Si Fillon parvient à l’Elysée, privatisera-t-il Orange ?

Le candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle s’est dit favorable à des privatisations pour relancer l’investissement dans les infrastructures, et notamment dans le très haut débit. De quoi relancer le débat sur le maintien de l’Etat au capital de l’opérateur historique, dont il contrôle 23%.
Pierre Manière
François Fillon voit dans des privatisations l'opportunité de mener une politique d'investissements ciblés.
François Fillon voit dans des privatisations l'opportunité de mener une politique d'investissements ciblés. (Crédits : GONZALO FUENTES)

Si François Fillon devait remporter la présidentielle, l'Etat restera-t-il au capital d'Orange ? Pas si sûr, au regard de la dernière sortie du candidat de la droite et du centre. Ce jeudi, lors d'une rencontre avec des élus dans la Sarthe, François Fillon, en bon libéral, a indiqué vouloir "reprendre les privatisations" dans les entreprises "où la participation de l'Etat ne sert à rien". Il juge que cet argent pourrait être réinjecté sous forme d'investissements dans les infrastructures.

Parmi elles, il a cité les télécommunications, où les opérateurs et l'État dépensent aujourd'hui des milliards d'euros pour couvrir le territoire en fibre optique et apporter un Internet ultra-rapide aux Français. François Fillon, qui a piloté, comme ministre, le processus de libéralisation du secteur il y a 20 ans, a d'ailleurs rappelé, à sa façon, son expertise en la matière : "Le très haut débit, ce n'est pas uniquement pour que tout le monde puisse jouer à Warcraft", a-t-il ironisé, d'après l'AFP.

François Fillon ne s'est pas épanché sur les groupes qui pourraient être privatisés partiellement, voire totalement. Mais difficile de ne pas songer à Orange, dont l'État contrôle encore 23% du capital. Juste après sa victoire à la primaire de la droite et du centre, un de ses proches conseillers lorsqu'il était ministre des Télécoms affirmait à La Tribune que s'il parvenait à l'Elysée, "un sujet pourrait être la poursuite du désengagement de l'État dans France Télécom [Orange aujourd'hui, Ndlr]".

Un dossier épineux

Reste que le dossier demeure épineux. Les tribulations d'Emmanuel Macron à ce sujet lorsqu'il était ministre de l'Économie le montrent. D'un côté, tout gouvernement voit forcément dans une privatisation un joli pactole en ces temps de disette budgétaire. Mais le fait d'être le premier actionnaire d'Orange permet à l'exécutif d'avoir son mot à dire quant à la stratégie de cette locomotive des télécoms françaises. Et notamment concernant la politique d'investissements dans les réseaux Internet à très haut débit fixe et mobile. Or ces sujets, comme en témoignent les attentes fortes liées à la couverture des zones blanches, sont aujourd'hui éminemment politiques.

Sous François Hollande, le gouvernement a jusqu'à présent refusé de couper le cordon avec l'opérateur historique. Il s'est contenté, via BpiFrance, d'en céder près de 4% en deux fois entre 2014 et 2015. Ce qui a permis à la banque publique d'encaisser près de 1,4 milliard d'euros sans que l'État perde pour autant la main. Début juin, François Hollande a déclaré qu'il entendait demeurer "un des principaux actionnaires d'Orange", sans indiquer, toutefois, à quel niveau il souhaitait rester.

Pierre Manière

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 09/12/2016 à 14:59
Signaler
Fillon a raison, Orange fait des bénéfices; donc il faut la brader au privé . La droite des châteaux veut aussi privatiser la Sécurité sociale ( bénefs pour les copains) ; pourtant est-ce que le petit personnel des châteaux mérite parfois d'être so...

à écrit le 09/12/2016 à 14:48
Signaler
Fillon a raison, Orange fait des bénéfices; donc il faut la brader au privé .

à écrit le 05/12/2016 à 16:26
Signaler
Ce Fillon travail pour bollore qui va aide a devenir locataire de l Élysée et en retour il va lui offrir orange sur un plateau

à écrit le 05/12/2016 à 16:25
Signaler
Ce Fillon travail pour bollore qui l aide a devenir locataire de l Élysée et en retour il va lui orange sur un plateau

à écrit le 02/12/2016 à 15:32
Signaler
Le choix est à la fois économique, idéologique et culturel. Certes on peut encore continuer à s’illusionner et à nier la vérité, malheureusement si on en vient à sacrifier les bijoux de famille, c’est surtout que l’on n’a plus ne le choix ni le te...

à écrit le 02/12/2016 à 12:12
Signaler
Si telle était sa décision, il ne ferait que reprendre l'avis de Madelin qui considérait que l'état n'avait pas vocation à vendre des téléphones. Formule un peu lapidaire mais qui résume bien l'état d'esprit des libéraux "pur jus". On peut imaginer, ...

à écrit le 02/12/2016 à 11:22
Signaler
L'état devrait garder au moins une minorité de blocage dans les secteurs stratégiques : télécom, énergie , infrastructures ( ports , aéroports, autoroutes ) transports .

à écrit le 02/12/2016 à 9:58
Signaler
Le titre de l'article traduit une méconnaissance du sujet. Orange ex France Télécom à été privatisé il y a plus de 10 ans. En 2004, l'Etat actionnaire est passé sous les 50 pourcents du capital, après des années de cession de participation. Co...

à écrit le 02/12/2016 à 9:08
Signaler
Privatisons la santé pour les assurrances Privatisons EDF et les centrales nucléaires Privatisons Orange (je croyais que c'était déjà le cas ?) et son réseau construit aux frais de nos impots Privatisons les autoroutes, les routes nationales Priv...

le 02/12/2016 à 12:24
Signaler
1er problème : l’Etat n'est pas obligatoirement bon gestionnaire, souvent c'est même le contraire. En tous cas il n'est pas assez réactif et tout le monde sait que l'économie et les technologies évoluent très vite et qu'il faut s'adapter. 2e probl...

le 09/12/2016 à 14:53
Signaler
Détruire la Sécurité sociale en la privatisant, c'est quand même bon pour le privé . Notez bien que vous cotiserez plus, puisqu'il faudra engraisser les actionnaires privés . Là, nous reviendrons 70 ans en arrière .

à écrit le 02/12/2016 à 8:11
Signaler
F.Fillon devrait faire gaffe. Son nez abime du cote droit suite a un coup de kmera en dit long. Une fois en place peut-etre (?) mettre les medias a ses ordres semble une priorite, d'autant que nombre de journeaux en France sont colores a gauche. Ceci...

à écrit le 02/12/2016 à 0:35
Signaler
Rester actionnaires dans des entreprises qui fonctionnent et rapportent des dividendes réguliers à l'état est une preuve de bonne gestion. Les entreprises comme la poste ou la SNCF (voir même AREVA) qui sont un coût sans bénéfice doivent quand à elle...

à écrit le 01/12/2016 à 19:05
Signaler
On peut déjà penser à toutes les entreprises en concurrence n'ayant aucune obligation publique de mettre à disposition des infrastructures et ce serait déjà beaucoup. Il est curieux d'avoir privatisé des autoroutes et des aéroports qui sont bien évid...

à écrit le 01/12/2016 à 19:04
Signaler
D'un autre coté, s'il est Président il n'aura juste qu'un zeste à faire !

à écrit le 01/12/2016 à 18:18
Signaler
c'est deja le cas; cela dit tt le monde va se mefier d'une entreprise ou l'etat va se desengager puis ne pas manquer de voter plein de contraintes qui ne le concerneront plus une fois la sortie realisee l'arabie saoudite aussi s'est dit que ca serai...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.