Immobilier : les acheteurs ressortent timidement du bois

 |   |  754  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Les professionnels observent une reprise de la demande en juin, alors que les passages à l'acte se faisaient rares jusque là. La baisse des taux et la fin de la période électorale auront probablement eu raison de l'attentisme de certains candidats à l'achat.

Les dossiers déposés s'accumulaient depuis le début de l'année : les candidats à l'achat restaient sur la réserve et ne donnaient pas suite à leur prospection. Même s'il reste encore timide, les professionnels de l'immobilier observent pourtant depuis quelques semaines un redémarrage des passages à l'acte. Faut-il y voir un effet pos-élections ? Probablement. Optimiste, le courtier Cafpi écrit que "les élections passées, les Français retrouvent le chemin de l'acquisition et l'attentisme qui prévalait au premier trimestre n'a plus cours." "Une chose est sûre, les emprunteurs ont une petite fenêtre de tir durant l'été et doivent mettre à profit cette trêve pour réaliser leurs projets d'acquisition", affirme Cafpi. Certes, les prix de l'immobilier font de la résistance et les conditions d'octroi de crédit sont plus strictes. Mais les taux sont exceptionnellement bas et pourraient bien ne pas le rester longtemps. Et les réformes qui s'annoncent, comme l'encadrement des loyers ou les mesures fiscales sur le patrimoine des ménages, ne seront pas forcément avantageuses pour toutes les catégories d'investisseurs.

81.5% des crédits réalisés à un taux inférieur à 4%

La grande braderie des taux de crédit aura eu raison de l'attentisme de certains candidats à l'achat. En juin, "Le niveau historiquement bas de l'OAT 10 ans - jusqu'à 2.26% le 4 juin - permet aux banques d'afficher des taux très compétitifs, donnant ainsi aux acheteurs plus de marge de man?uvre pour acheter un bien et le financer", estime Sandrine Allonier, responsable des études économiques du courtier Meilleurtaux, dans un communiqué. Selon l'Observatoire Crédit Logement / CSA, le taux moyen s'élève à 3.60% en juin. Un taux qui a reculé de 35 points de base depuis le mois de mars. L'observatoire relève également que 81.5% de la production de crédits a été réalisée à un taux inférieur à 4% en juin.

Les taux devraient rester inchangés cet été
"Les emprunteurs pourront jouir de ces taux  pendant une durée de deux mois, les banques laissant traditionnellement leurs taux inchangés durant l'été. [...] Dans le pire des scénarios, les taux d'emprunt immobilier pourraient repasser au-dessus de la barre des 5% sur 20 ans d'ici fin 2012", précise le courtier ABCourtage dans un communiqué.  L'Observatoire note que la durée des prêts consentis diminue toujours : ainsi, les prêts inférieurs à 15 ans représentent 25% de la production de crédits en juin 2012 contre 20% en 2011. Et l'apport personnel des emprunteurs est toujours plus conséquents : +10.8% en 2012 contre +9.1% en 2011 et +6.4% en 2010.

En attendant une baisse des prix

Le regain d'activité reste néanmoins timide. Meilleurtaux relève ainsi que le nombre de dossiers avec compromis de vente signé, ou en passe de l'être, sont en hausse de 8% en juin après une baisse de 12% en mai. Mais, en glissement annuel, ils ressortent en baisse de 6%.
"Cette reprise d'activité est à nuancer, puisqu'elle ne touche pas les primo-accédants, pour qui les prix de l'immobilier restent toujours trop élevés et l'offre trop rare, malgré des taux historiquement bas", ajoute Joël Boumendil, PDG du courtier ACE dans un communiqué.
L'observatoire Crédit Logement / CSA fait le même constat d'une reprise timide : "le mois de juin, habituellement dynamique en matière d'offre de crédit, bénéficie d'une embellie, +8.9% de production, mais il reste néanmoins profondément marqué par la morosité de la demande". En effet, après une production de crédits en recul en mars et avril, et stable en mai, elle remonte en juin. Mais par rapport à la même période l'an dernier, le total des prêts accordés a chuté de 22%, et de 26% pour le seul marché de l'ancien. L'Observatoire note que ce dernier "a bénéficié de l'embellie saisonnière habituelle en juin, mais reste bien timide en comparaison de ce qui s'observe traditionnellement en juin".
Au final, force est de constater que la majorité des candidats à l'achat ayant déposé des dossiers de crédit sont donc toujours en attente d'un ajustement des prix des biens à la baisse. "Après avoir fait le constat que les prix ne baisseront finalement pas, les particuliers vont se remettre à signer, afin d'éviter que le prix du bien choisi n'augmente. Ce regain, nous l'avons déjà ressenti en juin, et il devrait selon nous continuer au cours des prochains mois", ajoute Joël Boumendil.


Pour aller plus loin
Les prix de l'immobilier jusque dans votre rue
Calculez votre taux de crédit immobilier
Tout sur les SCPI
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2012 à 7:55 :
Attention, les banquiers depuis la crise ne jouent pas le jeu, ils refusent mêmes d'éditer des lettres de refus lorsqu'on a signer un "compromis". Ils ont la trouilles d'assumer leurs responsabilités, surtout si le vendeur se retournent contre eux. Moi, un banquier indélicat de 25 ans a peine, vient de foutre en l'air mon acquisition (maison 200m² + 13 ha à rénover) à 3 jours de la fin du compromis sur un prétexte injustifié (il a peur, sérieux, montage du dossier à l'envers, brouillon) sans rapport avec notre taux d'endettement (29%), alors qu'il avait accepté pendant 2 mois et qu'il venait avec du retard d'obtenir l'accord définitif de sa direction pour éditer les offres officiels. Il nous laisse dans un sacré pétrin, le courtier n'assume pas ses responsabilités me demande même de trouver moi même mes refus. Bref avocat ! Pourtant l'expert l'a estimé au dessus du prix d'achat.
a écrit le 16/07/2012 à 21:29 :
Les taux vont un peu fluctuer mais ne montera pas de façon conséquente. On est en période de déflation qui va durer de nombreuses années, comme au Japon.
a écrit le 10/07/2012 à 12:32 :
La dernière phrase est peu crédible. Les acheteurs n'achètent pas, non parce qu'ils ne veulent pas mais parce qu'ils ne peuvent pas payer le prix demandé. Si vous ne le croyez pas, un simple calcul vous en convaincra :
Un couple de cadres gagnant 6000 euros peut emprunter 350 000 euros sur 20 ans. A 8400 euros le m2 à Paris, ca fait 40 m2, sans compter les frais de notaire, les intérêts, les travaux, les charges...
Rares sont les couples qui vont s'endetter sur 20 ans pour un bien qui va leur coûter cher et ne leur permettra pas d'y loger une famille.
Réponse de le 10/07/2012 à 14:34 :
Pour la n ième fois Paris est un très mauvais ex qui fausse toutes les stats : pour 350 000 euros un couple s achète 100 m2 à bordeaux et je vous rassure en province on a TV et frigidaire !! Vous pensez qu en 1970 un couple de cadres pouvait s acheter 100 m2 à Paris ?!! Je le répète pour la n ième fois : Paris n est pas la france et personne n est obligé d y habiter !
Réponse de le 20/07/2012 à 15:27 :
On serait tenté de répondre mais bordeaux n'est pas la France ...Trêve de plaisanterie, beaucoup de personnes sont en région parisienne pour le travail et sans le vouloir, l'IDF représente quand même 20% de la population (et 29% de la richesse produite), certes Paris est exorbitant en terme de prix mais toute la région est très chère et il est très difficile de partir en province avec les deux salaires (les seuls qui y arrivent sont les employés de banques et les fonctionnaires, tiens un pléonasme). Non, définitivement Bordeaux n'est pas la France.
Réponse de le 24/07/2012 à 1:18 :
"Vous pensez qu en 1970 un couple de cadres pouvait s acheter 100 m2 à Paris ?!!"

Oui, bien sûr ! pas la peine de remonter à 1970. Entre 1995 et 2005, les prix étaient encore raisonnables.
a écrit le 09/07/2012 à 11:07 :
$
a écrit le 06/07/2012 à 9:30 :
Je confirme que les prix ne baissent pas. Dans mon environnement du 78 les maisons restent au même prix et ceux qui vendent, comme moi, ne bradent pas. Pourquoi brader ? alors même que la demande de logement est en très forte hausse. Personnellement, je suis propriétaire, j'ai mis ma maison à vendre mais ne suis pas pressé. Par contre, je recommande vivement de passer en direct avec les propriétaires car les agences ne font RIEN mais savent demander des "honoraires" énormes ! C'est bien celles-ci qu'il faudrait encadrer car la dérive est incroyable !
Réponse de le 06/07/2012 à 13:13 :
J'en connais un qui n'a pas baissé le prix de sa maison. Au bout de 3 ans, il s'est resolu à la louer. Au finallement, il a payé 3 ans d'impot pour un bien mort. Super investissement!
Réponse de le 06/07/2012 à 13:25 :
Vous êtes un vendeur "touriste" comme il y a des acheteurs "touristes". Brader ne sert à rien puisque vous ne voulez pas réellement vendre. Ceux qui veulent vraiement vendre...baissent le prix !
Réponse de le 06/07/2012 à 13:28 :
C'est un peu paradoxal de dire que le prix ne baisse pas en même temps que vous ne vendez pas...
Je vois aussi dans mon beau quartier du 92 que les prix affichés ne baissent pas. Ce que je vois surtout, ce sont des appartements que ne partent pas, depuis 3 mois dèjà (énorme pour le coin).
a écrit le 05/07/2012 à 17:21 :
Ces commentaires dénigrant l'article sont injustes.
Il est clair qu'avec les augmentations de pouvoir d'achat prévues, ainsi que les baisses d'impôts, il faut se dépécher d'acheter, non ?

a écrit le 05/07/2012 à 12:57 :
la phrase "Après avoir fait le co­nstat que les prix ne ba­i­sseront fi­na­le­ment pas, les pa­rti­culi­ers vont se re­met­tre à sig­ner, afin d'évi­ter que le prix du bien choisi n'a­u­g­me­nte..." ressemble plus à du lobbyisme qu'autre chose.
Il y a trois jours de cela, l'autre grand journal économique français (couverture rouge) écrivait sur le même sujet une conclusion bien différente: "Après avoir fait le co­nstat qu'ils ne vendront fi­na­le­ment dans un marché qui s'est retourné, les vendeurs vont se met­tre à baisser les prix dans l'espoir de ne pas se retrouver coincés..."
Réponse de le 05/07/2012 à 13:05 :
Ah ben oui, mais vu que les lecteurs ne payent plus, faut bien se donner les moyens d'avoir des acheteurs d'espace publicitaire...Cela fait longtemps que l'on râle à propos du lobbyisme continuel de l'immo qui transparaît systématiquement dans les articles de La Tribune, rien ne change !
Réponse de le 05/07/2012 à 14:13 :
@Bob En même temps, le journal a la couverture citait deux sources dans ses articles sur les prix de l'immo: Century 21 et la FNAIM... Le message peut aussi bien être téléguidé : les agences immo ont tout intérêt à voir les prix baisser pour que les ventes (et leurs commissions) augmentent...
a écrit le 05/07/2012 à 12:24 :
La Pierre c est du sur!!

Ahahaha expliquez qu en terme de retour sur investissement acheter des actions du CAC 40 est beaucoup moins risque que de planquer ça dans l immobilier!! La vous tiendrez un scoop. Les actifs sur le marchés on ete brades
a écrit le 05/07/2012 à 12:19 :
Quelle blague! Nul! C est pas du journalisme. Citer un teneur de boutique qui vous dit objectivement et par tout temps qu il faut acheter relève de la faute professionnelle.
Ou est votre indépendance? La BCE baisse ses taux aujourd'hui même. SANS AUCUN LIEN bien sur avec une possible continuation de la baisse des taux immobilier!!!!
5% vous dites? L inflation ralentie! Mais qu'elle blague...

Changez de métier. Allez voir ailleurs que chez FÉAU et BARNES. Allez voir si 20% en baisse de volume ça mets pas les boutiquiers un peu dans le jus. C est lent c est sur.. Mais au Japon la baisse à mis 15 ans.
a écrit le 05/07/2012 à 11:28 :
A Paris : 8 smic le mètre carré pour un taudis mal isolé !
Faut vraiment être débile pour acheter...
a écrit le 05/07/2012 à 11:25 :
c''est marrant à la question "est ce le moment d'acheter ?" la réponse est TOUJOURS oui !!! tout cela car les journalistes ne font pas leur boulot, ils ne font que reprendre les argumentaires tout fait des communiqués d'organisation professionnelles partie prenante dans le business de l'immobilier ! Tout cela c'est du lobbying bien senti pour alimenter des journalistes en article pré écrit ! Autant demander à la poissoniere si son poisson est frais !
a écrit le 05/07/2012 à 11:14 :
Moi j'aimerais vendre un pavillon de banlieue 800 000 euros soit 10 fois le prix que j'ai acheté il y a 15 ans...
a écrit le 05/07/2012 à 10:08 :
Cela ne change rien : il n'y a toujours pas de marché immobilier en France.

Quand tous les acteurs auront un accès égal et non faussé à l'immobilier, quand la fiscalité sur les biens immobiliers sera normalisée, alors un marché immobilier apparaitra, et nous verront ce que les acteurs sont prêts à mettre sur la table en terme de valorisation.... En attendant, que ceux qui profitent des anomalies artificielles dues à l?interventionnisme étatique en jouissent, il est clair que la philanthropie n'a jamais payé sur le court-terme...
a écrit le 05/07/2012 à 9:25 :
"Après avoir fait le constat que les prix ne baisseront finalement pas, les particuliers vont se remettre à signer, afin d'éviter que le prix du bien choisi n'augmente"
On cherche à s'auto-persuader que le marché va se reprendre (-20% en volume ça commence à piquer un peu) ? On commence à s?inquiéter de ne pas voir les prix continuer à monter indéfiniment ?
Vivement que cette bulle immobilière monstrueuse crève et que la population puisse enfin se loger à des conditions décentes !
a écrit le 05/07/2012 à 1:22 :
Aaz
a écrit le 04/07/2012 à 23:59 :
il y a aussi la fin de l'année scolaire, et son lot de déménagements, avec ventes et achats de maisons. non?
a écrit le 04/07/2012 à 23:43 :
C'est amusant de constater que certains changements négatifs pour les acheteurs sont présentés comme un avantage : on pousse les gens à acheter vite car les loyers vont être bloqués... ce qui serait une raison de ne pas investir dans l'immobilier. Et comme tous les mois on dit que les taux sont bas mais qu'ils vont remonter le mois prochain donc il faut se dépécher d'en "profiter"... Bref, encore un article bidon qui sonne faux, un article de lobbying malhonnète parmi tant d'autres.
Réponse de le 05/07/2012 à 10:12 :
C'est une spécialité de la maison. j'ai rarement lu un article qui soit la suite d'une investigation personnelle de son auteur.

Deux exemples.

"Les professionnels de l'immobilier observent pourtant depuis quelques semaines un redémarrage des passages à l'acte." L'auteur n'a rien cherché par elle-même.

Ah si ! "La baisse des taux et la fin de la période électorale auront probablement eu raison de l'attentisme de certains candidats à l'achat." Voilà l'investigation est faite, surtout ne pas attendre plus.
C'est un article habituel : compilation des perles des professionnels de l'immobilier destinés à relancer le marché, sans recul, investigation personnelle, ou esprit critique.
a écrit le 04/07/2012 à 22:57 :
Cet article est en effet "pipo", le mot est juste.
Bon courage à tous
a écrit le 04/07/2012 à 21:16 :
C est le genre d article Pipo générer par des groupements d agent immobilier en mal d affaire. Plus d affaire, l immobilier est mort au moins pour 5 ans et le bâtiment aussi!!!
Réponse de le 04/07/2012 à 22:17 :
Parfaitement d accord, à les écouter c'est toujours le meilleurs moment d acheter.
Réponse de le 05/07/2012 à 8:14 :
Ils ont peur .... il y'a presque autant d'agences immobilières que de boulangeries !! et cela depuis 10 ans , c'est anormal et cela va bientôt se normaliser ... il y a une toute petite légère reprise en Juin par ce qu' Avril Mai étaient bloqués à cause des élections mais cela ne va pas durer longtemps , là je pense qu'ils ont raison passé l'été ce sera fini et si l'austérité généralisée doit se faire, les prix baisseront encore (car ils ont commencé à baisser).
a écrit le 04/07/2012 à 18:56 :
La France commence à peine à goûter à l'austérité qui va se traduire par un matraquage fiscal et une hausse sans précédent du chômage: Ca va être la Saint Barthélémy des classes moyennes. Mieux vaut alors ne pas avoir de crédit immobilier à rembourser.
a écrit le 04/07/2012 à 18:50 :
Que tous ceux qui s'indignent à juste titre des prix spéculatifs de l'immobilier se mobilisent encore en poursuivant la grève des achats. Les vendeurs seront obligés de baisser leur prix
Réponse de le 04/07/2012 à 19:03 :
Bonne grève les neuneus !
Réponse de le 04/07/2012 à 19:14 :
Pas grave les proprios, on va se récupérer 5 fois sur votre dos : IR, ISF, taxe foncière, impôts sur les plus value et impôts sur les successions !
In ze niof ze balayette !
Réponse de le 04/07/2012 à 21:17 :
A bas les socialo communistes!!!!!!
a écrit le 04/07/2012 à 17:54 :
Si vous aimez la politique, n'hésitez pas à visiter mon blog, une politique pour la classe moyenne
http://politiquefutur.canalblog.com/
Réponse de le 04/07/2012 à 18:21 :
Stop a votre spam de désespéré, j'irai pas sur votre site gnangnan

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :