Ce que risque vraiment la Madoff "made in France"

 |   |  445  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Sylviane Hamon, surnommée la "Madoff en jupons", risque jusqu'à trois ans d'emprisonnement et 375.000 euros d'amende. Mais la procédure d'indemnisation des victimes s'annonce longue et délicate.

Ce jeudi matin, une cinquantaine de victimes de la "Madoff en jupons" étaient réunies à la gendarmerie de Chinon (Indre et Loire) à l'initiative de l'Association d'aide aux victimes d'infractions pénales (Adavip) locale. Mandatée par le procureur du tribunal de Tours en charge de l'affaire, l'association doit coordonner l'aide aux victimes.

La réunion a duré deux heures et aucune victime n'a souhaité s'exprimer à la sortie. "Ils sont venus chercher une réassurance. Ils sont réellement abasourdis, déçus et honteux et dans une situation psychologique pour certains très délicate", a déclaré Marie-Paule Carrey, directrice de l'Adavip à la sortie de la gendarmerie. D'après elle, les victimes ont pris conscience qu'elles ne reverraient sans doute jamais leur argent.

Pour l'heure, une trentaine de personnes auraient déjà porté plainte contre l'ancienne conseillère municipale de Benais (Indre et Loire), en qui "ils avaient confiance", selon les termes employés par Marie-Paule Carrey.

Licenciée pour faute grave par la BNP en 2007 selon Ouest-France, Sylviane Hamon promettait à ses victimes des placements offrant jusqu'à 30% de rendement. Sans emploi, elle prétendait travailler pour le compte d'une société de crédit et expliquait tenir ces placements juteux de ses contacts dans le milieu bancaire.

Pour honorer ses engagements, elle versait les intérêts aux anciens épargnants en utilisant le capital versé par ses nouvelles victimes présumées.

Cet habile stratagème, appelé chaîne de Ponzi, fait écho à l'affaire dans laquelle était impliqué Bernard Madoff. Arrêté en décembre 2008, ce financier américain avait organisé un système de fraude pyramidale estimée à 65 milliards de dollars. Son procès au pénal s'est soldé par une condamnation à 150 ans de prison prononcée par le tribunal de New York le 29 juin 2009.

Sylviane Hamon, qui aurait soutiré à des amis, des voisins et même à des membres de sa famille entre 2 et 3 millions d'euros risque quant à elle trois ans d'emprisonnement et 375 000 euros d'amende.

L'escroquerie, qui courrait depuis 2007, a pris fin mardi, avec son arrestation et sa mise en examen pour abus de confiance et exercice illégal de la profession de banquier. Le juge des libertés et de la détention a considéré que la nature des chefs d'accusation justifiait son placement en détention provisoire. Soupçonné de complicité et arrêté, son mari a été remis en liberté sous contrôle judiciaire mercredi.

La Tourangelle n'est pas la première Madoff "made in France". En 2009, un premier "disciple" du financier new-yorkais avait été arrêté à Evry pour des faits similaires. Ancien directeur d'une agence bancaire de l'Essonne, l'homme avait floué ses anciens clients, principalement des personnes âgées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2011 à 11:53 :
A la cupiditè....des clients qui leur fait perdre leur bon sens....Je ne les vois pas comme victimes mais ...tel est pris qui croyait prendre...vieux comme le monde
et si elle a ete maligne...on planque 2 MF et hop après 1 an on se fait petit et hop la belle retraite... Au USA....40 ans de prison...on reflechit a deux fois...mais en France on ne peut pas voter une loi comme ca car ....nos politiques risqueraient trop gros...
a écrit le 30/12/2011 à 11:44 :
Cztte escroqiuerie n'est pas un habile stratageme comme indiqué par le journaliste. Le procédé est d'une simplicité enfantine. Il suffit de trouver les gogos. Comment se fait il que ces personnes qui se connaissent toutes n'aient pas été alerté& par le fait que l'escroc s'est fait virer pour faute grave en 2007 (c'est qu'elle avait déjà abuser de clients ou qu'elle avait puiser dans la caisse......) La crédulité n' a ps de bornes
a écrit le 30/12/2011 à 8:23 :
2 A 3 milllions d'Euros soutires , 3 ans de prison (avec remise de peine 1 an et demi) et 375 000 d'Euros d'amende. Si elle a garde pour elle, ne serait ce qu' un petit million, le jeu en vaut la chandelle. Je suis pret, moi aussi a aller en prison pour 1 an et demi a ce tarif. Bravo, Madame.
Réponse de le 31/12/2011 à 8:53 :
La condamnation ne n'exonèrera pas de rembourser également ce qu'elle a pris sinon ce serait trop facile.
Réponse de le 31/12/2011 à 9:28 :
Vole qui veut!, rembourse qui peut!.
Citation de Bernard Madoff.
Réponse de le 01/01/2012 à 11:55 :
Helas, Michel, ils ne remboursent jamais, C'est trop facile. Les banquiers, ces autres grands escrocs, ont-ils rembourses ?
a écrit le 30/12/2011 à 5:46 :
Bonjour, des escrocs il y en a toujours eu et il y en aura toujours, par contre il y des Contre Vérités qui circulent comme le fait de ne pas avoir un rendement supérieur à 5% !... Il existent bel et bien des placements qui ont des Rendements bien supérieurs à 5%, mais qui dit Rendement Elevé implique Risques Elevés... Un Petit Exemple la Société Fin.... de l'Echi.... propose un Fonds créé en 1991 et qui a, à aujourd'hui, une performance annualisée de 12,5%....Un Autre O.. Avenir Eur... A crée en 1999 qui a lui une performance depuis sa création de +126%.... mais attention les variations des performances peuvent être Effrayantes !
a écrit le 29/12/2011 à 21:57 :
Comment a t elle bien pu dépenser 3 millions en 3 an, pour que les épargnants floues aient si peu d espoir de revoir 1 euro? Et comment s est elle fait démasquer? C est un peu léger ces infos qui circulent en boucle sur tous les médias depuis 3 jours, et qui ressassent tous les mêmes choses, par ailleurs infirmées par la représentante de l adav ce matin....
a écrit le 29/12/2011 à 20:04 :
Sachant que l'abus de biens sociaux mène à un poste de ministre et maire de Bordeaux, si elle a sa carte UMP, elle a un brillant avenir :-)
a écrit le 29/12/2011 à 18:39 :
Il serait intéressant pour ses lecteurs que la Tribune se renseigne sur la peine qu'avait eu l'ancien directeur de l'agence bancaire de l'Essonne.
a écrit le 29/12/2011 à 18:10 :
la gente journalistique pour faire croire que c'est un scoop appelle cette brave "excroque" Madoff, on sait qu'il faut faire gros, mais si vous aviez appelez cela la petite madof, l'apprentie genre madoof,3 millions contre 45 Milliards 'de dollard" c'est pas flatteur pour Madoff, en fait ces affaires il y a partout, l'assureur qui part avec la caisse, la fausse ou vraie banquière, il faut reconnaitre que les imbécilies qui croient que l'on peut avoir plus de 5 % sont légion et parfois place un argent quin'a pas trop soufert de l'impot............. en fait je trouve cela moral que l'on prenne de l'argent à des imbéciles dans ce cas il semble qu'elle a fait fort et racheté son entourage.... les banques populaires ont fait pareil avec Natexi.... et dautres... la grece on va peut etre récupérer 20 % de créances;... chacun joue a son niveau
a écrit le 29/12/2011 à 18:05 :
Les autres sont-ils en prison ? Kerviel est-il en prison ? Le PDG Fulds de Lehman Brothers, qui a maquillé ses comptes est-il en prison ? J'ai oui dire que le nouveau ministre des finances italien (ou espagnol ?) est un ancien de cette magnifique et excellente banque nommée Lehman Brothers...
Réponse de le 29/12/2011 à 20:06 :
@Au fait: à ma connaissance, Kerviel a commis une faute, mais pour le compte ventuel de son patron, parce que s'il avait réussi, c'est son patron qui aurait encaissé sans rien dire, pas Kerviel.
a écrit le 29/12/2011 à 17:05 :
Il serait intéressant de savoir à l'ordre de qui étaient effectués les chèques et virements des clients parce que si elle n'avait même pas une structure juridique....?
a écrit le 29/12/2011 à 16:43 :
Il faut soumettre à l?académie française le terme se faire " madoffer " !
a écrit le 29/12/2011 à 16:22 :
que de ressemblance avec les tontines et roue d'abondance du Languedoc Roussillon.......
a écrit le 29/12/2011 à 15:51 :
Normalement, c'est la trêve des confiseurs, pas celle des journalistes !
Il faudrait comparer ce qui est comparable, certes dans les 2 cas on a une escroquerie pyramidale à la Ponzi, mais Madoff avait en plus une société dont les comptes étaient "contrôlés par les autorités" et les produits distribués partout dans le monde...
a écrit le 29/12/2011 à 15:48 :
Comment croire à des placements à 30% ?, la cupidité aveugle le bon sens!!
Réponse de le 29/12/2011 à 16:25 :
dans l'autre article, il citait 20% de mémoire.. mais bon, quand on est cupide..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :