Facebook, en perte, chute malgré des résultats en ligne

 |   |  374  mots
Le fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg. Copyright Reuters
Le fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour ses premiers résultats en tant qu'entreprise cotée, le réseau social est tombé dans le rouge, comme attendu par les analystes, du fait d'éléments exceptionnels. Bien que la performance opérationnelle soit en ligne, voire meilleure que prévu, l'action est attaquée en Bourse en transactions hors séance.

Attendu au tournant pour ses premiers résultats en tant qu'entreprise cotée, Facebook est tombé dans le rouge : une perte opérationnelle de 743 millions de dollars et une perte nette de 157 millions de dollars au deuxième trimestre. Mais le réseau social avait prévenu dans son prospectus d'introduction qu'il devrait passer une charge importante (1,3 milliard) liée à aux rémunérations en actions de salariés et des effets fiscaux qui en découlent. Les résultats hors exceptionnels sont en ligne avec les attentes au niveau opérationnel. Pourtant, l'action Facebook était en fort recul dans les transactions hors séance après la clôture de Wall Street (-10% à 24 dollars), après avoir déjà décroché de 8,5% jeudi à 26,84 dollars, dans le sillage de Zynga, l'éditeur de jeux pour réseaux sociaux qui a fortement abaissé ses prévisions. Un cours de 24 dollars, ce serait un nouveau plus bas depuis son entrée sur le Nasdaq le 18 mai dernier, et une chute de 36% par rapport au prix d'introduction de 38 dollars.

955 millions de membres actifs à fin juin
Pourtant, pas de déception dans les chiffres publiés,  à la différence de Zynga. Facebook a encore gagné de nouveaux membres : le réseau social compte 955 millions d'utilisateurs actifs mensuels à fin juin, contre 901 millions à fin mars. Sur mobile, ils sont désormais 543 millions (+67% en un an), contre 488 millions à la fin du premier trimestre. Or l'un des défis de l'entreprise est de monétiser cette audience sur mobile. La société de Mark Zuckerberg est un business toujours fort rentable: la marge opérationnelle s'est élevée à 43% au deuxième trimestre, cependant en net repli par rapport à l'an dernier (53%). Le chiffre d'affaires de 1,18 milliard, légèrement supérieur au consensus, affiche une croissance de 32%. L'essentiel provient toujours de la publicité (84%), en hausse de 28% à 992 millions de dollars, un chiffre supérieur aux prévisions des analystes, le solde provenant de la division paiements (commissions sur les achats de biens virtuels dans les jeux pour l'essentiel). La firme de Menlo Park indique avoir dans ses coffres 10,2 milliards de dollars de trésorerie, dont 6,4 milliards issus de l'introduction en Bourse. De quoi prendre un peu de hauteur par rapport à son cours de Bourse.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2013 à 21:05 :
salut cv bien
:)
a écrit le 20/08/2012 à 8:00 :
Celà s' explique par une perte de terrain boursière par rapport à des valeurs comme siemens ou la générale, où sont les valeurs de la vie ?
a écrit le 28/07/2012 à 16:43 :
c un lioudi comme d'hab, se fout de tout vole tout le monde et s'engraisse...
a écrit le 27/07/2012 à 17:37 :
Résumons : Facebook a pris l'argent sur la base d'un titre de Bourse élévé. Le titre de Bourse s'écroule mais Facebook conserve l'argent, rien ne part "en fumée" sinon les économies des épargnants s'ils veanaient à vendre maintenant. Le groupe aura tout loisir d'investir pour se trouver ce qui lui manque : un business model.
a écrit le 27/07/2012 à 9:54 :
On l'avait dit Facebook coté en bourse est une arnaque, il ne vende que du vent, tous comme les banquiers qui fabriquent de l'argent à partir de rien, et qui a fait rentrer Facebook en bourse "Morgan Stanley". C'est tout simplement de la spéculation à très cour terme. Et quand à Zuckerberg qui nous sort son blouson avec la pyramide des Illuminati dans un talk show, il est un peut naïf le garçon, on voit à quoi sert Facebook aujourd'hui, à organiser des printemps arabe, instrumentalisé par le gouvernement des USA, nouvel ordre mondial oblige, alors Mr Zuckerberg n'est tout simplement qu'un salarié milliardaire de facade, un si gentil garçon... Et Zynga un cheval de troie.
a écrit le 27/07/2012 à 9:16 :
Comment se faire judicieusement abuser en bourse ? Réponse : en achetant des actions Facebook !
Cette pseudo société est une coquille vide qui vend du vent et qui va dégringoler aussi vite qu'elle est montée.! Cela s'appelle une arnaque !
Réponse de le 27/07/2012 à 9:56 :
Non justement non, ce n'est pas une arnaque, mais belle et bien une réalité, même si ça te dérange, c'est pareil.
Réponse de le 27/07/2012 à 11:11 :
@non: bien lire hector31 ! l'arnaque, ce n'est pas FB en tant que tel, mais sa mise en bourse. Je me trompe, ou bien récemment, MZ a vendu (et obtenu en billets vert) plus d'1 MMUSD ! PS Pour ce qui est de FB lui même, basé sur le concept très (voire uniquement) américain de "popularité", on a le droit de trouver ça totalement idiot/débile/infantile/suiviste/...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :