Internet : qui s'en sert dans l'OCDE, et pour quoi ?

 |   |  739  mots
Dans l'OCDE, 41% des internautes se connectent désormais avec un téléphone portable ou un smartphone.
Dans l'OCDE, 41% des internautes se connectent désormais avec un téléphone portable ou un smartphone. (Crédits : reuters.com)
Huit adultes sur dix se connectent désormais à internet dans la zone couverte par l'Organisation de coopération et de développement économiques, relève l'institution dans un rapport. Environ la moitié des internautes fréquentent des réseaux sociaux et achètent des biens et des services en ligne.

L'utilisation d'internet évolue, mais dans quel sens? A cette question, essentielle tant pour les entreprises que pour les gouvernement dans l'établissement de leurs stratégies, tente de répondre l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), dans un rapport publié mercredi 10 décembre et intitulé Mesurer l'économie numérique, Un nouveau regard. Il en ressort le portrait d'une population adulte de plus en plus connectée, bien que de manière plus ou moins marquée selon les pays.

  • Alors que dans l'ensemble des pays de l'OCDE moins de six adultes sur dix se connectaient à internet en 2005, la proportion d'internautes atteint désormais 79% en 2013. De forts contrastes subsistent néanmoins entre les pays. Ainsi, alors que plus de 90 % des habitants du Luxembourg, des Pays‑Bas, des pays nordiques et de la Suisse avaient accès à l'internet l'année passée, ils n'étaient que 60 % tout au plus en Grèce, en Italie, au Mexique et en Turquie. En France, huit adultes sur dix surfent sur le web.
  • Dans l'OCDE, la proportion d'internautes atteint même 95 % chez les jeunes. Le fossé générationnel concernant l'utilisation de l'internet demeure généralement plus marqué dans les pays dont le développement en la matière est le moins avancé.
  • Quant au temps passé sur la toile, près de deux tiers des adultes utilisent Internet tous les jours dans les pays de l'OCDE. Les jeunes de 15 ans consacrent normalement environ trois heures par jour à l'internet, qu'ils sont en outre plus de 70 % à utiliser à l'école.
  • En termes d'utilisations, six internautes sur dix fréquentent des réseaux sociaux et pas loin de la moitié achètent des biens et des services en ligne. En revanche, seulement un tiers environ ont recours aux services d'administration électronique et seul un sur dix prend des rendez-vous médicaux sur internet.
    A cet égard également, les différences restent néanmoins marquées entre les pays. Au Danemark et au Royaume-Uni, les internautes qui effectuent des achats en ligne sont plus de 80%, contre moins de 30% au Chili, en Estonie, au Mexique et en Turquie. Le nombre d'internautes ayant des activités bancaires en ligne va de 90% en Estonie, en Finlande et en Norvège, à moins de 20% au Chili et en Grèce. La France se situe pour quasiment tous les usages au dessus de la moyenne, sauf pour la lecture des actualités.
  • Les entreprises suivent le mouvement et tentent de s'y adapter. En 2012‑13, presque huit sur dix disposaient de leur propre site ou page web dans l'OCDE. Les petites entreprises étaient aussi quasiment toutes connectées au Canada, Danemark, en Finlande, France, Islande, en Corée et en Suisse et à environ 80% en Grèce et en Pologne. Plus de huit entreprises sur dix faisaient usage des services d'administration électronique. Seulement 21% d'entre elles proposaient toutefois des produits à la vente en ligne.
  • La diffusion d'internet est aussi portée par celle de l'utilisation du mobile. Dans l'OCDE, 41% des internautes se connectent en effet désormais avec un téléphone portable ou un smartphone. En 2013, plus de 75 % des utilisateurs actifs de Facebook se sont connectés à ce réseau social depuis un appareil mobile et en Corée, au Danemark, au Royaume‑Uni et en Suède, près de 20 % ont effectué des achats en ligne depuis un tel support, détaille l'OCDE. En moins de deux ans, le nombre de pages consultées depuis un appareil mobile ou une tablette est passé de 15 à 30 % du total des consultations.
  • Le haut débit croît également. En quatre ans à peine, le nombre d'abonnés au haut débit hertzien (supérieur à 10 Mbit/s) a plus que doublé dans la zone de l'OCDE. Ainsi, près de trois personnes sur quatre disposaient d'un accès internet à haut débit via leur abonnement de téléphonie mobile en décembre 2013. Les entreprises de la zone OCDE ayant un accès au haut débit sont 94%. De nets écarts subsistent néanmoins en matière de débits offerts et de prix pratiqués puisqu'à la fin de l'année dernière, la proportion d'abonnés au haut débit dans les pays de la zone allait de plus de 70 % à moins de 2 %.
  • En ce qui concerne les prix d'ailleurs, d'un pays de l'OCDE à l'autre, les utilisateurs de smartphones payent parfois jusqu'à sept fois plus pour un même panier de services mobiles, note l'OCDE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2014 à 22:16 :
Encore faut-il accorder un minimum de "confiance" en l'ocde...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :