Premiers candidats au rachat des chaînes cinéma d'Orange

L'Autorité de la concurrence a ordonné à Canal Plus de revendre les 33,3% qu'il détient dans Orange Cinéma Séries. Le fonds suédois Parsifal, qui avait regardé le dossier il y a deux ans, est à nouveau candidat. Le distributeur Wild Bunch serait aussi intéressé. Mais Orange peut aussi racheter lui-même ces 33%, ou bien refuser tous les candidats et faire ainsi capoter la vente.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

L'histoire se répète. En 2010, le nouveau PDG d'Orange Stéphane Richard avait mis en vente ses chaîne de cinéma baptisées Orange Cinéma Séries. Le dossier avait été regardé par le groupe AB de Claude Berda, le distributeur de films Wild Bunch et le fonds suédois Parsifal associé aux dirigeants des chaînes Hervé Payan et Guillaume Jouhet. Mais Stéphane Richard avait préféré faire affaire avec son concurrent direct, Canal Plus, qui, après moult rebondissements, a pris 33,3% du capital des chaînes début 2012. 

Mais, le 23 juillet, l'Autorité de la concurrence a ordonné à Canal Plus de revendre ces 33,3%. Objectif affiché du gendarme de la concurrence : (ré)susciter un concurrent de la chaîne cryptée. D'ores et déjà, un premier acquéreur potentiel est identifié : Parsifal, qui, selon un porte-parole, « est potentiellement intéressé si les chaînes restent des chaînes premium, diffusant des films en première fenêtre comme Canal Plus ».

De son côté, Wild Bunch serait aussi intéressé, mais s'est refusé à tout commentaire. En revanche, AB indique ne plus être intéressé. 

Cohabitation forcée avec un inconnu
Toutefois, il est fort possible que ces candidatures n'aillent pas très loin, car, selon certaines sources, l'opérateur téléphonique n'aurait guère envie d'une cohabitation forcée avec un inconnu. Il étudierait donc plutôt les deux autres options que lui laisse l'Autorité de la concurrence : soit racheter lui-même les 33,3% de Canal Plus ; soit déclarer la vente infructueuse. Cette dernière option est possible si aucun acquéreur ne se manifeste, ou si l'acquéreur ne plait pas à Orange ou au gendarme de la concurrence. Autrement dit, Orange a la possibilité de refuser tous les prétendants, et ainsi d'empêcher toute vente. Comme l'analyse un expert, "Orange peut faire capoter la vente s'il veut, et c'est la faiblesse des obligations imposées par l'Autorité de la concurrence. Celle-ci aimerait qu'Orange concurrence à nouveau Canal Plus, mais elle ne peut pas forcer Orange à le faire contre son gré. Or Stéphane Richard a constamment montré depuis son arrivée qu'il ne voulait plus concurrencer Canal. Cette obligation risque donc de ne pas conduire à grand chose". Un juriste ajoute: "la difficulté est que l'Autorité a le pouvoir d'imposer des obligations uniquement à Canal, et pas à Orange". 

Concrètement, si la vente n'aboutit pas, alors Canal Plus restera actionnaire, mais l'Autorité exige qu'alors Orange lui retire tous ses pouvoirs, autrement dit que Canal devienne un actionnaire dormant. Précisément, les deux administrateurs nommés par Canal devront être remplacés par deux administrateurs non liés à Canal et approuvés par le gendarme de la concurrence. En outre, Canal ne recevra plus d'informations sur l'activité des chaînes cinéma, et ne pourra plus leur proposer ses services -il était prévu que Canal participe à l'achat de droits et à la programmation.

Deux clauses pour brider Orange

Enfin, si Canal reste actionnaire, le gendarme de la concurrence exige aussi que soient supprimées deux clauses imposées par la chaîne cryptée pour « brider » les chaînes d'Orange. D'une part, Canal a imposé que le budget annuel de programmes diminue de 105 à 65 millions d'euros entre 2012 et 2014, soit -38%. D'autre part, Canal a interdit à Orange de relancer une autre chaîne de cinéma premium, ou un autre service de vidéo-à-la-demande par abonnement.
« Ces clauses viennent restreindre la pression concurrentielle des chaînes Orange Cinéma Séries. La prise de participation minoritaire de Canal Plus pourrait empêcher Orange de maîtriser pleinement le niveau et le choix de ses Investissements. Le degré de concurrence entre Canal Plus et Orange est donc amené à diminuer. Et la qualité de programmation des chaînes Orange Cinéma Séries sera amenée à se dégrader dans la mesure où l'accord conclu entre Canal Plus et Orange prévoit une réduction importante du budget d'investissements », estime le CSA dans l'avis qu'il a publié mercredi.
D'ores et déjà, le gendarme de l'audiovisuel pointe qu'Orange a diminué le montant de ses achats de films de 13% en 2011. Les achats de films français sont tombés à 20 millions d'euros, selon le bilan du CNC. De même, les achats de films américains tourneraient désormais autour de 30 millions d'euros.

Nouveaux abonnés grâce à CanalSat
En revanche, l'Autorité de la concurrence a ordonné de maintenir la distribution des chaînes cinéma d'Orange dans CanalSat. Cette distribution a démarré il y a 4 mois, et aurait permis aux chaînes d'Orange de recruter déjà près de 200.000 abonnés. Une bouffée d'oxygène bienvenue, car Orange Cinéma Séries avait perdu un quart de son portefeuille en 2011, passant de 491.000 à 372.000 abonnés. Etrangement, le chiffre d'affaires a progressé l'an dernier de 57%, à 102 millions d'euros.

Machine arrière après une main trop lourde
A noter enfin que les résultats 2012 des chaînes cinéma et sport devraient être embellis par une reprise de provision de 123 millions d'euros, enregistrée au premier semestre. Orange revient ainsi en partie sur les lourdes provisions passées en 2010-11 (566 millions d'euros), qui avaient à l'époque plombé le résultat des chaînes. Ainsi, en 2010, Orange Cinéma Séries avait affiché une perte record de 234 millions, dûe essentiellement à 177 millions de provisions. En pratique, l'opérateur avait alors déprécié à zéro tous les contrats pluri-annuels d'achats de droits. Aujourd'hui, il considère apparemment qu'il a eu la main un peu lourde et revient donc partiellement en arrière...
Interrogé sur les suites à donner aux injonctions de l'Autorité, l'opérateur téléphonique dit « étudier à ce stade toutes les hypothèses, évidemment au mieux de nos intérêts »

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.