Taxis de l'INA : Fleur Pellerin saisit la justice

 |  | 449 mots
Les avocats d'Agnès Saal font notamment valoir qu'elle a remboursé 15.940 euros de frais de déplacement, dont 6.700 euros de dépenses imputables à son fils et 5.840 euros de déplacements de nature privée.
Les avocats d'Agnès Saal font notamment valoir qu'elle a remboursé 15.940 euros de frais de déplacement, dont 6.700 euros de "dépenses imputables à son fils" et 5.840 euros de "déplacements de nature privée". (Crédits : DR)
Cette décision ministérielle est intervenue trois jours après l'annonce par l'association Anticor du dépôt de plaintes. Nommée en 2014 à la tête de l'INA, Agnès Saal a été poussée à la démission fin avril après avoir été épinglée pour avoir dépensé plus de 40.000 euros de taxi en dix mois.

Publié le 02/06/2015 à 09:45. Mis à jour le 02/06/2015 à 12:38.

Après l'association Anticor, au tour de la ministre de la Culture de saisir la justice. Fleur Pellerin a transmis à la justice le dossier concernant les frais de taxi de l'ex-directrice de l'Institut national de l'audiovisuel (Ina) Agnès Saal, déclare la ministre de la Culture, mardi 2 juin, dans un entretien au Parisien.

"J'ai en effet saisi ce matin (lundi matin, ndlr) le procureur de la République de Créteil, sur la base de l'article 40 du Code de procédure pénale, en vertu duquel tout agent public ayant eu connaissance d'un délit doit le signaler à la justice", explique Fleur Pellerin.

"Notre lettre de transmission comporte des éléments sur les frais de déplacement", précise-t-elle. "Tout cela peut paraître long à l'aune du temps médiatique, mais il nous fallait regrouper les pièces nécessaires avant de décider. Mon seul souci, c'est l'exemplarité. [...] De tels comportements ne sont pas acceptables."

Nommée à la tête de l'Ina en 2014, Agnès Saal a été poussée à la démission fin avril après avoir été épinglée pour avoir dépensé plus de 40.000 euros de taxis en dix mois, dont 6.700 euros par son fils qui disposait de son code de réservation auprès de la compagnie G7. Les avocats d'Agnès Saal font notamment valoir qu'elle a remboursé 15.940 euros de frais de déplacement, dont 6.700 euros de "dépenses imputables à son fils" et 5.840 euros de "déplacements de nature privée".

Plainte d'Anticor pour "favoritisme" et "détournement de fonds publics"

Cette décision ministérielle est intervenue trois jours après l'annonce par l'association Anticor du dépôt de plaintes visant les dépenses de taxi de l'ex-PDG de l'Ina Agnès Saal, et des contrats passés par Mathieu Gallet, actuel patron de Radio France, à l'époque où il présidait l'Institut.

Regrettant que la ministre de la Culture n'ait pas saisi la justice, alors qu'Agnès Saal a été réintégrée au sein du ministère, Anticor a porté plainte contre X au parquet de Créteil pour "favoritisme" pour les faits concernant Mathieu Gallet et pour "détournement de fonds publics" en ce qui concerne Mme Saal.

    Lire aussi l'interview du président d'Anticor >> Affaire des taxis de l'INA : "les mauvaises habitudes d'une élite déconnectée des réalités"

Enquête préliminaire ouverte

Une enquête préliminaire pour "détournement de fonds publics aggravé" concernant les frais de taxi de l'ex-directrice de l'Institut national de l'audiovisuel été ouverte le 20 mai par le parquet de Créteil, a-t-il révélé mardi à l'AFP.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2015 à 19:06 :
Logiquement, ça aurait dû être la révocation et l'interdiction définitive d'exercer tout emploi administratif. Payer après qu'on a été pris la main dans le sac n'annule pas le délit.
La Ministre n'a fait que réagir à la plainte d'Anticor. Ça en dit long sur le degré de connivence de ce milieu.
Et on s'étonne qu'une bonne partie des Français n'aient plus confiance dans leurs dirigeants et en particulier dans les Enarques. Tous ces détournements font le lit du FN.
a écrit le 02/06/2015 à 18:55 :
La honte de la république qui favorisera les extrémistes, il ne faudra pas s'étonner....
a écrit le 02/06/2015 à 17:54 :
Pauvrette elle a des cors aux pieds elle peut pas marcher
a écrit le 02/06/2015 à 17:31 :
La Ministre n'avait pas l'intention de réagir. Mais Anticor a médiatiquement posé une plainte. Coincée cette Ministre !
a écrit le 02/06/2015 à 17:25 :
-1 000 Mme la ministre!!! +1 000 Anticor!! Je parie sur le dernier cheval il me semble plus rapide que le premier !!!
a écrit le 02/06/2015 à 15:19 :
Vas y Fleur attaques. Après tu as la question de la déductibilité des pertes de la SG qui porte sur 1,7 milliards d'$euros mais là bon , c'est pas pareil etc , etc, Il y a aussi du Crédit d'impôt recherche à la BNP pour des centaines de millions d'euros mais bon là aussi c'est pas pareil , etc , etc , les luxleaks . là c'est vraiment pas pareil .
Traites d'abord ce dossier à 40.000 € , après, on verra.
a écrit le 02/06/2015 à 13:55 :
De toutes les façons, en tant que fonctionnaire, elle ne risque pas grand chose. (Si elle avait été dans le privé, elle aurait été licenciée sans indemnité et difficile de justifier auprès d'un nouvel employeur) A la place du ministre,
Je serais exemplaire et j'aurais demandé sa révocation. Ces gens qui a tout propos mettent en avant le service public, sont (bien) payé par la collectivité, ont une retraite (précoce) et grassouillette devraient se tenir à carreaux. Malheureusement, ce n'est pas le cas. Et, ils sont tellement déconnéctés de la "vraie" vie qu'ils ont des arguments idiots (je n'ai pas monpermis ou difficile de séparer vie perso et vie pro, ... OK pour un PDG, mais pas pour elle)
C'est quand même affligeant et on ne peut pas s'empécher de se demander combien de cas "cachés" pour un cas qui sort
a écrit le 02/06/2015 à 13:52 :
C'est tellement important la culture mais les sans dents ne comprennent rien.
On ne leur demande pas de penser (le PS s'en charge pour eux), on leur demande de bosser et de payer.
Halte à cette ignoble jacquerie. Pauvre Agnés Sale.
a écrit le 02/06/2015 à 13:10 :
Ils sont quand même fort tous ces politiciens communicant énarques pour ne pas sentir que Ca va etre un scandale
Ils sont vraiment sur une autre planète

Encore 2 ans oufff
a écrit le 02/06/2015 à 12:52 :
Si on résume : dans un premier temps, Mme Pellerin a accordé un beau placard doré dans son ministère à Mme Saal. Et dans un deuxième temps, elle porte plainte. Mme Pellerin est experte en louvoiement.
a écrit le 02/06/2015 à 12:14 :
Au debut la ministre a attendu que ca se calme afin d eviter de la forcer a demissionner. comme ca ne c est pas calme, on lui a surement promis un poste si elle demissionait sans faire de vagues. pas de bol, sa reintegration au ministere a fait aussi un scandale public et maintenant une association se substitue au ministre pour demander une sanction. La mort dans l ame, la ministre est oblige d accompagner le mouvement pour se pas passer comme couvrant la gabegie. Je me demande bien quelle appuis a cette dame pour qu un ministre se mouille autant pour elle
a écrit le 02/06/2015 à 11:57 :
ce genre d'abus de bien social qui ne dit pas son nom est dévastateur pour notre République et son niveau de copinage, des sanctions éventuelles n'étant prises que sous la pression et la menace de la justice?
a écrit le 02/06/2015 à 11:36 :
Les cadres fonctionnaires qu'elles que soient leur responsabilités doivent comprendre qu'ils se doivent d'être irréprochables car ils représentent souvent l'expertise, parfois l'autorité, et toujours gère le bien public et sont des centres de coûts. Ils sont détenteurs de la confiance des citoyens qui acceptent de les rémunérer et de leur garantir certains avantages. je précise que ces avantages ne devraient pas être pris pour acquis et doivent être remis au goût du jour, de l'époque et des mœurs et des possibilités. Rien est acquis et ils doivent répondre de leurs erreurs, et être sanctionnés en toute transparence sans crier haro sur le baudet, mais sans atermoiements. L'époque d'une caste intouchable est révolue, ils doivent reconquérir la confiance qu'ils méritent
a écrit le 02/06/2015 à 11:24 :
Comme les combines de Mme Saal sont arrivées dans les médias ainsi que son aimable reclassement, on fait mine de la jouer "justice intransigeante" et "grands principes républicains". La bonne blague. L'arbre cache t-il la forêt?
a écrit le 02/06/2015 à 11:22 :
Enfin ! Les oreilles ont dû lui chauffer depuis quelques jours. Elle ne devait plus avoir le choix sinon à se décrédibiliser.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :