Amazon fait les yeux doux aux auteurs pour remporter sa guerre contre Hachette

 |   |  446  mots
Selon la presse américaine, le géant de la vente en ligne souhaite faire davantage de marge notamment sur le livre électronique. (Photo : Reuters)
Selon la presse américaine, le géant de la vente en ligne souhaite faire davantage de marge notamment sur le livre électronique. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Le géant du e-commerce américain propose de reverser aux auteurs la totalité des recettes sur les livres électroniques pendant les négociations en cours avec Hachette Book Group. Il est en conflit depuis plusieurs mois avec la filiale américaine de l'éditeur français.

Amazon veut reprendre la main dans sa guerre commerciale contre Hachette en proposant de verser aux auteurs publiés par la filiale américaine de l'éditeur français la totalité des recettes issues des ventes de leurs livres électroniques.

Amazon sucre ses marges pendant les négociations

Cette proposition consiste à verser "100% des ventes sur chacun de leur livre électronique vendu" aux écrivains pendant les négociations commerciales en cours entre Amazon et Hachette Book Group, selon un courrier envoyé à un petit groupe d'auteurs et à leurs agents par l'un des vice-président d'Amazon David Naggar.

Il se propose aussi de suspendre tous les retards de livraison et d'en finir avec les ajustements de prix mis en place pour forcer la main à Hachette.

 Retard dans les livraisons 

Comme avec la première offre, qui proposait la création d'un fonds d'indemnisation pour les auteurs victimes du conflit, l'éditeur a décliné poliment.

Les deux groupes ont un contentieux depuis plusieurs mois, qui a repoussé la livraison de certains ouvrages d'Hachette Book Group et supprimé la possibilité de réserver Le ver à soie (The Silkworm), un livre signé Robert Galbraith, pseudonyme de J.K. Rowling, l'auteur de la saga Harry Potter. Amazon reconnaît également ne pas avoir renouvelé ses stocks de livres-papiers édités par Hachette.

"Nous pensons que le meilleur intérêt des auteurs est un contrat avec Amazon qui contient de véritables bénéfices en termes de marketing et dont les termes permettent à Hachette de continuer à investir dans les écrivains, le marketing et l'innovation", a déclaré à l'AFP la porte-parole de l'éditeur.

"Une solution qui incite les auteurs à prendre partie contre leurs éditeurs"

L'"Authors Guild" - l'association américaine de défense des intérêts des écrivains - a également sa part rejeté cette proposition.

"Ça apparaît comme une solution à court terme qui incite les auteurs à prendre partie contre leurs éditeurs (...) Elle nous laisse au milieu du conflit", a déclaré au New York Times, Roxana Robinson, l'une des membres de l'association.

La contre-attaque d'Amazon n'a pas tardé. Hachette "fait clairement savoir qu'il veut que ses auteurs restent au milieu de cette négociation parce qu'il espère que ça lui donne un levier dans les négociations", a critiqué auprès de l'AFP le groupe américain. 

Le géant de la vente en ligne souhaite réaliser davantage de marge notamment sur le livre électronique, dont il voudrait faire baisser le prix et où il est l'un des principaux acteurs grâce à sa liseuse Kindle, pointe la presse américaine.

>> Lire : Selon une étude, Amazon fait de la vente à perte sur ses "Kindle"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2014 à 12:33 :
J'ai essayé les livres électroniques...Je n'ai pas l'impression de lire un livre... parce que ce n'est pas un livre avec une couverture, des pages à tourner, le papier que l'on touche. Je ne retrouve pas dans le livre électronique ce plaisir de prendre, ouvrir, feuilleter un livre papier, la promesse d'un bon moment. Le livre électronique n'a pas d'histoire, comme les US d'ailleurs, dont est originaire Amazon. Le Livre selon Amazon et la culture US en général, c'est d'abord des profits. Ogm, poulets javellisés, veaux aux hormones... livres c'est tout pareil. Comment après ça ne pas penser US GO HOME.
a écrit le 09/07/2014 à 10:13 :
Sur Amazon, les livres électroniques des éditeurs français sont souvent plus chers que leur version livre de poche (qui demande impression, stockage, manutention et livraison... et parfois mise au rebut). Cette situation est totalement anormale et pénalise surtout les auteurs, qui pourraient voir leur rétribution améliorée.
Mais voilà les éditeurs français qui fixent les prix sont dans un conservatisme absolu.
Surtout si on compare aux éditeurs américains (il m'est arrivé d'acheter des livres numériques 5 fois moins cher que la version papier, dont l'impression couleur et le faible tirage était pénalisant pour l'auteur).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :