Les étrangers se désintéressent du foncier rural français

 |   |  272  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
En 7 ans, le nombre d'acquisitions de terrains ruraux français par des étrangers a été divisé par six. Seuls les Chinois continuent à s'intéresser aux vignobles.

Malgré l'appétit des Chinois pour le vignoble français, les investisseurs étrangers, et notamment les Britanniques, sont globalement en train de déserter le marché du foncier rural hexagonal, selon une note de conjoncture de la division AgriFrance de BNP-Paribas, publiée mercredi.

Six fois moins d'acquisitions

En 2011, 6 000 hectares sont passés aux mains d'étrangers. Ce qui représente seulement 1,1% des surfaces cédées et 1 600 transactions sur les 218 000 opérations réalisées sur l'année. "Depuis 2004 et d'après les Safer (Sociétés d'aménagement foncier), les investisseurs étrangers ont déserté le marché, avec un nombre d'acquisitions divisé par plus de six", rapporte AgriFrance.

Les britanniques désertent

Le moral des Britanniques a été affecté par la crise. Eux qui sont pourtant friands de résidences secondaires, notamment dans le sud de la France. Ils ne représentent plus que 50% des acquéreurs étrangers, contre 70% en 2004. Les autres ressortissants qui investissent en masse dans les campagnes françaises viennent du Benelux : ils représentent désormais 32% des investisseurs étrangers. 

Les Chinois attirés par les vignobles

Les vignobles sont aujourd'hui le secteur qui intéresse le plus les étrangers et notamment les Chinois depuis une dizaine d'années, selon l'étude AgriFrance.
En 2011, le marché du foncier rural français a progressé avec 9 000 transactions supplémentaires. Le volume des transactions a représenté 17,1 milliards d'euros, contre 15,3 milliards en 2010. "Les acquisitions à destination non agricoles (maison de campagne, espace résidentiel et de loisirs, urbanisation) représentent 70% du marché", indique ainsi AgriFrance. 

 

>> Pour aller plus loin :

Nos annonces immobilières partout en France

Notre espace travaux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2013 à 13:31 :
Ah!, la fameuse SAFER!, avec un tel organisme régulateur, les proprio vendeurs ne sont pas au bout de leurs peines.
a écrit le 21/03/2013 à 0:05 :
Pourquoi on vend notre terre aux chinois? Mdr, un prochain jour on aurait des millions de chinois partout en France, de villes à la campagne :((. Les chinois sont très ambitieux et discrets, attention!!!
Réponse de le 21/03/2013 à 9:23 :
Il y a déjà 1 millions de touristes chinois par an en France. D'ici quelques années les chinois seront sans doute les touristes étrangers (hors européens) les plus nombreux en France. Si ça vous derange il faut le dire. Et surtout aux salariés dans le secteur touriste.
Réponse de le 21/03/2013 à 9:59 :
Et bien dites ça aux touristes chinois, comme ça, ils ne viendront plus, et la france sera un pays pauvre.
Réponse de le 21/03/2013 à 10:02 :
Les vendeurs se soucient rarement des intentions ou de la moralité des acheteurs.
a écrit le 20/03/2013 à 21:55 :
En France ,le prix de la terre est contrôle par la safer et les tribunaux ruraux ,de plus pour exploiter il faut une autorisation préfectorale et un diplôme agricole ou 5 ans d expérience,bref mission impossible,au moins il n y a pas eu de spéculation dans le prix des terres agricoles ce qui nous rend compétitif,la terre est au même prix qu en 1980.
Réponse de le 21/03/2013 à 8:12 :
merci d'avoir résumé clairement une situation que tout le monde connait.Les prix sont bas,mais il est quasi impossible d'acheter sans connaitre qui de droit.Alors la cour des comptes ,un peu de courage et une bonne enquete sur les safer!
a écrit le 20/03/2013 à 20:52 :
ouai ! elle s'afere à bloquer les achats oui ! c'est mon cas .. droit de préemption qu'ils ont dit ! gardez là votre terre que vous braderez en friches plus tard .
a écrit le 20/03/2013 à 20:15 :
En fait, les investisseurs savent que tout va s'effondrer tres prochainement en France et qu'il vaut mieux attendre de facon a acheter au plus bas de l'immobilier... allez encore quelques mois de FH et on y sera!...
Réponse de le 01/04/2013 à 9:27 :
ah bon avec N.S tout était parfait !!Et bien ,je ne m'en étais pas aperçus !!!! Ma fille est entrain de vendre sa ferme avec terrain important stabulation, laiterie ,fromagerie et la Safer ne l'embête pas du tout elle a validé la promesse d'achat d'un jeune agriculteur sans problème .En France il est de bon ton de tout critiqué ,surtout si cela ne va pas dans votre sens pas vrai??
a écrit le 20/03/2013 à 18:05 :
Explication, les Anglais sont touchés par la crise et vont émigrer aux usa , australie. Vous auriez pu préciser cela.
a écrit le 20/03/2013 à 17:57 :
Les marchés porteurs sont les pays de l'est, Pologne, Ukraine, Roumanie. La main d'oeuvre y est légèrement moins chère et les impôts légèrement plus bas. Pour des prix infiniment plus bas.
a écrit le 20/03/2013 à 17:57 :
Pourquoi acheter un bien en France qui obligera ses héritiers à payer plus de 50% du bien à l'Etat pour en hériter? Les riches sont pas plus bêtes que les pauvres, ils achètent ailleurs, là ou ils ne sont pas spoliés par les impôts
Réponse de le 20/03/2013 à 18:25 :
@ Taxes "Les riches ne sont pas plus bêtes que les autres", mais oui, c'est pour ça qu'ils sont riches. "Elémentaire mon cher W...."
Réponse de le 20/03/2013 à 23:02 :
Un héritier n'a aucun besoin d'être intelligent, il s'est juste donné la peine de naitre, comme disait .. euh je ne sais plus... ah oui Beaumarchais.
Réponse de le 21/03/2013 à 8:32 :
à "???", et alors, s'il hérite c'est que sa famille ou autre décide de lui transmettre un bien déjà acquis, payé, et surtaxé dés l'origine, en quoi serait il injuste que des parents transmettre à leurs enfants des biens qu'ils ont acquis en ayant déjà payé toutes une série de taxe ? L'individu ne doit pas être un escalve de l'état, et les biens des citoyens appartient au citoyens, et il est légitime que l'on veuille transmettre à ses enfants.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :