Rattrapée par l'austérité, la BBC supprime 2.000 emplois

 |   |  671  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le premier groupe audiovisuel public au monde annonce un nouveau plan de 20% d'économies qui se traduira notamment par la perte d'environ 2.000 emplois d'ici à 2017.

La BBC --premier groupe audiovisuel public au monde -- rattrapé par la cure d'austérité tous azimuts au Royaume-Uni, a dévoilé jeudi un nouveau plan de 20% d'économies qui se traduira notamment par la perte d'environ 2.000 emplois d'ici à 2017. Mark Thompson, le Directeur général du groupe, a détaillé au terme de neuf mois de consultation interne les mesures qui entraîneront une réduction annuelle des dépenses de l'ordre de 670 millions de livres (777 M euros). Commentant son rapport baptisé "la qualité d'abord", il a assuré que les sacrifices consentis, sans équivalent dans l'histoire de l'entreprise, permettront de maintenir intactes "la qualité et la créativité." Et notamment l'excellence éditoriale servie "par les meilleurs journalistes au monde".

"Ils détruisent des emplois et détruisent la BBC "

Pareille assurance s'est cependant assortie d'une mise en garde. "A mon sens, c'est la dernière fois que la BBC peut se permettre des économies d'une telle ampleur sans perte substantielle de service et/ou de qualité". "On devrait être à même de fournir un service public sacrément bon avec 3 milliards et demi (de livres) par an", avait récemment fait valoir le nouveau patron de l'organisme de tutelle BBC Trust, Lord Pattern, dernier gouverneur de Hong-Kong avant la rétrocession du territoire à la Chine. "Ils détruisent des emplois et détruisent la BBC ", n'en a pas moins commenté le secrétaire général du syndicat des techniciens BECTU, Gerry Morrisey.
 

Gel pour six ans de la redevance

Les coupes sont la conséquence directe du gel pour six ans de la redevance --véritable manne annuelle de 4 milliards d'euros-- décrété par le gouvernement en 2010, dans le cadre de sa politique d'austérité drastique. Avec à la clef la disparition de 330.000 emplois du secteur public. La cure d'austérité de la BBC ne s'accompagne d'aucune suppression de chaînes de radio et télévision. Mais elle n'épargne aucun secteur d'activités de l'entreprise protéiforme. Le plan d'économies préconise "des gains de productivité", mutualisations de moyens, des réductions d'émissions de divertissements et d'achats de programmes. Il prévoit de nouvelles délocalisations dans ses nouvelles installations high-tech de Salford, près de Manchester, ou encore à Cardiff et Glasgow.

Les tours de vis se multiplient

Le budget sport sera amputé de 15%. Il y a peu, la BBC a renoncé à retransmettre l'intégralité des courses de la saison de Formule 1. Dans le passé, elle a abandonné la couverture du cricket après avoir réduit à la portion congrue les retransmissions de football, l'autre sport roi. Les tours de vis se multiplient. En 2010, le budget du secteur internet a été réduit de 25% à la plus grande satisfaction de certains médias nationaux qui dénonçaient "la concurrence déloyale" du géant public subventionné.

Le "World service" comme peau de chagrin

En janvier dernier, le "World service", héritier du service impérial, a annoncé la disparition de 25% de ses effectifs et de nombreuses langues dont l'albanais, le serbe et l'azéri. Cependant, les crédits pour le Proche-Orient ont été depuis lors rétablis pour éviter d'handicaper la couverture du printemps arabe. La BBC entend aussi mettre en vente son complexe de White City, dans l'ouest de Londres, convoité notamment par le club de football de Chelsea. Accusée de gestion dispendieuse, elle publie désormais régulièrement un relevé anonyme des plus hauts salaires (rabaissés de 25%) et même le menu détail de leurs frais: notes de restaurants et tickets de parking inclus.

Un indice de satisfaction comparable à 74%

Institution nationale vénérée au même titre que la royauté --avec un indice de satisfaction comparable, à 74%-- la BBC emploie 22.899 personnes et coiffe huit chaînes de télévision nationale et 54 radios. Elles exporte des programmes dans le monde entier et son site web figure parmi les plus visités en Europe. Son service mondial comptait avant les coupes 32 langues à destination de plus de 150 millions d'auditeurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2011 à 18:58 :
J'ai failli avoir une crise cardiaque. Au lieu de BBC, j 'avais lu BCE.Le jour ou Bruxelles licenciera, les poules auront des dents
a écrit le 06/10/2011 à 16:21 :
Il est probable que BT une fois démantelé progressivement, il reste 5 ans, rachète la BBC. Ceci serait donc une préparation et peut-être une accélération. L'opérateur téléphonique historique anglais resterait alors le seul Vodafone.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :