscales, Google va devoir supporter la TVA locale de 23%. Une situation exceptionnelle pour le moteur de recherche, qui d?habitude ne commercialise rien auprès du grand public et n?a donc pas de problème de TVA. Sur ce terrain, son concurrent direct Amazon, qui lui a fait le choix du Luxembourg (également pour des questions fiscales), est censé s?acquitter sur le livre numérique d?une TVA à 3%. En France, la TVA sur les eBooks (qui fait l?objet d?une mise en demeure à Bruxelles) a été fixée à 7%. Le moteur de recherche a-t-il donc décidé de supporter ce différentiel de TVA, ou partage-t-il ce surcoût avec l?éditeur ? « Nous appliquons la législation irlandaise sur la TVA et la législation française sur le prix unique du livre », a botté en touche Philippe Colombet. Interrogé, un grand éditeur rétorque : « Je ne vois pas pourquoi nous ferions un effort particulier pour Google, au détriment des autres plateformes. Ce n?est pas nous qui avons choisi de nous installer en Irlande ».

Guerre sur le marché des tablettes

A priori, Google, qui vient de lancer Google Livres également en Espagne, en Italie et en Allemagne, aurait donc choisi de faire une croix sur sa marge. Mais le jeu en vaut la chandelle tant l?enjeu réel dépasse Google Livres. La compétition est rude avec Amazon et Apple sur le marché des tablettes. Selon les derniers chiffres, le moteur revendique 400 millions d?appareils sous Android en circulation dans le monde. Evidemment, Apple fait toujours la course en tête et devrait rester leader du marché jusqu?en 2016 selon Gartner avec une part de marché de 61% en 2012. Petit à petit, Amazon semble perdre un peu de terrain. Au quatrième trimestre 2011, il pesait encore 16,8% du marché des tablettes, mais plus que 4% au premier trimestre 2012, derrière Samsung et Lenovo, selon IDC. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :