Les médias français bientôt bannis de Google ?

Le moteur de recherche a écrit au gouvernement pour prévenir que s'il devait rémunérer les éditeurs de presse, sur le modèle de la « Lex Google » allemande, il cesserait de référencer les sites français. Il avait déjà déréférencé les sites belges en 2011.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>Reuters / source Google, août 2012</small>)

La contre-attaque était prévisible. Menacé d'une taxe réclamée par les éditeurs de presse, le moteur de recherche Google a écrit au gouvernement français pour le prévenir qu'il serait « en conséquence contraint de ne plus référencer les sites français » selon le courrier adressé en octobre à plusieurs ministériels. S'inspirant du récent projet de loi allemand baptisé « Lex Google », qui prévoit de faire payer les liens hypertextes les éditeurs français ont demandé en septembre au gouvernement un projet de loi visant à obliger les moteurs de recherche, principalement Google, à les rétribuer pour chaque lecture d'un article par un internaute passé par le moteur via le versement de « droits voisins », une sorte de prolongation des droits d'auteur. La Ministre de la Culture Aurélie Filippetti a jugé « extrêmement pertinente » cette idée de créer un droit voisin mercredi, devant la Commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale et même indiqué que Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC) « y travaille. » Menace en l'air de Google ? Pas forcément !

Le précédent du bras de fer avec la presse belge
A l'été 2011, Google avait décidé de ne plus référencer les quotidiens belges, déjà au sujet d'un contentieux sur les droits d'auteur. En tapant « Le Soir » ou « La libre Belgique » dans le moteur de recherche, impossible de tomber sur ces deux médias, qui avaient purement disparu du web selon Google. Pendant trois jours, face au tollé suscité par cette forme de boycott. Mais c'est une victoire à la Pyrrhus pour les éditeurs belges puisque les articles et photographies publiés dans les journaux belges ne sont désormais plus référencés dans Google Actualités, qui représente une source de trafic importante. Dans son courrier aux ministres français, Google écrit qu'il « ne peut accepter que l'instauration d'un droit voisin pour le référencement de sites de presse français mette en cause son existence même. » Il rappelle au passage qu'il « redirige 4 milliards de clics par mois vers les pages internet des éditeurs » de l'Hexagone. Aux yeux du géant de l'Internet, « en réalité, l'ambition de ce texte est d'interdire le référencement non rémunéré. Une telle loi aboutirait à limiter l'accès à l'information, à réduire le nombre de sites français référencés sur internet mais aussi à freiner l'innovation » et même « ralentir Internet », argument classique du groupe de Mountain View. Le projet de texte actuel prévoit des peines de trois ans d'emprisonnement et de 300.000 euros d'amende pour les contrevenants.
 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 31
à écrit le 18/10/2012 à 21:35
Signaler
Le référencement d'un site par Google est gratuit. C'est un gage de liberté d'expression. N'importe quel auteur peut devenir célèbre sans débourser un sou excepté sa peine à faire vivre un site intelligent. Google gagne sa vie sur la pub afin de fina...

le 18/10/2012 à 22:47
Signaler
Dans le Libre au niveau logiciel, chaque projet a été obligé de mettre en avant LEUR moteur de recherche, et parfois, de véhiculer leurs slogans. Certes, c'est de la pub gratuite. Comme pour microsoft. Il est en effet incompréhensible que goole gagne...

à écrit le 18/10/2012 à 21:06
Signaler
La plupart des commentaires pro-google oublie que l'objectif de Google n'est pas de faire circuler l'information c'est de ramener les clients vers lui. Quoi qu'on dise, on ne peut pas accepter un trust qui fasse plier les états, personne ne vote pour...

le 19/10/2012 à 0:14
Signaler
Il faut bien comprendre que dans les revenus/activités de Google, la France c'est de l'ordre de la taille d'une mouche sur le cul d'une vache (expression texane) ...

le 19/10/2012 à 11:28
Signaler
@jboss: l'objectif de Google est avant tout de faire du FRIC et c'est bien normal, et elle le fait en apportant un service innovant, performant, et qui repond au besoin des internautes, ainsi qu'en investissant massivement dans la recherche & develop...

à écrit le 18/10/2012 à 20:31
Signaler
Google a raison c'est encore une atteinte a nos libertes et un raqette organise par la gauche caviar qui va nous ponpes jusqu'a l'os

à écrit le 18/10/2012 à 20:07
Signaler
ca serait bien que google les dereference... ca leur remettrait l'ego a sa place; au bout de deux mois ils perdraient 80% de leurs traffic...

le 18/10/2012 à 22:14
Signaler
Juste ce que je pensais...

le 18/10/2012 à 22:52
Signaler
Vous êtes à côté de la plaque c'est - de 40% pas 80%

à écrit le 18/10/2012 à 19:52
Signaler
la presse a des difficulté; soit. ce n'est pas une raison pour taxer le métier des autres.

le 18/10/2012 à 20:08
Signaler
Sauf que le métier des "autres", Gerard, est de pomper TOUT le savoir de la planète afin de le monnayer. Et il ne le cache même pas car ils l'ont annoncé publiquement.

à écrit le 18/10/2012 à 19:15
Signaler
Alors là, attention ! Google n'est pas le premier pigeon venu...

le 18/10/2012 à 22:14
Signaler
Si bien sûr, vous avez rien compris...

à écrit le 18/10/2012 à 19:13
Signaler
On s'en contre - fou, il y a déjà pléthore d'information et quand je dis "information", il s'agit bien souvent de la même information reprise par tous les médias et qui tourne en boucle. On peut donc bien se passer des services de Google, par contre,...

à écrit le 18/10/2012 à 19:08
Signaler
Je ne vois pas ou est le soucis, GOOGLE ne référence plus donc n'est plus concerné ? Ou est au juste le problème ? Comme le but est de faire payer GOOGLE alors qu'il est le moteur de recherche et non l'éditeur en quoi sortir de GOOGLE sera un problèm...

le 19/10/2012 à 14:30
Signaler
Absolument, il y a d'autres moteurs de recherches qui fonctionnent tout aussi bien (perso je n'utilise jamais Google !).

le 19/10/2012 à 14:58
Signaler
Sauf qu'il est clair que la frequentation chutera sensiblement sur les sites en question (car beaucoup de gens utilisent Google parce que c'est justement percu comme etant meilleur que d'autres moteurs. Voir comment Google a grignote les parts de mar...

à écrit le 18/10/2012 à 19:01
Signaler
Google a tout à fait raison....si les sites de presse francais ne sont plus référencés ils meurent...et je serai curieux de savoir combien ils pourront vendre leurs espaces publicitaires si ils ne sont plus référencés...merci une fois de plus à notre...

le 18/10/2012 à 20:04
Signaler
Tiens...? Tomtom qui reconnait lui-même que goole ne fait que nous exploiter pour mieux placer sa pub... Merci, Tom. Et restes bien attentif aux pub.

à écrit le 18/10/2012 à 18:47
Signaler
Logique, en vertu de la Loi, si Google Actu continue de référencer les medias français, il paye une taxe. s'il ne les référence pas, il ne paie rien. Honnetement, que feriez-vous a leur place ?

à écrit le 18/10/2012 à 18:31
Signaler
Absurde coup de gueule contre Google ? Avoir une vingtaine de blogs via Google (http://pamphletaire.blogspot.fr/search/label/Google) et utiliser régulièrement les outils gratuitement mis à disposition par le géant américain ne m?empêche pas de payer...

le 18/10/2012 à 18:52
Signaler
Amusant, Decrauze. Goole m'envoie TOUS LES MOIS un "cadeau" de 75 Euros pour que j'utilise leurs "services". Que je refuse systématiquement, d'ailleurs. Mais cherchons l'erreur. Car le but de leur manoeuvre est de me cerner pour mieux ... m'exploiter...

le 18/10/2012 à 19:03
Signaler
t'exploiter? mdr la théorie du complot!!!

à écrit le 18/10/2012 à 18:28
Signaler
Google ne paye pas assez de taxe vu son profit en europe et surtout en France. Et il n'est pas seul moteur de recherche... on peut toujours allez voir ailleurs...

le 18/10/2012 à 18:53
Signaler
yahoo ou bing , effectivement il faut arréter de se faire dicter sa loi par quelques sociétés prétentieuses

à écrit le 18/10/2012 à 18:11
Signaler
D'ailleurs, est-il vraiment notre "ami"...?? Surtout que de nombreux concurrents existent, puis, à tout hasard, voyez le nombre de moteur scrutés par Ixquick. Chacun d'eux a un fil d'actus...

le 18/10/2012 à 20:23
Signaler
Sauf que tes moteurs devront payés aussi, ce qu'ils ne feront pas. Donc ta remarque est débile.

à écrit le 18/10/2012 à 18:03
Signaler
Je trouve que les médias français veulent le beurre et l'argent du beurre. Ils ne peuvent pas vivre de la vente d'impressions publicitaires qui dépendent de l'audience, dépendre pour cette audience à + de 40% de Google et donc gagner de l'argent grâc...

le 19/10/2012 à 12:24
Signaler
En préambule, le parasitisme escompté de la presse française n'a rien à voir avec l'incurie de nos gouvernants successifs à mettre en ?uvre une taxation justifiée de l'exploitation par Google de l'internet français (pour autant qu'il existe) ou tout ...

le 19/10/2012 à 12:41
Signaler
Ah ah, tres bon :)

le 19/10/2012 à 17:39
Signaler
Excellent :-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.