62% des propriétaires prêts à contourner la loi d'encadrement des loyers

 |   |  225  mots
Copyright Reuters
<b>Le chiffre qui interpelle -</b> Selon un sondage réalisé par gererseul.com, près des deux tiers des propriétaires bailleurs envisagent de transformer leur location nue en location en meublé ou réaliser des travaux de rénovation pour éviter les mesures d'encadrement décidées par Cécile Duflot.

Abattus les propriétaires de logements destinés à la location et sous le coup de la nouvelle loi d'encadrement des loyers? C'est ne pas connaître la spécificité française, prompte à trouver des plans B en cas de difficultés. C'est bien ce qui ressort du sondage réalisé par le site de gestion immobilière gererseul.com. Près des deux tiers des propriétaires interrogés (62%) se disent mécontents du décret mis en place cet été et reconnaissent avoir d'ores et déjà commencé à réorienter leur investissement en transformant leur location nue en location meublée ou en réalisant des travaux de rénovation. Dans le premier cas, le statut de loueur en meublé (LMNP ou loueur en meublé non professionnel) permet en effet d'échapper à l'encadrement des loyers et de booster le rendement locatif grâce aux abattements fiscaux liés à ce statut (exonération des loyers, récupération de la TVA). Dans le deuxième cas, en réalisant des travaux de rénovation, le bailleur peut imputer le coût des travaux sur son revenu global dans la limite de 10.700 euros par an.
Une évolution dont Cécile Duflot, la ministre du Logement, ne devrait pas se satisfaire, la loi d'encadrement des loyers visant justement à modérer les hausses de prix entre deux locations.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2013 à 13:56 :
Encore un projet de législation qui contraint à nouveau la relation entre bailleur et locataire, exclut la liberté de chaque bailleur à évaluer le risque pris concernant un éventuel impayé. Je suis bailleur de plusieurs appartements vides, pour ma part je considère qu'avoir le choix des garanties (caution ou assurance) permet d'être juste vis-à-vis des locataires. N'oublions pas que ce sont eux qui supporteront le coût de cette assurance au final. De plus je suis curieux de découvrir les engrenages administratifs de cette mesure, et la réelle faisabilité de son application.
Rendons les choses plus simple, ça évitera surement de crisper encore plus le marché, et incitera les bailleurs récalcitrants à mettre sur le marché leurs bien.
a écrit le 16/12/2012 à 17:31 :
Tout ceci est un peu affolant! à part quelques poids lourds, ce gouvernement est composé de débutants. La politique c'est un métier, et comme dans tous les métiers on n'y excelle que par l'expérience, ou est celle de Mme Duflot? la valeur n'attend pas le nombre des années, quand même, que de boulettes balayées sous la moquette! pire, ou est la relève éventuelle?
Comme le disait si justement B.Apparu, la "réquisition" a déjà été tentée et ce fut un échec total, ce qui prouve bien le manque d'expérience et d'imagination de Mme Duflot, qui, dans des archives a dû trouver cette merveilleuse idée.
Bonne chance à nous tous, nous n'en sommes qu'au début!.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :