Immobilier : des professionnels parlent d'une seule voix pour faire repartir le marché

 |   |  669  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Alors que les transactions immobilières sont à l'arrêt, trois acteurs majeurs du secteur ont affiché d'une seule voix leur vision du marché par souci de clarté vis-à-vis des acheteurs et des vendeurs qui ont adopté une attitude attentiste.

Perturbés par le période actuelle de gel des transactions, les professionnels de l'immobilier tentent de faire entendre raison aux vendeurs qui ne souhaitent pas baisser leur prix. Il faut dire que face au flux d'informations contradictoires émanant des différents acteurs du secteur, il est difficile pour ces vendeurs de se faire une réelle opinion des tendances de marché.
Pour apporter plus de clarté, trois grands acteurs de l'immobilier, la Fédération national de l'immobilier (Fnaim), le réseau d'agence Orpi et le courtier en crédits Cafpi se sont ainsi réunis et ont exprimé d'une seule voix leur vision du marché immobilier. Une initiative nécessaire, car ce flou total est un des éléments provocateurs de l'attentisme des vendeurs et des acheteurs.

Les acheteurs devraient reprendre le pouvoir

Pour ces professionnels, la période actuelle devrait clairement être favorable aux acheteurs qui ont subi l'hégémonie des vendeurs les années précédentes, ce qui a fait flamber les prix dans les zones tendues. En toute logique, les vendeurs devraient donc désormais concéder une baisse de prix sur leur bien.
Certes, certains d'entre eux l'acceptent progressivement... mais trop lentement et l'attentisme demeure, selon les trois professionnels du secteur.
En conséquence, les prix dans l'immobilier ancien ont faiblement reculé en France au deuxième trimestre 2013, avec une baisse par rapport au premier trimestre de seulement 0,7%. Pis encore, à Paris, les prix continuent d'augmenter, selon un membre de la Fnaim Ile-de-France.
"Nous pensons qu'il y a encore besoin de corriger les prix, mais un pas important a été franchi", a tout de même estimé Bernard Cadeau le président d'Orpi, qui se félicite d'avoir pu débloquer 2.100 ventes dans son réseau en réexaminant le prix des biens qui étaient proposés à la vente depuis plus de quatre mois (soit 17,5% de ces derniers). "Il faut cependant aller encore plus loin car il y a encore besoin de corriger les prix", assure Bernard Cadeau.
"Nous avons, nous professionnels, beaucoup de travail à faire auprès de nos vendeurs, pour qu'ils arrivent à nuancer leurs prétentions sur les prix" des biens qu'ils proposent à l'achat, a renchéri Jean-François Buet, président de la Fnaim.

Les acheteurs ne sont pas assez confiants

Du travail, il y en a aussi à faire du côté des acheteurs, dont le poids dans la négociation ne semble pas encore suffisant pour amorcer une baisse franche des prix. En effet, si 46% des Français jugent les conditions réunies pour passer à l'achat, 38% d'entre eux estiment encore que "le moment n'est pas opportun", notent les trois professionnels, citant une enquête Ifop.
En face, la frilosité des vendeurs ne cesse de croître, puisque plus de six sur dix (62%) pensent que les conditions pour finaliser une transaction ne sont pas réunies. Résultat, selon les trois professionnels, les transactions devraient diminuer de 10,2% en 2013, après avoir déjà reculé de 12,2% l'an dernier. La Fnaim prévoit même 635.000 transactions annuelles pour l'année en cours, au plan national, soit 200.000 de moins que lors des années fastes. 

Le gouvernement doit rétablir de la confiance sur le marché

Pour les trois professionnels du secteur, il ne manque désormais que de la "confiance", et celle-ci doit être impulsée par le gouvernement au moyen de "mesures réellement incitatives, prises dans le cadre d'une politique lisible et stable". Cafpi, par exemple, milite pour qu'une attention toute particulière soit donnée aux "primo-accédants les plus fragiles qui ont déserté le marché, en raison d'un manque d'aides indiscutable". Son directeur général adjoint, Philippe Taboret, appelle pour remédier à cela au rétablissement du prêt à taux zéro dans l'ancien.

>> Pour aller plus loin

>> Consultez nos dernières annonces immobilières

>> Découvrez le prix du m2 dans votre rue

>> Réalisez votre diagnostic immobilier

>> Comparez les devis pour vos travaux

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/10/2013 à 2:02 :
J'ai voulu acheter une petite maison à rénover dans ma région pour ma résidence principale, mais avec les frais de notaire et DTMO, cela représente plus de 9% du prix de la maison qui en coûte 51500? soit entre 4635 et 5000? de frais d'après mes calculs, autant dire un véritable racket organisé par l'étât et pour les primos accédant les plus modeste comme moi c'est peine perdue de pouvoir acquérir son logement, ont comprends mieux pourquoi les petites maisons dans les villages tombes en ruine et ne trouve pas preneur, il serai préférable de supprimer cette partie de la taxe "DTMO" qui représente 50% du total , au moins cela permettrais qu'il y ai plus de propriétaires, moins de maisons en ruine , moins de villages qui ce désertifie et surtout cette économie permettrais de financer des travaux d'économie d'énergie " changement de fenêtre, chaudière ...
Conclusion: tant que le gouvernement assommera de taxe exorbitante les petits biens immobiliers en dessous de 150.000?, les personnes et foyer les plus modestes resterons dans la précarité du logement et énergétique!
a écrit le 27/07/2013 à 17:19 :
les responsables ce sont les agences immobilières trop gourmandes leurs tarifs sont trop élevés. En conséquence les propriétaires sont étranglés. ils ne peuvent plus faire de travaux, ni re investir
a écrit le 11/07/2013 à 17:03 :
Aucune aide ne doit plus être accordée par l'état. La seule possibilité de gain de pouvoir d'achat passera par un réalignement des revenus des Français et des prix de l'immobilier. Les valeurs refuge montent... et parfois descendent. Ex. l'or qui a perdu 30% depuis le début de l'année, après avoir flambé. Aucune raison que l'immobilier ne suive pas les mêmes cycles.
Réponse de le 11/07/2013 à 18:04 :
L immobilier répond à tellement de critères autres que logiques parfois. Mais si la tendance de fond est la baisse.... . En tout cas, si la part des revenus dédiés à l'immobilier baisse cela sera profitable au reste de l'économie et pourra aider à une relance. A titre personnel, si les ventes se font sur une base de 30 % de moins cela ne me dérange pas. Les propriétaires seront ils prêts à l accepter ?
Réponse de le 12/07/2013 à 16:32 :
oui c sur!
oh la belle couleuvre!
la constante est que les salaires n'augmentent pas, voir régressent!
dans ce cas vous voulez régler quoi comme problèmes!
faut réfléchir un peu!!!
voici venu le temps des charognards...
Réponse de le 12/07/2013 à 17:13 :
Réfléchissez : si les prix baissent de 30 % sur une dépense qui représente elle même 30 % des revenus, cela fait 9 % de pouvoir d achat en plus. Arrêtez les invectives et l alcool, on est ici pour discuter, échanger ; si nous n avons pas les mêmes points de vue nous pouvons en parler, mais dans des termes, sinon courtois, du moins corrects !
a écrit le 10/07/2013 à 17:38 :
Qu'est ce qu'on rigole ! Après des années de mépris et de leçons d'économie de la part des proprios winners, on s'aperçoit enfin que les Cassandre locataires avaient raison.
Le plus pathétique viendra quand les primo ayant récemment acheté se retrouveront en situation de faillite personnelle (bouh on m'avait dit que l'immobilier ça pouvait que monter, je comprends pas, l'Etat est méchant bouh bouh bouh...).
a écrit le 10/07/2013 à 16:56 :
Leitmotiv pour les acheteurs : ne pas accepter d'acheter à des prix supérieurs à ceux de début 2010 à Paris
a écrit le 10/07/2013 à 15:14 :
Je suis pour une correction du marché. Je ne sais pas de combien cela va baisser, ni à quelle vitesse, ni sur combien de temps. Il faut soit débloquer du foncier pas cher, soit tout faire pour que celui existant et constructible baisse. Cela veut dire arrêter de subventionner les constructions avec nos impôts que cela soit en defisc ou prêt à taux zéro. avec cela, la baisse s'auto alimentera. Mais aucun gouvernement ne peut laisser le chômage se développer dans le BTP, et les villes, Départements et Régions (22 sur 23 sont de gauche !) ne peuvent pas se passer des droits de mutation (les fameux "frais de notaire"). Alors on nous sort des lois bidons à la Duflot comme l'encadrement des loyers. BRAVO ! une bonne loi 48 pour louer des appartement insalubres, c'est ce qu'il fallait !...
Si il faut écrémer le marché des AI en attendant... et bien soit, nous sommes des commercants, et si il y a moins d'activité il y aura moins de commercants.
a écrit le 10/07/2013 à 14:10 :
Repartir le marche....baisse de 25 %.....
Réponse de le 10/07/2013 à 15:00 :
Il n'y a pas 1 marché mais une multitude de micro-marchés, même le marché parisien n'est pas uniforme.
a écrit le 10/07/2013 à 14:00 :
Que de personne ayant la mémoire courte !!! 1992 à 1998 baisse de l'immobilier de plus 50%
Je suis agent immobilier.
Le marché est complètement bloqué depuis des mois et des mois.
Les prix baisse au point que nous sommes aujourd'hui incapable de faire une estimation avec assurance.
Le rendement locatif est toujours de 1% avant impôts et les taux d'emprunt à 3.2% soit une perte sèche tout les ans de 2% plus impôts.
Notre gouvernement continu a mettre en ?uvres des solutions inappropriés.
Et enfin les lobbying continu la désinformation !!!
Essayons de retrouver le bon sens paysans plutôt que de faire des diagnostique avec le s'doigt en l'air ??
Le marché va devenir plus raisonnable dans les mois ou année avenir.
Les imposteurs de la profession ne devrais plus trop tarder a mettre la clef sous la porte
Réponse de le 10/07/2013 à 14:22 :
Le gouvernement ne doit rien faire et laisser le marché se réguler. Les prix baisseront mécaniquement quand les promoteurs cesseront de s'engraisser sur le dos des investisseurs en mal d'économies d'impôts. Les agences immobilières dont la plupart ne servent à rien, disparaitront. La motivation pour acheter des biens à la pelle seront avec des objectifs de création de patrimoine et non de spéculation à la Monopoly. Désolé si vous devez changer de métier Mr Pffff mais je pense sincèrement qu'un grand nettoyage est nécessaire : il est purement anormal de débourser 30 ou 40 k? pour des visites d'appartement ou on nous explique "voilà la cuisine, voilà la fenêtre qui s'ouvre, voici la salle de bains"
Réponse de le 10/07/2013 à 15:24 :
La profession n a pas bonne presse, mais des gens comme vous nous redonnent du courage et foi en notre métier : votre vision caricaturale est tellement différente ce qu'est le métier ! J'aime ce que je fais, et je suis d accord avec vous : une purge des mauvais agents immobiliers se fait et tant mieux. De plus personne n a obligation de passer par une agence, alors pourquoi la part de vente faite entre particuliers diminue-t-elle ?...
En ce qui vous concerne : voilà la porte !
a écrit le 10/07/2013 à 13:52 :
la bulle se dégonfle petit à petit
a écrit le 10/07/2013 à 12:58 :
Et c'est que le début. Actuellement, les taux d'intérêts sont historiquement bas et plus personne achete. Imaginez s'il remonte (ce qui va arriver un jour ou l'autre). La ceux qui peuvent encore acheter ne pourront plus. Et je ne vous parle pas de l'augmentation du chomage qui entraine de vente rapidement et bas d'immobilier.
a écrit le 10/07/2013 à 12:03 :
Ils sont marrants les "professionnels" de l'immobilier (et les notaires aussi également). Pour des raisons de succession diverses, j'ai été amené à vendre en 2010 une maison et en 2012 un appartement, en région parisienne. Pour chacune de ces ventes et à défaut de connaissance particulière personnelle, j'ai demandé à 3 agences différentes et un notaire, pas les mêmes pour les deux ventes, des estimations. Et j'ai proposé un prix de vente basé sur la partie basse de la fourchette suggérée. Il a fallu plus d'un an à chaque fois pour aboutir et avec deux baisses de prix successives (environ 10%). Donc en terme de conseil et de pertinence, il y a largement à dire. Alors leur "seule voix"...
Réponse de le 10/07/2013 à 12:20 :
vous touchez la un autre probleme les commes et Frais d agence d une part et le frais de notaire d autre part etant calcule en fonction du prix de vente du bien comment voulez vous qu ils fixent "justement" un prix, plus il sera eleve plus leur "marge" sera importante..... C est tout le probleme, la dessus désolé mais ces frais devraient etre decoreles du prix de vente du bien et encadré...
Réponse de le 10/07/2013 à 12:21 :
En effet, tous les acteurs du marché ont intérêt à ce que les prix restent élevés. Aucun des fondamentaux économiques ne justifient que les prix au m2 à Paris soient (et restent) supérieurs aux prix de 2010.
Pour les acheteurs potentiels, il faut exiger a minima une baisse pour un retour aux prix il y a 3 ans à Paris
Réponse de le 10/07/2013 à 14:57 :
Paris on s en fou ! Personne n est obligé d achdter a paris
Réponse de le 10/07/2013 à 15:06 :
il est faux de dire que noue voulons des prix élevés : ce sont les propriétaires qui ne veulent pas baisser. Je ne dis pas que certains agents immobiliers font mal leur boulot (au contraire, surtout depuis les réseaux de mandataires débutants c 'est la cata !!!) mais un bien à un prix trop élevé n'est pas un atout pour une agence. Du moins, une agence digne de ce nom. A chauqe mandat que je signe, si le prix est plus élevé que mon estimation, je mets dans les conditions particulières le montant de mon estimation pour mémoire.
Réponse de le 10/07/2013 à 15:07 :
"aucun des fondamentaux" ??? et l'offre et la demande ? Retournez à l'école, premier cours fondamental sur l'économie.
Réponse de le 10/07/2013 à 16:11 :
L'offre et la demande SOLVABLE. Cela change légèrement la donne.
Réponse de le 10/07/2013 à 16:32 :
A l'école j'avais appris que l'immobilier est une valeur refuge quand les investisseurs n'ont plus confiance dans les marchés de capitaux. Depuis plusieurs années les 50/60 ans qui ont les moyens mettent tout leur épargne dans l'immobilier + s'endettent en espérant faire une plus value à la revente de leur bien immobilier
Cet afflux d'investissement crée une bulle et cette bulle convient à tous les acteurs qui se rémunèrent en %.
Les acheteurs sur une meme zone géographique devraient se coordonner pour convenir que le pris au m2 doit revenir à des niveaux historiques plus bas
Par exemple ne pas dépasser les prix de Q2 2010 pour Paris ce qui fait une baisse de -20% environ.
==> la hausse de ces dernières années à Paris me fait penser au marché Equity en 1999 / 2010 en France et les conseilleurs (agents immobiliers / notaires / vendeurs) ne sont pas les payeurs.
Réponse de le 11/07/2013 à 0:41 :
"et l'offre et la demande ? Retournez à l'école, premier cours fondamental sur l'économie." : Réfléchir un peu après avoir appris sa leçon, c'est bien aussi. Observez ce qu'ils se passent depuis que le gouvernement cesse de doper la demande. Vous devriez aller un peu plus loin en économie, histoire de pouvoir mesurer tout ce qui entre en paramètre dans l'équilibre du marché (chômage, revenu, PTZ, Scellier, APL, taux d'emprunt, PV, etc.). Vous reviendrez ensuite nous expliquer quels sont les paramètres qui pousseront désormais les prix vers le haut via un mécanisme d'offre et de demande. J'oubliais la confiance dans la pierre : Imaginez après une baisse de seulement 10%.
Réponse de le 11/07/2013 à 17:57 :
Je persiste et signe Offre et demande est toujours la base. J ai une maitrise en économie appliquée de la faculté d'économie d'Aix en Provence U3. Cela ne me donne pas raison là dessus je suis d accord. Le bon sens et la réalité l'emportent souvent sur les théories. Mais face à des rigolos comme vous qui disent "allez un peu plus loin" ... j y suis allé. Et je n ai jamais dit que les prix ne pouvaient pas baisser. Mais si on cherche une raison au marché parisien : il y a plus d acheteurs que de vendeurs en ce moment, c est tout. Si ca change.. .ca baissera. Allez David, un effort.
Réponse de le 12/07/2013 à 13:03 :
En dehors même de ce que les gens peuvent payer (et ça fait une différence de vouloir habiter un quartier et de pouvoir y habiter), n'oubliez pas que votre chère loi de l'offre et la demande inclut aussi la notion de quantité. Que l'offre et la demande se rencontrent,c'est pas trop compliqué, mais atteindre le maximum de transactions réalisées, ça demande que le prix de marché soit le bon...
Réponse de le 12/07/2013 à 14:43 :
Pourriez vous m'expliquer votre dernière phrase, je ne l ai pas comprise... merci
Réponse de le 15/07/2013 à 18:44 :
Donc vous dites un peu la meme chose tous>>>> le marche immobilier Francais n'est en rien concurrentiel et/ou normalement soumis a la loi de l offre et de la demande. TOUS les agents du promoteurs, au locataire en bout de ligne sont subventionnes.... donc c est la loose comme dirait les plus jeunes.....
a écrit le 10/07/2013 à 11:21 :
Toujours la même chanson: "Pour ces professionnels, la période actuelle devrait clairement être favorable aux acheteurs". Absolument pas d'accord: Cela serait une erreur d'acheter maintenant et les arguments sont fournis: "les professionnels de l'immobilier tentent de faire entendre raison aux vendeurs qui ne souhaitent pas baisser leur prix." - Ils tentent- Acheter au plus haut de la bulle immobilière, juste dans une période où les prix commencent à baisser avec un potentiel à la baisse gigantesque, cela serait une grave erreur. Ceux qui peuvent attendre, ont un intérêt formidable à le faire. Malgré une hausse des taux d'intérêts très probable, cette hausse ne compensera jamais, les gains réalisables à travers les baisses importantes des prix d'achats dans l'avenir.
Réponse de le 10/07/2013 à 13:20 :
L'immobilier ne ment pas, la pierre est une valeur refuge, ça ne peut pas baisser. Vous allez manquer le train ! Restez donc dans votre locataire toute votre vie, irresponsable que vous êtes, pendant que nous créons de l'emploi et construisons un patrimoine pour nos vieux jours. Ayé, je suis prêt à endosser le rôle du proprio-winner ^^
Réponse de le 10/07/2013 à 13:49 :
Ca fait 5 ans que je veux construire et 5 ans que je lis tous les jours que les prix vont baisser ..ce qui est vrai pour le foncier du moins en province mais les prix des constructeurs de maisons ne cessent d augmenter (1200e/m2) ; alors que tous ces prophètes m expliquent comment l immobilier peut baisser de 40 % si le prix de la construction et bien sur de vos salaires continuent d augmenter? D autant que la france n est pas un "gros" pays de propriétaires , avec un taux de natalité important . Perso , je suis pas prophète , je pense qu après une correction de 10 à 20% des prix du foncier et de l ancien qui a déjà lieu en province on aura une stabilisation des prix sur plusieurs annees l autre problème de l immobilier en france est qu on raisonne , comme la parisienne duflot, sur des chiffres Paris qui est et restera toujours une ville chère et spéculative.
Réponse de le 10/07/2013 à 14:58 :
@ acheteur: la construction d'une maison ou d'un immeuble c'est de la main d'oeuvre, des matériaux, des matériels et du transport donc les prix montent mécaniquement en suivant l'indice BT01 ( + 15% entre 01/08 et 01/13) sur lequel sont indexés tous les devis et contrats de construction. De plus, les nouvelles normes RT 2012 vont encore renchérir les coûts.
La valeur à la revente d'une maison dépend de la qualité de construction et surtout de son emplacement et j'avais pu constater, avant de faire construire, que beaucoup de propriétaires surestiment leur bien et qu'il était plus rentable de construire. Pour conclure, ce qui déclenche l'acte de construire, c'est l'achat du terrain.
a écrit le 10/07/2013 à 11:11 :
le debut de l article est bon. Ca change de M Mouillard qui affirme toujours que l immobilier ne peut pas baisser et que c est le moment d acheter!
Malheureusement, la fin de l article est une classique demande de subvention a l etat de la part d un secteur qui a l habitude d etre gave de faveurs de la part de l etat. Non il ne faut pas ceder et subventionner encore les acheteurs (primo accedants ou non) !!
Le marche doit retrouver son equilibre seul, ce qui veut dire une baisse importante des prix et arreter de subventionner les vendeurs (car l aide aux primo accedant va en fait dans la poches des vendeurs)
Réponse de le 10/07/2013 à 12:16 :
Bien que n'étant pas acheteur _ ni vendeur d'ailleurs _ je suis d'accord
Il faut laisser faire le marché
S'il est coincé, la digue finira par céder un jour ou l'autre et les prix de reprendre un niveau normal et non exhorbitant comme c'est le cas à Paris
Toute subvention payée avec notre argent ne servira qu'à maintenir artificiellement le marché au détriment, du contribuable, des jeunes et des vrais secteurs de croissance
a écrit le 10/07/2013 à 9:41 :
L'effondrement de la bulle immobilière est en route ... après plus de 12 ans de chianlie UMP aggravée par le PS, la France après la Grèce, l'Espagne, le Portugal, l'Italie ... c'est inversement proportionnel, la France est dans les premiers pays touchés par la désindustrialisation et par l'effondrement des prix de l'immobilier ... la France est dans les derniers de la classe en matière d'innovation ... voilà comment les castes de l'UMP et du PS, pleinement d'accord entre eux, ruinent la Nation Française...
Réponse de le 10/07/2013 à 16:35 :
Attention à ne pas confondre les pays que vous citez avec la france qui n'a pas connu les grands travaux immobiliers comme en Espagne et au Portugal (plus de constructions que que de besoin et bcp de constructions dites saisonnières ). En Grèce, les habitants sont bien souvent multi propriétaires. La donne est bien différente en France car il manque toujours autant de logements d'habitation. De plus la population ne cesse de croitre en raison d'un taux de natalité supérieure et d'une immigration importante. Je crois que ceux qui espèrent une chute împortante des prix rêvent. Ou alors le locatif va devenir extrèmement onéreux (alors qu'il l'est déjà). C'est la loi de l'offre et de la demande. Il faut bien se loger!
Réponse de le 11/07/2013 à 0:32 :
La loi de l'offre et la demande, ils n'ont que ça à la bouche, sur un marché libre mais surtout subventionné. La demande, c'est bien... Seulement, l'état n'a ni les moyens ni l'envie de la rendre solvable au profit des vendeurs : La fête est finie.
a écrit le 10/07/2013 à 9:30 :
Les primo-accédants ont probablement déserté et décidé d'attendre car les prix sont trop élevés. Le meilleur moyen de faire baisser les prix consisterait peut-être à augmenter le montant de l'apport personnel. Rétablir le prêt à taux zéro consiste à inciter les acquéreurs à s'endetter lourdement et pour de très nombreuses années.
a écrit le 10/07/2013 à 9:14 :
Pour que l immobilier baisse il faut plusieurs choses a mon sens: - Arreter de le subventionner a tout les etages, de l acheteur au locataire, de la personne morale à la personne physique. - DECENTRALISER, y a pas que Paris faudrait a la fois que les Entreprise et les politique le comprenne: Tours, Bordeaux, Rennes, Lille Strasbourg....... autant d agglo a dynamiser, il faut cesser de tout concentrer sur "Paris-Lyon-Marseilles"!
-Revoir la politique de logement sociaux/HLM, de l insee a L UE tout le monde denonce le fait que certains de ces logements soient occupés par des menages depassant les plafonds de ressources!

Il est anormal qu en France des materiaux, a la constructions.... les prix soient en moyenne superieurs de 30% aux prix moyen europeens! Et le constat est le meme dans tous les secteurs: habillement, pieces autos.......
Réponse de le 10/07/2013 à 10:53 :
Par dessus tout, c'est la confiance en l'avenir. Vu le contexte eco actuel et le pessimisme ambiant ...
a écrit le 10/07/2013 à 8:44 :
y aurait pas feu au lac. ... Huummmm
a écrit le 10/07/2013 à 8:42 :
Qui a f...tu le feu à l'Hôtel Lambert ?
a écrit le 10/07/2013 à 8:41 :
Il faut le laisser le marché se débrouiller tout seul... Si on en croit les statistiques de l'INSEE (dont personne ne parle sur ce sujet..) sur le nombre de logements en France par rapport au nombre de ménages, on est loin de la pénurie... Il y a seulement quelques zones tendues. Arrêtons donc de prendre de l'argent public pour empêcher la régulation du marché. La logique veut qu'il y ait une baisse mais les acheteurs trop pressés peuvent empêcher celle ci. Auquel cas, tant mieux pour les vendeurs.
Réponse de le 10/07/2013 à 15:01 :
Je suis d accord : il faut laisser le marché se régler à la baisse ! cela veut dire y compris arrêter les aides à la defisc, le prêt à taux zéro etc... !
a écrit le 10/07/2013 à 8:00 :
"Les primo accédants les plus fragiles qui ont désertés le marché en raison d'un manque d'aides indiscutable?????!!!!"signé Cafpi!!!!!! Cela donne envie de hurler......... Mille millions de mille sabords, bougres de faux jetons à la sauce tartare, Espèce de mérinos mal peignés, octoplasmes à roulettes!!! Virez moi donc cette bande d'incapables!!
Réponse de le 10/07/2013 à 10:01 :
Surtout Cafpi, pour négocier ton prêt immo, les mecs sans vergogne demandent 1% du montant du prêt... 1% au nom de quoi ? De leur privilège à pouvoir démarcher plusieurs banques sans trop d'effort.
Réponse de le 10/07/2013 à 10:36 :
Ca me fait bien rire toutes ces ame bien pensante qui veulent tout gratuit de leur banque, de leur courtier immo...... Vous bossez gratuitement vous?.... Non je ne crois pas cette comme correspond au travail de demarchage des banques que vous n avez pas a faire! Si vous ne voulez pas payer vous prenez de votre temps pour aller demarcher vous meme toutes ces banques a raison de 2H de RDV + le trajet..... C est fou ca!
Réponse de le 10/07/2013 à 11:24 :
Où ai-je dit que je demandais du gratuit ? Ne vous méprenez pas, si je prends un courtier c'est que je reconnais son utilité. Seulement, je n'aime pas ce genre de pratique qui consiste à ne pas donner le vrai prix des choses mais ce qu'on estime que le client peut payer. J'ai négocié mes frais qui ont chuté de moitié sur simple demande. En quoile montant du prêt influe-t'il le travail du courtier ?
a écrit le 10/07/2013 à 7:36 :
Moi, j'achète quand c'est bas et que les taux sont bas et je revends quand c'est haut. Ça fait 30 ans que je joue au Monopoly et ça me réussit plutôt bien. Après il y a aussi le livret A à 1%!
a écrit le 10/07/2013 à 7:03 :
Pourquoi 0%?! je ne suis pas banquier mais qui travaille pour rien? Taux préférentiel peut être, a la limite mais pourquoi en dessous même de l'inflation? C'est encore la truquer les règles du jeu...
Réponse de le 10/07/2013 à 8:56 :
Rappelez-nous le taux de financement des banques privées auprès de la BCE, s'il vous plait.
Réponse de le 10/07/2013 à 12:04 :
Taux 0% = Taux subventionné par l'état et oui personne ne travaille gratuitement...
a écrit le 10/07/2013 à 1:13 :
F3 dans le sud de la france. Acheté -22% que son prix en agence où il attendait depuis 1 an.
a écrit le 09/07/2013 à 23:37 :
ben moi je veux pas etre proprietaire depuis que je sais qu'entre les taxes, les charges et autres reparations ça coute aussi cher qu un loyer ! (sans compter les frais a l'achat..notaire, assurance bancaire, interets..etc)
en fait, le seul gain a etre proprietaire c'est quand les prix montent, sinon c'est ruineux !
et apres 150% de hausse en 10 ans....je parirais pas sur le meme scenario dans les 10 ans qui viennent !
de plus, il y a 3 ans, j'ai eu un changement de voisinage desastreux , on etait au bord de la confrontation physique. quel soulagement de pouvoir demenager rapidement. Si j'avais ete proprietaire de ce bien devenu subitement invendable, je serais peut etre en prison aujourd hui...
Réponse de le 10/07/2013 à 8:56 :
Tout a fait d'accord avec vous... Perso je viens de vendre ma maison parce que entre la taxe fonciere, taxe d'habitation, frais d'entretien divers, les problemes de voisinage... dans un marché baisier il vaut mille fois mieux etre locataire. Alors effectivement ca peut monter encore un peu dans quelques endroits ou ça spécule... mais dans 99% des cas ça baisse depuis plusieurs années (regardez en province hors grandes métropoles) et ca va continuer. Et le jour ou les taux vont amorcer une remontée, ca va dégringoler...
Réponse de le 10/07/2013 à 11:59 :
Tout à fait d'accord avec vous, nous avons 2.5Md'EUR de cash et nous louons depuis des années. J'ai acheté une fois quand j'étais plus jeune une surface moyenne (et encore c'était une vente à la découpe donc intéressante sinon je n'aurais pas passé le pas) et revendu avec une plus value raisonnable. Le reste du temps avant et après j'ai toujours loué. De plus les locations se négocient actuellement facilement même en zone tendue.
Réponse de le 10/07/2013 à 12:08 :
Acheter sa résidence principale pour attendre une hausse des prix, c'est idiot. Mais acheter pour ce constituer un patrimoine et ne plus avoir de pret avant sa retraite, c'est mieux.
Etre propriétaire n'est pas toujours facile, mais à la fin il ne vous reste plus que la taxe foncière et les frais divers. Alors qu'en étant locataire, votre loyer est du à vie.
Réponse de le 10/07/2013 à 12:29 :
Ben moi je suis propriétaire en pavillon et heureux de l'être. Le voisinage est plutôt sympa et s'il ne l'était pas je m'en fous. Cela me coute beaucoup moins cher qu'un loyer et l'argent que je ne dépense pas en loyer sert aux vacances.
Maintenant le jour où l'etat instituera un loyer aux propriétaires, petit et provisioire au début comme il se doit, je quitterai ce pays de fonctionnaires soviétiques qui refuse de se réformer et de partir à la retraite comme tout le monde
Réponse de le 10/07/2013 à 13:04 :
Le Loyer à l'état existe déjà: c'est la taxe foncière. Le locataire ne le paie pas.
a écrit le 09/07/2013 à 23:24 :
encore à tendre le bras pour demander des sous aux contribuables !
