La Banque de France encadre l'usage du Bitcoin

 |   |  155  mots
Dans un communiqué, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) précise la liste des établissements habilités à échanger des Bitcoins contre une monnaie ayant cours légal.
Dans un communiqué, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) précise la liste des établissements habilités à échanger des Bitcoins contre une monnaie ayant cours légal. (Crédits : Forex)
Dans un communiqué publié ce mercredi, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) explique que l'achat ou la vente de Bitcoins doit se faire par l'intermédiaire d'un établissement de crédit, de paiement ou de monnaie électronique, et en rappelle la liste.

Alors que les parlementaires s'interrogent encore sur le crédit à accorder au Bitcoin, la Banque de France, elle, a tranché. Du moins, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), qui en dépend, a-t-elle tenu à préciser, dans un communiqué publié ce mercredi, la qualification relative aux "opérations réalisées à l'aide de Bitcoin au regard du droit monétaire et financier".

Acheter des Bitcoins, oui, mais pas n'importe où

Ainsi, compte tenu des risques pour les utilisateurs, l'Autorité indique que les achats ou ventes de Bitcoins, "contre des devises ayant cours légal (euro, dollar, yen, etc.), lorsqu'ils sont réalisés en France" doivent être effectués "par l'intermédiaire d'un prestataire en services de paiements (c'est à dire un établissement de crédit, un établissement de paiement ou un établissement de monnaie électronique)".

A cet égard, l'ACPR rappelle qu'une liste de ces établissements est disponible sur son site internet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2014 à 21:38 :
A terme il ne fait aucun doute que c'est l'inter et des monnaies - le réseau bitcoin entre autres - qui bridera les agissements de l'association mafieuse des banques centrales, dont le quartier général est la BIS.
Il est a prévoir qu'après la mafia bancaro-politique le prochain secteur économique à prospérer sera celui des fabricants de guillotines.
a écrit le 31/01/2014 à 12:18 :
Il est de toute façon plus simple et plus simple de n'utiliser le bitcoin qu'entre particuliers, comme sur localbitcoins.com. Acheter et vendre des bitcoins aux banques, c'est prendre le risque de voir ce dernier ne devenir plus qu'une représentation numérique de l'euro ou du dollars. Les banques en effet (qui voudraient bien manger tout le gateau maintenant que tout le travail est fait) l'adosseront à leur actifs existant et voudront le convertir instantanément en devises standard cash, beaucoup plus adaptées à leurs réseau existant de blanchiment, d'évasion fiscale et de corruption. De toute façon quelle banque aujourd'hui voudrait voir ses transactions rendues publiques sur la blockchain, comme c'est le cas pour le bitcoin?
a écrit le 30/01/2014 à 7:42 :
L'achat de Bitcoins DOIT se faire ...
Et bien non !
C'est même le contraire, si vous voulez acheter ou vendre du BitCoin ou tout autre cryptomonnaie, utilisez plutôt des sites comme https:www.localbitcoins.com et payez en cash.
La cryptomonnaie n'a pas vocation à cohabiter avec la fiat monnaie, le seul moyen pour les banksters, les hauts ponctionnaires et autres politichiens de contrôler à terme les cryptomonaies est l'émergence de plateformes d'échange officielles et obligatoires (tiens, les banques.... par hasard). De la, ils pourront faire ce qu'ils font avec l'or !

De toute façon, ceux qui évoluent dans le milieu des cryptomonnaie n'acceptent plus, ou à contre coeur de l'euro ou du dollars, essayez d'acheter un RIG (un vrai) et vous comprendrez.
N'oubliez jamais, la cryptomonnaie est anonyme, sure, insaisissable et l'on ne peut pas l’empêcher de circuler ou de passer les frontières. Ce sont des monnaies pour ceux qui en on marre de sentir les mains crochues de l'état dans leurs poches !
a écrit le 29/01/2014 à 22:20 :
L'état veut son bout de gras mais assure que c'est pour votre sécurité...
a écrit le 29/01/2014 à 19:49 :
Oui c ça
a écrit le 29/01/2014 à 13:51 :
Rien à voir... Le bitcoin est une monnaie virtuelle, comme malheureusement une grande partie de notre économie, grâce à la cupidité des financiers...

Perso, je n'utiliserai jamais cette monnaie. Libres à vous de le faire, mais vous n'avez aucune garantie quant à sa valeur...
Réponse de le 29/01/2014 à 14:21 :
et vous avez une garantie sur l'euro?
Réponse de le 29/01/2014 à 14:39 :
Libre à vous de ne pas judicieusement profiter du bitcoin, c'est votre problème. mais de là à être aussi naïf en osant prétendre, comme vous le laissez entendre, qu'on a plus de garantie de valeur avec une monnaie de singe commel'euro, le USdollar ou n'importe quelle monnaie officielle, c'est à mourir de rire ! Et cela fait aussi un peu pitié, c'est vrai. Les cours des monnaies classiques ne riment absolument à rien. Ces monnaies ne reposant sur rien de concret et valant, dans les faits concrets, moins que le PQ utilisé pour lesimprimer, leurs cours sont illusoires et mensongers. D'autant plus qu'ils sont allègrement manipulés en fonction des intérpêts de certains groupes financiers et industriels qui font pression sur les banques centrales pour gaver le populo de base totalement décérébré. Au moins, le bitcoin - dont le cours n'est certainbemet pas plus fantaisiste et mensonger que celui desmonnaies officielles - possède un avantage fabuleux: celui d'éviter de passer par la case "banksters" et de rouler légitimement dans la farine les nervis des ministères des finances; ministères que l'on ne peut que comparer aux trésoriers des groupes mafieux. le bitcoin, qui possède toute sa légitimité et sa pertinence, qui possède aussi une parfaite utilité réelle, n'est pas plus dangereux, fantaisiste, qu'une autre monnaie. Et ne sert certainement pas plus à l'achat de drogue, d'armes ou au terrorisme que l'euro, leUSDollar ou les narco-dollars si précieux pour les organisations terroristes telles que la CIA américaine. Quant à passr par des canaux officiels pour acheter ou effectuer des transactions en bictoins... Une fois de plus, les officiels français font preuve de leur incomensurable crétinerie et de leur totale hypocrisie.Il est hors de question de faire entrer le bitcoin dans un circuit officiel quelconque; qui ne servirait qu'à fliquer les citoyens encore un peu pous (et l'état-voyou français est déjà pas mal dans ce genre) et à les escroquer encore plus. Que bercy et toutes les instances financières françaises aillent se faire voir : il sera toujours possible, juste et légitime de ne pas suivre la légistaltion française qui n''st que le bras armé de la mafia politico-économique française.
Réponse de le 29/01/2014 à 21:03 :
@@carpatrick et au et ag: les monnaies reconnues par les États comportent des garanties qui ne sont certes pas absolues en cas d'Armageddon, mais qui sont quand même plus sérieuses que le bitcoin qui ne repose sur rien et dont on ne sait même pas où il peut être compensé en cas de besoin urgent.
Réponse de le 29/01/2014 à 21:40 :
Je pense que vous devrierz relire l'histoire des monnaies.
Allez au venezuela et vous comprendrez
a écrit le 29/01/2014 à 13:02 :
Donc la banque de france veut interdire les échanges entre particuliers ...

C'est pas gagné !! :D
Réponse de le 29/01/2014 à 13:13 :
Je te le fais pas dire.
Réponse de le 29/01/2014 à 13:41 :
ROTFL !!!
Réponse de le 29/01/2014 à 15:27 :
Sauf que ce n'est pas du tout cela qui est écrit dans l'article. La banque de France te dit que quand tu veux faire du change avec le bitcoins (contre des euros, des dollars, etc.), et bien la, tu dois faire appel à un établissement valide.

Les échanges entre particuliers et profesionnel en Bitcoin, la banque de france ne s'en occupe pas. Mais quand on veut convertir ses Bitcoins en euros, la ...
Réponse de le 29/01/2014 à 18:07 :
Vœux pieux, ce qui fait la valeur de cette monnaie est qu'elle est alternative, décentralisée et non régulée , ce que dit la bdf est incompatible avec cette monnaie: reste l'interdiction mais elle continuera probablement à exister , comme c'est une monnaie libre et ´internationale c'est clair qu'elle est un formidable outil de blanchiment ou de trafics en tout genres (mais pas seulement).
De plus sa virtualité est un risque énorme car on ne peut la rattacher à des assets tangibles quoi que certains considèrent que son concept exprime un besoin bien réel: celui de la dématérialisation...
Réponse de le 29/01/2014 à 23:58 :
Lisez l'article, et revenez ensuite publier un commentaire qui a un sens. Merci !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :