La nouvelle "garantie risques locatifs" enfin disponible

 |   |  418  mots
L'arrivée de la version améliorée de la GRL va débloquer le sort des locataires en situation critique. Il couvre les bailleurs contre les risques d'impayés.

Il était temps ! La société DAS, filiale de l'assureur MMA, est la première à avoir signé la convention pour mettre en place la nouvelle mouture de la GRL (garantie des risques locatifs). Et Macifilia (Macif) a annoncé vendredi qu'elle comptait faire de même. En quoi est-ce si important ? La GRL est une assurance des loyers impayés pour les bailleurs mise en place en 2006 par Jean-Louis Borloo, alors ministre du Logement. Utilisée par environ 150.000 propriétaires bailleurs, elle aide les locataires incapables de produire des cautions.

Le 26 décembre dernier, des améliorations ont même été apportées à ce dispositif. Le hic ? Le gouvernement n'avait pas prévu de période transitoire. Autrement dit, entre le 1er janvier et aujourd'hui, l'ancienne GRL n'était plus accessible... et la nouvelle, pas encore disponible. Les assureurs spécialisés (Solly Azar, DAS, L'Équité...) n'ayant pas eu le temps de mettre au point le nouveau contrat. Une sorte de « no man's land » qui a bloqué de nombreuses situations, les propriétaires attendant de pouvoir souscrire la GRL avant d'accepter de signer le bail avec le locataire. « Plusieurs de mes clients dorment à l'hôtel depuis plusieurs semaines en attendant que la situation se débloque », témoigne un agent immobilier spécialisé dans la gestion locative.

Plancher supprimé

Malgré ce retard à l'allumage, les quelque 3 millions d'investisseurs locatifs ont de quoi se réjouir : la nouvelle GRL est encore plus intéressante que l'ancienne. Côté prix, malgré l'annonce du secrétaire d'État au Logement, Benoist Apparu, la GRL devrait coûter plus de 2,19 % des loyers aux particuliers bailleurs. On devrait plutôt se situer vers les 2,5 %, comme l'ancienne. La véritable nouveauté, c'est que la GRL n'est plus réservée aux locataires aux revenus insuffisants. Un foyer gagnant quatre fois le loyer demandé peut également être éligible, puisque le plancher a été supprimé (voir tableau). Une manière de dispenser le locataire de la caution d'un tiers, auparavant exigée avant de signer un bail.

Cette GRL version 2010 a toutes les chances de rapidement rendre obsolètes les contrats d'assurance contre les loyers impayés, plus chers et prévoyant souvent des délais de franchise et des plafonds moindres. Des spots radio commencent à être diffusés pour faire connaître la GRL. Ce ne sera pas du luxe : en novembre dernier, selon un sondage TNS Sofres, 82 % des propriétaires bailleurs soit en ignoraient l'existence, soit ne savaient précisément de quoi il s'agissait.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :