Comment les services secrets allemands et la NSA ont espionné la France

 |   |  1043  mots
Dans une audition à huit clos par la commission d'enquête allemande, dont la teneur vient d'être révélée, un agent de la BND a expliqué comment les services secrets utilisaient le réseau de France Télécom pour espionner les Français.
Dans une audition à huit clos par la commission d'enquête allemande, dont la teneur vient d'être révélée, un agent de la BND a expliqué comment les services secrets utilisaient le réseau de France Télécom pour espionner les Français. (Crédits : © Pawel Kopczynski / Reuters)
Les services secrets allemands ont espionné la France pour le compte de la NSA. C’est ce que confirment, documents à l’appui, le lanceur d’alertes autrichien Peter Pilz et les députés écologistes Eva Joly et Sergio Coronado. Les documents que les trois parlementaires ont révélés ce vendredi montrent que l’agence de renseignement allemande aurait agi de 2005 à 2008 dans 31 pays d’Europe, avec le concours de l’opérateur Deutsche Telekom.

Deux ans jour pour jour après les révélations fracassantes d'Edward Snowden sur les pratiques de surveillance généralisées de la NSA, le scandale rebondit. Cette fois, il touche le BND, les services secrets allemands, et proviennent du député vert autrichien Peter Pilz, spécialiste des questions de surveillance depuis vingt-cinq ans.

L'homme, également fondateur du parti Vert autrichien et membre de la commission de surveillance du renseignement de son pays, éclaire d'une nouvelle lumière les pratiques des services secrets allemands, le BND, pour le compte de la NSA. Pilz a eu accès à des documents provenant de la commission d'enquête parlementaire allemande sur les pratiques de la NSA.

Ces documents, que La Tribune a pu partiellement consulter sans pouvoir en attester l'authenticité, montrent que le BND a espionné la France par l'intermédiaire du groupe de télécommunication Deutsche Telekom, qui lui-même utilisait le réseau de France Télécom, racheté depuis par Orange.

Interception des métadonnées mais aussi du contenu des appels, SMS et emails

Ainsi, sur commande des services secrets allemands, qui travaillaient main dans la main avec la NSA, l'opérateur aurait intercepté des appels téléphoniques, SMS, emails et données de navigation Internet gérés par France Télécom mais transitant par l'Allemagne. Le système ne visait pas seulement à collecter des métadonnées sur certains citoyens et entreprises françaises, mais aussi le contenu des échanges. L'opération se serait étalée de 2005 à 2008, au moins.

Ces révélations interviennent dans un contexte tendu outre-Rhin et en Europe autour du renseignement. Alors que la France s'apprête à voter une loi très controversée qui permet d'étendre le champ d'action des services de renseignement, la presse allemande multiplie, depuis deux mois, les révélations sur les pratiques d'espionnage de masse du BND et de la NSA. Les services secrets allemands sont notamment accusés d'avoir espionné des entreprises et personnalités politiques européennes, y compris françaises, de 2008 à 2015, pour le compte de l'agence américaine.

31 pays européens espionnés et notamment la France

Le BND et la NSA collaborent depuis la signature, en 2002, d'un "Memorandum of Agreement", permettant de récolter des informations sur les lignes de Deutsche Telekom. Mais l'opérateur n'a été intégré au dispositif à partir du 1er mars 2004, comme l'explique Peter Pilz à La Tribune.

"Peu après le début de la collaboration entre le BND et la NSA, les services secrets allemands se sont rendus compte que les Etats-Unis surveillaient aussi des citoyens et des entreprises allemandes. Le 1er mars 2004, la BND a sont donc signé l'accord dit "Geschäftsbesorgungsvertrag Transit". Son but était de redéfinir les termes de l'espionnage. Pour que la NSA n'ait pas accès à des données concernant les intérêts allemands, ils se sont mis d'accord pour surveiller uniquement le "transit", c'est-à-dire le trafic de communications déployé sur le câble, qui ne concerne que des flux émis et reçus hors du sol allemand".

Au total, 31 pays pourraient avoir été victimes de cette surveillance. Juste pour l'année 2005, le BND et la NSA ont sélectionné 256 "lignes de transit" à espionner dans toute l'Europe. Chacune d'entre elles transporte des "flux massifs d'informations", selon Peter Pilz.

Avec 78 lignes surveillées, les Pays-Bas s'imposent comme le pays le plus espionné. La France arrive en 2è position, avec 51 lignes de transit ciblées. La Pologne et le Danemark (28 lignes chacun), la Suède (27), la Norvège (22) et la Belgique (17) ont aussi beaucoup intéressé le BND et la NSA. En revanche, tous les câbles concernant la Grande-Bretagne ont été exclus de la surveillance.

France Telecom, complice ou victime ?

Concrètement, le BND a installé une cellule de 15 personnes dans les locaux de Deutsche Telekom pour gérer ces flux de données. Dans une audition à huit clos devant la commission d'enquête sur la NSA au Bundestag, le 4 décembre dernier, un agent du BND a expliqué en détails le modus operandi:

"Nous avons installé un "splitter" [une bretelle de dérivation, ndlr] sur les routes de communication, qui sont électriques ou par fibre optique. C'est comme si on connectait une deuxième télé à une antenne de télévision. Une partie du flux va à l'opérateur [France Télécom dans le cas de la France, ndlr] une autre au BND".

France Télécom, devenu Orange, pouvait-il ignorer que les services secrets allemands "pillaient" son réseau ? Contactée par La Tribune, la direction du groupe se refuse à tout commentaire. "On est et on n'était pas au courant", indique toutefois une source interne. Peter Pilz veut bien le croire.

"A part Deutsche Telekom, je ne crois pas que les opérateurs télécoms aient été impliqués. Car techniquement, ils n'avaient pas besoin de prêter leurs lignes à Deutsche Telekom. Donc pourquoi auraient-ils été informés ? Ceci dit, il faut le vérifier, et cela passe par l'ouverture, par Orange, d'une enquête interne".

"Le parquet de Paris doit ouvrir une enquête préliminaire"

Sur la base de ces révélations, présentées au cours des derniers jours dans plusieurs pays, la Belgique, les Pays-Bas et l'Autriche ont déjà annoncé leur intention d'enquêter.

"Les éléments que nous apportons, qui montrent que la vie privée de citoyens et le secret des affaires de certaines entreprises ont été violés, sont suffisamment graves pour justifier l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Paris, ville où se situe le siège social d'Orange", plaide l'eurodéputée écologiste Eva Joly.

"C'est d'autant plus nécessaire que retrouver les victimes de cet espionnage est non seulement possible, mais pas difficile", ajoute Peter Pilz. Car les relevés d'interception de Deutsche Telekom sur les câbles gérés en France par France Telecom/Orange contiennent des caractéristiques qui peuvent permettre de remonter à l'identité des personnes ciblées.

Reste à savoir si Orange, dont les relations incestueuses avec les services de renseignement français ont été pointées du doigt, sera disposé à faire la lumière sur les pratiques de son collègue allemand.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/06/2015 à 14:35 :
Et ce sont des députés qui plaident pour une enquête pas le gouvernement actuel ??? Ils attendent quoi pour réagir???
a écrit le 07/06/2015 à 7:50 :
J'adore ces articles émus. Quand on sait que le moindre commentaire sur ce type de considération (la guerre économique livrée à ceux qui s'opposeraient au nouvel ensemble transatlantique doté d'un gouvernement technocratique non élu) était systématiquement dénigré ou censuré il y a encore peu. Mais gageons que la prise de conscience actuelle annonce simplement qu'il n'est plus possible de faire dérailler cette belle construction liberticide. Les états nations comme la France sont de fait déjà morts et leurs élites en sont non seulement conscientes, mais instrumentales quant à ce destin. Au nom de quoi? De la liberté? De la paix? De la sécurité? Du respect de nos valeurs? De l'avenir de nos enfants?
a écrit le 06/06/2015 à 19:27 :
Les Allemands sont devenu les Américains de l'Europe... des faucons, ou des vrais...Qu'ils sont chanceux, et en plus en cadeau, ils vont payer la faillite de la Grèce et de l'Ukraine.
a écrit le 06/06/2015 à 19:01 :
Depuis 30 ans, Orange ex FT, abrite un bureau de la DGSE maintenant DGRI pour espionner les clients. Même les filiales à l'étranger sont utilisées.
a écrit le 06/06/2015 à 13:30 :
Quelle parano et "tous les 15 jours" on remet ça ! La France, on est tranquille n’espionne personne !
Réponse de le 06/06/2015 à 18:25 :
ben oui, finalement ce n'est pas très grave se fasse espionner par nos grands amis les allemands. Circulez, il y a rien à voir... et chutt faut pas les froisser surtout-)
a écrit le 06/06/2015 à 12:37 :
Et la France, émue et reconnaissante, envoie une réplique de "L'Hermione" aux États-Unis comme une preuve de son amour inconditionnel envers les maîtres du monde. Cherchez l'erreur.
a écrit le 06/06/2015 à 11:12 :
Il est clair qu'il faut tout faire pour que le traité transatlantique ne soit pas signé. Angela est pour. J'ai bien peur que chez nous d'un coté comme de l'autre ça suive bêtement et alors adieu l'indépendance. Le Général de Gaulle doit se retourner dans sa tombe.
Question espionnage, Orange doit faire pareil. Alors porter plainte ne doit pas être si facile que ça

J
a écrit le 06/06/2015 à 9:54 :
je m’étonne de la crédulité actuelle, les services secrets s'espionnent en eux et ou coopèrent entre eux
ce ne serait pas une lapalissade
a écrit le 06/06/2015 à 8:38 :
Il fallait bien recaser tous les employés de la STASI lors de la réunification ....
Réponse de le 06/06/2015 à 11:14 :
À commercer par la Merkel ?….;-)
a écrit le 06/06/2015 à 6:42 :
Est-ce la RFA qui a absorbé la RDA ou la RDA qui a annexé la RFA ?
Les gens n'apprennent jamais rien de l'histoire et ça recommence, encore et encore.
a écrit le 06/06/2015 à 1:06 :
ja, nous avoir espionné petits Franzoze, vous devoir continuer à acheter made in Germany. Nous grosse amis de la France. hihihi
Réponse de le 06/06/2015 à 6:45 :
J'n'achète plus, je boycotte l'allemagne dès que je peux jusqu'à nouvel ordre, l'amitié franco-allemande n'existe plus, pff, on voit bien ce qu'ils en pensent les teutons.
Réponse de le 06/06/2015 à 12:41 :
Ou vous êtes un homme fortuné (et qui n'achète que du français ou du britannique), ou alors vous n'achetez que du made in China. Moi j'achèterai toujours selon mes convenances et par rapport aux prix et à la qualité du produit, je ne fais pas ce genre de politique enfantine. Autrement je n'achèterai plus de fruits en venant d'Israël ni de l'Egypte !
Réponse de le 06/06/2015 à 18:22 :
ja, très bon réaction, vous bon collaborateur-) aber acheter allemand, grosse priorität. Nous allemands achetons d'abord allemand car Deutsche Qualität, produits Franzozen pas bon Qualität.
Réponse de le 06/06/2015 à 20:54 :
Justement, je boycotte les produits Israeliens !
Cette politique "enfantine", c'est pourtant la politiques de nombreux pays. Moi, j'achète selon l'interet futur de mes enfants !
Réponse de le 06/06/2015 à 21:09 :
@xavier marc
Corrigez moi si je me trompe , mais chez nous prononcer le terme de Boycotte les produit d un pays et punis par la loi , faites attention a vos affirmations , cela concernait les produits de l état hébreu
Réponse de le 06/06/2015 à 23:38 :
les allemands font bien du patriotisme économique (en plus de nous espionner), pourquoi n'en ferions-nous pas?
a écrit le 05/06/2015 à 21:50 :
Belle chancelière toi qui a passé un petit message au parti des Républicains!!! tu la bien n..... le Kamarade Nicolas mais également le kamarade Jacques lui il est évident qu'il était sur un nuage plus dans le baise main, un peu trop penché!!!! peut-être. Bravo Mme Merkel la médiocrité de Nicolas mais également de François deux clones de l'imbécilité de la gouvernance française, lèche botte avec le va t en guerre à Paris avant de partir, et qui écrasent lamentablement à Berlin, tu as du bien rire Angela, je te comprends nous moins, mais enfin nos politiques nous font tellement passés pour des c..s que je ne t'en veux pas, il faut dire que certains continuent à mettre un bulletin dans l'urne de l'imbécilité politique française et pire certains paient pour être encore plus c...s avec la main dans le portefeuille, ils se nomment les militants.
Pour ce qui est des US nous avons la encore le lèche botte fasciné par M. G. Bush notre Mister bling bling national puis nous sommes passés à une fascination identique de notre capitaine Pédalo reçu en grande pompe, un au c.., par M. Obama
a écrit le 05/06/2015 à 21:21 :
Si on excepte l'Angleterre, le béni oui-oui des US, l'autre pays intéressé par le Traité Transatlantique, c'est l'Allemagne de Merkel. Que les SS (services secrets) de l'Allemagne et des US travaillent ensemble n'étonnera personne.
A noter aussi: "En revanche, tous les câbles concernant la Grande-Bretagne ont été exclus de la surveillance."
US, Angleterre et Allemagne, même combat. S'il y a un pays à sortir de l'Europe, c'est l'Allemagne.
a écrit le 05/06/2015 à 20:37 :
Et notre gouvernement qui ne dit rien à notre voisin d'Outre Rhin, un scandale !
Quand allons nous mettre fin à cette relation spéciale avec l'Allemagne ? Il n'y a rien à attendre de ce pays. La France a vraiment la mémoire courte vis à vis de l'Allemagne. Il n'y a pas de solidarité entre nos deux pays mais juste une relation du dominant-dominé.
Réponse de le 05/06/2015 à 22:05 :
Chantons tous ensemble à pleins poumons : L'EUROPE UNIE JAMAIS SERA VAINCUE ! L'EUROPE UNIE JAMAIS SERA VAINCUE ! L'EUROPE UNIE….
a écrit le 05/06/2015 à 20:09 :
Une nouvelle qui tombe très mal pour l'image déjà délabrée de l'UE à ce moment…… et elle commence déjà à faire le tour du monde…..
Réponse de le 05/06/2015 à 21:34 :
Il ne serait pas impossible que vous ayez AUSSI mal lu l'article : l'INITIATIVE EST de la nsa... Soit, encore une fois, les US qui DIRIGENT l'"europe"... Et, anciennement, le monde.
Réponse de le 06/06/2015 à 7:28 :
Arrêtez de chercher la cause de tous nos maux dans l'UE, ça devient enfantin.
Réponse de le 06/06/2015 à 11:16 :
Arrêtez de chercher la cause de tous nos maux dans les Etats-Unis de l'Amérique, ça devient maladif.
a écrit le 05/06/2015 à 20:03 :
Il n'y avait pas eu de réaction du Président et de son gouvernement lors de l' annonce précédente, il n'y en aura pas non plus cette fois pour ne pas facher Mme Merkel

le niveau de compréhension des enjeux liés à la sécurité des données par les politiques est proche de 0.
Réponse de le 05/06/2015 à 21:09 :
On s'en fout de l'Allemagne c'est la France qui devient la risée du monde.
a écrit le 05/06/2015 à 19:13 :
Ces mêmes USA qui exigent que la France ne livre pas des Mistral dument commandés et payés par un pays qui (en tout cas jusqu'à l'heure actuelle) n'est pas un ennemi de la France ! et l'Allemagne, l'arroseuse arrosée (car les USA ont espionné Frau Merkel même dans son intimité), ne cesse pas de dire "Nous voulons une Europe de plus en plus unie" !!! c'est n'importe quoi le monde occidental de nos jours, le grand cirque du cynisme, un sommet d'hypocrisie sur le dos des contribuables et électeurs, Babel, Babylone si comparées, ne seraient que des kindergarten.....
a écrit le 05/06/2015 à 18:18 :
personne ne doute que les francais espionnent aussi, les russes aussi, les chinois aussi, les bresiliens aussi, les brits aussi, les marocains aussi, les....
Réponse de le 05/06/2015 à 18:41 :
Incroyable, l'Allemagne nous espionne pour le compte des USA et finalement tout cela serait normal. Il me semble qu'une autre lecture est possible. On peut par exemple se demander pourquoi ce n'est pas la France qui a espionne l'Allemagne pour le compte des US, pour la GB etait exclue du dispositif d'espionnage allemande? En d'autres termes s'il est normal de chercher a espionner, il est preferable de ne pas trouver normal de reussir a se faire espionner...
Réponse de le 05/06/2015 à 18:54 :
Pas les Brésiliens, voyons, ils n'ont pas les sous ! ni les Marocains ils n'ont pas la technologie ! peut-être que le Brésil espionne l'EDF pour apprendre à comment jouer le foot, c'est ça…. lol
Réponse de le 05/06/2015 à 18:59 :
Merci pour ce scoop, mais là, les allemands n'enquêtent par pour leur propre compte mais pour les américains, Il nuisent donc à l'UE, Airbus et toutes les coopérations françaises au sein de l'UE. Le question est: pourquoi la France n'a t'elle pas engagé une procédure d'enquête? Puisque l'Allemagne ne respecte pas le priorité de la solidarité européenne.
Réponse de le 05/06/2015 à 19:25 :
désolé, je ne suis pas d'accord avec vous pour les brésiliens, ils sont toujours plus occupés d'aller à la plage et à jouer de la samba que de venir nous espionner… parole d'expert en brésiliens (et en brésiliennes)…. ;-)
Réponse de le 05/06/2015 à 20:12 :
Hum, il y a déjà eu des barbouzes brésiliens arrêtés en Guyane qui surveillaient Kourou dans les années 80/90. A l'époque, on craignaient plutôt qu'ils excitent les indépendantistes. Et actuellement, c'est plutôt de l'espionnage économique concernant l'aéronautique et l'exploitation des plates formes pétrolières en eaux profondes.
Réponse de le 05/06/2015 à 20:33 :
comment les marocains nous espionnent ? il faut arreter la moquette…
Réponse de le 05/06/2015 à 21:15 :
Perso je ne crois pas, les brésiliens sont trop désorganisés pour faire de l'espionnage, une tache qui exige de la discipline systématique et de l'intelligence. C'est pas pour les brésiliens, faut juste voir comme ils sont dans le foot…. :))
Réponse de le 05/06/2015 à 21:20 :
Le Brésil : Futchball et jolies pépés ?
La culture, c'est comme la confiture sur une tartine ...
Embraer, constructeur brésilien est juste le troisième après Boeing et Airbus, un détail.
La plupart des fonctionnaires travaillent dorénavant sous Linux (distribution locale), car le gouvernement ne font plus confiance à Windows et ses backdoors.
Alors, je ne serai pas étonné qu'ils disposent de services secrets compétents, notamment de contrespionnage pour se protéger du géant nord-américain.
Réponse de le 06/06/2015 à 11:18 :
….et elle joue dans quelle équipe déjà ? :-))

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :