SongPop, cette appli d'un Frenchy qui cartonne sur Facebook

 |   |  849  mots
DR.
DR. (Crédits : DR)
Ce jeu de test des connaissances musicales lancé en mai rassemble déjà plus de 10 millions d'utilisateurs actifs par mois dans le monde. Derrière cette success story, le Français Mathieu Nouzareth, "serial entrepreneur" qui a monté FreshPlanet à New York, et des business angels comme Xavier Niel, le patron de Free.

Même Mark Zuckerberg est fan. « SongPop est un des jeux Facebook les plus amusants auxquels j'ai joué depuis un moment » a écrit le fondateur et PDG du réseau social sur le « mur » de son profil le 21 juin dernier. Et Michael Arrington, le fondateur du site TechCrunch, trouve aussi « addictif » et « formidable » ce jeu qui permet de défier ses amis sur leurs connaissances musicales. Lancée fin mai, cette application qui se présente comme « le meilleur jeu de blind test musical du marché », a atteint en deux semaines 1 million d'utilisateurs actifs journaliers - il n'y a que 15 jeux dans ce club fermé de « millionnaires » - et est passée en six semaines de 5.000 à 7 millions d'utilisateurs actifs par mois : « c'est la première fois pour une société française » salue Julien Codorniou, responsable chez Facebook des partenariats dans les jeux en Europe. Car derrière le carton de SongPop, il y a un Français, Mathieu Nouzareth, serial entrepreneur installé à New York depuis 2009 où il a monté FreshPlanet avec son frère Romain.

Modèle économique « freemium »

La start-up FreshPlanet a été créée dans le but de développer des jeux très pointus sur Facebook, comme DreamLand, Spa Life, qui lui ont valu un succès d'estime et 10 millions de joueurs en deux ans et demi en cumulé. Mais rien à voir avec la réussite phénoménale de SongPop qui a déjà dépassé les 10 millions d'utilisateurs actifs par mois et les 2,5 millions par jour, selon le site spécialisé AppData. « Les Etats-Unis sont notre premier marché, suivis du Royaume-Uni et du Brésil. Nous sommes même tout près de franchir les 3 millions d'utilisateurs quotidiens, car AppData ne prend pas en compte les 35% de joueurs qui ne se connectent pas par Facebook mais jouent directement sur leur iPad ou leur Android » précise Mathieu Nouzareth à La Tribune.

Gratuite, l'application existe en effet aussi pour iPad et iPhone sur l'App Store et pour terminaux sous Android sur Google Play. Le modèle économique est, bien sûr, le « freemium » : l'application existe en version gratuite avec six « play-lists » pour commencer (chansons d'amour, des années 80 ou 90, etc), et en version payante (1,99 euro) sans publicité et au son en qualité HD et permettant de jouer avec plus d'amis en même temps; il est ensuite possible d'acheter d'autres listes musicales sur une soixantaine de disponibles.

250 millions de morceaux de musique écoutés par jour

« Nous commençons à introduire de la publicité, à générer un peu de chiffre d'affaires, mais pas des dizaines de millions de dollars, nous sommes encore tout petits » relativise Mathieu Nouzareth, dont l'équipe de 14 personnes est installée à Times Square. Il est aussi question de mettre en place une solution d'affiliation et de prendre une commission « symbolique » de 4 centimes sur la vente de musique d'autres sites. « Nous apportons un trafic très conséquent sur iTunes : plus de 150.000 joueurs par jour » indique le directeur général de FreshPlanet. Or, si la start-up a signé les accords de licence avec les labels, ce sont surtout les coûts d'hébergement et de serveurs qui augmentent, à raison de 60 millions de parties jouées et 250 millions de morceaux écoutés par jour ! Les accros de SongPop sont à 60% des femmes, comme souvent sur ce type de jeu grand public, et ont entre 18 et 40 ans. « Pour ma génération, j'ai 40 ans, la musique est porteuse de nostalgie, cela réveille des souvenirs. SongPop a aussi explosé grâce au marketing viral sur Twitter » explique Mathieu Nouzareth.

Un mini-réseau social autour de la musique

« Plus qu'un jeu, SongPop est une application, une plateforme de découverte de musique qui s'inscrit dans la tendance de la « gamification » du Web [utilisation des mécanismes du jeu] et se situe à la croisée du mobile et du social. Nous allons accentuer l'effet communautaire en intégrant un système de tchat sur mobile, nous espérons devenir un mini-réseau social autour de la musique » fait valoir le directeur général de FreshPlanet. La start-up a levé en tout 4 millions de dollars auprès de business angels français, CapISF et Kima Ventures, le fonds de Xavier Niel, le principal actionnaire de Free, et de son partenaire Jérémie Berrebi, mais aussi Jacques-Antoine Granjon et Ilan Benhaim, les fondateurs de Vente-privée.com.

Sans oublier SoftTech VC, un fonds californien mais fondé et dirigé par le français Jeff Clavier. Mathieu Nouzareth n'en est pas à son coup d'essai. A 23 ans, en 1995, avec son frère Romain, il avait fondé une web agency, WebConcept, revendue à IconMediaLab. En 2001, ils ont monté un distributeur de jeux Boonty.com, cédé à Nexway en 2008. Ils sont aussi à l'origine de Cafe.com, portail de jeu qui deviendra la société IsCool qui cartonne elle aussi sur Facebook avec son jeu éponyme de kiwis à collectionner. La musique étant décidément à la mode dans les jeux, IsCool vient de lancer en beta sur Facebook un jeu de collection de pochettes d'albums, Stars Connect, en partenariat avec Universal Music France.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2012 à 12:45 :
Pourquoi faut-il que les mecs créatifs et géniaux aillent créer leurs entreprises outre-atlantique??? Et ne me dites pas que c'est à cause du coût de la main d??uvre, de l'ISF ou du coût du foncier trois facteurs qui ne peuvent nullement s'appliquer ici,...
Réponse de le 24/07/2012 à 13:27 :
Parce que le climat y est beaucoup plus favorable a la création d'entreprise. Les français passent leur temps a critiquer leurs propres entreprises (voire le climat actuel contre nos constructeurs auto) plutôt qu'a les soutenir et tout représente un parcours du combattant (cotisations sociales, prud'hommes...).
Je gere ma société a Atlanta (20 personnes dans le monde) - je n'aurais jamais eu l'opportunité de le faire en France sauf si j'avais été connecte aux bonnes personnes. Aux US chacun a une chance égale...
Réponse de le 24/07/2012 à 14:14 :
@Didier ATL
@Dédé35
Je pense aussi que par notre éducation et notre culture, nous raisonnons toujours par rapport à l'échec potentiel, et eux par rapport à la réussite, l'échec étant bcp plus acceptable et accepté.
Et je crois aussi que la constitution US fait qqes très brèves pages (1 ?), et la nôtre se compte en cm d'épaisseur. Ils sont simples, proactifs et pragmatiques.
a écrit le 24/07/2012 à 12:20 :
Saviez-vous qu'il existe aussi un jeu similaire à SongPop pour le cinéma, avec des scènes de films, également développé par des Frenchys (la startup Vodkaster) ? http://apps.facebook.com/lemoviequiz/

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :