Radio France : Mouv' a 18 mois pour trouver son public... ou devenir une webradio

 |   |  297  mots
Le PDG a réaffirmé que pour redresser ses comptes, Radio France devra probablement recourir à l'emprunt, sur 6 à 7 ans.
Le PDG a réaffirmé que pour redresser ses comptes, Radio France devra "probablement recourir à l'emprunt, sur 6 à 7 ans". (Crédits : BENOIT TESSIER)
Avec 32 fréquences dédiées, la diffusion en FM de la radio musicale "coûte de l'argent" au groupe, reconnaît le PDG de Radio France Mathieu Gallet. Avec un budget pour 2015 en déficit de 21,3 millions d'euros, le groupe ne peut plus se le permettre.

Créée en 1997, la radio musicale destinée aux jeunes n'a jamais trouvé son public et affiche moins de 0,5% de part d'audience. Le PDG de Radio France Mathieu Gallet a indiqué jeudi 7 mai qu'il n'excluait pas de transformer Mouv' en radio numérique et d'abandonner sa diffusion en FM, si son audience restait faible, afin de faire des économies. Auditionné par la Commission culture du Sénat, il a souligné qu'il souhaitait la maintenir mais explique :

"Mouv' a 32 fréquences, cette diffusion en FM coûte de l'argent. Si elle ne trouve pas son public dans les 18 mois, il faudra revoir la façon dont on diffuse cette radio. Je n'ai pas de tabou sur cette question."

Radio France achève de négocier son Contrat d'objectifs et de moyens avec l'État et cherche à faire des économies, après avoir annoncé pour 2015 un budget en déficit de 21,3 millions d'euros. Le PDG a réaffirmé que pour redresser ses comptes, Radio France devra "probablement recourir à l'emprunt, sur 6 à 7 ans".

Un "malaise" persistant à Radio France

La Commission du Sénat avait d'abord auditionné dans la matinée les représentants des syndicats, qui ont dénoncé une série de dysfonctionnements dans le dialogue social, après la grève historique qui a perturbé les antennes pendant 28 jours.

Ils se sont aussi inquiétés du plan de départs volontaires de plusieurs centaines de personnes prévu par la direction. La présidente de la Commission Catherine Morin-Desailly en a conclu qu'il existait toujours un "malaise" à Radio France.

Par ailleurs, selon Le Figaro, la directrice générale déléguée de Radio France, Catherine Sueur, pourrait être remplacée par Sibyle Veil, directrice de la transformation de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/05/2015 à 0:45 :
Non. En France. Qu'on soit obligé de payer pour permettre à une coterie de maintenir un monopole politique sur les ondes est déjà insupportable. Mais de penser que personne ne trouve à redire à ce que nous payons un professionnel pour gérer l'image de Mr Gallet me scandalise. Il n'y a rien dans le mandat de patron d'une société, fut-elle sous tutelle ou publique, qui justifie que cette dernière paie un spécialiste de l'image pour lui. J'aimerais voir ce qu'en diraient les contrôleurs débarquant dans une société "normale" opérant ainsi. C'est scandaleux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :