Immobilier : la baisse des transactions inquiète les agents

 |   |  257  mots
DR
DR (Crédits : <small>DR</small>)
La baisse des transactions de logements anciens en France devrait avoisiner les 15% à 20%. Mais les prix, eux, ne devraient pas diminuer aussi rapidement selon des prévisions formulées ce mercredi par la Fédération nationale de l'immobilier.

Une chute des transactions, mais pas des prix... Voilà ce dont se méfient les agents immobilier. En effet, le nombre de transactions de logements anciens en France en 2012 devrait baisser de 15% à 20% par rapport au record (858.200) de 2011. Toutefois, la baisse des prix ne devrait pas excéder 5%, a prédit mercredi la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim). Cette estimation correspond à la prévision des notaires confirmée le 5 avril.

"S'il n'y a pas de nouvelles mesures prises par le nouveau gouvernement, après les élections législatives, on risque des conséquences graves et de voir la crise du logement se transformer en crise de l'immobilier, avec une forte baisse de l'activité du bâtiment", a mis en garde René Pallincourt, le président de la Fnaim lors d'une conférence de presse.

Vers un ralentissement de la hausse des prix?

Déjà, des chiffres pour le premier trimestre 2012 indiquent un ralentissement de la hausse des prix. Les logements anciens ont ainsi enregistré une baisse de 0,6% par rapport au dernier trimestre 2011. Dans le détail, il diminuent de 0,2% pour les appartements et de 0,9% pour les maisons, selon la principale organisation d'agents immobilier.

Toutefois, en glissement annuel, les prix de l'immobilier ancien continuent de progressé. Entre le premier trimestre 2011 et la même période cette année, ils ont ainsi grimpé de  3,8%et même de 4,5% en Ile-de-France.

Découvrez les prix de l'immobilier jusque dans votre rue

Calculez votre taux de crédit immobilier

Les SCPI un autre moyen d?investir dans l?immobilier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2012 à 16:00 :
qui est tout simplement entrain d'exploser sur toute la planète car la génération entrante morfle beaucoup plus que ses ainées à la meme époque...rajoutez le robinet du crédit qui est à sec et vous avez un marché en inertie qui comme le titanic fonce vers l'iceberg sans que rien ne puisse l'arreter.....mort de rire, vive la crise. au moins ca resolvabilisera les futurs jeunes lorsqu'ils devront se contenter d'un salaire de 500 euros par mois.
a écrit le 28/04/2012 à 19:46 :
inquiétude ! 140pour cent d'augmentation en 10ans alors que les salaires ont augmenté pour les meilleurs de 26 pour cent ,on précise moins de transactions et que les prix sont seulements à l'amorce d'une tendance baissiere ,il faut etre lucide concernant l'immobilier ancien surtout en province ,on ne peut pas parler de krach d'ici à 2 ans ,mais les prix ne peuvent que vraiment chuter 10 ,20 pour cent , quand aux programes dans le neuf ,l'amorçage d'un ralentissement se confirme.
a écrit le 28/04/2012 à 18:53 :
les prix ont plus que doublé en 10 ans , les salaires stagnent ! aucun étonnement ! ce serai sain que les prix baissent ! aux agences de bien "conseiller" les vendeurs trop gourmands"...............
a écrit le 26/04/2012 à 21:23 :
et moins de transactions, moins de sous dans la poche des agents ! il est là le problème (qui n'en n'est d'ailleurs pas un !, les profits ont ete bons depuis quelques années)
Réponse de le 28/04/2012 à 18:52 :
pour l'instant je ne vois aucune agence fermer alors qu'il n'y a plus guère d'enseignes de petits magasins - ceux qui ont tenté d'ouvrir un magasin hors service ou boulangerie ne tiennent guère plus de 2 ans ....vu autour de chez moi
a écrit le 23/04/2012 à 8:53 :
Avant les subprimes ,l'immobilier etait une valeur stable ,les financiers ricains ont bombarder la planette,les prochaines bulles seront l'energie et l'air que l'on respire!!!!!!
Ne riez pas ! les zones polues ou a risque valent moins cher que d'autres ,au debut de l'industrialisation les gents fortuner se sont instaler a l'ouest de paris et les usines a l'est !! ( a cause des vents dominants) .
L'homme est pervers , il ne respecte pas celui par qui sa richesse se forme.
C'est bon de parler ,mais le changement c'est encore pour demain.
ave cesar
a écrit le 16/04/2012 à 3:20 :
Un couple gagnant 6000 euros par mois peut emprunter 330 000 à 4% sur 20 ans soit 38 m2 à Paris, sauf que :
- les banques ne prêtent plus sur 20 ans
- les taux dépassent 4% sans compter les assurances
- il faut rajouter les frais de notaire et les travaux
- peu de couples gagnent 6000 euros par mois.
- Il y a plus de 13000 annonces à plus de 330000 aujourd'hui sur se loger pour la seule ville de Paris

Sachant que

- de nombreux vendeurs sont contraints de vendre mais que personne n'est jamais obligé d'acheter
- la demande de prêts immobiliers est en chute libre (-48,8% sur 12 mois) alors que les taux sont bas
- les taux vont remonter
- une baisse de 2 à 3% finance un an de loyer
- un baisse de 1% fait perdre à la pierre son statut de valeur refuge

Expliquez moi comment les prix ne vont baisser que de 5%.
Réponse de le 16/04/2012 à 10:58 :
Démonstration imparable !
Réponse de le 16/04/2012 à 12:44 :
+1 aussi
Un seul bémol : une baisse de 0,1% (et non 1%) suffit à faire perdre à la pierre son statut de valeur refuge.
Réponse de le 17/04/2012 à 13:14 :
Mais c'est pour éviter d'affoler le peuple. Quand le peuple sera mis au parfum, les gros auront déjà vendu leur bien.
C'est comme la bourse, quand le CAC etait à 6000 il devait monter à 7000 et quand il était à 2800, il fallait vendre car il risquait d'etre à 1500.
Réponse de le 18/04/2012 à 11:35 :
Très juste
a écrit le 12/04/2012 à 20:52 :
il y aurait plus de transactions si les prix n'étaient pas si élevés par rapport aux revenus !

les arbres ne montant pas jusqu' au ciel !
a écrit le 12/04/2012 à 16:48 :
Pour les professionnels de l'immobilier, la crise c'est quand les prix ne montent plus.
On croit rêver.
Pour les français, eh bien, avec ces prix astronomiques, +150% en 10 ans, + 30% en 2 ans. C'est ça la crise ! Et depuis longtemps. Le jour où les prix chutent de manière importante, la crise est résolue. Qu'est-ce qu'on attends pour provoquer cette chute urgemment.
Réponse de le 16/04/2012 à 4:06 :
vous voulez le mettre au chomage, c est ca?
a écrit le 12/04/2012 à 13:39 :
Il suffit de lire les commentaires pour savoir qui est propriétaire et qui ne l'est pas. Ca manque d'objectivité c'est effarant !

S'appuyer sur la loi de l'offre et de la demande, c'est bien et justifié, mais l'approche que vous en faites est plus digne du lobbying que de la véritable loi!

Vrai, la confrontation de l'offre et de la demande détermine le prix sur un marché. Mais qu'est-ce qui détermine la pression acheteuse ou vendeuse ? Si je prends votre raisonnement, alors le m² à Paris dans quelques années à 20 000? aussi ? Ca vous paraît fou ? C'est surement parce que vous vous dites que vous n'en avez pas les moyens ! Mais qui vous dit qu'aujourd'hui, les moyens y sont pour payer les prix actuels ?

La richesse de la France et des français n'a pas suivit, on le sait tous. La pression acheteuse se tasse rien que du point de vue richesse. Il faut avant tout des MOYENS !
Et quand bien même ce premier argument vous déplaise, reprenons cette chère loi de l'offre et de la demande et allons plus loin, montrons que nous la maitrisons plus qu'une simple retranscription d'un article (parce qu'après tout vous réfléchissez, vous ne reportez pas ce que vous lisez n'est-ce pas ?) : je veux parler des biais ! Oui un marché s'équilibre par l'offre et la demande ET se déstructure en présence de biais ! Non ça ne vient toujours pas ? Incitation fiscale, mise sous perfusion pour éviter le scénario US (juste le temps pour les banques de réduire leurs bilans via Bâle 3), afflux de capitaux via la BCE, logements vacants, ou volontairement vides par pure spéculation des investisseurs institutionnels, je continus ...? Facile de bloquer l'offre et d'agiter la demande!

L'avidité de richesse fait qu'on regarde les beaux chiffres et qu'on ne va pas plus loin dans l'analyse ! Un adage bien connu des investisseurs (que vous devez surement être puisque si vous aviez acheté pour vivre, vous ne vous inquièteriez pas d'une éventuelle baisse) : "les résultats obtenus ne présagent en rien des résultats futurs" !

Il est évident que la baisse est inévitable, évident aussi qu'il ne faut pas rêver à moyen terme d'avoir -50% ! Il faut être raisonnable. C'est là l'erreur de notre société, l'excès ! Et tout excès fini par être corrigé, rattrapé !

Mon avis personnel est que la baisse de l'immobilier permettrait de relancer tous les autres secteurs, car aujourd'hui le budget logement des français est tel qu'il n'y a pas de relance économique. Tous les autres secteurs souffrent mais on ne se souci que de l'immobilier.
Pas besoin de PME, d'industries dans notre pays, NON. Mais on croit que l'immo à Paris à 8500? le m² c'est NORMA. Après tout c'était écrit sur l'édito de la pub FNAIM ! J'achète !
Réponse de le 17/04/2012 à 7:57 :
Votre raisonnement est caduc, car pour légitimer la loi de l'offre et de la demande, il faut l'organisation d'un marché. Hors il n'y a pas de marché immobilier en France, juste une structure de négoce totalement biaisée par les interventions étatiques, où l'égalité des acteurs dans l'accès au marché n'est pas respecté, pas plus que dans la production de l'offre, et même dans la régulation de la demande.....
Réponse de le 17/04/2012 à 13:19 :
@Jérôme Tout à fait d'accord avec vous. Plus rien ne permet de soutenir une hausse et meme une stagnation.
Et quand on voit les hausses affolantes ces 10 dernières annnées, comme toutes bulles plus la hausse est importante, plus la chute est importante.
a écrit le 12/04/2012 à 13:02 :
Moi c'est les estimations gargantuesques qui me font peur...Le problème de l'immo, ça pourrait pas être le prix ? Non ? Je sors ? Ha bon...Au cas où : http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20120412trib000693194/deux-entreprises-sur-cinq-sont-affectees-par-la-crise-du-logement.html
a écrit le 12/04/2012 à 10:10 :
"Toutefois, en glissement annuel, les prix de l'immobilier ancien continuent de progressé. Entre le premier trimestre 2011 et la même période cette année, ils ont ainsi grimpé de 3,8%et même de 4,5% en Ile-de-France."

Astucieux mais partisan...
Les prix baissent mais pour ne pas en parler on prend une période plus longue (1 an) et on parle de raletissement de la hausse !
Ca me fait penser à XBertrand et au ralentissement de la hausse du chômage!

Recopier un communiqué n'est pas un travail de journaliste
a écrit le 12/04/2012 à 8:46 :
Il suffit que les prix baissent de 2 à 3% par an pour que le fait de payer un loyer revienne moins cher que de rembourser un emprunt. Faites vos calculs d'autant que les loyers sont historiquement bas en comparaison des prix.
A mon sens il faut capitaliser et laisser ce marché se calmer avant d'y investir.
Les primos accédants ne peuvent plus acheter or un marché sans primo est un marché mort à terme.
Et cette fois il est peu probable que l'état nous sortent des mesures pour regonfler la bulle car les finances publiques sont à genoux et les taux eux sont historiquement bas.
Il semblerait que nous soyons (enfin) arrivés au terme de cette triste farce de l'immobilier. Souhaitons-le pour que l'épargne soit redirigé vers des investissements productifs pas des cailloux. L'immo cher c'est une caractéristique d'un pays de....vieux.
Réponse de le 20/04/2012 à 5:43 :
+1 simple et pourtant implacable!
Réponse de le 12/05/2012 à 3:37 :
Entièrement d'accord, bonne analyse!
a écrit le 11/04/2012 à 21:12 :
exemple du n'importe quoi de l'immobilier : achat de 105 m² à lyon en mars 2002 143 K?, je veux revendre et aller dans un appart plus grand (grande famille) soit dans l'ancien 50 m² en plus. L'agence immobilière me prend mon bien actuel avec un prix de vente de 340 K? net vendeur, les prix des appart dans l'ancien sont à environ 500 K? soit 540 K? avec frais de notaire. Il faut donc que je vende mon apprt et que j'emprunte 200 K?.
Je me dis que c'est pas l'immobilier qui monte mais l'euro qui baisse
Réponse de le 16/04/2012 à 4:09 :
t as qd meme un patrimoine mon pote? pense aux primo accedants.. l euro qui baisse? pas trop compris la logique.. ici ou j habite, bien loin du pays a nono, l immobilier a fait fois 2 en 4 ans.. et la monnaie locale ne baisse pas.. comprends pas nono!
Réponse de le 17/04/2012 à 23:24 :
ce que je veux dire c'est la création monétaire à laquelle on assiste depuis maintenant le début des années 2000 entrâine mécaniquement une hausse des prix. Plus de monnaie en circulation pour une même quantité de biens et services produits, c'est des bulles en veux tu en voilà (or, café, cuivre, pétrole, immobilier). c'est pas le prix des choses qui augmente, c'est qu'avec la même quantité d'euros, tu achètes moins de choses.
a écrit le 11/04/2012 à 19:20 :
l'ennui c'est que sarko a prévu de réduire le cout des frais (droit d'enregistrement) aie aie, d'abord ces frais sont percus par les collectivités locales;....qui seront ainsi contente de voir leurs budgets réduits, et en sus si le nombre des transactions est réduits nous aurons moins d'argent dans les collectivités re aie.... les régions étant socialistes cela va faire plaisir à cette oposition actuelle....et il faut noter qu'en période electorale plus en période d'une crise qui ne fait que commencer les acheteurs potentiels font attention et nos amis banquiers ne font pas d'efforts particulièr... QUANT AU PRIX oui paris et certaines régions sont calmes mais dans d'autres les prix sont en baisse et sont restes raisonnable, Limoges,
a écrit le 11/04/2012 à 18:57 :
Aux zones de croissance comme Paris on observe une pause pas étonnant après la forte remontée des prix et dans l'incertitude politique et financière en France et la zone euro. La baisse sera temporaire à Paris, aussi sûrement que le soleil arrive enfin après les pluies et les nuages. Les tendances d'urbanisations ne chanegront pas dans le temps visible et aux zones recherchés il y aura longtemps plus de demandeurs que vendeurs.
Réponse de le 11/04/2012 à 19:34 :
+1 Deja tous ceux qui possèdent une résidence secondaire ( locatif , terrain a batir ..) et qui sont touchés par la nelle loi sur les plus value n ont aucune raison de vendre ; les chiffres de l année 2011 sont faussés car beaucoup ont vendus avant le 1/2/2012 : le marché risque d être "suracheteur" et les prix ne baisseront pas ou peu ; si demain le prix du m2 est a 7000 euros à paris j achète immediatement :cessez de rêver !
Réponse de le 11/04/2012 à 19:58 :
Et qu'est ce qui justifie structurellement que les prix soient 2x plus élevés aujourd'hui qu'il y a 8 ans ? Pas grand chose : des taux bas, une inflation de la masse monétaire, mais certainement pas le pouvoir d'achat des ménages : autant de choses susceptibles de repartir comme c'est arrivé, et les prix suivront alors ...
Réponse de le 11/04/2012 à 21:55 :
Rajoutez l'inflation sur les prix plus la croissance de demande, tendance à l'urbanisation et l'énorme baisse des taux d'interêt par rapport à l'année 2004 et vous aurez la réponse. La population francaise en 2004 n'était pas non plus la même.
a écrit le 11/04/2012 à 18:41 :
"un ralentissement de la hausse des prix"--> ça leur fait vraiment mal de dire "baisse des prix" ?
Réponse de le 11/04/2012 à 19:20 :
C'est peut être parce que ça ne veut pas dire la même chose..."ralentissement de la hausse" signifie que le prix continue à augmenter mais moins vite contrairement à..."baisse des prix"!
Réponse de le 11/04/2012 à 19:56 :
Sauf que dans l'article, ils disent bien que ça baisse ... C'est donc bien de la rhétorique, ça leur fait trop mal de dire les choses telles qu'elles sont !
Réponse de le 12/04/2012 à 20:40 :
Oui ça baisse sur 3mois et la hausse de prix sur une période plus longue s'en trouve ralentie...tout dépend ensuite si vous êtes du genre à regarder tous les jours le prix de l'essence et vous réjouir lorsqu'elle perd 5cts sur une journée ou alors à pester parce que globalement son prix a augmenté de 40% sur 10 ans...
a écrit le 11/04/2012 à 18:34 :
marre du lobby immobilier qui nous inonde de 'ça baisse moins que prévu', ça 'atterrit en douceur' etc, etc.
La vérité: surtout attendez avant d'acheter, c'est le début de la dégringolade !
Réponse de le 11/04/2012 à 18:52 :
L'effondrement économique est imminent. Rien ne presse d'acheter, de surcroît il est recommandé d'éviter tout endettement pour les 2 ans à venir. La dépression économique va créer dessurendettés, in finé des subprimes bien français pour les imprudents qui suivront les mauvais conseils des banquiers de tous poils. Oui il faut bloquer ses dépenses, les réduires tant que possible et banir tout emprun. L'immobilier va connaître son effondrement.
Réponse de le 16/04/2012 à 4:11 :
bientot qui aura de la liquidite, ou acces a de la liquidite pas chere, pourra il est vrai se faire plaisir!!
a écrit le 11/04/2012 à 18:34 :
les prix ne peuvent baisser dans un pays qui manque de logements
Réponse de le 11/04/2012 à 19:10 :
Il y a déjà eu de fortes baisses dans les années 80 et 90. Les difficultés d'accès au crédit, le chômage et la stagnation des salaires jouent en faveur d'une baisse, hormis pour pour les biens d'exception achetés par les étrangers.
a écrit le 11/04/2012 à 17:30 :
C est sur qu on voit mal la FNAIM dire qu el immobilier va baisser... ils osnt pas fou, ils sont remuneres aux % et si le marche baisse ca veut dire pour eux bien moins de vente au debut car les acheteurs vont entendre que ca baisse encore plus
a écrit le 11/04/2012 à 17:21 :
Dans tout marché - immobilier, action, etc- une baisse significative des transactions induit toujours une baisse importante des prix...les acheteurs devraient se mobiliser pour ne rien négocier pendant au moins 6 mois ce qui obligerait les propriétaires spéculateurs a baissé leurs prétentions financières
Réponse de le 11/04/2012 à 17:31 :
Toutes les études démontrent que les prix à Paris sont surévalués de 30%...donc aucun bien ne vaut plus de 5000?/M2. C'est le prix maximum que les acheteurs potentiels devraient proposer

Réponse de le 11/04/2012 à 18:32 :
sont de retour !
Réponse de le 11/04/2012 à 18:54 :
Il est clair que l'immobilier va subir une sévère correction. Comme la bourse, l'immobiler chutera de 30 à 50 %. Il y aura de bonnes affaires à faire aux enchères dans quelques d'ici 2013. Economisez, vous en serez récompensés.
a écrit le 11/04/2012 à 16:56 :
Dans un marché étroit comme celui des centres-ville des principales villes françaises, lorsque le volume de transactions se réduit, ce sont les biens de moins bonne qualité, les moins chers, qui ne trouvent plus preneur et disparaissent du marché. Il y a aura toujours des acheteurs pour les biens les plus chers, les biens d'exception. Les transactions restantes sont donc les plus chères et le prix moyen augmente. Il ne s'agit pas d'une bulle mais d'un simple effet statistique. On pourrait parler de bulle si les prix de nombreux biens de bas de gamme augmentaient fortement, sans autre cause que les incitations publiques. C'est ce qu'on a pu observer aux USA, pas en France. Et c'est bien le problème : à cause de l'anarchie réglementaire, des PLU, des maires, des subventions à taux zéro, des taxes inouïes, des délires de pas moins de 13 lois de défiscalisation (Robien, Borloo, Besson, etc.), de l'immense gâchis financier et humain des HLM et autres interventions étatiques dérégulatrices, le marché de l'immobilier de bas de gamme est inexistant, faute de rentabilité. C'est pourtant le seul qui permettrait aux primo-accédants d'acquérir des logements à prix raisonnable, de se constituer progressivement un patrimoine et, peut-être sur plusieurs générations, de sortir de la pauvreté. Mais en France, on aime la pauvreté. On la cultive précieusement ! Ca permet de justifier l'existence de certains partis politiques et des cohortes de fonctionnaires qui en vivent très confortablement.
Réponse de le 11/04/2012 à 18:32 :
Fascinant! Merci pour cette riche analyse.
Réponse de le 11/04/2012 à 20:09 :
Trop riche analyse avec risque de cholestérol.
a écrit le 11/04/2012 à 16:26 :
Eh Churchill... Faudrait vous mettre un peu au courant.
Voici un extrait du rapport annuel 2012 sur le mal-logement par l'Observatoire des Inégalités :
"3,6 millions de personnes sont concernées par le mal-logement en France. 685 000 personnes n?ont pas de domicile personnel, 85 000 vivent dans une habitation de fortune".
Cela fait plus que "quelques personnes" sous les ponts, monsieur le nanti...
Réponse de le 11/04/2012 à 16:40 :
En même temps, 3.6 millions de personnes concernées par le "mal logement". C'est quoi le mal logement de nos jours ? Pour la moitié, il suffit de trois tâches de moisissures sur un joint de baignoire, et pour gonfler les chiffres, on le classe dans les logements insalubres. C'est ça la France d'aujourd'hui...
Réponse de le 11/04/2012 à 16:56 :
685 000 personne, c'est 1% de la population, je pense qui si on y met tous les etudiants ( y compris les etudiants attardes...), les jeunes qui commencent a bosser, etc, il doit effectivement rester 85000 personnes--- maintenant si on enleve tous les sans papiers et autres, vu qsu'ils n'ont pas a etre la, reste plus grand monde--- ....... cherry on the cake mal loge, ca veut dire quoi? 1 pauvre en france, c'est qqun qui a 1000 euros par mois, moi j'appelle pas ca de la pauvrete, les pauvres sont en afrique et n'ont pas d'iphone, ni de3 pieces avec balcon paye par la secu
Réponse de le 20/04/2012 à 5:53 :
churchill est un troll, mais il s'en fout de l'immo en fait
a écrit le 11/04/2012 à 16:14 :
Ils n'étaient pas inquiets pour nous plumer ces voyous. Avec ce qu'ils ont gagnés ainsi que les notaires ils ont de quoi vivre plusieurs décennies sans travailler.
Réponse de le 11/04/2012 à 16:26 :
92 % des frais de notaires sont des taxes pour l'état
Réponse de le 11/04/2012 à 16:34 :
Il vivent grassement avec 8%.
Réponse de le 11/04/2012 à 16:41 :
Effectivement 92% vont à l'état mais les 8% restant ont quand même suivi la courbe des prix de l'immobilier... les notaires ont donc vu leurs revenus progresser rapidement et c'est un euphémisme.
Réponse de le 11/04/2012 à 16:52 :
c'est surtout les collectivites locales qui vous volent et vous exploitent sur votre dos !
a écrit le 11/04/2012 à 16:10 :
oui bon ce qu'ils ne disent pas c'est qu'il y a une bulle immobiliere; ca sert a rien, de remettre du carburant, ou alors ca va donner une situation a l'americaine; la celebre ' crise du logement est risible'; hormis un ou deux clodos, y a pas tant de monde que ca sous les ponts ---- apres, que les gens n'aient pas le logement de leurs reves, ca c'est un autre pb---
a écrit le 11/04/2012 à 16:07 :
Vous ne vendez plus ? Alors baissez vos marges.
Ya pas de secret, l'immobilier n'est plus accessible pour une grande partie de la population. Soit on baisse les prix, soit on augmente les salaires, soit on ne vend plus.
Réponse de le 11/04/2012 à 16:39 :
Evidemment, c'est bien connu, ce sont les agents immobiliers qui font les prix.....
Un agent immobilier vend un service, POINT.

Et dans les solutions énumérées, je me permet de compléter :

"Soit on baisse les prix, soit on augmente les salaires, SOIT ON REVOIT SES PRETENTIONS, SOIT ON FUIT LES VILLES TROP CHERES, SOIT ON REPART EN LOCATION" . Je ne dis pas que c'est bien, au contraire, mais c'est malheureusement ce qui se passe systématiquement dans la "vraie" vie.

L'immobilier fonctionne sur le principe de l'offre et de la demande, et suit le proverbe "ce qui est rare est cher". On a une pénurie de biens immos dans les grandes villes, et toujours plus d'acheteurs -> hausse des prix. Dans les campagnes, phénomène exactement inverse. Solutions (qui n'engagent que moi) -> amener des entreprises dans les campagnes pour redynamiser et libérer la demande en logement dans les villes, et créer plus de logements en ville pour contraire le phénomène de "rareté du bien" qui fait gonfler les prix.
Réponse de le 11/04/2012 à 17:30 :
Non, je ne dit pas ça, j'abuse volontairement, mais qu'ils viennent pleurer aujourd'hui, c'est limite indécent, c'est tout ...
Réponse de le 11/04/2012 à 19:40 :
@Facile : Patience et longueur de temps font....Bref. Le vent tourne, les bulles éclatent, d'autres émergent ; j'attendrais...je suis patient, très patient.
Réponse de le 11/04/2012 à 19:52 :
Le "Propriétaire" peut être patient, l'immobilier vieillit, devient obsolète, se dégrade, la pauvreté et la misère montante, l'immobilier peut être squaté, dégradé. Bref l'immobilier vide finit souvent dans l'oubli ou la braderie, et parfois les héritiers se battent entre eux, tout finit aux enchères.
Réponse de le 11/04/2012 à 20:11 :
A érosion : Je vise l'acheteur étranger, seul solvable.
Réponse de le 20/04/2012 à 5:55 :
il y a des étrangers riches, il y a de étrangers pauvres, et les deux évitent notre pays en ce moment.
Réponse de le 21/04/2012 à 18:53 :
Et pourquoi l'acheteur étranger paierait-il votre bien plus cher si d'autres bien sont à vendre.
Il faut vraiment arrêter avec le fantasme de l'émir ou de l'industriel chinois. Ils ne sont pas concernés par votre 3 pièces cuisine dans le IXème arrondissement !
Réponse de le 23/04/2012 à 14:11 :
"Je vise l'acheteur étranger, seul solvable"
Sachant qu'ils ne représentent que 6% du marché parisien, vous venez d'écrire que 94% des acheteurs sont insolvables.
Vous devriez en conclure que vos prétentions de prix sont délirantes.
a écrit le 11/04/2012 à 16:07 :
"les prix de l'immobilier ancien continuent de progressé. "
progresser
Réponse de le 11/04/2012 à 19:25 :
et pour être puriste j'ajouterais qu'au cas particulier mieux vaut employer "continuer à..." plutôt que continuer de ...."
a écrit le 11/04/2012 à 15:57 :
le chantage classique de la FNAIM pour obtenir des fonds publics.
scr...w them!
Réponse de le 12/04/2012 à 13:02 :
dsds
Réponse de le 15/04/2012 à 19:27 :
C'est Claire du lobbying de base

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :