Objets connectés : Qowisio, challenger de Sigfox, lève 10 millions d'euros

 |   |  433  mots
Membre fondateur de la Cité de l'Objet Connecté, que doit inaugurer François Hollande vendredi à Angers, la startup prévoit d'atteindre un chiffre d'affaires annuel supérieur à 140 millions d'euros en 2020.
Membre fondateur de la Cité de l'Objet Connecté, que doit inaugurer François Hollande vendredi à Angers, la startup prévoit d'atteindre un chiffre d'affaires annuel supérieur à 140 millions d'euros en 2020. (Crédits : Décideurs en région)
Basée près d'Angers (Maine-et-Loire) et créée en 2009, Qowisio s'est spécialisé dans les réseaux sans fil à bas coûts et à faible consommation énergétique afin de connecter les objets entre eux.

Un concurrent en devenir pour Sigfox. La startup française Qowisio a annoncé lundi 8 juin avoir levé 10 millions d'euros pour lancer en France son premier réseau public bas-débit et longue portée dédié aux objets connectés. Après avoir levé 500.000 euros en juin 2012, ce deuxième tour de table a réuni Ouest Croissance, Go Capital, BNP Paribas Développement et Pays de la Loire Développement.

Multiplier le chiffre d'affaires par 10 en cinq ans

Basée près d'Angers (Maine-et-Loire) et créée en 2009, Qowisio s'est spécialisé dans les réseaux sans fil à bas coûts et à faible consommation énergétique afin de connecter les objets entre eux. La startup, qui estime à 2 milliards le nombre d'objets qui seront connectés en France d'ici à 2020, devrait réaliser un chiffre d'affaires de l'ordre de 15 millions d'euros en 2015.

Le cœur du réseau de Qowisio, qui a déjà déployé 18 réseaux privés à l'étranger, repose sur une borne d'accès sans fil Gateway qui permet de connecter tout objet dans un rayon de 50 km à 60 km, en faisant transiter plus de 1 million de messages par jour.

Membre fondateur de la Cité de l'Objet Connecté, que doit inaugurer François Hollande vendredi à Angers, la startup prévoit d'atteindre un chiffre d'affaires annuel supérieur à 140 millions d'euros en 2020.

Forte concurrence

La société toulousaine Sigfox, pionnière des technologies permettant aux objets connectés de dialoguer entre eux, a pour sa part levé 100 millions d'euros en février dernier afin de financer le déploiement de son réseau aux États-Unis, alors que Bouygues Telecom devrait lancer à l'été son propre réseau  dans l'Hexagone. Tout comme Qowisio, les deux réseaux misent sur une même "approche low-cost".

Sigfox déploie un réseau bas débit sans fil, dans une bande étroite de fréquence, dans les 868 MHz, comme les télécommandes de portail par exemple, qui ne nécessitent pas de licence ni d'autorisation d'installation d'antennes. Pour connecter un objet tel qu'un compteur d'eau ou d'électricité, il suffit d'y ajouter un petit modem (un composant classique, non propriétaire) qui n'émet qu'en cas d'incident et consomme ainsi peu d'énergie.

Quant à Bouygues Telecom, son réseau mise sur la technologie LoRa (pour "long range"), qui utilise des fréquences sans licence, gratuites (dans la bande des 863-870 MHz), à usage industriel, scientifique ou médical (ou "ISM", à l'image des portes de garage). Elle permet d'échanger des données de petits volumes à moindre coût, en préservant l'autonomie des objets communicants.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :