Avec Rosetta, Publicis tire 30 % de ses revenus dans le numérique

 |   |  529  mots
Copyright Reuters
Publicis rachète l'agence américaine Rosetta pour un minimum de 575 millions de dollars. En s'offrant cette agence spécialisée dans le marketing interactif et numérique, Publicis tire 30 % de ses revenus dans le numérique et se rapproche de son objectif de monter en 35 % en 2013.

En s'offrant l'agence américaine Rosetta Marketing Group pour un minimum de 575 millions de dollars (405 millions d'euros), Publicis accélère sa mutation vers le numérique. Rosetta dans son escarcelle, le groupe de Maurice Lévy va réaliser 30 % de ses revenus dans le numérique, conformément à son objectif de faire passer ses revenus numériques de 28 % de son chiffre d'affaires à 35 % en trois ans.


Plus de 2,5 milliards de dollars investis dans le numérique en cinq ans

En 2006, Publicis avait commencé à avancer ses pions dans le numérique en s'offrant l'agence Digitas puis l'an dernier il s'offrait Razorfish. Avec le rachat de Rosetta, Publicis a investi au total plus de 2,5 milliards de dollars dans le numérique. "La transformation du marché publicitaire va être colossale", a souligné le président du directoire Maurice Lévy lors d'une conférence téléphonique, en ajoutant que Publicis voulait accélérer sa mutation vers le numérique dont la croissance connaît une progression à deux chiffres quand celle des marchés émergents évolue entre 7 et 9 %. Selon les prévisions de sa filiale ZenithOptimedia, Internet devrait supplanter d'ici 2013 la presse écrite pour devenir le deuxième support le plus utilisé par les annonceurs, derrière la télévision.


Un prix d'achat d'au moins 575 millions de dollars
Spécialisée dans le marketing interactif et numérique, Rosetta est la deuxième agence américaine encore indépendante, non cotée. Elle a été créée en 1998 et "s'est développée de manière impressionnante", a déclaré Maurice Lévy. Publicis va verser d'abord 575 millions de dollars, auxquels s'ajouterait un paiement différé aux dirigeants actionnaires de Rosetta en fonction de la performance de l'agence entre 2011-2013. Le règlement se fera en cash à la clôture de la transaction, qui devrait intervenir au cours du troisième trimestre. "C'est un prix net de dettes", a précisé le président de Publicis. Le prix payé, qui représente 12,5 fois l'Ebitda de 2011, est "un peu en dessous des normes du marché", a fait valoir Maurice Lévy, en rappelant que ce ratio avait atteint respectivement 13,7 et 17 pour les acquisitions de Razorfish et Digitas.


Rosetta restera une marque autonome
Rosetta qui vient compléter le portefeuille numérique de Publicis ( Razorfish, Digitas et Publicis Modem) va demeurer une "marque autonome et indépendante" au sein du groupe Publicis. Elle restera donc par son PDG et fondateur Chris Kuenne et va se développer "parallèlement autres marques du groupe", selon Publicis. En 2010, Rosetta qui emploie plus de 1.100 personnes, a réalisé en pro forma 218 millions de dollars de bénéfice net, un résultat brut d'exploitation de 19,1 % et une marge opérationnelle de 16 %. Il table pour 2011 sur un bénéfice net entre 230 et 240 millions de dollars.


HP, RIM et Bristol-Myers Squibb parmi ses clients

Ses principaux clients opèrent dans les secteurs de la santé, des services financiers, de la grande distribution et des technologies, comme par exemple le laboratoire pharmaceutique américain Bristol-Myers Squibb, le numéro un mondial des ordinateurs Hewlett-Packard (HP) ou le fabricant du blackberry, le groupe canadien Research in Motion (RIM).
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :