Orange et Free enterrent la hache de guerre dans la fibre optique

 |   |  545  mots
DR.
DR. (Crédits : DR)
L'opérateur historique a accepté de payer des dommages à Free pour régler un contentieux sur le déploiement du très haut débit remontant à 2007. L'Autorité de la concurrence vient de valider l'accord qui va faciliter l'accès au génie civil d'Orange pour tous les autres opérateurs.

L'affaire remonte à juin 2007. Free s'était plaint devant l'Autorité de la Concurrence que l'opérateur historique lui refusait l'accès à son génie civil pour déployer son propre réseau à très haut débit en fibre optique dans une vingtaine de villes (les « fourreaux », ces conduits par lesquels passent les câbles, étaient trop étroits selon France Télécom pour les multiples fibres déployées par l'opérateur alternatif selon la technologie dite point-à-point).

Free affirmait même que France Télécom abusait de sa position dominante. Le gendarme de la concurrence n'avait pas donné droit à sa demande de mesures conservatoires en février 2008 et s'apprêtait à rendre sa décision sur le fond avant la fin de l'année. Or les deux parties ont été « incitées à trouver un accord transactionnel » confie l'une d'elles : Orange ayant accepté de payer des dommages (non révélés) à Free, qui s'est désisté de sa plainte, les deux opérateurs ont conclu un accord mettant ainsi fin à leur contentieux.

Le génie civil de l'opérateur historique, incontournable
L'Autorité de la concurrence s'en félicite ce jeudi, car l'accord va s'appliquer plus largement à tous les opérateurs et faciliter le déploiement dans plus de 510.000 logements dans 20 villes dont Rouen, Tours, Clermont-Ferrand, Marly-le-Roi, Vélizy, La Courneuve, etc. Si les opérateurs ont la possibilité de recourir aux égouts à Paris, aux réseaux d'initiative publique (RIP) des collectivités locales, ou au creusement de tranchées, « aucune de ces infrastructures n'est comparable au réseau de 350.000 km d'artères de génie civil, qui a été construit pour installer les fils de cuivre du téléphone, et dont dispose Orange en raison de son ancien statut de monopole public » souligne le gendarme de la concurrence.

Concrètement, l'opérateur historique propose une architecture technique unique « globalement plus intéressante économiquement », en permettant aux opérateurs de se raccorder à un point de mutualisation desservant au moins 300 logements dans les zones de haute densité et les poches moins denses (zones pavillonnaires des agglomérations), sans distinction.

Orange leader de la fibre en abonnés, hors Numericable
Sur le plan financier aussi, Orange a assoupli les conditions de co-investissement, de manière progressive, par tranche. « Cela permettra aux opérateurs disposant d'une plus petite surface financière d'investir à proportion de leurs moyens et d'animer in fine le marché de détail », estime l'Autorité de la Concurrence. Ce jeudi, Orange a annoncé avoir conquis 50% des abonnés français à la fibre optique au deuxième trimestre soit 239.000 clients au total à la fin juin, soit un doublement en un an, et avoir investi 150 millions d'euros sur le semestre.

Il revendique ainsi le titre de leader en part de marché (SFR a fait état début juin de 120.000 abonnés), pour ce qui est de la fibre jusqu'à l'abonné (Fiber to the home). Car Numericable reste loin devant avec son très haut débit combinant fibre et câble coaxial dans la partie terminale (dans l'immeuble et le logement), avec 675.000 abonnés ayant accès à un débit de 100 mégabits/seconde et 665.000 à plus de 30 mégas, selon l'observatoire du très haut débit de l'Arcep, le régulateur des télécoms.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2013 à 9:39 :
Vous oubliez juste que Numéricâble (NC) a dans un premier dû racheter tous les opérateurs de tv par câble totalement déficitaires (Vidéopole, FT Câble, NTL, Noos, etc). Ils ne font qu'avoir leur retour sur investissement car la tv par câble a été un fiasco en France contrairement à l'Allemagne ou les pays du Benelux où le câble est légion.

De plus, NC est un réseau privé donc il échappe à la régulation qui s'impose pour d'anciens monopoles d'Etat dérégulé.

Déjà que l'Etat a mis en place des oligopoles dans ce domaine. Des oligopoles qui dans la téléphonie mobile s'entendent en sous main dans des ententes dénoncées (sanctionnées), il ne faudrait pas trop crier au loup ...
a écrit le 28/07/2013 à 19:57 :
ces autorités ne font que tordre le marché pour mettre des batons danslesw roues à certains et donner des avantages à d'autres, elle est où la concurrence, la garantie de l'intérêt de sclients et des contribuables qui sont obligés de financer des réseaux en zones que la régulation décrète non denses alors que des opérateurs investissent ???
a écrit le 27/07/2013 à 12:33 :
pendant que numéricable bénéficie d'un monopole grace à 4 millions de ^prises FTTLA qui permet du 100M uniquement pour un service numéricable, orange a l'obligation de tout louer à prix coûtant à tous les opérateurs, y compris par ses nouveaux investissements numériques....la régulation est un système qui ne fait que donner des avantages particuliers à certains au détriment d'autres, c'est un système totalement contraire au droit du commerce et qui freine tout développement normal. Numéricâble doit être dégroupé et toutes les règles doivent être symétriques. Et si le génie civil est à louer, il faut qu'il le soit pour tous les opérateurs et initiatives publiques et à tarif équivalent...
Réponse de le 28/07/2013 à 13:49 :
100% d'accord, est ce qu'il y a une régulation du secteur automobile, des autres secteurs industriels ??? aucune justification si ce n'est le régime des copains, des aides occultes, XN est le copain de sarko et continue à avoir des aides injustifiées et inqualifiables, numéricable passe sous les radars de la régulation avec son monopole des réseaux câbles fermés à la concurrence et c'est l'opérateur historique qui est racktété au bénéfice d'autres, il daoit travailler pour ses concurrents à louer tout à prix coûtant !!!! vous dites régulation ?? à palerme on appelle ça autrement, mais la différence, c'est qu'en france c'est légalisé !!!
Réponse de le 28/07/2013 à 14:13 :
+1000, trés bon résumé de la situation réelle, la face cachée que personne n'explique, au contraire, on nous fait croire que le résultat est le fruit de la concurrence, c'est surtout le fruit d'un système asymétrique et donc non concurrentiel, avec des aides personnalisées et occultes, un drôle de système !
Réponse de le 28/07/2013 à 19:54 :
"Sur le plan financier aussi, Orange a assoupli les conditions de co-investissement, de manière progressive, par tranche. « Cela permettra aux opérateurs disposant d'une plus petite surface financière..." mais les investissements sont déjà proportionnels au nombre de clients à capter et si un acteur n'a pas envie d'investir, qu'il aille cultiver des poireaux plutôt que faire le coucou à profiter des réseaux des autres dans des conditions extrémement favorables, ce qui distord la concurrence et baisse la capacité d'investissement de l'opérateur historique... et ensuite on paye des impôts pour financer les initiatives publiques qui partent en quenouille sans aucune maitrise ... des milliards gaspillés et qui ne servent à quasiment rien.... c'est tout le cynisme de l'autorité que dire que Orange à prix des initiatives... il est contraint et forcé de se faire rackéter sinon les dispositions prises sont encore pire....un drôle de système comme vous dites qui n'existe pas du tout dans le secteur industriel, de sautorités au service de certains opérateurs privés pour leur faciliter de façon illégale la tâche, un vrai délire "au pays du droit"
a écrit le 26/07/2013 à 15:33 :
Numericable n'offre pas de fibre optique à l'abonné donc il n'y a aucun point de comparaison possible avec la fibre optique installée par la concurrence. On peut tout juste lui accorder le terme "très haut débit" à condition de définir ce qu'est le "haut débit" car historiquement défini par une connexion supérieure à celle d'un modem RTC, soit de l'ADSL. Par analogie, on peut définir le très haut débit pour toute connexion supérieure à de l'ADSL ce qui correspond bien au câble voir même au VDSL2 qui s'annonce prometteur et moins coûteux à déployer car à priori tous les DSLAMs des opérateurs ADSL sont compatibles VDSL2. Les expérimentations pilotes du VDSL2 réalisées par les opérateurs n'ont pas démontré de contre-performance significative du VDSL2 sur une connexion ADSL. Selon le type de box, une simple MAJ logicielle pourrait permettre une migration transparente pour l'abonné.
Réponse de le 26/07/2013 à 15:51 :
Numericable déploie de la fibre jusqu'à l'immeuble et ensuite distribue ses services dans du câble coax...mais dans environ 1/3 de ses prises c'est de la fibre jusqu?à l'abonné. L'autre truc, c'est que la fibre consomme beaucoup moins d?énergie électrique que l'ADSL et normalement il y a aussi moins de maintenance..car contrairement à ce que beaucoup de personnes incompétentes disent, les fils de cuivre rouillent et il faut les changer régulièrement, et aussi les rats adorent les fils cuivre,....
Réponse de le 26/07/2013 à 17:45 :
@alex

"car contrairement à ce que beaucoup de personnes incompétentes disent, les fils de cuivre rouillent" Avant de traiter les autres d'incompétents, prenez quelques cours de chimie niveau Bac et vous apprendrez que le cuivre ne rouille pas mais peut s'oxyder lentement à l'air (plus précisément avec l'oxygène pour former du vert-de-gris). La rouille est par définition de l'oxyde de fer. D'ailleurs les câbles téléphoniques sont isolés et ne sont donc par conséquent pas directement en contact à l'air hormis près du bornier, cependant les isolants peuvent se dégrader avec l'environnement. La présence de rongeurs dans les égouts est manifestement plus critique. Ne vous imaginez pas qu'un rongeur puisse pratiquer une quelconque discrimination entre une fibre optique et un câble de cuivre (coaxial ou de paires torsadées) puisqu'il s'attaquera sans aucun doute aux deux!
Réponse de le 28/07/2013 à 13:54 :
le réseau cuivre est de bonne qualité, les câbles de grosses capacité sont pressurisés, et le taux de faille est défaillance est faible.... quand à la dépense d'énergie, elle est surtout concentrée sur les routeurs IP qui consomment énormément, la fibr a besoin aussi d'équipements d'extrélités qui sont alimentés par le client ... et ce n'est pas l'élergie qui est un poste significatif de dépenses dans un réseau télecom, c'est surtout le génie civil (et les tavaux induits par la voirie), les supports de la boucle locale (le coût le plus élevé est la partie capillaire) les équipements des noeuds de réseau....
Réponse de le 28/07/2013 à 13:57 :
le trés haut débit se définit par le débit disponible chez le client, et non par la technique, on peut faire du 100M voire plus sur des câbles cuivre (avec un dslam à moins de 500m), sur fibre de bout en bout, sur fible avec prolongement en coax dans l'immeuble, en utilisant l'existant des réseaux câblés (sans ouverture à la concurrence). Et avant tout, la question est de savoir de quoi a besoin le client et quel prix est il pret à payer !!! ce qui permet de savoir quel investissement est possible en fonction de la densité des clients et diversité des usages, et avec la diversité des techno possibles !
Réponse de le 28/07/2013 à 15:41 :
@THD

Il n'existe aucune normalisation des termes "haut débit" et "très haut débit" cependant il existe un usage du terme "haut débit" depuis l'introduction de la technologie ADSL. Le "très haut débit" n'étant pas commun ni en terme de débit ni en terme de technologie si bien que sa définition reste actuellement à géométrie variable. Vous pouvez effectivement obtenir du "haut débit" par l'agrégation de plusieurs connexions RTC néanmoins je ne pense pas que cela aurait un quelconque intérêt économique. Par défaut de terminologie précise, une connexion ADSL est synonyme de "haut débit" pour l'utilisateur lambda et tout ce qui dépassera techniquement une connexion ADSL (VDSL2, câble ou fibre optique) est synonyme de "très haut débit". La définition par la technique des termes "bas débit", "haut débit" ou "très haut débit" est la seule qui ait du sens pour le client. Vous pouvez toujours lui parler de "très haut débit" à 1 Mb/s symétrique par n'importe quelle technologie disponible, il vous fera les gros yeux en signe d'incompréhension.
Réponse de le 28/07/2013 à 19:47 :
obtenir du THD avec plusieurs connexions au réseau téléphonique ???? c'est dans harry poter ?? le téléphone c'est de la commutation à 64K !!! et impossible de synchroniser une centaine de raccordements, si tenté que le client veuille payer 100 raccordements !! dans le langage des spécialistes, le THD c'est à partir de 50M environ, mais effectivement pas de normalisation, contre ce n'est pas la technique qui définit la gamme de débit, on peut avoir du 100m sur cuivre ou sur coax, du 50M sur fibre, tout dépend l'ingénierie de raccordement et des équipements qui sont dans le site télécom (concentateurs, routeurs...). Ce qui a du sens pour le client c'est le débit dont il a besoin indépendamment de la technique ; la technique permet des débits trés divers, y compris par satellite ....(on mélange la notion de support et de technique de codage : le même cuivre permettait de faire du quelques kilos à 2M plésio symétrique, la modulation adsl permet de faire plus de débit, mais on peut faire aussi du 100M sur coax en FTTLA... La définition est uniquement à faire sur des tranches de débit : < 2M environ = bas débit, de 2M à 50M : haut débit, > 50 trés haut débit, ensuite les architectes réseaux mettront la bonne technique en fonction de la géographie, distances, densité clients...
Réponse de le 31/08/2013 à 12:15 :
Question a THD: bonjour vous avez l air de vous y connaitre je maitrise plutot bien l assemblage pc... mais j ai une question sur l ADSL; je vis sur l Ile d Oleron et mon FAI parvient a me "donner" du 20 Mega, mon fere lui vit dans une commune a 25KM d Orleans, entre Orleans et Paris et il est "limité" a du 2Mega.....je pensais que plus on se rapprochais de la capital plus on avait du gros debit.... Se fait il enflé par son FAI?
a écrit le 26/07/2013 à 13:49 :
Les fournisseurs d'accès auraient ils enfin compris que leur intérêt commun est de développer le réseau fibre optique qui a pris bien du retard en France ...
Réponse de le 26/07/2013 à 15:46 :
Les fournisseurs d'accès on bien compris, le problème c'est que certains veulent payer pour la fibre optique le prix qu'ils payent pour l'ADSL. Comme si le cout de la fibre optique n'avait pas couté quelques 2.5 milliards de euros à Orange pour la déployer..Mr ILIAD veut bien déployer la fibre a condition qu'on lui la lui donne gratuitement...Une dernière remarque pour cette bande de technocrates incompétents qui nous gouvernent...pourquoi les autres FAI ne peuvent pas se greffer au réseau Numericable alors que celui-ci peut proposer ses services là ou les autres ont déploie de la fibre, les obligations de uns ne sont pas les obligations de autres....j'aimerais savoir ou est l?Égalité de traitement en France...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :