Plan social : SFR supprime 1.123 emplois et en créera 267 autres

L'opérateur vient d'annoncer ce mercredi matin en comité central d'entreprise un plan de départs volontaires portant sur 1.123 postes et la création de 267 emplois, soit 856 suppressions en net. Mais les syndicats doutent que ces postes soient effectivement pourvus, se fondant sur l'expérience du précédent plan.

5 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

Les évaluations des syndicats sont confirmées ce mercredi matin : SFR vient d'annoncer en comité central d'entreprise un plan de départs volontaires portant sur 1.123 postes, s'accompagnant de 267 créations d'emplois, soit 856 suppressions en net (voir l'article paru samedi), selon des sources syndicales concordantes. Dans un marché bousculé par l'arrivée de Free Mobile en janvier, SFR évoque dans un communiqué « un projet de réorganisation de l'entreprise en vue de sauvegarder sa compétitivité et d'accélérer sa mutation vers le numérique » passant par « un plan de mobilité interne et de départs volontaires à hauteur de 856 emplois. » L'opérateur, qui emploie environ 9.500 personnes, précise que « ce plan de transformation vise à maintenir les investissements de SFR dans les infrastructures très haut débit et à permettre de disposer d'une organisation performante. »

Ne pas franchir le « seuil symbolique » des 1.000 emplois
Cette réorganisation s'inscrit dans une stratégie de mutation d'opérateurs télécoms en « opérateur numérique engagé. » La CGT, quatrième organisation syndicale chez l'opérateur (derrière l'Unsa, la CFE-CGC et la CFDT), a immédiatement réagi avec circonspection, dénonçant « des créations virtuelles. Il y a déjà 244 postes à pourvoir sur intranet, soit 23 nouvelles créations » et ironisant « ça c'est 4G Ready ? » Le syndicat fait référence à la nouvelle campagne de l'opérateur qui lance ce mercredi sa première offre commerciale de très haut débit mobile à Lyon. « Nous n'avons aucune certitude que ces postes seront effectivement pourvus » relève Jean-Luc Martin, de la CFE-CGC. « Lors du précédent plan, en 2008, SFR avait annoncé 350 créations d'emploi, il y en a eu moins de 100 en fait » se souvient Vanessa Jereb, de l'Unsa. « La direction s'est engagée auprès de Fleur Pellerin et Arnaud Montebourg de faire moins de 1.000 suppressions d'emploi, les ministres nous l'ont dit » affirme-t-elle. La direction ne cache qu'« il y a des seuils symboliques » qu'il faut éviter de franchir.
 

Un risque de « mobilité géographique forcée »
Les représentants syndicaux ont commencé à décortiquer mercredi après-midi l'énorme pavé de 750 pages du « livre II » du plan de transformation et se plaignent de l'absence de tableau de synthèse. La CFE-CGC a tenté de ventiler les suppressions envisagées par métier et par site. En volume, c'est la division grand public et professionnel (les équipes de Frank Cadoret) qui est la plus touchée avec 341 postes en moins (hors créations) suivie de la division réseaux et systèmes d'information avec 323 suppressions et la branche entreprises Business Team (202 sur 2.152). En pourcentage des effectifs, le plus lourd tribut est payé par les ressources humaines (26% hors créations, 21% en net) et les fonctions supports (finance, etc) avec près de 20% de personnes en moins (17% en net), voire « 50% de moins à la communication » selon un délégué central. Si l'Ile-de-France, en particulier le siège, la tour Sequoia à La Défense où travaillent 2.500 personnes, sera la plus affectée (538 postes en moins), les syndicats s'inquiètent déjà pour certaines implantations en régions : Lyon devrait perdre 102 postes, dont 57 aux réseaux et SI, Toulouse 43 sur 120, dont 23 aux réseaux et SI. « Comment peut-on parler de volontariat quand il est question de supprimer 40% des postes à Toulouse ? » objecte Olivier Lelong, de la CFDT. « Si une activité est transférée de Toulouse à Paris, il y a un risque de mobilité géographique forcée » renchérit la déléguée syndicale de l'Unsa. Des « mobilités forcées » comme chez France Télécom à l'époque Lombard.

« Ce sont les dirigeants qui n'ont pas anticipé stratégiquement l'impact de Free »
« On ne comprend pas de telles réductions sur le réseau, cela nous inquiète. Pour vendre des services Gold, Silver, etc, il faut avoir le meilleur réseau, or il a déjà baissé en qualité et certains sites ne sont pas au niveau » fait valoir le représentant CFDT. Quant à la stratégie de la direction de transformer le groupe en « opérateur numérique engagé » (ONE), les syndicats raillent : « du numérique, on en fait déjà depuis pas mal d'années » relève Jean-Luc Martin, de la CFE-CGC, « c'est pour rendre plus belle la mariée aux yeux d'un éventuel acquéreur » considère Vanessa Jereb à l'Unsa. « S'il s'agit simplement de croiser les modes de ventes, c'est juste de la com' » estime Olivier Lelong. On sent aussi de l'amertume et de la colère chez les salariés et leurs représentants à l'égard des dirigeants « ces sont eux qui n'ont pas su anticiper stratégiquement l'impact de Free Mobile » martèle la déléguée centrale de l'Unsa. « On nous dit qu'il faut rendre l'entreprise plus réactive et plus agile. Cet argument nous laisse pantois alors que cela fait un an qu'on attend enfin une stratégie de la direction. On a eu 4 Pdg depuis le début de l'année, Frank Esser, Jean-Bernard Lévy, Michel Combes qui n'est finalement pas venu et Stéphane Roussel » observe le représentant de la CFDT. « Ce n?est pas l?arrivée de Free qui peut justifier le plan d?économie de SFR » fait valoir l?intersyndicale dans un communiqué commun, soulignant que « SFR dégage 12% de marge nette, soit 5 points de plus que la moyenne du CAC 40 » et que « l?impact de ce plan sur la profitabilité de SFR ne dépassera pas 1%. » En effet, « les charges de personnel représentent 7% chez nous et 6% chez Free, il n?y a pas grand-chose à gratter » analyse Olivier Lelong. Criant au scandale d'avoir appris par un communiqué de presse envoyé dans la matinée que la direction voulait réunir les partenaires sociaux dès lundi prochain, le 3 décembre, pour « négocier les conditions d'accompagnement des collaborateurs », les délégués syndicaux menacent de ne pas s'y rendre. Un comité central d'entreprise est prévu les 6 et 7 décembre avec les directeurs de chaque entité.

 

 

5 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 01/12/2012 à 14:14
Signaler
Je croyais que sfr etait un opérateur. Numérique. Engagé C est ce qu ils ont dit non Mdr

à écrit le 29/11/2012 à 14:50
Signaler
SR, un PDG ancien DRH pour gérer le plan social, logique ...

à écrit le 28/11/2012 à 16:53
Signaler
Les salariés feront le dos rond (Cf autres Plans de départ Volontaire) et laisseront faire la direction. Ils sont tous piqués pour se taire et ont peur de leurs managers.

à écrit le 28/11/2012 à 16:33
Signaler
Coincidence incroyable ! Ce matin, j'ai joué 1123 euros au PMU, et devinez quoi ? J'ai gagné ! Oui, j'ai gagné 267 euros, je suis très très content ! Pas vous ?

à écrit le 28/11/2012 à 16:20
Signaler
un plan de destruction du réseau distributeurs SFR business Team est en cours, l'opérateur veut supprimer ces partenaires historiques (50 PME touchées- 1000 emplois ) que fait le gourvenement ?

à écrit le 28/11/2012 à 16:17
Signaler
on ne parle pas des licenciements chez les soustraitants et les distributeurs de ces opérateurs...il faut tabler sur des centaines de suppressions de postes chez les partenaires de SFR, c'est dramatique car ce sont des PME sans les ressources des Opé...

à écrit le 28/11/2012 à 13:30
Signaler
J'ai quitté la France il y a 2 ans et demi, le contrat terminé depuis 2 ans, j'ai tout payé, mon portable est toujours vérouillé!

le 28/11/2012 à 15:15
Signaler
Fallait ptet penser a le faire délocket quand vous étiez encore client... c'est pareil partout :-)

le 28/11/2012 à 17:10
Signaler
Oui, on ne pas blamer les opérateurs de tout le maux... voir de votre propre incompétence.

à écrit le 28/11/2012 à 13:05
Signaler
Contrairement aux précédents PSE, il sera difficile de trouver 1123 volontaires éligibles avec un CDI dans une autre entreprise ou un projet de création de société. La situation du marché des télécoms n'est plus celle de 2005/2006 qui avait permis à ...

à écrit le 28/11/2012 à 12:44
Signaler
C'est facile de dire que C'est de la faute de free Moi j'ai été chez SFR pendant des années Les tarifs étaient prohibitifs Et les hors forfait incessant Maintenant je suis chez free Je paye 16 ? par mois Et en six mois je n'ai pas de hors forfait

le 28/11/2012 à 13:03
Signaler
Super Phil Tour c'est vrai qu'avec 16 Euros ont peut financer un reseau et son entretien? ah non c est vrai vous etes chez FREE... pas de reseau.

le 28/11/2012 à 13:35
Signaler
Lobby en vue.

le 28/11/2012 à 13:36
Signaler
pour etre dans le secteur sisi free fait bien sont réseau: de plus en attendant il verse à orange pour utiliser sont réseau 1 millards mais il faut de la concurrence car qui paye les actionnaire des copains bling bling c nous ???????????? et sa r...

le 28/11/2012 à 17:09
Signaler
Non ils n ont pas de réseau vous le dites vous meme... 1 Milliard. Pour creer et entretenir un réseau, ce n'est rien du tout, d'ailleurs si Free pouvait le reconduire il en serait ravi mais ca ne sera pas le cas.

le 28/11/2012 à 18:09
Signaler
si free contruit sont réseau de plus c pas srf a qui free verse 1 milliard MAIS ORANGE je ne dit rien d'autre ou vous etes AVEUGLE ET DE MAUVAISE FOI aller BASTA

à écrit le 28/11/2012 à 12:43
Signaler
pas grave pour sfr et les emplois en moins prevision de la creation de 500 postes nouveaux dans centre d appel a maurice et pour un salaire 4 fois moins c est tout benef

à écrit le 28/11/2012 à 11:55
Signaler
1.123 - 267 = 856. c'est plus qu'à ARCELOR !! Qu'attend donc l'Etat pour nationaliser SFR?

à écrit le 28/11/2012 à 11:50
Signaler
et en même temps SFR fait un bénéfice de 2 milliards d'euros pour 12 milliards de chiffre d'affaire... financièrement c'est pas 1100 salaires en moins qui va faire la différence. Par contre ça fait plaisir aux actionnaires et à la bourse ! Par cont...

le 28/11/2012 à 13:26
Signaler
Encore un anti actionnaire qui n'as rien compris au systeme...

le 28/11/2012 à 13:36
Signaler
Si si, ce qui compte c'est l'actionnaire. Le reste, l'humain, la democratie, tout ces machins qui empeche de faire de l'argent, on s'en fout. lol

le 28/11/2012 à 14:49
Signaler
à M92 : essaies un peu de demander à l'actionnaire de faire fonctionner le service quand il aura bien pressé le citron et qu'il y aura plus de collaborateurs : il faut des bras pour faire tourner une boite !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.