le seul secteur en france dont les chiffres d'affaires ont augmentés de 200% ces 10 dernieres années ne devrait pas etre là a demander de l'argent !
les assistés et les profiteurs sont dans les bureaux de ces agences plus qu'a la CAF.
a écrit le 09/07/2013 à 23:05 :
Ils ont gagné, comme déjà beaucoup de français je récupère mes billes et m'en vais tenter ma chance à l'étranger. Je laisse ma place à ceux qui ont encore la patience d'attendre. Messieurs les politiques, vous ne devriez pas vous inquiéter uniquement de l'évasion fiscale, vous n'aurez bientôt plus personne à administrer.
Réponse de le 10/07/2013 à 6:57 :
J'ai fait le saut il y a 15 ans et ça m'a plutôt très bien réussi! La vie est trop courte pour se faire embêter par des bolcheviks!... Bon courage! Cordialement-
a écrit le 09/07/2013 à 23:05 :
Bonjour,
oui je suis un AI ! (bouuuuh le vilain). Et ma femme est avocate (Rôooooo là lààà) et qui sait, un de mes enfants sera banquier ? il n y a pas de sot métier !
En attendant, on ne fait pas le marché ! on le suit, et surtout on conseille.et on guide. Si le marché doit baisser autant que cela se fasse : rien de pire que le ventre mou actuel, à mon avis issu de l'incertitude sur le futur...
Réponse de le 10/07/2013 à 12:27 :
Ravi d'apprendre que vous êtes en arrêt invalidité.
a écrit le 09/07/2013 à 21:42 :
Je ne sais pas si il y a une bulle immobilière comme le disent certains, mais nous venons de signer pour l'achat d'un F3 à st Germain et à notre grande surprise la négociation a été très facile.
Bilan des courses -23% sur le prix annoncé au départ, c'est évident que le marché est maintenant du côté des acheteurs.
Réponse de le 09/07/2013 à 22:52 :
C est tout, - 23 % ? j ai eu - 155 % ! ils m ont payé pour que je prenne leur duplex dans le 8ème !
Il faut rester lucide : faire croire qu on négocie 23 % c'est une bonne tactique quand on est locataire et qu on aimerait que les prix baissent, mais tellement peu crédible !
Réponse de le 09/07/2013 à 23:38 :
Oui nous les rentiers on aime les pigeons qui s'endettent 30 ans pour passer du statut de locataire d'un des nôtres à celui de locataire du banquier !
Réponse de le 10/07/2013 à 8:58 :
C'est toujours important de penser que l'on fait une bonne affaire... la pilule est moins amère...
Réponse de le 10/07/2013 à 10:43 :
A -23%, le vendeur devait être pressé et espérer attraper l'un des derniers pigeons avec son prix de présentation.
Réponse de le 10/07/2013 à 12:32 :
Le principe est malheureusement toujours le même et c'est une super tactique des Agences Immobilières pour rentrer du mandat d'ailleurs : on gonfle largement le prix pour laisser libre cours à des négociations qui donnent à penser à l'acheteur qu'il a fait une bonne affaire. Le hic, c'est qu'une fois que le vendeur a signé le mandat avec un prix astronomique et que le client fait une proposition à la baisse, ce cédant refuse la proposition, jurant ses grands dieux que son merveilleux appartement ne peut pas être bradé. C'est la raison pour laquelle j'ai arrêté mon activité d'agent immobilier il y a plus d'un an : j'en avais marre de me moquer littéralement des clients.
Réponse de le 10/07/2013 à 13:34 :
Effectivement comme le dit HFR ": a -23%, le vendeur devait être pressé et espérer attraper l'un des derniers pigeons avec son prix de présentation." Oui le vendeur était pressé de vendre mais nous l'avons su après signature car il déménageait dans le sud (retraite), je pense pas que nous soyons pigeons quand même car nous l'avons eu en dessous de ce qui se pratique dans le quartier...ce qu'il faut retenir : il ne faut pas avoir peur de négocier actuellement.
Réponse de le 10/07/2013 à 14:16 :
Attention de ne pas confondre les prix affichés dans les vitrines et les sites gratuits et le montant réel sur les promesses d'achat !
a écrit le 09/07/2013 à 21:37 :
Ouh!la!la! Sujet sensible! On va encore refaire le match entre les proprios, les locataires qui aimeraient bien être proprios, Duflot qui voudrait que les investisseurs financent des logements à perte, faire baisser les loyers mais augmenter les taxes... Bref, un beau bordel et aucune solution: les proprios continueront de râler parce qu'ils n'arrivent plus à payer les charges et les locataires de même parce qu'ils ne peuvent (ou ne veulent) pas devenir proprios (ils attendent depuis 10 ans que la "bulle" éclate paraît-il). Bon débat...
Réponse de le 09/07/2013 à 21:51 :
Y'a aussi les plus malins et qui auraient les moyens qui calculent que c'est pas forcément rentable d'acheter aujourd'hui.
Réponse de le 09/07/2013 à 23:55 :
Ceux qui ont acheté et qui se plaignent pas m je fais partie de ceux là et franchement tout va bien. Le marché peut bien faire ce qu'il veut je suis bien chez moi j'embellie à mon rythme et je reste on verra. J'ai trouvé des avantages à être proprietaire et franchement je trouve cette guerre des genres parfaitement stérile, mais si ça vous amuse. Il y a surtout beaucoup de jalousie des deux cotes d'ailleurs
Réponse de le 10/07/2013 à 7:42 :
de quand vous avez acheté, si vous venez d'acheter , non, ce n'est pas une bonne affaire
a écrit le 09/07/2013 à 21:27 :
L?implosion de la bulle immobilière est en marche ... raison pour laquelle les professionnels de l'immobilier tentent d'ultimes balivernes ... wait and see ... déflation en vue, effondrement de l?immobilier garantit aussi
Réponse de le 09/07/2013 à 21:55 :
Wait ans see, attend que la bulle éclate et surtout continue de payer tes loyers, tu auras payé deux fois le prix de ton appart que tu attendras encore l'effondrement. Les "gourous" de la bulle ne savent malheureusement pas que le coût du foncier ne baissera pas car il se raréfie et le coût de la construction (le prix d'un parpaing, d'un mètre de cuivre ainsi que la main d'?uvre) est quasiment incompressible. Attends donc que ta "bulle" éclate...
Réponse de le 09/07/2013 à 22:16 :
Emile, personne ne t'achètera ton studio à Montauban à 200 kEUR, désolé de décevoir tes illusions.
Réponse de le 09/07/2013 à 22:42 :
"Wait ans see, attend que la bulle éclate et surtout continue de payer tes loyers, tu auras payé deux fois le prix de ton appart que tu attendras encore l'effondrement." : En épargnant l'équivalent d'un crédit, ne vous inquiétez pas trop pour nous. Le fait est qu'on n'attendra pas aussi si longtemps que vous l'espérez avant de partir (pas forcément à l'étranger d'ailleurs, mais là où on vit mieux avec 30% de salaire en moins) ". Pour peu qu'on soit suffisamment nombreux à procéder ainsi, votre enrichissement sans cause fondra comme neige au soleil. Sachez que le vent tourne et que vous ne serez pas forcément éternellement à l'abris de payer ce que vous pouvez à votre tour : Souvenez vous alors de vos réactions quand vous jouiez le paon sur votre tas de pierre.
Réponse de le 09/07/2013 à 22:44 :
Mon pauvre, cela fait 10 ans que tu attends que ca baisse pour acheter. Entre temps il ne me reste plus que 5 années de crédit et j'ai encore 15 ans avant ma retraite. 10 ans sans loyer et toujours pas de loyer à la retraite : qui a raison ?
Réponse de le 10/07/2013 à 6:48 :
Maison de 140 m² BBC en province. Reste 3 ans à payer et 120 euros par mois toutes charges comprises (et oui il n'y a pas que des tas de pierres mais aussi des constructeurs qui font de la qualité en France). Dans 3 ans je réinvestit dans une SCI (surtout continuez à payer vos loyers...).
Réponse de le 10/07/2013 à 8:17 :
Quelle retraite ! Hé hé hé ...
Réponse de le 10/07/2013 à 10:47 :
Réessayez donc avec les prix d'aujourd'hui et avec vos conditions initiales d'alors, pour voir.
Réponse de le 11/07/2013 à 15:14 :
Les couts de construction vont baisser eux aussi, et plus les couts de construction vont baisser, plus les biens spéculatifs stockés dans la bulle immobilière vont se déprécier ... inéluctablement ... les loyers aussi suivront ... dans le mouvement FORTEMENT BAISSIER ... Les dindons...spéculateurs... finiront par manger leur chapeau tout comme leurs toitures spéculatives vont pourrir debout.
a écrit le 09/07/2013 à 20:47 :
Les pleureuses sont de retour ! Ca faisait longtemps ! Il nous manque l'article de Mouillard et tout le monde sera au complet ... Vu que Hollande veut faire baisser l'immo, je serais étonné qu'il file des aides qui justement fait monter les prix de l'immo. On va encore nous attendrir avec les pertes d'emploi et les agences immo qui ferment. Quelle tristesse ! D'ailleurs la dernière AI que j'ai vu à garé un Land rover Evoque devant chez moi, ils en ont encore sous le pied, je verserais peut être une larme le jour ou je la verrais en clio.
a écrit le 09/07/2013 à 20:42 :
disent aux agents immobiliers qu'ils devraient réduire leurs commissions pour relancer le marché
Réponse de le 09/07/2013 à 21:12 :
Faites jouer la concurrence, ou ne passez pas par eux.
Réponse de le 09/07/2013 à 22:49 :
ou ne payez pas les 7 % de frais de notaire ! AH NON ca il parait on ne peut pas car ce sont des taxes et quand on est un état gros et gras on AIMMMMMMMME les taxes pour payer des petits grouillots à se grouiller d etre à 17H00 a la maison pour l arrivée du tour de France !
C est plus facile de taper sur une profession libérale : le marché est libre, faites vous arnaquer sur leboncoin par exemple !
Réponse de le 10/07/2013 à 9:06 :
Je pense que les frais d'agence vont baisser du fait de la simple concurence qui s'est mise en place ces dernières années avec les réseaux indépendants et les sites qui permettent de vendre en direct... Pour reprendre le commentaire du dessus... J'ai gagné 30KE en vendant en direct et je n'ai arnaqué personne... J'ai simplement évité d'engraisser une agence sur mon dos pour un service très basique. Faire visiter une maison, ca devrait se payer au smic...
a écrit le 09/07/2013 à 20:10 :
Une mesure plus générale pourrait être prise, plus simple aussi: déduction des échéances d'emprunt pour l'acquisition de k'habitation principale de son revenu imposable, dans la limite d'un tiers (limite généralement pratiquée par les banques); en contrepartie, hausse de l'IR (mais pas d'1/3!). Cela aiderait les accédants à la propriété, primo ou non, en ne les taxant que sur le "reste à vivre". Et, mécaniquement, taxerait davantage les retraités, ou presque retraités, qui ont payé leur maison et ont donc les moyens de payer leur impôt. Je sais, dit comme ça, ça à l'air simpliste, mais ça mérite d'être étudié, en imaginant des limites dans le temps ou atténuations diverses pour éviter des abus.
Réponse de le 09/07/2013 à 20:53 :
Bon raisonnement a mon avis. Mais c'est une perte pour l'état, juste pour maintenir les prix.
Y a moins cher comme solution,aider les promoteurs a trouver le juste prix (revenus/immo cohérent) et les autres (petit investisseur, rentier,vendeurs, bailleurs,ceux qui ont pris le train avant vous mais dans une mauvaise gare ...) s?ajusteront.Cout presque 0 pour l'état. Et cerise croissance du a ré-solvabilisation immo et au dégagement de pouvoir d'achat mensuel créer par rapport au acquéreur précédent (1 ne consommera jamais à 100 intermédiaire identique).
20/20 en matière de logement.Mention
Réponse de le 09/07/2013 à 22:59 :
"déduction des échéances d'emprunt pour l'acquisition de k'habitation principale de son revenu imposable" : Alarme!!! Encore une mesure inflationniste! Il suffit de faire dans le manque à gagner sur les particuliers pour permettre aux vendeurs de vendre à prix délirants quand on asphyxie nos petites entreprises sous les taxes. "Cela aiderait les accédants à la propriété, primo ou non, en ne les taxant que sur le "reste à vivre" : Vous ne voulez pas laisser le marché faire son travail un peu? On a vu le résultat de ces politiques quand le gouvernement n'a pas laisser le marché se retourner en 2008/2009 : Les prix ont repris leurs hausses vers un nouveau point de blocage avec Scellier et les PTZ. Il est temps que ça cesse : Vous voulez du libéralisme sur un marché, des prix qui se fixent suivant la loi de l'offre et la demande, mais vous refusez l?inévitable. On vend plus cher, on achète plus cher, on revend plus cher, on rachète plus cher et ainsi de suite jusqu'à ce que les primo-accédants ne puissent plus rentrer dans le marché et que les droits de mutation fige les ventes entre vendeurs. Nous y sommes : La baisse est obligatoire, on vendra moins cher, on rachètera moins cher, on vendra moins pour racheter, les stocks augmenteront et les prix finiront par baisser jusqu'à ce que les primo-accédants (pas ceux qui reçoivent 100 000 euros provenant de gain dans l'immobilier) soit de retour pour amener l'argent du travail dans la machine.
a écrit le 09/07/2013 à 19:30 :
ce que je constate une fois de plus, c'est que tout le monde hurle à l?assistanat, et les mêmes...... demandent sans aucun scrupule.... les aides de l'état pour leurs clients......

à propos... tant que les agences auront pour personnel des gens qui se prennent pour sortis de la cuisse de jupiter, sont foutu de proposer un vraie valeur à un bien..... et ne savent pas, faire du commerce, c'est à dire proposer au client qui cherche un bien en adéquation avec ses désirs et ses moyens..... acheteur et vendeurs finissent par se lasser....;

a écrit le 09/07/2013 à 19:22 :
Comment voulez vous avoir confiance en l'avenir avec de tels rigolos
a écrit le 09/07/2013 à 19:02 :
La vision semble être pour un peu trouble chez les agents immobiliers et les notaires : j invite tout le monde å relire les estimations des notaires début avril ..qui nous disaient estimations très fiables puisque basées sur les sous seings en cours : de mai 2012 a mai 2013 baisse des prix en france de 7% et 4,5 sur paris ...que personne rigole !
Réponse de le 09/07/2013 à 19:56 :
En situation de pénurie durable, il est prudent de ne pas vendre. En période d'incertitudes économiques et fiscales, il est prudent de s'abstenir d'investir, le rendement, médiocre, étant encore plus incertain. Restent l'échange et la revente/achat de résidences principales, ce qui reduit bien évidemment le nombre de transactions et la perception par les collectivités de leur recettes addictives, les DMTO.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :