Rachat de Time Warner Cable par Charter : Drahi jette l'éponge

 |   |  345  mots
Dans un communiqué commun, les deux entreprises précisent que l'offre de Charter valorise l'action Time Warner Cable à 195,71 dollars
Dans un communiqué commun, les deux entreprises précisent que l'offre de Charter valorise l'action Time Warner Cable à 195,71 dollars (Crédits : © Joshua Lott / Reuters)
Le câblo-opérateur américain a annoncé le rachat de son rival pour 78,7 milliards de dollars. Patrick Drahi, à la tête d'Altice (Numéricable-SFR), cherchait un financement pour s'emparer du numéro deux du secteur aux États-Unis; le Français vient de décider de ne pas surenchérir.

| Article publié à 8h04, mis à jour à 15h35.

Patrick Drahi voit ses derniers espoirs s'éteindre. Le troisième câblo-opérateur américain Charter Communications a annoncé mardi 26 mai le rachat du numéro deux Time Warner Cable pour 56 milliards de dollars dans le cadre d'une transaction en numéraire et en actions qui permet à ce dernier d'atteindre une valorisation de 78,7 milliards de dollars (72,2 milliards d'euros), visant à créer un entité susceptible de mieux concurrencer le numéro un Comcast.

En attente du feu vert des autorités

Dans un communiqué commun, les deux entreprises précisent que l'offre de Charter valorise l'action Time Warner Cable à 195,71 dollars. Cette dernière avait clôturé vendredi à 171,80 dollars. Wall Street est restée fermée lundi pour cause de jour férié. Dans des échanges d'avant-Bourse, le titre Time Warner Cable progressait de 11% à 190 dollars.

Le rachat est par ailleurs couplé avec celui d'une société plus petite, Bright House Network, pour former un nouveau "mastodonte".

La transaction doit encore recevoir le feu vert des autorités américaines de la concurrence dont les craintes avaient poussé, il y a quelques semaines déjà, Time Warner Cable à renoncer à fusionner avec Comcast, le numéro un du secteur aux Etats-Unis.

Pas de surenchère pour Altice

En quête d'un repreneur depuis l'échec de sa fusion avec Comcast fin avril, Time Warner Cable était également convoité par le groupe français Altice du magnat Patrick Drahi qui vient tout juste de prendre pied aux États-Unis en rachetant 70% de Suddenlink Communications. Une sorce proche du dossier a toutefois indiqué à l'AFP que le milliardaire, à la tête notamment de l'opérateur Numéricable-SFR mais aussi des journaux L'Express et Libération, ne fera pas de contre-offre

Le Wall Street Journal rapportait le 19 mai que le groupe Altice, discutait avec plusieurs banques du financement d'une offre d'achat sur Time Warner Cable, notamment avec JPMorgan Chase & Co, Nomura, BNP Paribas , Société générale, Barclays et Royal Bank of Canada.

   >>  Lire aussi Drahi, la dette academy

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2015 à 13:55 :
Patrick Drahi en bon teneur de bougie a joué son rôle à la perfection, le prétexte était imparable alors la transaction s'est faite, vite. Il lui reste la possibilité d'acquérir les 5 ou 6 petits acteurs restants avant de "fusionner". On retrouve ce même mécanisme chez Fiat qui veut "fusionner" avec GM, sans effet pour le moment, mais ce n'est que partie remise. J'avais indiqué cette incroyable évidence il y a plusieurs mois sur ce fil. SFR-Numéricable sera de toute évidence vendu dans deux ou 3 ans. Prévisibles !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :