Pour Orange, la consolidation des télécoms n’est plus d’actualité

 |   |  378  mots
Stéphane Richard estime, selon le FT, que « le seul deal qu’on pourrait imaginer en France serait entre Bouygues et Altice [la maison-mère de SFR, et propriété du milliardaire Patrick Drahi, Ndlr] ». Avant de juger qu’une telle perspective « semble très peu probable ».
Stéphane Richard estime, selon le FT, que « le seul deal qu’on pourrait imaginer en France serait entre Bouygues et Altice [la maison-mère de SFR, et propriété du milliardaire Patrick Drahi, Ndlr] ». Avant de juger qu’une telle perspective « semble très peu probable ». (Crédits : Reuters)
Stéphane Richard, le Pdg de l’opérateur historique, affirme au Financial Times que la possibilité d’un passage de quatre à trois acteurs en France s’est aujourd’hui envolée. A ses yeux, Orange, SFR, Free et Bouygues Telecom ont désormais d’autres priorités.

Ces dernières années, Stéphane Richard a été un des plus fervents défenseurs de la consolidation des télécoms en France. En février dernier, dix mois après son mariage raté avec Bouygues Telecom, le patron d'Orange estimait encore que le sujet « pourrait revenir ». « On n'est pas revenu à une forme de sérénité, d'optimisation » sur le marché, affirmait-il, fustigeant notamment la guerre des promotions qui pèse sur les revenus du secteur. Avant de juger, une énième fois, que si « le marché français peut fonctionner à quatre », celui-ci « fonctionnerait mieux à trois ».

Depuis, l'eau a coulé sous les ponts. Lundi, dans un entretien au Financial Times, Stéphane Richard a indiqué qu'il ne croyait plus à un retour à trois opérateurs en France. « Les autorités sont contre, et le président Macron n'est pas un grand fan de la consolidation », a-t-il déclaré. Stéphane Richard en sait, bien sûr, quelque chose. Emmanuel Macron a joué un rôle prépondérant dans l'échec du deal entre Orange (dont l'Etat possède 23% du capital) et Bouygues Telecom. Celui qui était alors ministre de l'Economie a fixé des conditions jugées inacceptable par Martin Bouygues. Lequel a, in fine, claqué la porte avec fracas, au terme de négociations très tendues avec l'ancien locataire de Bercy.

Compétition féroce

En outre, Stéphane Richard affirme que tous les acteurs potentiellement intéressés par une consolidation ont pour le moment d'autres priorités. Il fait notamment référence à SFR, qui multiplie les emplettes dans les médias, le cinéma et les droits sportifs. Mais aussi à Orange, qui peaufine son arrivée dans la banque. Semblant quelque peu las, Stéphane Richard estime que « le seul deal qu'on pourrait imaginer en France serait entre Bouygues et Altice [la maison-mère de SFR, et propriété du milliardaire Patrick Drahi, Ndlr] ». Avant de juger une telle perspective « très peu probable ».

Quoi qu'il en soit, le sujet ne tardera probablement pas à revenir sur la table, dans la mesure où la compétition reste particulièrement féroce entre les opérateurs, qui sont, en parallèle, contraints d'investir des milliards d'euros dans leurs réseaux Internet fixes et mobiles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/07/2017 à 10:56 :
La consolidation doit se faire, mais de manière transeuropéenne.. On vient (presque) d'en finir avec le roaming, il est temps de passer a un marché telco européen a une demi douzaine d'acteurs... cela permettra une diversité accrue dans chaque pays (6 au lieu de 3 ou 4), tout en ayant des opérateurs suffisamment gros pour être financièrement viables ... Mais qu'on en finisse une bonne fois pour toutes avec ces frontières numériques qui n'ont aucun sens (a supposer que les autres frontières en aient un...)
a écrit le 25/07/2017 à 20:13 :
Avec les investissements qui seront nécessaires pour déployer la 5G dans les années qui viennent, et, plus encore, les innovations et l'énergie qu'il faut produire et mobiliser pour la rentabiliser sur la durée, on imagine mal 4 réseaux 4G en France.
Donc, à moins d'inventer une sorte de mutualisation [géographique, sectorielle, etc.] entre 2 opérateurs, ou plus, pour libérer des moyens à l'innovation et la valorisation de la ´5G ´ , il semble difficile de s'engager dans ce sprint avec 4 opérateurs. 3 ou même que 2 !

Wait & See!
a écrit le 25/07/2017 à 14:50 :
Va t on voir orange à la saint paulin ? Ou un paulin free ?
a écrit le 25/07/2017 à 14:50 :
Va t on voir orange à la saint paulin ? Ou un paulin free ?
a écrit le 25/07/2017 à 13:06 :
he ben s'ils ne peuvent pas refacturer ils ne vont pas faire les investissements, point barre. ( suffit de lire un bilan, pour comprendre la phrase)
free n'a qu'a les faire vu qu'ils ont 80% de marge
ils pourront ensuite les mettre a dispo quasi gratuite des autres operateurs

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :