Orange : amende en vue pour abus de position dominante

 |   |  469  mots
Orange est encore très dominant sur le marché des télécoms d'entreprise, avec 63% des parts de marché, devant SFR business team (21%), Bouygues Telecom (6%), Completel, filiale de Numericable, avec 4%, l'opérateur britannique Colt (3%) et 3% pour le reste.
Orange est encore très dominant sur le marché des télécoms d'entreprise, avec 63% des parts de marché, devant SFR business team (21%), Bouygues Telecom (6%), Completel, filiale de Numericable, avec 4%, l'opérateur britannique Colt (3%) et 3% pour le reste. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Accusé par l'Autorité de la concurrence d'abus de position dominante auprès des entreprises, Orange doit maintenant répondre mais n'aurait que peu de chances d'échapper à une amende de plusieurs centaines de millions d'euros, d'après BFM Business.

Publié le 11/05/2015 à 11:02. Mis à jour le 12/05/2015 à 18:20.

Orange a-t-il abusé de sa position dominante dans les télécoms d'entreprise pour évincer ses rivaux ? Largement en tête dans ce secteur, avec plus de 60% de parts de marché et un chiffre d'affaires monde de 6,3 milliards d'euros l'an passé, le premier opérateur français est visé par plusieurs plaintes auprès de l'Autorité de la concurrence, déposées notamment en 2008 par Bouygues Telecom et en 2010 par SFR. Celles-ci pourraient conduire dès la fin de l'année à une amende de "plusieurs centaines de millions d'euros" pour Orange, rapporte BFM Business.

Orange confirme avoir reçu une notification des griefs

L'opérateur télécoms français Orange a confirmé mardi 12 mai avoir reçu une notification de griefs de l'Autorité de la concurrence sur le marché entreprises.

"A ce stade, aucune évaluation d'une éventuelle sanction ne peut être faite par qui que ce soit", souligne Orange.

Perquisitions de quatre sites

En décembre 2010, une descente avait eu lieu sur quatre sites, dont le siège d'Orange France à Arcueil, celui d'Orange Business Services à Saint-Denis et celui du groupe, place d'Alleray à Paris, jusque dans le bureau de Stéphane Richard, PDG du groupe. Après avoir été contestées par Orange devant la justice, ces saisies ont été déclarées "régulières" en mai 2012 par la Cour d'appel de Paris.

Confortée, l'Autorité de la concurrence a notifié ses griefs à l'opérateur historique, d'après BFM. Accusé de "discrimination tarifaire sur le marché de gros fixe, fidélisation sur le marché mobile entreprise, et rabais exclusifs sur le marché données entreprise", Orange doit maintenant répondre mais n'aurait que peu de chances d'échapper à une amende. La décision de l'Autorité de la concurrence pourrait survenir dès la fin 2015, écrit le site.

Un marché "sclérosé" , selon Patrick Drahi

D'après une étude de l'Idate, think tank spécialisé dans l'économie numérique et les télécommunications notamment, parue en juillet 2013, le marché français des télécoms d'entreprise pèse en France 12 milliards d'euros par an (chiffres 2011), soit le quart du marché total des télécoms. Opérateur historique, Orange y est encore très dominant, avec 63% des parts de marché, devant SFR business team (21%), Bouygues Telecom (6%), Completel, filiale de Numericable, avec 4%, l'opérateur britannique Colt (3%) et 3% pour le reste.

Lors de la conférence de presse de mars 2014 présentant alors le projet de fusion avec SFR, Patrick Drahi, premier actionnaire de la maison mère de Numéricable, Altice, avait ainsi dénoncé l'état du marché des entreprise, l'estimant "sclérosé".

"Plus de 70% est aux mains d'Orange, c'est un marché de 6,5 milliards d'euros assez peu compétitif, où de nombreux petits acteurs comme Colt, BT, se font concurrence entre eux."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2015 à 0:12 :
La France est un pays d'imbéciles: on culpabilise sans arrêt la réussite et on idéalise la médiocrité.
a écrit le 15/05/2015 à 19:32 :
L'Autorité de la concurrence se verra donc une nouvelle fois remettre le premier prix du storytelling par le Trésor, et qu'importe s'il est un éleve bien paresseux (moi, par exemple, je voudrais savoir pourquoi les lames de rasoir coûtent si cher...), tant qu'il fait ce qu'on lui demande : remplir à peu de frais les caisses publiques..
a écrit le 13/05/2015 à 7:56 :
Décidément l'ancien monopole se cherche toujours, après l'époque dangereuse de l'accumulation d'une dette qui avait atteint les 70 milliards d'euros, heureusement aujourd'hui ramenée aux alentours de 25 milliards d'euros (quand même) une condamnation il y a quelques années pour entente illicite, des achats censés consolider mais revendus peu de temps après comme au Royaume Uni ou en Suisses, ou un bijou comme Dailymotion si peu exploité et au final revendu, des politiques qui menacent si le réseau cuivre (boucle locale) n'est pas mieux entretenu pourtant loué presque 9€ par mois et par abonne dégroupé, des liaisons dangereuses avec un partenaire qui fait du business dans les colonies gagnées sur des territoires palestiniens, ça fait beaucoup pour une multinationale dont l'état est quand même l'un des plus gros actionnaire.
a écrit le 12/05/2015 à 22:19 :
c'est surtout qu'ils ont réussi a répondre aux exigences des clients professionnels avec des tarifs compétitifs.car sfr est devenu une entreprise ou il ne pense qu au fric fric et les attentes des clients rien a cirer .j'ai plein échos dans ce sens . orange est entrain de tailler des croupières a ces concurrents car sfr et bouygues sont mauvais et ne savent pas répondre aux attentes de leur client
a écrit le 11/05/2015 à 12:02 :
Et voilà ça recommence, Quand Orange fonctionne trop bien, Quand Orange est trop compétent, Quand Orange est le MEILLEUR voici la défense du minable « l’abus de position dominante » ; mais pourquoi donc ne pas faire de meilleures offres ? Va-t-on longtemps reprocher à l’opérateur historique de pratiquer des tarifs agressifs dans un marché concurrentiel ?
Va-t-on encore longtemps lui reprocher jadis une entente sur les prix alors que lui pouvait baisser ses tarifs mais qu’on le lui interdisait – Cette entente est une opération politique montée de toute pièce.
Et l l’introduction du 4éme opérateur est erreur historique qui n’a permis qu’ à enrichir qu’un pornocrate opportuniste et détruire tout un pan de l’industrie des télécommunications.
Allons nous encore une fois Pénaliser le seul opérateur Français qui ait un réel avenir européen et international !
A oui vraiment nous avons le chic pour nous tirer des balles dans le pied !!
Réponse de le 11/05/2015 à 22:01 :
A cause des trois opérateurs qui dominent et donnent pratiquement gratuitement le matériel aux clients, aucune entreprise ne peut s'aventurer sur ce marché et la créativité française dans ce secteur est existante: on vend des solutions CISCO
C'est pire que l'URSS.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :