Nokia lance une OPE valorisant Alcatel-Lucent 15,6 milliards d'euros

 |   |  333  mots
Les actionnaires d'Alcatel-Lucent détiendront 33,5% du capital de Nokia Corporation.
Les actionnaires d'Alcatel-Lucent détiendront 33,5% du capital de Nokia Corporation. (Crédits : © Lehtikuva Lehtikuva / Reuters)
Nokia et Alcatel-Lucent ont officiellement annoncé leur fusion. Le groupe finlandais propose une offre publique d'échange sur le capital d'Alcatel-Lucent qui valoriserait celui-ci 15,6 milliards d'euros.

Publié le 15/04/2015 à 07:40. Mis à jour le 15/04/2015 à 09:21.

On en sait plus sur les modalités de l'absorption d'Alcatel-Lucent par Nokia. Le groupe d'infrastructures de télécommunications a indiqué à travers un communiqué publié mercredi 15 avril que le nouvel ensemble s'appellera Nokia Corporation. Le siège se situera en Finlande.

Une prime de 28% pour les actionnaires

D'après ce communiqué, les directions des deux groupes se sont mises d'accord sur les termes de l'opération. Ainsi, Nokia lancera une offre publique d'échange de titres sur la base d'un ratio de 0,55 action Nokia pour une action Alcatel-Lucent. Ce ratio valorise le groupe franco-américain à 15,6 milliards d'euros.

Il s'agit d'une prime de 28% par action pour les actionnaires d'Alcatel-Lucent (sur la base du prix moyen non-pondéré de l'action ces trois derniers mois). S'ils acceptent l'offre, ils se retrouveraient actionnaires de 33,5% du capital de la nouvelle entité, le reste revenant aux actuels actionnaires de Nokia.

"Le nouvel ensemble aura une capacité d'innovation sans précédent, grâce aux  Bell Labs d'Alcatel-Lucent, aux Future Works de Nokia, ainsi qu'à Nokia Technologies (cette dernière restera une entité distincte avec une orientation claire sur la licence et l'incubation des nouvelles innovations)," écrit le communiqué.

900 millions d'euros d'économies en 2019

Le groupe estime être en mesure de dégager 200 millions d'euros de réductions des dépenses d'intérêts financiers en année pleine dès 2017. Il vise également des synergies sur les coûts d'exploitation permettant d'économiser 900 millions d'euros par an à horizon 2019.

"Avec environ 40000 employés en R&D et des dépenses annuelles de EUR 4,7 milliards en R&D en 2014, le nouvel ensemble sera en mesure d'accélérer le développement des technologies futures telles que la 5G, les réseaux virtualisés, le Cloud, l'Analyse des données réseau, ainsi que les capteurs et l'imagerie", a poursuivi le communiqué.

Chute d'Alcatel-Lucent en Bourse

Suite à l'annonce de la fusion, Alcatel-Lucent perdait 10.22% en Bourse, mercredi à 9h18. De son côté Nokia gagnait 4,13% à 9h04.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2015 à 22:33 :
Belle opération pour Nokia mais une arnaque pour les petits actionnaires historiques d'Alcatel comme le titre sur le site du Nasdaq.
Où est le retour de cash aux petits actionnaires d'Alcatel qui accompagnent l'entreprise depuis plus de 10 ans?
espérons une contre offre de Cisco ou Ericsson car apporter ses titres sur la base de 1 titre Alcatel pour 0.55 titre de Nokia, pour moi c'est niet.
a écrit le 15/04/2015 à 17:30 :
Comment voulez-vous que les ennemis de la finance puissent être en mesure de nous protéger des attaques financières de la concurrence ? Le seul responsable de cette triste histoire reste l'électeur ! Quoi qu'on dise, c'est bien lui qui a le pouvoir...
a écrit le 15/04/2015 à 13:35 :
En 2013, Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, avait demandé aux opérateurs français de soutenir Alcatel-Lucent, considéré comme une entreprise stratégique pour le pays. Comme Alstom ?
Après Péchiney, Arcelor, Alstom, Numéricable et SFR, Lafarge et tant d’autres, la braderie des joyaux de l’industrie française continue. Les grands groupes, tout comme les petites pépites, passent l’un après l’autre sous contrôle des actionnaires étrangers.
Tout doucement, on nous dépouille, c'est bien triste, et pourtant rien n’est fait pour maintenir la propriété française des entreprises, créées et développées patiemment par le talent et le travail de ceux qui nous ont précédés.
L’Europe est un prétexte pour décourager toute politique volontariste de notre part dans ce domaine.
Il faut s’en affranchir avant de se retrouver tout nu, c'est-à-dire sans usines - que les nouveaux propriétaires auront peu à peu réinstallées dans leur pays. Il ne nous restera que des chomeurs à entretenir par les contribuables.
Nos « élites » nous gouvernent très mal, et manquent de patriotisme ou de vision à long terme …
Les Allemands et les Suisses eux se débrouillent mieux et font tout pour garder le contrôle de leurs entreprises (Thyssen et Siemens sont toujours allemands et bien là, merci pour eux …)
a écrit le 15/04/2015 à 13:28 :
Alcatel -10% Pour une fois la bourse et les salariés sont d'accord, ils n'aiment pas cette opération.
a écrit le 15/04/2015 à 12:18 :
Bonne Nouvelle pour les salariés
Ils n'auront plus de patron francais

Encore une entreprise qui a connu le déclin grace a la stratégie de ces dirigeants
Bon il aurait pu avoir mme lauvergeon et la oufff!!!
a écrit le 15/04/2015 à 10:24 :
Voila une démonstration éclatante de la difficulté et de l'importance de trouver un bon PDG.
Alcatel a été coulé par une stratégie erronée basée sur une vision superficielle du métier et plutôt motivée par l'égo d'un patron insuffisamment challengé en interne, Nokia sort du gouffre grâce à une stratégie porteuse bien mise en action.
L'art de la fusion est un exercice très délicat. Espérons que Nokia réussisse mieux avec Alcatel que ces derniers avec Lucent !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :