«Les théories du complot, comme les religions, permettent de s'extraire de l'inconfort du hasard»

 |  | 1759 mots
Lecture 9 min.
(Crédits : Kacper Pempel)
INTERVIEW. Alors qu'une théorie du complot selon laquelle l'élection présidentielle américaine aurait été "volée" à Donald Trump a poussé certains de ses soutiens à investir le Capitole (Washington) mercredi, La Tribune a interrogé Sylvain Delouvée, maître de conférences en psychologie sociale à l'Université Rennes 2, spécialisé dans les croyances collectives. Quels sont les mécanismes derrière ces fameuses rumeurs sur Internet ? Comment devient-on complotiste ? Peut-on encore se débarrasser des fake news et autres méthodes de désinformation ? Décryptage.

LA TRIBUNE - Les fake news et les théories du complot sont largement médiatisées depuis l'élection présidentielle américaine de 2016. Depuis, chaque événement majeur d'actualité semble être propice à la désinformation en ligne. Comment expliquer cet écho ?

SYLVAIN DELOUVÉE - La désinformation, les théories du complot et autres rumeurs sont aussi vieilles que le monde et les systèmes d'information. Mais il est vrai que nous assistons ces dernières années à une explosion de leur diffusion et de leur impact, en partie dû aux réseaux sociaux et à Internet. Ces derniers rendent accessible à n'importe qui les nouvelles les plus farfelues, de façon quasi-immédiate, en quelques clics.

Je remonterais jusqu'au 11 septembre 2001 pour dater le développement et la professionnalisation du complotisme en ligne. Suite à cet attentat inimaginable -les Etats-Unis, première puissance mondiale, été attaqués pour la première fois sur leur propre sol- des pseudo-experts ont commencé à faire du prosélytisme sur leurs croyances et présenter des versions alternatives de la vérité. Depuis, la diffusion de fausses nouvelles va crescendo au gré des actualités qui ont un retentissement international, comme les virus par exemple : Ebola, Zika, et désormais, la Covid-19.

En raison de la pandémie mondiale du coronavirus, l'année 2020 a été particulièrement marquée par diverses théories du complot concernant l'existence même du virus, les masques et les vaccins... Les crises (sanitaire, économique...) sont-elles des accélérateurs de fake news ?

Les périodes de crise sont des catalyseurs de fake news car ce sont des mouvements d'instabilité. Or, l'être humain a une tendance naturelle à un besoin de contrôle, de quête de sens et d'explications. Cela peut donc conduire à une fascination envers les explications complotistes car elles se veulent simples et évidentes.

Prenons l'exemple du coronavirus, cette pandémie si importante qu'elle a mis le monde à l'arrêt depuis presque un an. Cela paraît tellement inconcevable que, pour certaines personnes en quête de réponses, cela ne peut pas être simplement dû au hasard, à un pangolin ou à une chauve-souris...

Schématiquement, quelles sont les différentes étapes de construction des théories du complot ?

A chaque fois, les complotistes appuient sur le bon sens en posant des questions. Par exemple, à l'époque de l'attentat du World Trade Center : "N'est-il pas étrange de retrouver intact un passeport au pied des tours qui ont été détruites ?" Evidemment, les questions soulevées ne sont jamais neutres. Elles nient toute existence du hasard, une notion qui peut apparaître très désagréable car justement, le hasard ne s'anticipe et ne s'explique pas. Les questions visent à distiller le doute en critiquant une version officielle des faits pour proposer une version alternative.

Pour y arriver, les complotistes s'appuient sur une méfiance de plus en plus importante de toute forme d'autorité instituée : politique, médiatique, scientifique... Toutes ces formes d'autorités sont suspectées de vouloir manipuler les individus et donc, les théories complotistes viseraient à révéler la vérité au grand public.

Enfin, un petit groupe de personnes est généralement désigné pour expliquer les événements : les laboratoires pharmaceutiques, les grands groupes industriels, les juifs, les reptiliens... Peu importe finalement ! Cela peut paraître paradoxal, mais se dire qu'un petit groupe agissant dans l'ombre est à l'origine de tout ce qui arrive peut permettre de retrouver un certain contrôle. Un peu comme les personnes qui adhèrent à une religion, et trouvent du sens à travers leurs croyances. Les théories du complot, comme les religions, permettent de s'extraire de l'inconfort du hasard.

Vous évoquiez la perte de confiance envers les différentes formes d'autorités pour expliquer l'émergence de fausses nouvelles. Le fait que Donald Trump, président sortant des Etats-Unis et donc, représentant de la parole politique, ait été lui-même un pourfendeur régulier des théories du complot n'est-il pas paradoxal ? Il a notamment remis en cause la légitimité du dernier scrutin, qui a mené mercredi 6 janvier à l'irruption de manifestants pro-Trump au sein du Capitole à Washington.

Le cas de Donald Trump soulève beaucoup de questionnements. Jusqu'à son élection en 2016, les théories du complot étaient notamment définies comme des versions alternatives de faits qui s'opposaient aux versions officielles. Mais son arrivée à la Maison Blanche et sa parole très libérée sur les réseaux sociaux, ont changé la donne. Nous avons observé que le président des Etats-Unis, qui était censé incarner la voix de la version officielle, était en réalité celui qui propageait un bon nombre de fausses informations. Parmi lesquelles, le réchauffement climatique n'existerait pas, le scrutin de novembre dernier aurait été truqué... Ce paradoxe a conduit les chercheurs à revoir les critères des théories du complot qui désormais, sont définies comme des théories s'opposant à une version communément admise.

Donald Trump s'est toujours situé à la marge, se définissant comme un héros de la lutte contre le "deep state" (en français, état profond), théorie selon laquelle le gouvernement américain serait infiltré par de vilains complotistes et que lui seul aurait la possibilité de lutter contre eux. Il a entretenu ce flou, et cela explique en partie que bon nombre de ses partisans soient prêts à le défendre en allant très loin.

Au regard des événements qui ont eu lieu mercredi au Capitole, nous constatons que les fake news ne sont pas seulement l'apanage de quelques illuminés, qui croiraient que la Terre est plate. La désinformation pousse des individus à investir le Capitole -bâtiment où siège le Congrès américain- et que cela a de véritables conséquences. Il s'agit d'un mouvement de fond.

Lire aussi : Scènes de chaos à Washington, le Capitole envahi, Trump appelle ses partisans à rentrer chez eux

Comment devient-on complotiste ?

Il s'agit d'un processus, on ne devient pas complotiste du jour au lendemain en regardant une vidéo sur YouTube. Cela se déroule par étape, sous forme d'emprise progressive, un peu comme avec les sectes.

Comme nous l'évoquions, cela commence toujours par une méfiance envers la parole politique et les questionnements qui l'accompagne. Et parfois à dessein : je ne suis pas en train de dire qu'il ne faut jamais remettre en question ce que l'on nous dit ! Se poser des questions est naturel et cela ne fait pas de vous un complotiste, qui lui, considérera avec certitude que le monde est manipulé et que la vérité lui est cachée.

Cette première étape peut conduire à un déplacement sur l'échiquier politique vers les extrêmes -droite ou gauche- dont le discours paraîtra plus séduisant, plus pur. Cela peut aussi déboucher sur une réelle fascination pour des théories complotistes. L'individu va alors se penser singulier en cherchant de l'information alternative : il pense qu'il n'est pas un mouton, qu'il n'est pas soumis à la version exposée par des médias corrompus.

Lorsque des individus adhèrent fortement à des croyances, cela peut les enfermer dans des modes de raisonnement particulier. A terme, ils peuvent se couper progressivement de leurs cercles familiaux et amicaux si ces derniers ne partagent pas leur point de vue.

Existe-t-il un profil type de complotiste ?

Non, mais il y a quelques tendances. En France, il s'agirait plutôt d'hommes et de jeunes (18-30 ans). Le niveau socio-économique et culturel ne joue pas. L'éducation n'immunise pas du complotisme car la défiance des autorités peut prendre plusieurs formes. Selon son niveau d'éducation, les arguments seront différents, mais les croyances partagées pourront être communes.

En réactions aux critiques, les géants du Web -Facebook, Twitter, YouTube...- ont mis en place depuis plusieurs années des dispositifs pour tenter de réduire la désinformation : avertissements à proximité de contenus jugés suspects, renvoi vers des articles de presse... Pour la première fois dans l'histoire mercredi, Facebook et Twitter ont même bloqué les comptes de Donald Trump suite aux émeutes du Capitole. Est-ce utile ?

Tout d'abord, il faut souligner que ces fameux réseaux sociaux s'y prennent un peu tard. Ils ont été complices pendant des années de la diffusion de messages de désinformation, en se drapant derrière la liberté d'information et la liberté de conscience.

Ce ne sont pas des médias neutres, et nous voyons bien que ce qui a été diffusé sur Facebook et Twitter a des impacts non négligeables, comme en témoigne les événements de mercredi à Washington. Face à ce cas extrême, à la proportion des événements et à la fausseté des propos du président sortant, Facebook et Twitter en sont arrivés à bloquer pour la première fois les comptes de Donald Trump.

Mais les moyens déployés par les réseaux sociaux ne servent à rien pour les personnes déjà adeptes de théories complotistes. Au contraire, cela risque même de renforcer leur croyance en véhiculant des idées de censure.

En revanche, certains dispositifs mis en place par les réseaux sociaux peuvent avoir un impact sur les indécis et le grand public qui s'interroge. Prenons l'exemple de Twitter, qui tente un travail de mise en perspective. Désormais, si un internaute souhaite retweeter un article, un message automatique s'affiche pour lui demander s'il a bien lu l'article. Peut-être que la première fois l'internaute ne lira pas forcément l'article, mais cela peut l'amener les fois suivantes à consulter réellement les contenus avant de les partager.

Lire aussi : Violences au Capitole : Facebook et Twitter bloquent enfin Donald Trump

Est-il encore possible de se débarrasser totalement des fake news sur Internet ?

Non, et je pense qu'il faut apprendre à vivre avec. Premièrement, il ne faut plus considérer les complotistes comme une simple bande d'illuminés. Un complotiste aujourd'hui, c'est votre voisine de palier, c'est votre beau-frère... Et donc il ne faut plus le traiter à la légère.

L'esprit critique, dont se prévalent les complotistes, est une clé sur laquelle il faudrait insister davantage pour le renforcer. Le propre d'un complotiste est de remettre absolument tous les faits en question - sauf l'existence d'un prétendu complot. C'est pourquoi il faut mieux s'outiller en se posant des questions sur tous les domaines et donc, faire accepter que le complot ne soit pas une évidence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/01/2021 à 14:56 :
En ce moment sort ce hoax de 4000 étudiants sont morts à cause du vaccin, sauf qu'il n'y a quasiment pas eu d'étudiants vaccinés, et ça tourne sur la toile!
Réponse de le 11/01/2021 à 23:26 :
Pourquoi un hoax, canular en français ?
a écrit le 11/01/2021 à 13:35 :
Merkel juge « problématique » la suspension du compte Twitter de Trump

« Il est possible d'interférer dans la liberté d'expression, mais selon les limites définies par le législateur, et non par la décision d'une direction d'entreprise » a expliqué son porte-parole, ajoutant : « c'est pourquoi la chancelière voit comme problématique que les comptes du président américain sur les réseaux sociaux soient fermés définitivement ».
Réponse de le 12/01/2021 à 11:00 :
Ben Twitter ne fonctionne pas comme un journal traditionnel en ligne ou papier, mais le jeu vidéo ou équivalent, tu joues, ça se passe bien, tu triches d'une façon ou d'une autre et le modérateur (modo) t'exclue pour un temps ou définitivement.
Si Trump a cru que ce machin pour ados, ou adultes n'ayant pas réussi à grandir, il s'est mis le doigt dans l'oeil, aucune personne adulte et sensée n'y entre sans savoir que ce n'est pas sa place.
Voter pour un mec qui s'affiche ostensiblement accro à ces médias est irresponsable.
a écrit le 11/01/2021 à 11:31 :
Le problème est que les faits sont là, et donnent raison à ceux qu'on accuse de complotistes : le meilleur exemple reste encore la France, et son fonctionnement qui n'est absolument plus démocratique.
Réponse de le 12/01/2021 à 8:08 :
Quels faits ?
a écrit le 11/01/2021 à 11:06 :
Bonjour,

Les États-Unis ont déjà été attaqués sur leur propre sol, plus particulièrement en 1814 quand les Britanniques ont conquis Washington et brulé le Capitol.La dernière bataille s'est déroulé à la Nouvelle Orléans...

Salutations
Bernard Higonnet
a écrit le 11/01/2021 à 10:16 :
" Alors qu'une théorie du complot selon laquelle l'élection présidentielle américaine aurait été "volée" à Donald Trump"

Ca change un peu. Pendant 4 ans on nous a expliqué que Trump avait volé l’élection présidentielle de 2016. Mais ça n'était pas un théorie du complot bien sur...
a écrit le 10/01/2021 à 21:06 :
La culture quelle barbe ! La culture c'est un succédané ! Brûlons les livres des bourgeois oisifs ! A bas Chateaubriand, a bas Voltaire, la france n'a pas de culture ! Les écrivains ne travaillent pas ! Vive les barbares !
a écrit le 10/01/2021 à 21:01 :
Il faut que tout change sans cesse pour que rien ne change !
a écrit le 10/01/2021 à 20:55 :
« Résumons. Klaus Schwab du forum de Davos vous écrit un livre, Covid 19 The Great Reset dans lequel il vous explique comment il va vous harceler, vous maltraiter et à la fin vous tuer et vous nous parlez des théories du complot collant à Trump? »
Nombreux sont ceux à encore ignorer ce qu'est « The Great Reset » ou bien à le connaître, mais à se refuser à l'admettre : c'est malheureusement tellement plus confortable de rester dans sa zone de confort intellectuel.
Tant de grands crimes furent commis au grand jour avec la participation de la majorité des gens, exemple le napalm des us sur le Vietnam, les bombes uranium appauvri sur la Bosnie, les vaccinations f' essais en Afrique, les camps nazis etc ....
a écrit le 10/01/2021 à 20:17 :
Les infos vont sortir, donc ils tentent de les bloquer en faisant sauter les informateurs ; la purge a commencé. Pareil pour Flynn, pour Sidney Powell etc.
Réponse de le 11/01/2021 à 13:44 :
"Les infos vont sortir, donc ils tentent de les bloquer ". C'est pire que le complotisme, c'est carrément de la paranoïa.
a écrit le 10/01/2021 à 19:19 :
N'ayant pas connaissance de la totalité de l'article, il me semble logique de penser que le complotisme est une réponse sociologique du peuple aux mensonges d'État ou secrets, dissimulations d'État, techniques theorisees par Machiavel au 15- 16eme s pour aider les " princes" à gouverner entre autre, par la manipulation de l'opinion de leurs "sujets".
Ex de manipulations recentes: pour faire voter les crédits au Congrès pour financer la 2eme guerre du golf, Bush et ses neocons n'ont pas hésité à inventer des armes de destruction massive qu'était supposé détenir le despote irakien.
Concernant le Covid 19, le gouvernement français n'a pas hésité à mentir pour se dédouaner de la pénurie de masques, de test...
Le pr Raoult a été publiquement discrédité par des revues aussi prestigieuses que Lancet qui ont du retropedaler par manque de preuves.
De plus, il y avait un manque d'info patent par les médias officielles sur la façon dt l'Afrique combattait le virus avec des résultats statistiques apparemment flatteurs.
La Chine a été particulièrement opaque sur les causes de la pandémie ( répression sur les lanceurs d'alerte, aucun commentaire sur le labo de souches virales ultra sécurisé de Wuhan, ville de départ de la contagion, accusations non voilées de Trump...).
Campagne tapageuse orchestrée pour montrer l'effort fait par les autorités politiques, les firmes pharmaceutiques, les autorités de santé, dans la course aux vaccins.
Tt cela, bien évidemment, est de nature à créer des doutes, des défiances ds l'opinion sur la sincérité des décideurs, jusqu'à ce que certains leaders autoproclamés lancent des hypothèses non vérifiées pour expliquer de tels comportements, et les réseaux aidant, ces idées se répandent à la façon de rumeurs qui st transmises et déformées par le bouche à oreille.
Réponse de le 10/01/2021 à 22:17 :
Je ne crois pas qu'on puisse dire que les fake news soient une réaction du peuple aux mensonges d’État. Le peuple élit ses dirigeants et ces dirigeants n'attendent pas d'être au pouvoir pour mentir et déformer la réalité, c'est ce qu'ils font pendant toute leur campagne électorale. La vérité c'est que les gens croient ce qu'ils ont envie de croire d'où d'un côté la propagation des fake news et d'un autre côté cette tendance des dirigeants à exploiter cette faiblesse. Quant aux réseaux sociaux, les algorithmes sont conçus pour vous proposer progressivement des fils d'actualités qui vous entrainent vers une caisse de résonance idéologique, Facebook ne cherche pas à vous influencer mais au contraire à vous mettre dans le confort d'un monde numérique exempté de toutes choses pouvant remettre en question vos idées.
Contre les fake news il y a qu'un seul remède: l'esprit critique , ça peut se développer à l'école et ça devrait être une priorité.
a écrit le 10/01/2021 à 16:38 :
C'est tartuffe qui a écrit ça 😂 le redemsivir et son complot dévoilé pour tuer la chloroquine vous préférez qu'on en parle 😂😂😂 ou c'est complotiste ? le brexit via la propagande européenne pitoyable H24 affirmant un chaos vous appelez ça de l'information ou de l'intox ? Pauvre médias, vous ne valez plus rien, avec vos tirades moralistes, vos prêches quotidiens, votre arrogance, votre haine, votre soumission à vos patrons, aux ordres, à la doctrine en place .... Informer ce serait par exemple de publier les millions de morts de faim à cause du covid, ce serait de parler de l'étude chinoise qui prouve que les asymptomatic sont quasi sans danger donc masque dehors à arrêter .... C'est complotiste ça ? Que le vaccin arn-m est peut être dangereux parce que personne n'en sait rien ? Que la ceinture de sécurité ne protège plus après 90kmh.... C'est quoi au juste la vérité !
a écrit le 10/01/2021 à 9:30 :
Sachant que les élections se gagnent sur quelques pour cent des voix dans nos pays démocratiques, faut-il s'étonner des dépenses monstrueuses pour les gagner, on parle de 14 milliards. Gageons que la plèbe sera tenue à l'écart du nécessaire retour sur investissement... Mais il n'y a eu aucune fraude, toutes les procédures furent convenablement respectées, il n'y a aucun complot..
a écrit le 10/01/2021 à 9:16 :
C'est comme l'invention des dieux, cela nous rassure et donne un sens a notre vie !
a écrit le 09/01/2021 à 13:56 :
Faut-il être maître de conférences en psychologie sociale pour débiter de tels propos.
Aujourd'hui le mot "complotiste" est utilisé pour discréditer ceux qui ne pensent pas comme vous. Le nouveau point Godwin.
Quand aux élections américaines des centaines de témoignages sous serments prouvent que cette élection a été truquée comme elle avait été quand Bush a gagné contre Al Gore.
Quand à l'origine du Covid, aujourd'hui personne ne peut prouver son origine. Né dans un laboratoire? Pourquoi pas? Article dans le Figaro hier, ou questionnement de chercheurs au CNRS.
Etc, etc.
Il y a autant d'illuminés chez ceux qui sont aujourd'hui des experts en tout et qui ont accès aux médias que chez les "complotistes"
Réponse de le 10/01/2021 à 0:37 :
"Quand aux élections américaines des centaines de témoignages sous serments prouvent que cette élection a été truquée "
Vous écrivez ceci avec l'aplomb d'un mathématicien qui vient de démontrer le théorème du siècle. Alors expliquez nous brave Toulousain, pourquoi toutes les cours suprêmes des états sollicitées ont rejeté ces thèses et que la cour suprême fédéral avec 4 juges nommés par Trump lui même à rejeté à l'unanimité cette même thèse. Le complotisme, c'est effectivement affirmer haut et fort votre conclusion sans aucun fondement car je pense que l'on peut faire confiance aux bataillon d'avocats de Tump qui ont défendus leurs thèses mais sans succès devant une justice démocratique. Dommage pour eux, ils auraient dû faire appel à votre lumière.
a écrit le 09/01/2021 à 12:16 :
Même le complotisme est une fake new, on ne peut faire confiance en personne! Merci a la médiatisation de "l'information"!
a écrit le 09/01/2021 à 10:22 :
Le problème originel serait donc les religions, au sens large dans la mesure où on considère qu'à la base des religions il y a un prophète, un messie, un gourou.
La dévotion des Américains a Trump n'est pas différente de celle des Allemands à Hitler, des Chinois à Mao, des soviets à Staline, des catholiques au Pape, des islamistes à Mahomet... et à la clé, toujours des morts par millions.
Nb: Il n'y a pas de médicament contre les Fake News et le seul vaccin c'est l'éducation laïque.
Réponse de le 10/01/2021 à 18:38 :
L'éducation laïque et gratuite, la France l'a mise en place depuis plus d'un siècle, manifestement, c'est un échec cuisant sur les générations post-soixante-huitardes. L'attrait des religions et des théories du complot se comprend aisément lorsqu'on se rappelle le besoin des humains de trouver un bouc émissaire. C'est tellement plus facile de désigner un autre responsable que soi-même ou "le hasard", que ces courants de pensée auront toujours des aficionados. Pourtant il suffit de regarder un escargot que vous venez d'écraser sous votre chaussure pour réaliser que : non, ce n'est pas sa faute, il n'a rien fait pour mériter ça, c'est parce que vous êtes passé par là au mauvais momen et , en plus, sans regarder devant vos pieds qu'il a été tué. Mais réaliser cela, c'est tellement plus dérangeant que trouver une autre réponse ; parce que les autres réponses vous permettent de vous rassurer en trouvant une attitude à adopter pour vous protéger face à l'incertitude terrible de ce pauvre escargot qui se déplace sans savoir s'il ne va pas être brusquement écrasé par un monstre.
Réponse de le 10/01/2021 à 22:29 :
Les vendéens ne partagent pas tous votre approche. Ceux qui se sont fait trouer le beignet en 14-18 n’ont peut-être pas non plus pensé que la république était une garantie absolue contre la folie des dirigeants.
Réponse de le 10/01/2021 à 22:29 :
Les vendéens ne partagent pas tous votre approche. Ceux qui se sont fait trouer le beignet en 14-18 n’ont peut-être pas non plus pensé que la république était une garantie absolue contre la folie des dirigeants.
a écrit le 08/01/2021 à 22:56 :
tout à fait !
Je l'ai toujours dit ! le onze septembre ya pas d'complot c'est un accident de gps !
Le hasard qui joue des tours (sic) !
a écrit le 08/01/2021 à 20:14 :
Mouais, la théorie du complot est surtout un concept inventé par les lézards gluants de l'espace acoquinés au groupe bilderberg pour contrer les projets hégémoniques deux qui la tiennent des frères trois points, des sionistes et de l'improbable mouvement trostkobakouninien. Et il faut reconnaitre que ça a un certain succès.
Je vais vous dire comment ça va se terminer tout ça, les lézards gluants ils vont tous vous manger, de toutes façons ils procèdent toujours de la même manière, ils arrivent, ils foutent le boxon et ils mangent tout le monde, en carpaccio, en tajine, en boulettes... leur livre de recettes est intarissable,
Moi je m'en fout je suis un lapin et ils mangent pas les lapins mais a votre place je commencerais a flipper.
Alors franchement, la question de la logistique des vaccins, hein, c'est bien accessoire
a écrit le 08/01/2021 à 19:51 :
La théorie du vol des élections est alimenté par le Ticket Biden-Harris. En effet, Kamala Harris, la soi disant future vice présidente n'a toujours pas démissionné de son poste de sénateur pour se préparer au poste de vis-présidente. Et qui plus est, elle à pour objectif (par les efforts qu'elle déploie) de faire destituer Trump alors qu'il est sensé partir dans 15 jours. Si elle ne donne pas de crédit à son futur poste de vis-présidente, pourquoi devrait-on, nous, en donner? Elle ne nous dit patou !!! Peut être pense-t-elle qu'il va y avoir novation! Et s'il y a novation, alors, il y a novation! Je dis ça, mais je dis rien ! Ce n'est pas pour doucher votre enthousiasme pour la victoire de Biden, mais ...
a écrit le 08/01/2021 à 18:55 :
Qui va vous croire alors que tous les observateurs ont noté l' empressement à mentir et à censurer Trump et ses équipes durant tout son mandat et toute la présidentielle ? Bon courage aux nouveaux révisionnistes, pour les autres souverainistes il suffit de s' unir contre les globalistes.
a écrit le 08/01/2021 à 17:50 :
Vous ne rassurez personnes en reprenant les informations en ligne et les médiatisant a tout va, alors qu'elles n'étaient encore que des rumeurs sur internet.. En niant.., vous perpétuer "le complotisme" alors que cela n'était pas vue comme tel!
a écrit le 08/01/2021 à 17:37 :
Guerres et Mensonges
Les Fake news existent depuis plus d'un siècle , elle sont devenues notre Histoire.
Très bon livre de Sylvain Laforest.
Réponse de le 08/01/2021 à 18:20 :
"Les Fake news existent depuis plus d'un siècle" voire millénaire.
a écrit le 08/01/2021 à 17:26 :
Encore un pseudo-lettré qui méprise l'expression du petit peuple mais qui prétend défendre la démocratie... mais c'est oublier que la démocratie c'est surtout l'expression de la masse quelque soit son niveau d'instruction ou sa classe sociale.

A noter que les médias (e.g. Washington Post) appartiennent aux riches (e.g. Jeff Bezos) et sont orientés selon leurs désirs (cf. cabale contre Donald Trump).
a écrit le 08/01/2021 à 16:44 :
alors on va être clair : le complotisme vient de la nullité de nos ponctionnaires qui sortent plus de conneries qu'autre chose : ce sont les ponctionnaires médecins qui changent tout le temps de théories qui nous emmènent à penser qu'il y a quelque chose dérrière ce bordel !!!
Réponse de le 08/01/2021 à 18:25 :
"qui nous emmènent à penser qu'il y a quelque chose dérrière ce bordel !!! "
ah mon pauvre monsieur...
L'ennui des virus nouveaux inconnus avec lesquels il faut jongler, on en découvre au fur et à mesure tel l'explorateur dans la forêt. N'est sûr que l'acquis.
C'est pas beau l'avancée de la connaissance avec tous ses balbutiements, ses hésitations (les gens pas modestes n'ont pas d'avenir, on doit rester humbles sur ce qu'on ne sait pas encore).
Vous pourriez résumer en disant qu'on est hésitants et que ça ne rassure pas, mais de là à "voir" quelque chose derrière tout ça. Ah ah. Si y avait qq chose on aurait une direction bien claire, toute droite prétracée, autoritaire, pour aller dans la direction voulue par "ce qu'il y a derrière". On ne zigzaguerait pas.
a écrit le 08/01/2021 à 16:15 :
Tout dépend ce que l'on appelle "fakes news" si c'est le fait que Sadam Hussein détenait des armes de destruction massive ou bien que le nuage de Tchernobyl s'est arrêté à la frontière française en effet ce sont bien des fakes news.
Réponse de le 08/01/2021 à 21:27 :
@Yo : Vous avez la mémoire sélective : revoyez les archives de l'ina, le gouvernement et au moins un "expert" médical de l'époque (deja) ont bien affirmé que le nuage n'avait pas franchi la frontière.
Donc, si je vous résume : la parole officielle de l'époque est une fake news, mais tout ce qui vient de Macron votre gourou est parole d'évangile. "Le masque ne sert à rien, d'ailleurs moi-même je ne sais comment le mettre" . Real news de votre bonne copine Sibeth, une autre groupie du pianiste.
Réponse de le 08/01/2021 à 23:07 :
@Yo

Bien sûr la radioactivité n'est pas dangereuse puisque c'est l'état français principale actionnaire d'EDF qui décrête les seuils admissibles en France révisés à chaque catastrophe nucléaire (e.g. Fukushima) cependant tout le monde ne s'appelle pas Bruce Banner...
Réponse de le 09/01/2021 à 8:51 :
Noël Mamère, présentateur du JT de mi-journée sur Antenne 2, est lui plus accusateur. Évoquant un service scientifique d’Antenne 2 «très pronucléaire à l’époque», il suggère une possible influence de ces journalistes sur la météo. «En général, les journalistes météo allaient chercher leurs informations auprès de Météo France, mais dans cette situation sensible, on peut aussi imaginer que Brigitte Simonetta a écrit son bulletin avec le service scientifique et le SCPRI, qui donnait des informations.» Jean-Charles Chatard va jusqu’à suggérer une manipulation plus directe du SCPRI. Dans l’interview de 2005, il évoque la possible action de «Monsieur Pellerin, directeur du SCPRI, qui communiquait sans arrêt que que la France était totalement épargnée par les retombées de Tchernobyl».Brigitte Simonetta, qui infirme en bloc ces diverses théories. Et assume seule ce qu’elle appelle une «erreur». Jeune retraitée depuis 2019, elle a accepté de revenir sur cet épisode «qui reste une plaie à vif», qui «a orienté [s]a vie». «J’ai quitté la télévision deux ans et demi après, je ne pouvais plus. Je n’y arrivais plus.» En 1993, elle a été embauchée à Gaz de France, où elle a fait sa carrière. «Toute ma vie, mon nom sera associé à cela. Tapez Simonetta sur Google, vous tomberez sur la météo de Tchernobyl.
Réponse de le 09/01/2021 à 9:19 :
@ multipseudos: "personne n'ayant dit que ce nuage s'est arrêté à la frontière,"

J'y étais gros alors si peut-être personne ne l'a dit, mais ça m'étonnerait quand même hein voulant dire que l'on continue de nous mentir près de 40 ans après, parce que ce sont tous des lâches incapables d'assumer leurs mensonges et on les comprend vu la taille du bobard, on voyait parfaitement sur les cartes qu'ils nous exposaient que le nuage radioactif s'arrêtait à la frontière française.

Signalé pour diffusion de fake news.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :