La nouvelle bataille de la TNT a commencé

 |   |  1033  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Entre le 5 et le 14 mars, le Conseil supérieur de l'audiovisuel reçoit la trentaine de candidats qui lorgne l'une des six futures fréquences de télévision numérique terrestre (TNT). Lundi, ont notamment défilé L'Equipe, M6, et NRJ. Résumé des auditions.

Rare dans les médias, Marie-Odile Amaury est venue présenter elle-même le projet de chaîne HD de l'Equipe, devant le CSA.  « J'ai personnellement initié ce projet. Depuis sa création en 1946, l'Equipe explique le sport au plus grand nombre de toutes les manières. Aujourd'hui, c'est une chance historique pour le sport d'accroître sa visibilité », a indiqué la veuve de Philippe Amaury, le fils du fondateur du groupe, Emilien Amaury.

La patronne des Editions Amaury a ainsi introduit là le principal argument de l'Equipe martelé auprès des sages du CSA : la chaîne ouvrira l'antenne à tous les sports qui n'ont aujourd'hui pas voix au chapitre sur le petit écran. « Fort de ses partenariats avec le CNOSF, France Galop, le Cheval Français, et la fédération handisport, l'Equipe HD sera une vraie chaîne des sports les plus populaires aux plus orphelins », a assuré François Morinière. Sur le papier, « une centaine de sports seront exposés », selon son directeur de la rédaction de l'Equipe Fabrice Jouhaud. Nous allons commencer par donner plus d'exposition à des grands sports qui ne sont pas diffusés, comme l'athlétisme, l'escrime le judo ou la gymnastique ». L'Equipe HD, qui doit attirer le grand public, pourra-t-elle tenir cette ligne éditoriale? Si le quotidien l'Equipe se vante de couvrir l'ensemble des disciplines, le football, le rugby, le tennis ou le sport automobile y tiennent une place prépondérante.

Polémique sur le partenariat avec le CNOSF

Avancé comme un argument de poids pour gagner des points auprès du CSA, le partenariat avec le Comité olympique français (le CNOSF) a été largement cité. Le CNOSF, qui rassemble 89 fédérations sportives, a fait le choix d'épauler l'Equipe, au détriment de RMC, également candidat à une fréquence TNT. Selon l'accord financier conclu entre les deux partenaires, l'Equipe a convenu de verser jusqu'à 3,2 % de son chiffre d'affaires au CNOSF, qui produit les images. Le propriétaire de RMC, NextradioTV a décidé de contester devant le tribunal administratif ce partenariat, pointant du doigt « l'irrégularité de la procédure » mais aussi le principe même d'un soutien exclusif du CNOSF à un groupe privé au motif qu'il sort « de ses compétences d'organisme d'utilité publique ». Officiellement, le CSA n'a jamais assuré qu'un accord avec le réprésentant des sports olympiques pèserait dans la balance.

L'accord avec les courses hippique n'est pas exclusif

En revanche, même si l'Equipe ne l'a pas présenté comme tel, le partenariat avec les courses hippiques, qui prévoit une heure d'émission quotidienne (principalement la retransmission de courses en direct), n'est pas exclusif, et aucun accord financier n'a encore été conclu. « Nous avons envoyé deux lettres d'intention identiques aux deux postulants. Les deux projets ont leur intérêt. Alain Weill [le président de NextradioTV] pourra donc faire valoir les mêmes arguments », a indiqué à la Tribune, Hubert Monzat le directeur général de France Galop, en marge de la présentation.

L'Equipe HD compte consacrer 30% de sa grille à la retransmission d'épreuves. Elle vise en 0,4% d'audience en 2013 et 1,3% en 2016. A ce moment là, le chiffre d'affaires devrait atteindre 36 millions d'euros, au dessus des 35 millions d'euros de charges.

M6 est venu défendre Hexa, une chaîne de documentaires et de magazines

Autre groupe qui a ses chances dans l'appel à candidature, M6 venu présenter l'un de ses trois projets, la chaîne Hexa. En préambule de la présentation, son président, Nicolas de Tavernost, a rappelé que le groupe n'avait jamais « renoncé, rendu ou transmis aucune des fréquences qui lui avait été attribuées » et a averti que le lancement d'une nouvelle chaîne sur la TNT «était un exercice délicat », une manière d'avertir le CSA de la nécessité de faire confiance à des groupes audiovisuels déjà bien établis.

Hexa, (comme « hexagone » ou « exactitude ») sera une chaîne dédiée « au documentaire et au magazines, au débat et dans une moindre mesure, à la fiction. « Nous produisons 1.000 heures de documentaires chaque année. Nous avons un réseau de 80 producteurs », a indiqué une porte-parole de la chaîne. Ce choix du documentaire correspond au modèle économique de la chaîne, qui permet de diffuser des programmes peu coûteux mais inédits. Des passerelles, en termes de rediffusion, seront mises en place entre Hexa, qui vise à terme 1,6 % d'audience, un objectif jugé ambitieux, et les autres chaînes du groupe, M6 et W9. M6 doit venir présenter deux autres dossiers, une chaîne de téléachat et 6ter, une chaîne généraliste. Si Nicolas de Tavernost a assuré ne pas avoir de préférence entre les 3 dossiers, c'est cette dernière chaîne qui ferait le meilleur complément à W9 et à M6.

MyNRJ vise les 15-35 ans, fans de réseaux sociaux

Egalement candidats à trois fréquences, Jean-Paul Baudecroux est venu pour cette première audition défendre MyNRJ, une chaîne à destination des 15-35 ans qui fait le pari des réseaux sociaux et de l'interactivité. L'idée: accroître l'intrêt du public grâce à la Toile. "Depuis qu'on a passé des accords avec Facebook et Twitter, les audiences des NRJ Music Awards ont progressé", a indiqué Jean-Paul Beaudecroux. « La grille sera consacrée pour un tiers à la musique, un tiers à la fiction et un tiers au divertissement », a -t-il aussi précisé, conspuant au passage TF1, M6 et Canal Plus, ces « trois grands groupes privés qui captent 17 canaux de TNT, bientôt 19 ».

 Jean-Paul Baudecroux préfère Chérie HD

Avec un objectif de rentabilité en année 5 et une audience de 1,3%, la chaîne espère générer 45 millions de recettes publicitaires. « Il y aura des synergies avec la radio, au niveau technique avec le groupe, ainsi qu'avec les producteurs. En revanche, il y aura quasiment zéro rediffusion avec NRJ 12 », ont promis le président et ses équipes. Contrairement à Nicolas de Tavernost, Jean-Paul Beaudecroux a quand même fait part de sa préférence pour le projet « Chérie HD, qui serait le plus complémentaire pour le groupe ».
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :