Qwant lève 18,5 millions d'euros pour se développer en Europe

 |   |  289  mots
Le moteur de recherche revendique le respect de la vie privée de ses utilisateurs en n'utilisant aucun dispositif de traçage ni exploitation des données personnelles.
Le moteur de recherche revendique le respect de la vie privée de ses utilisateurs en n'utilisant aucun dispositif de traçage ni exploitation des données personnelles. (Crédits : Page d'accueil Qwant (Capture d'écran))
Le moteur de recherche voit l'entrée de la Caisse des dépôts et consignations, qui participe à hauteur de 15 millions d'euros dans cette opération.

Le moteur de recherche français Qwant poursuit son développement par l'annonce, ce jeudi, d'une levée de fonds de 18,5 millions d'euros. Cette opération signe l'entrée de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) dans le capital de la société, avec une participation à hauteur de 15 millions d'euros. Le reste de la levée de fonds provient de l'un de ses actionnaires, Axel Springer, pour un montant de 3,5 millions d'euros.

"Cet investissement en fonds propres permettra le développement en Europe du moteur de recherche alternatif, disposant de sa propre technologie d'indexation, garantissant la confidentialité des données personnelles des utilisateurs", détaille Qwant dans un communiqué.

Le moteur de recherche revendique le respect de la vie privée de ses utilisateurs en n'utilisant aucun dispositif de traçage ni exploitation des données personnelles.

Les fondateurs de Qwant participent également à cette levée de fonds et demeurent actionnaires majoritaires.

Une application mobile sur Android et iOS

Signe de ses ambitions, le moteur de recherche avait annoncé la semaine passée le lancement de son application mobile pour les smartphones Android et Apple, afin de servir d'alternative aux géants américains du web tels que Google.

Qwant s'est par ailleurs associé au navigateur Liberty, développé par l'entreprise britannique LibertyVault et intégré à l'application, qui permet aux utilisateurs de "créer à l'intérieur de leur mobile un coffre-fort chiffré, sécurisé par la technologie SIM&PIN", notamment les données nécessaires pour l'achat en ligne.

Lancé en 2013, le moteur de recherche est désormais disponible en 15 langues dans 25 pays et revendiquait courant 2016 un peu plus de 20 millions d'utilisateurs. Qwant compte à son capital le groupe d'édition allemand Axel Springer.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2017 à 17:14 :
Franchement qu'est ce que c'est que cette affaire Qwant encore ? Qui se souvient du moteur "Exalead" qui voulait faire la fierté de la France dans les recherches web ... (qui a fait long feu revendu a Dassault Systèmes) Dans le cas de Qwant je constate que à part une (très) grosse dose d'argent public les "privés" ne se bousculent pas au portillon ... Après 25 millions prêtés en 2015 par la Banque Européenne, voici que notre chère BPI vient en renfort avec 15 millions - forte de son "succes" dans Viadeo peut-être - au total 40 millions pour un site dont on ne sait rien ni sur le trafic réel, ni sur le CA. Un peu léger non ? Par contre ce que l'on imagine sans mal c'est que les fondateurs sont très bien introduits dans le réseau des affaires et du financement public, ça c'est une évidence !
a écrit le 02/02/2017 à 16:03 :
Je l'utiliserai éventuellement lorsqu'il affichera clairement qu'ils ne stockent pas les adresse IP. Et le jour où un "smartphone" sera sécurisé, envoyez-moi un fax...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :