Du mobile partout et pour tous, thème majeur du MWC de Barcelone

 |   |  605  mots
Anne Bouverot, la directrice directrice générale de l’association mondiale des opérateurs mobiles (GSMA).
Anne Bouverot, la directrice directrice générale de l’association mondiale des opérateurs mobiles (GSMA). (Crédits : DR)
A quelques jours de l’ouverture du grand salon mondial de la téléphonie mobile Mobile World Congress à Barcelone le 2 mars prochain, la directrice générale de l’association mondiale des opérateurs mobiles (GSMA), Anne Bouverot, confie les grandes tendances du secteur.

La Tribune. Quels seront les grands thèmes de cette nouvelle édition ?

Anne Bouverot. C'est le 10e anniversaire du Mobile World Congress à Barcelone. Cette année, nous allons beaucoup parler d'inclusion, à la fois géographique et financière. Derrière ce terme, il y a bien sûr les sujets de couverture des territoires en téléphonie mobile, qui sont très importants dans les pays développés mais aussi en Europe: Angela Merkel a évoqué des demandes particulières concernant les zones rurales d'Allemagne dans les futures enchères de fréquences 700 Mhz; au Royaume-Uni, l'opérateur EE a annoncé des investissements pour améliorer sa couverture dans les campagnes. L'autre volet de l'inclusion, c'est le prix des appareils : est-ce que les smartphones sont assez bon marché ? Car tout le monde ne peut pas s'acheter l'iPhone 6 ou le futur Galaxy S6 de Samsung !

Qui sont les têtes d'affiche cette année ?

Mark Zuckerberg revient cette année pour un keynote mais il sera cette fois-ci entouré de dirigeants d'opérateurs présents dans les pays émergents, comme Bharti Airtel Africa et Millicom, avec lesquels Facebook travaille pour aider à connecter ceux qui ne le sont pas. Nous recevons aussi le nouveau président de la FCC, le régulateur américain des télécoms, Tom Wheeler. La réglementation est en train de changer aux États-Unis et il sera intéressant de comparer le marché avec l'Europe notamment. Le patron d'Android chez Google, Sundar Pichai, qui a remplacé Andy Rubin, fera aussi une allocution.

Le lundi matin, ce sont comme d'habitude les grands patrons des opérateurs et équipementiers télécoms qui ouvriront le salon, Vittorio Colao de Vodafone, Cesar Alierta de Telefonica, Tim Hottges de Deutsche Telekom. Nous aurons aussi mardi Stéphane Richard d'Orange, Kenu Hu le directeur général de Huawei, entre autres. Le chairman du fabricant indien Micromax et l'un des directeurs exécutifs du chinois Xiaomi, Hugo Barra (ex-Telefonica) participent aussi à des tables rondes.

Chaque année, nous avons des dirigeants de constructeurs auto et, cette année, ce sera Carlos Ghosn, pour Renault-Nissan.

En termes d'innovations, à quoi faut-il s'attendre : des annonces sur la 5G, sur les objets connectés ?

L'innovation sera l'autre grand thème de cette année. Le stand qui était consacrée à la « ville connectée » sera 25% plus grand et s'appellera « Innovation City ». On y trouvera des objets connectés et des solutions pour la gestion de ces objets, par exemple pour l'éclairage public. Oral-B installera un salon dentaire avec sa brosse à dents connectée. Il y aura aussi un café, un théâtre, pour montrer toutes les applications possibles de la technologie mobile dans la ville. Il y aura aussi beaucoup de voitures, connectées bien sûr : Vodafone doit faire des démonstrations avec Porsche par exemple.

Quant à la 5G, qui succédera à la 4G, on va énormément en parler, mais il y a beaucoup de « hype », de battage, on ne sait pas encore ce que c'est ! Tout le monde veut être le premier et rivalise d'annonces. Les cas d'utilisations restent encore difficiles à imaginer : on parle d'exécuter des opérations à distance notamment. Mais la 5G ne sera standardisée que vers 2020 et son impact en termes d'investissements chez les opérateurs mobiles ne se verra pas avant. Il ne faut pas oublier qu'aujourd'hui seuls 10% des Européens sont utilisateurs de la 4G, quand ils sont déjà 50% aux États-Unis. Ils ont mis 5 ans pour arriver à ces 50%, cela risque de prendre plutôt 11 ans en Europe, où la couverture avoisine les 60% de la population contre 95% outre-Atlantique...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :