Crise du logement : le professeur Mouillart fustige le dogmatisme fiscal de Bercy

 |   |  505  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Lors d'une conférence parlementaire sur le logement et l'habitat, l'économiste er spécialiste de l'immobilier Michel Mouillart a dénoncé la position dogmatique de Bercy en matière de fiscalité, qui n'a pas, selon lui, conscience de l'ampleur historique du manque de moyens des ménages pour acheter.

Du jamais vu. Le recul du nombre d'accession à la propriété a atteint un niveau historique en 2012, soit une perte "d'entre 180 et 200.000 unités, dont 150.000 primo-accédants", par rapport à 2011 faisait remarquer jeudi l'économiste Michel Mouillart, lors d'une conférence parlementaire sur le logement et l'habitat. Ce spécialiste de l'immobilier estime d'ailleurs que tout n'est pas mis en oeuvre pour améliorer cette situation, bien au contraire. 

La position dogmatique de Bercy
Il en veut beaucoup aux services du ministère de l'Economie, récalcitrants à accorder des avantages fiscaux à ceux qui souhaitent acquérir un logement, au motif que ces mécanismes font croître les prix. Comme Michel Mouillart, le député Gilles Carrez, spécialiste de la fiscalité et également présent jeudi, regrette l'attitude en vigueur au ministère. "À Bercy, on estime que tout avantage fiscal contribue à la hausse des prix. C'est une vision trop simpliste", expliquait-il.

Le prêt à taux zéro mis à mal depuis deux ans
Concrètement, ce que ne comprend pas Michel Mouillart, c'est la réduction progressive de la portée du prêt à taux zéro (PTZ), qui est destiné à apporter un complément salvateur aux ménages souhaitant accéder à la propriété pour la première fois. Depuis deux ans, son périmètre a été sérieusement restreint. Alors qu'en 2012, les logements anciens ont été exclus du dispositif, le périmètre du PTZ a été recentré en 2013 sur les ménages les plus modestes.
Attendu sur un éventuel élargissement de ce dispositif lors de l'annonce de son plan d'urgence le 21 mars, François Hollande n'a finalement rien dit sur le sujet.

Un niveau de construction par habitant au plus bas depuis 1951
Michel Mouillart estime pourtant que sans des dispositifs soutenant la demande des primo-accédants, les objectifs du président de la République en matière de construction seront loin d'être atteint.
En étant optimiste, l'économiste qui collabore régulièrement avec la fédération bancaire française dans le cadre de l'observatoire des crédits aux ménages, estime qu'il manquera 145 000 logements sur les 500 000 espérés par le président de la République en 2013. Ce, tout en partant du principe que les investisseurs institutionnels reviendront en masse dès cette année sur l'immobilier résidentiel. Si ce n'est pas le cas, "entre 315 et 320.000 constructions de logements seront lancées cette année, soit 11 constructions de logements pour 1000 habitants, le plus bas niveau depuis 1951", déplore Michel Mouillart.

La demande durement affectée
L'économiste ne voit pas non plus comment cet état de fait va s'inverser, à un moment où la France n'a plus de man?uvre budgétaire, où la solvabilité des ménages est durement affectée et où l'on "accroît les contraintes monétaires sur les ménages". In fine, si l'on continue à se "payer le luxe formidable" d'occulter les aides aux primo-accédants, Michel Mouillart se voit bien venir présenter le même discours aux parlementaires dans 10 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/08/2014 à 9:55 :
Dans un marche ou l'offre est tres contrainte et la demande, largement insatisfaite, que se passe-t-il si on aide la demande? Les prix augmente a priori. Cela me parait etre la base de la science economique.
a écrit le 08/04/2013 à 23:21 :
Je complète : passé la période de défiscalisation de 6 ou 9 ans, en général et souvent les investisseurs revendent ce bien immobilier. Et comme ils l'ont payé cher, ................ ils ne vont pas le revendre à perte, même si ça leur a permis de défiscaliser !
Réponse de le 15/12/2015 à 19:58 :
Dans la famille "Responsable mais pas coupable", le fils!
a écrit le 08/04/2013 à 23:15 :
Bercy a raison. Toutes ces aides fiscales apportées ont permis aux PROMOTEURS IMMOBILIERS de vendre leurs constructions bien au-delà de ce qu'elles leurs ont coûté et donc de faire monter le coût de l'immobilier neuf. Les architectes avouaient que s'il n'y avait pas, ce "SCELLIER" pour ne citer que ce dernier plan d'aide, les gens n'achèteraient plus. Bercy supprime cela, les investiteurs n'achètent plus.
a écrit le 08/04/2013 à 16:24 :
Ce qui est scandaleux, M.Mouillart, vis à vis de la position de Bercy, c'est que la fiscalité pesant sur le travail est plus lourde que celle sur l'immobilier (valeur plus-value), surtout depuis les 10 dernières années ! On a massacré le travail, mais rien sur les plus-values financées par 4 décennies de déficit ! On protège la rente, là est le scandale.
a écrit le 03/04/2013 à 18:30 :
J'oubliais une dernière chose : à chaque crise, les promoteurs immobiliers ont tendance à baisser le nombre de mises en chantier (et à supplier le gouvernement en place de gauche ou de droite à les aider car leur chiffre d'affaires diminue quitte à menacer de supprimer des emplois ce qui est pourtant "logique" si l'activité diminue). Cela paraît normal au premier abord. Mais en réalité, le but non avoué est de faire pression sur les prix pour que ceux-ci ne baissent pas ! Et ça dure depuis 10 ans comme ça... On nous prend pour des buses ! Stop !
a écrit le 03/04/2013 à 17:13 :
L'Etat est fauché mais cet éternel M. Mouillart continue de demander au nom des professionels de l'immobilier des subventions qui n'ont comme conséquence que la hausse des prix de l'immobilier et donc la spéculation. A chaque crise, ce sont toujours les mêmes qui viennent pleurer, comme pour les banques, c'est toujours au peuple de payer avec en prime un tas de briques qui coûte deux fois plus cher que son prix REEL. Acheter avec des taux à 6% un bien deux fois moins cher est plus intéressant qu'un taux à 3% comme actuellement avec un prix deux fois trop cher ! La durée moyenne des emprunts devrait être de 15 ans maximum et l'apport de 30% Cet apport ne serait en fait que de 15% si les prix étaient deux fois moins cher. Et nous éviterions ainsi une bulle immobilière comme nous en avons une avec ses conséquences actuelles et futures : surendettement, impossibilité de rembourser les emprunts, chute de la consommation et donc du PIB et de la croissance de la France du fait de l'argent qu'on a mis en l'air depuis 15 ans maintenant (emprunteurs & subventions de l'Etat) et qui est retombé dans la poche de voyous en col blanc ! Stop les niches fiscales, stop les subventions, stop les discours mensongers pour les moutons du genre "achetez maintenant car les taux sont au plus bas". Les moutons ne voudront plus se faire tondre ! C'est fini, terminé une bonne fois pour toute ! Nous ne somme pas idiots ! Voilà comment on redresse un pays, en arrêtant de gâcher de l'argent inutilement dans un système qui appauvrit le peuple !
a écrit le 03/04/2013 à 16:33 :
Ce professeur est-il locataire? propriétaire ? bailleur ? Je crois que les conflits d'intérêts doivent être montrés en toute transparence (j'attends beaucoup de ce projet de loi) car je trouve son analyse un peu légère pour un professeur.
Réponse de le 10/04/2013 à 23:38 :
1) il n'est pas professeur, mais seulement maitre de conférences. 2) EN effet; il est payé par un organisme qu'il a créé et qui est financé par le lobby immobilier. Il n'est en aucun cas indépendant, d'où la légéreté et la fausseté de ses commentaires.
a écrit le 01/04/2013 à 8:17 :
Et moi je fustige la politique qui a été menée sous les années sarkozy qui n'ont fait qu'attirer la cupidité sur le marché immobilier en bombardant le secteur de subventions publiques sur un marché tendu, vous savez ce personnage qui vous prend bien pour des imbéciles en s'annonçant être le sauveur potentiel en 2017 alors que sa politique a été tout simplement désastreuse.
Réponse de le 02/04/2013 à 13:13 :
+1. Et il faut FUSTIGER les PSEUDO journalistes qui continuent de faire parler Mouillart sans JAMAIS faire preuve d'esprit critique !
a écrit le 30/03/2013 à 14:32 :
J'en conclus que pour Mouillart, un marché sous ultra haute perfusion étatique est un marché sein. Il manque soit disant 1M de logements selon Abbé Pierre... mais il oublie de rajouter "SOCIAUX" --> HLM. Bercy est très loin d'avoir tors: on manque d'investissement dans l'industrie, plus dans le cailloux... Ça sert à quoi d?offrir un PTZ à des chômeurs? Pour le reste, je constate qu'il y a des biens à vendre dans presque toutes les rues dans chaque ville.
a écrit le 30/03/2013 à 12:44 :
Nos gouvernements PS et UMP, incapables depuis des années de mettre en place une véritable stratégie industrielle ont préféré miser tout l'argent du payeur d?impôts dans des aides de toute sorte dans la fausse économie qu'est l'immobilier au lieu d'investir dans des machines outils.
Maintenant le français est surendetté à payer sa maison, et écrasé de taxes par l?état qui veut récupérer son argent.
Donc la consommation aujourd'hui est de - 0,2.
Le super Chypre est en route.
a écrit le 30/03/2013 à 12:15 :
La crise du logement serait éliminer si les français voulait bien émigrer en Espagne où des logement ne trouvent pas d'acquéreur! Il pourrai même obtenir une aide de l'Europe pour le brassage ethnique!
a écrit le 30/03/2013 à 11:01 :
Ben moi, je dis bravo à la gauche si elle ne retombe pas dans les travers "du ptz et du crédits d'impots", soutien artificiel de la demande pendant des années.
Et j'attends avec impatience la remontée des taux, histoire de voir ce qui va se passer...

lol!
a écrit le 30/03/2013 à 8:49 :
Le marche immo francais est une pyramide de ponzi
Il a pris 120% en 10ans
Quid des salaires
Les primo accedants non plus la vingtaine mais la trentaine voire la quarantaine. Pour acheter il faut soit etre deja proprietaire soit que papa maman. Filent un coup de main.
a écrit le 30/03/2013 à 8:29 :
ce mec est prof a la fac..;donc payé par l etat pour dire des co.nneries encore un bel exemple de l argent mis en l'air par l etat!!
Réponse de le 01/04/2013 à 11:58 :
Mouillart n'a jamais été capable de reconnaitre clairement depuis 5 ans que si le responsable de la chute de la demande, ce sont les prix trop élevés que pratiquent les promoteurs
Réponse de le 01/04/2013 à 12:50 :
l'argent public gaspillé
a écrit le 30/03/2013 à 8:22 :
Mouillard la FNAIM et les autres sont comme les politiques des menteurs et des affameurs.
Réponse de le 30/03/2013 à 13:13 :
des camés en manque (de pognon publique) qui réclament leur dose comme de vulgaires toxicos.
a écrit le 30/03/2013 à 7:58 :
Plutôt que de parler de dogmatisme de BERCY cet économiste, ou plutôt ce professeur qui rêvait d'être un spécialiste, dans son analyse oublie que le dogmatisme est du coté des propriétaires convaincu que leur bien vaut plus de 8500 ? en moyenne du M2 sur PARIS par exemple mais on peut aussi cité la province avec des prix de 4500 ? dans le neuf du m2 alors que le cout moyen de construction du M2 est de l'ordre de 1500 euros ht. Autant on peut être d'accord sur une aide, par le biais d'un taux préférentiel uniquement pour les primo-accédants, accordée sous condition de ressource et dans la limite d'un prix au M2, autant l'état n'a pas vocation a maintenir les prix sous perfusion, prix d'un marché immobilier qui ont explosé ces dernières années . La loi de l'offre et de la demande doit donc être entière sur les cessions. Si le marché est atone c'est aussi du fait du décrochage entre hausse salariale (salarié-commerçant-artisan) moins forte que la hausse des prix de l'immobilier....Comme le dit @LIBRE l'interventionnisme de l'état a participer à la flambée des prix et des cession et des loyers. L'état doit concentrer ses moyens uniquement sur le logement social sur les zones où la demande est forte et non subventionner sur le parc privé à l'aide de niches fiscales. Pour la petite histoire je cherche un logement de 40 m2 à acheter sur PARIS, je refuse de mettre plus de 6000 ? du m2, quand j'aurai une offre correcte alors je signerai....Les acheteurs sont là M. MOUILLARD ...mais ils sont devenus exigent.
a écrit le 30/03/2013 à 7:26 :
comment peut-on encore inviter Mouillart à donner son avis ? incroyable...
a écrit le 30/03/2013 à 2:33 :
Le marché immobilier français est deux fois plus cher que l'immobilier allemand, alors que le revenu moyen est supérieur. Un appartement à Paris est deux fois plus cher qu'à Berlin. Voila le résultat de 30 ans de subventions publiques à coup de pret à taux zéro, payé par les contribuables, et de défiscalisation immobilière, le résultat est les subprimes à la française. Pour un salarié moyen allemand le loyer ne représente que 15 % de de son revenu, pour un français c'est 35 %. Merci l?interventionniste étatique français.
Réponse de le 30/03/2013 à 8:59 :
Berlin a beau être le siège du gouvernement allemand, ce n'est qu'une ville de seconde importance en Allemagne. Les affaires, l'industrie sont toujours à Frankfort, Munich ou Hambourg. Qui est allé visiter Berlin est frappé par la faible circulation, l'atmosphère tranquille qui y règne. Ce doit être une ville agréable pour ses habitants, rien à voir avec les métropoles industrielles de l'ouest. Dans ces conditions, comparer l'immobilier de Berlin avec celui de Paris n'a aucun sens. La seule ville d'Europe comparable à Paris est Londres, où l'immobilier est beaucoup plus cher.
a écrit le 29/03/2013 à 23:33 :
Mouillart est l'eternel invité des medias depuis le debut de la bulle immobilliere il y a 10 ans....on pourrait presque croire qu il en est le theoricien !
Etrange dans un pays comme la france, il semblerait qu il n'y ait qu un seul specialiste immobilier depuis 10 ans ? etrange comportement de nos medias !
il est presenté comme professeur mais il est surtout salarié du lobby immo ou il a honoré plusieurs postes, de là à parler de conflit d'interets....
ça fait 10 ans qu'ils poussent les politiques à faire du scellier, du ptz....les prix ont presque triplés et il continue d'affirmer droit dans ses bottes que ces mesures n'ont pas d'effets inflationistes sur les prix !
C'est normal que la France soit dans l'etat ou elle est avec des specialistes de ce genre, avec des professeurs d université de ce genre...pauvre france !
Réponse de le 30/03/2013 à 19:46 :
On le présente depuis 10 ans comme un professeur mais ce n'est qu'un maître de conference!
a écrit le 29/03/2013 à 23:15 :
Mais c'est bien sûr, les aides ne font pas augmenter les prix !!!!! Le PTZ, Robien, Scellier et autres dispositifs n'ont jamais fait augmenter les prix. D'ailleurs, ils sont tellement bas, que l'Etat doit aider une part croissante de la population à payer son loyer grâce aux APL. Comme ça l'Etat, càd nous, payons deux fois. Continuons.
Réponse de le 30/03/2013 à 13:03 :
tout ça engraisse un peu plus rentiers, investisseurs pour au final aboutir à augmenter les inégalités sociales, vive le monde merveilleux de l'ump pendant toutes ces années, cette France de propriétaires.
a écrit le 29/03/2013 à 22:37 :
acheter, s'embarquer dans un crédit à long terme, quand tous les jours vous risquez de perdre votre boulot actuellement, faut être carrément malade !! se retrouver ensuite dans la galère noire, merci bien !!
a écrit le 29/03/2013 à 22:15 :
tous les avantages accordés pour acheter un bien immo a fait augmenter les prix sous sarkosy.

Il n y a plus de raison que cela continue, c'est ruineux pour l?état et les français.

Vous avez de l'argent, alors achetez. Vous n'en avez pas, n'achetez pas.

De toute façon le krash immobilier en France est entamé, alors dépêchez d?acheter car demain ce sera moins cher.

a écrit le 29/03/2013 à 21:48 :
Il y en encore en France, pour affirmer qu'un immobilier en augmentation constante fait marcher l'économie et qu'il faut soutenir ces hausses.

Comme beaucoup de français souhaitant devenir propriétaire, je mets de l'argent de côté pour avoir un apport conséquent. En plus de payer un loyer, j'épargne, donc je ne consomme pas. Avec cette augmentation des prix, et ma baisse de "pouvoir d'achat immobilier" (ma capacité de financement), je repousse chaque année mon achat, et je ne consomme toujours pas des produits d'autres secteurs. Quand les salaires ne suivent pas les prix de l'immobilier, et que l'on souhaite acheter, il faut faire un choix. Priver les autres secteurs économiques de mon maigre apport financier voilà mon choix. Je pense ne pas être le seul dans ce cas.

Donc qu'on m'explique comment en privant l'économie de ma consommation, et en m'écartant de l'achat immobilier (en dégradant mon pouvoir d'achat immobilier), mon comportement est favorable à la croissance. Comment l'augmentation des prix de l'immobilier est favorable à la croissance ? Comment les mesures fiscales qui font augmenter les prix, selon Bercy, est favorable à la croissance ?

Pourtant depuis 10 ans les différents gouvernements multiplient les mesures fiscales pour soit disant aider les français à devenir propriétaires, on multiplie les dépenses, on gèle les terrains à bâtir, on laisse des logements vides, on ne rénove pas l'ancien, on ne remplace pas les tours HLM murées. De leur côté, les banques allongent les durées de crédits, permettant d'augmenter la demande, alors que l'offre ne peut pas l'absorber.
Réponse de le 29/03/2013 à 22:49 :
Je suis dans le même cas, cela fait 10 ans que j'economise, mais chaque année d'economie ne compensait pas l'augmentation des prix annuel. Cela fait 10 ans que je ne consomme pas à côté....
Réponse de le 30/03/2013 à 11:07 :
Idem pour moi et acheter pour à tout prix devenir propriétaire et vivre dans un clapier non merci.
Ne pas accéder à la propriété limite la dépense des ménages qui ont tendance à plus épargner et par ailleurs, l'accès à la propriété est aussi une manière de répondre au problème de la perte de salaire une fois à la retraite : une fois à la retraite, si on a pu investir suffisamment tot, tout est payé et la perte de revenus est comblée par le fait qu'on n'a plus d'emprunt à rembourser... c'est un cercle vertueux!
a écrit le 29/03/2013 à 20:02 :
L'immobilier à la Mouillart n'exporte pas.L'immobilier à la Mouillart ne fait pas diminuer le déficit commercial français à l'export. L'immobilier à la Mouillart ne doit pas être "assisté". Conclusion : que Mouillart continuer à enseigner à la fac et nous foute la paix. La seule bonne mesure pour les français serait de baisser par la loi de 50% le loyer des biens Hlm et privés (sans aucune compensation par une augmentation cachée des charges) afin de dégager des ressources financières que les locataires emploieront à booster les achats dans les entreprises qui créent de l'emploi et exportent.Le Btp hexagonal n'a strictement aucune raison d'être "assisté" et doit être relégué au 2nd plan, sinon oublié.
Réponse de le 30/03/2013 à 9:31 :
Faire baisser par la loi le loyer est une superbe idiotie. Réfléchissez plutôt pourquoi il y a moins de locations privées : Qui va investir dans un appartement en location pour une rentabilité de moins de 2 % après impôts taxée au maximum en cas de revente avec le risque de perdre deux ans de loyers sans recours.Sans oublier les mises aux normes énergétiques Alors oui il faut aider les bailleurs publics ou privés sinon pas d'amélioration de cette situation
a écrit le 29/03/2013 à 19:51 :
Je dois reconnaître une qualité certaine à Michel Mouillart, c'est la constance dans l'erreur. Il est le seul à s'être systématiquement planté depuis au moins 10 ans!! Il n'a jamais sorti un truc cohérent!! Ca laisse rêveur sur la qualité de nos experts et professeurs!!
a écrit le 29/03/2013 à 19:48 :
Avec la RT 2012 il y a un surcoût de 15/20% sur les logements neufs. Mécaniquement cela favorise l'ancien, ou rien...
a écrit le 29/03/2013 à 19:08 :
Sur ce point, j'estime que le gouvernement l'a bien joué.

L'immobilier atteignait un point de retournement des prix certain.

Il était inutile, avec des aides aux ménages, alors que les taux d'intérêt baissait, d'aller chercher plus haut le point de retournement, il aurait fallu aprÚs gérer une forte chute des prix, ce qui aurait provoqué d'autres problÚmes chez les ménages...

Un propriétaire bailleur.
a écrit le 29/03/2013 à 19:05 :
Ecouter Mouillard sur l'immobilier c'est avoir un avis aussi objectif qu'une conférence de presse de Najat Vallaud-Belkacem sur la politique du gouvernement.
Réponse de le 30/03/2013 à 7:43 :
lol .... non y a quand meme une difference! l'un est alarmiste, l'autre trouve que tt va bien ;-))))
a écrit le 29/03/2013 à 18:50 :
Je reprends les propos de Benoit Apparu en février 2012:
"Les aides ne servent qu'à augmenter les prix"

En somme, la gauche comme la droite trouvent idiot le raisonnement de notre économiste préféré
a écrit le 29/03/2013 à 18:27 :
L'orientation doit se faire vers l'amélioration et la rénovation de l'habitat ancien et non pas vers de nouvelles constructions.
Réponse de le 29/03/2013 à 18:57 :
+1000 : surtout ne pas bétonner la France.
a écrit le 29/03/2013 à 18:18 :
Mr Mouillart nous explique que la demande est forte, que nous manquons de logements, bla bla bla...mais voilà, cette demande n'aurait jamais existé si l'état n'avait pas injecté des milliards dans ce secteur.

Maintenant que l'état est plus que ruiné, les aides se réduisent et la demande avec. C'est pour cela que Mouillart demande des sous et des sous pour que ses amis soient arrosés comme il se doit.

Je me demande pourquoi les médias continuent à l'inviter. En tant qu'universitaire, bien au contraire, il devrait appeler à la raison, à la baisse des prix... La solution est simple.
a écrit le 29/03/2013 à 18:03 :
Alors Mon Mouillart t'as investi dans l'immo à contre courant et tu fais tout pour soutenir la bulle? Ton discours est comment dire....très orienté. Il n'y a pas de demande car les gens n'ont plus de pognon à consacrer à cette bulle donc plutôt que de pleurer....laissons les prix redescendre (car tu sais qu'ils le feront...mais ça t'arranges pas..) et après tu verra la demande reviendra.
a écrit le 29/03/2013 à 17:57 :
http://protection-rendements.fr/2013/03/29/dispositif-logement-fiscal/
a écrit le 29/03/2013 à 17:51 :
La demande en Ferrari est forte dans ce pays. c'est vrai, un récent sondage montre que 98% des personnes interrogées revaient d'avoir une Ferrari.....Néanmoins, au prix actuel qui peut s'en payer une ? voilà, il n'existe tout simplement pas de demande solvable sur ces niveaux de prix, mon petit bonhomme et la seule variable d'ajustement, c'est donc le prix....le stock de logements vacants est juste enorme , cf insee....et les prix commencent à baisser...et encore le prix des peux de biens qui se vendent....on ne parle meme pas du reste.....comment peut on encore lui donner la parole....
a écrit le 29/03/2013 à 17:46 :
qui écoute encore ce monsieur qui os encore dire qu'il n'y a pas de bulle immobilière en France....? quand on voit les dégats économiques que cela a créé pour les actifs et nos entreprises, sans parler de nos finances publiques...ce monsieur que l'on dit expert devrait se faire tout petit petit petit....à coté de Jacques Friggit, il ne fait tout simplement pas le poids....son argumentation est d'ailleurs quasiment inexistante si ce n'est les traditionnels poncifs du type "louer c est jeter de l'argent par les fenetres" ou le genialissime :"il n est jamais trop tard pour prendre le train de l'immobilier"....clap de fin pour cet individu sans interet...
a écrit le 29/03/2013 à 17:43 :
Bien sûr que le PTZ a fait grimper les prix ! Mouillard "roule" visiblement pour les professionnels de l'immobilier qui rêvent d'une "reprise", entendez par là une reprise des ventes et des augmentations de prix à 2 chiffres par an.Le résultat de plusieurs décennies d'aides en tous genres ce sont des prix multiplié par 2 voire par 3 dans certaines régions. Stop aux subventions et laissons faire le marché. Les prix finiront bien par redescendre et redevenir abordables.
a écrit le 29/03/2013 à 17:42 :
si ce n'est la voix du lobby immo ? plus de subventions, plus d'argent du contribuable....peut il nous certifier qu'il n'y a pas de conflit d'interet dans ses tres fines analyses....
a écrit le 29/03/2013 à 17:15 :
Le professeur mouillart ne craint pas l'eau tiède.
a écrit le 29/03/2013 à 17:12 :
Mouillard, le soit disant spécialiste, vendu aux lobbys immobiliers nous tape sur le système.
Il est plus que temps de laisser cette bulle exploser.
a écrit le 29/03/2013 à 17:02 :
ça sent le lobbying à plein pot. Arrêtons de subventionner ça ne sert à rien: uniquement à faire grimper encore les prix ! Il faut construire, construire et encore construire pour que l'offre fasse baisser le prix de cet immobilier devenu completement fou. Les marges sont devenus si élevées dans l'immobilier qu'il est maintenant plus facile de trouver une agence immobilière qu'un boulanger dans ce pays.
a écrit le 29/03/2013 à 16:45 :
Nous sortons d?une longue période durant laquelle l?immobilier a été plus que subventionné. Pour quel résultat ? les prix ont bien souvent été multipliés par 3 et sont aujourd?hui hui le premier poste de dépense des ménages, au détriment des autres secteurs d?activité. Qui peut encore consommer après avoir acheté son logement aux prix actuels ? Sans parler du fait qu il est maintenant avéré que cela constitue un véritable frein à la compétitivité du pays. Est-ce bien raisonnable au regard des finances du pays ?
Réponse de le 29/03/2013 à 17:47 :
Bien dit. +1.
a écrit le 29/03/2013 à 16:33 :
Les taux actuels sont très bas, le foncier est cher, et les constructeurs s'en foutent ou les promoteurs continuent à s'en foutent plein les fouilles, alors ils envoient comme lobbyiste un économiste. C'est très simple l'Etat et les collectivités territoriales avec les offices d' HLM ou tous les organismes chargés du logement dit social voire social intermédiaire, doivent être les maitres d'oeuvre, à défaut d'être tout le temps les propriétaires, d'un vaste plan de construction de logements "sociaux" ou "intermédiaire" de qualité en France. Et il faut donc contrôler ce que bricolent les constructeurs promoteurs pour que les prix soient les bons prix et que les livraisons ne soient pas de la m...on l'a vu avec le plan Borloo, un scandale. L'immobilier en France, c'est une facette de la République de la Banane, mais des facettes on peut en trouver plein, la grande distribution en est une autre. Le nucléaire une autre. En fait on s'aperçoit de quoi, que la France c'est la politique de cela courte vue et du chacun pour soi. Ensuite quand on s'est enrichi, ou que ça sent un peu le roussi, je me casse en Belgique ou ailleurs, vers des paradis fiscaux de l'UE, tout un programme.
a écrit le 29/03/2013 à 16:24 :
Les taux actuels sont très bas, le foncier est cher, et les constructeurs s'en foutent ou les promoteurs continuent à s'en foutre plein les fouilles, alors ils envoient comme lobbyiste un économiste. C'est très simple l'Etat et les collectivités territoriales avec les offices d' HLM ou tous les organismes chargés du logement dit social voire social intermédiaire, doivent être les maitres d??uvre à défaut d'être tout le tant les propriétaires d'un vaste plan de construction de logements en France. Et il faut contrôler ce que bricolent les constructeurs promoteurs pour que les prix soient les bons prix et que les livraison soient pas de la m...on l'a vu avec le plan Borloo, un scandale. L'immobilier en France, c'est une facette de la République de la Banane, mais des facettes on peut en trouver plein, les grandes distributions en est une autre. Le nucléaire une autre, en fait on s'aperçoit de quoi, que la France c'est la politique de cela courte vue et du chacun pour soi. Ensuite quand on s'est enrichi, ou que ça s'en un peu le roussi, je me casse en Belgique ou ailleurs, vers des paradis fiscaux de l'UE, tout un programme.
a écrit le 29/03/2013 à 15:59 :
alleé je vous donne une autre idée, oblioger ttes les communes de France d augmenter de 2% par an et sur 5 ans leur superficie constructible...qd vs avez liberé du foncier, et vs dites aux proprios, soit vs vendez maintenant a un bon prix, soit on va vs taxer ts les ans sur ce foncier constructible et si vous attandez plus de 4 ans pour vendre, on vs taxera à 20% du prix, vs verrez que les gens vendront rapidement...
Réponse de le 29/03/2013 à 22:24 :
Les collectivités seront bien obligées de lâcher du foncier si elles veulent des rentrées d'argent. Cela va venir malgré le coup fourré des écolos qui nous ont pondu le SCOT.
a écrit le 29/03/2013 à 15:55 :
Mouillart est devenu un lobbyiste en puissance...

Il veut du PTZ financer par de la dette pour que les vendeurs continuent de vendre à prix bullesque...
Il veut des incitations fiscales pour que les grands groupes des TP continuent de vendre à prix bullesque du VEFA BBC bas de gamme.

Ce même professeur qui début 2012 ne voyait pas les prix baissé, voir même augmenté, car soit disant la France manquait de logements et que la demande est toujours aussi forte...

Mais allo quoi ? elle est ou ta demande ? allo quoi ? des transactions en chute de 20 à 40 % dans différents secteurs de la France.


a écrit le 29/03/2013 à 15:54 :
le gvt a les moyens de faire baisser les prix mais le pb c que Hollande est un mou qui est incapable de prendre une décision...vous voulez faire baisser les prix ? simple, bloquer l IRL, taxer le foncier, taxer fortement une plus value au dela de 4 ans de detention etc... il y a plein d idées... mais Hollande est un gros naz.e... regarder les radar, a partir du moment où on a fait payer au prix fort, les gens bizarrement st devenus raisonnables... mais Hollande a lui même un patrimoine immo, alors voir ses biens plonger ca ne doit pas l enchanter... il fo virer ce type !!!
a écrit le 29/03/2013 à 15:32 :
Et on le dit professeur d économie.
Sa seule idée est d appelé à des niches ou des cadeaux fiscaux en matière d immobilier.
a écrit le 29/03/2013 à 15:28 :
Il faut arrêter les aides qui effectivement incitent les promoteurs à augmenter les prix ( la baisse de la TVA sur les terrains a été compensée immédiatement par une hausse des prix, la baisse des taux d'emprunt est compensée par une hausse des prix, etc.). Tous les prix des logements doivent baisser dans le neuf et dans l'ancien ce qui va redonner du pouvoir d'achat comme en Allemagne où les prix n'ont pas grimpé comme chez nous.
Après une période de baisse plus où moins longue, la marché se régularisera , la demande reviendra avec des prix plus raisonnables. Il suffit d'observer le marché automobile américain, après une forte baisse il vient de repartir...
Réponse de le 29/03/2013 à 16:02 :
Le gouvernement a raison: toutes les aides font croitre les prix. Exactement en période de manque de sous au budget. Le marche va s'équilibrer par l'offre qui devient excédentaire. C'est déjà le cas. Le prix vont baisser jusque-au moment ou les ménages pourront a nouveau acheter selon leurs budget. Ça sera le juste prix du logement....
Réponse de le 29/03/2013 à 16:20 :
les aides en question sont en fait plutot une baisse de prelevement devenus excessifs au cours du temps car plus simple à faire qu' une mise à la diete de l'etat et des collectivités. Une baisse d'impot ce n'est pas un cadeau.
Réponse de le 29/03/2013 à 19:24 :
@ footballeur: en 1998, la TVA de 19,6% sur les terrains à bâtir avait été remplacée par des droits de mutations de 5,09%. Résultat immédiat, le prix des terrains avait augmenté de 15% au grand benef des vendeurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :