Immobilier : pourquoi faut-il lutter contre les rentiers fonciers

 |   |  1009  mots
L’inflation immobilière galopante du début du 21ème siècle en France a creusé les inégalités entre ménages, ainsi qu’entre générations.
L’inflation immobilière galopante du début du 21ème siècle en France a creusé les inégalités entre ménages, ainsi qu’entre générations. (Crédits : reuters.com)
Pour faire baisser des prix de l’immobilier trop élevés en France, la fondation Terra Nova propose de lutter contre la rétention foncière, clé de voûte pour accroître efficacement le nombre de logements.

L'entrée dans le 21ème siècle a été marquée par un accroissement vertigineux des prix de l'immobilier en France qui ont plus que doublé entre 2000 et 2012. Sur cette période, ils ont davantage crû dans l'hexagone qu'aux États-Unis, qu'en Espagne, qu'au Royaume-Uni, qu'en Italie, qu'aux Pays-Bas, ainsi qu'en l'Allemagne.
Cette inflation immobilière galopante a généré en France plusieurs effets négatifs, creusant les inégalités entre les ménages et entre les générations, tout en nuisant à la compétitivité des entreprises. Désormais, "il est souhaitable que ces prix baissent", prône la fondation Terra Nova, think tank proche du parti socialiste, dans une note publiée ce mardi.

Une baisse des prix de l'immobilier ne ferait pas que des heureux

Nécessaire, une diminution des prix des logements ne ferait en revanche pas que des heureux. "Les détenteurs de biens immobiliers, acquis à prix très élevés pour les acheteurs récents, devraient ainsi accepter une baisse de leur patrimoine", explique le think tank. "Une telle évolution pourrait être déstabilisante, même si des baisses parisiennes de près de 30% au début des années 90 avaient pu être absorbées par la plupart des ménages propriétaires", se souviennent tout de même les auteurs de la note.

Mettre à mal les intérêts des rentiers fonciers

Pour faire baisser les prix, Terra Nova milite comme beaucoup pour l'accroissement de l'offre de logements. Cependant, la fondation avertit : une telle politique ne saurait se faire sans mettre à mal "les intérêts des rentiers fonciers".

Concrètement, les auteurs proposent quatre grandes mesures pour stimuler l'offre de logements et lutter contre la rétention foncière. D'abord, ils soutiennent l'idée d'accroître l'intérêt financier des collectivités locales à construire des logements. Une pratique qui jusqu'ici s'accompagne de beaucoup de contraintes, comme le reflète l'adage "maire bâtisseur, maire battu". De surcroît, accueillir de nouveaux habitants génère souvent de nouvelles dépenses en matière d'équipements publics pour la collectivité (écoles, bibliothèques etc..) et ne rapporte pas suffisamment de recettes fiscales pour compenser.

Inciter les collectivités locales à construire

Terra Nova propose en conséquence "de rétablir un système d'incitation des collectivités locales plus favorable à la construction". L'Etat pourrait ainsi encourager "les élus bâtisseurs et pénaliser ceux qui pratiquent la rétention foncière" en agissant sur la dotation globale de fonctionnement (DGF), dont le montant pourrait être majoré en fonction du nombre de logements construits et prévus dans le plan local d'urbanisme (PLU). Ce qui permettrait de "couvrir les coûts engendrés par la construction de logements".
A l'inverse, si le nombre de logements construits est inférieur à l'objectif dans le plan local d'urbanisme, "la dotation globale de fonctionnement serait diminuée d'autant", est-il proposé dans la note.

Transfert des compétences d'urbanisme

Pour que les documents d'urbanisme soient élaborés de manière optimale, le think tank est également convaincu de la nécessité de transférer les compétences d'urbanisme au niveau intercommunal, ce que la nouvelle loi pour un accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) instaure déjà sous conditions.

"Il est essentiel que le niveau démocratique de décision d'urbanisme revienne à l'agglomération, où les enjeux de satisfaction globale des besoins d'une part et de minimisation des gênes locales d'autre part peuvent être arbitrés sereinement", jugent les auteurs de la note. "Le niveau de l'agglomération est pertinent pour définir des politiques de logement en cohérence avec l'urbanisme et l'aménagement, les transports, le soutien à l'économie locale", ajoutent-ils.

En finir avec l'urbanisme passif

Mais encore faudra-t-il que ce qui est prescrit dans le PLU intercommunal soit appliqué en temps et en heure. Ainsi, Terra Nova regrette qu'en "France, des terrains sont déclarés constructibles sans déclencher nécessairement de nouvelles constructions dans des délais rapides".

Pour lutter contre cet "urbanisme passif", il faudrait, d'après le think tank, s'inspirer de ce qui est fait dans les pays du nord de l'Europe. Notamment en n'hésitant pas à instaurer davantage de contraintes pour que les PLU soient exécutés rapidement. Par exemple en imposant "à un propriétaire de construire dans un certain délai ( 5 ans) après l'achat du terrain ou après sa déclaration de constructibilité", faute de quoi il pourrait payer une taxe "sur le foncier bâti calculée avec la constructibilité maximale théorique du PLU" ; ou bien de manière plus radicale, être exproprié "à la valeur du foncier non constructible".

Dissocier le foncier et le bâti

Enfin, Terra Nova milite pour que soient développés des dispositifs qui dissocieraient le foncier du bâti, tout en maîtrisant les prix. L'entité publique consentirait ainsi sur ses terrains des baux emphytéotiques de très longue durée (99 ans) à des propriétaires-occupants sous plafonds de ressources, ou à des propriétaires-bailleurs avec plafonds de loyers. Le propriétaire bénéficierait d'une décote puisque son achat pour 99 ans serait "hors foncier", et des clauses de contrôle des prix à la vente seraient insérées.

"Ce nouveau type d'emphytéose permettrait aux collectivités publiques mettant à disposition le foncier de contrôler les prix à la revente et ainsi de maintenir leur effort initial pour l'accès à un logement à un prix abordable dans la durée tout en restant propriétaires du terrain", indiquent les auteurs de la note.

Une dissociation définitive du foncier et du bâti pour le logement pourrait aussi être envisagée. Dans ce cadre, Terra Nova n'exclut pas "l'implication possible pour le foncier d'autres investisseurs que les seules collectivités publiques".
Mais si ce type de dispositifs venait à être réellement créé, il faudrait prendre toutes les précautions nécessaire pour ne pas favoriser l'émergence de rentes infinies qui seraient déconnectées de l'intérêt du plus grand nombre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2014 à 21:07 :
Une augmentation de 120% pour une inflation de 20%. La solution est de taxer à 80% les loyers. Là, il n'y aura plus de rente.
a écrit le 14/05/2014 à 14:33 :
l'immobilier n'est pas trop cher. Ce sont les salaires qui sont trop bas, la faute aux 35h et à toutes les taxes qui brident le développement des entrerpises. Ce n'est pas pour rien que les beaux apparts parisiens sont achetés par des étrangers. Là bas ils n'ont pas d'état confiscateur communiste instable et incompétent.
Après si on parle de la famille nombreuse qui veut à tout prix vivre dans Paris centre et qui n'en a les moyens que grâce aux APL et autres subventions qui régalent, certes, c'est beaucoup trop cher et ça s'appelle vivre au dessus de ses moyens. En général ça se termine mal...
Réponse de le 18/05/2014 à 13:03 :
Les APL subventionnent surtout les rentes des cages à poule à plus de 700 euros par mois. Ces APL, ce sont les ménages qui partent les poches vides et gagnent bien leurs vies qui les payent!
Ensuite, 7% des achats sont effectués par des étrangers. Le reste du marché tourne entre secondo-accédant (on vend 700 000 euros, on peut acheter à 700 000 euros) et entre héritiers (vous savez, ces gens très courageux imposable à l'ISF et n'ayant pas des revenus permettant de le payer car seul grand papa à travaillé dans la famille).
Réponse de le 30/07/2014 à 21:27 :
remarque toute bonne
a écrit le 30/04/2014 à 15:18 :
le premier des rentiers fonciers en France c'est.... l'état et en l'occurence la SAFER!

Le droit de préemption est une honte: cela s'apparente au communisme de l'ex URSS! On ne peut plus rien faire de nos terres... Si on a un jour le malheur de les louer à un agriculteur, on peut considérer qu'en fait on les a donné , qu'elles sont perdues pour toujours.

Chers propriétaires de terres agricoles LIBRES, ne louer jamais vos terres, jamais!!! Sinon cest comme si on vous les volait: elles deviendront IMPOSSIBLE a vendre, IMPOSSIBLE, sauf si l'agriculteur ne paie pas ses loyers (lesquels sont dérisoires), et sil
commet des fautes graves (ne s'occupe pas des terres). De plus, si vous vendez un jour, les tribunaux des baux ruraux, qui fixent les prix, vous le braderont, et vous n'aurez plus que vos yeux pour pleurer!!

La loi Françaises des fermages est une vraie plaisanterie!
a écrit le 25/04/2014 à 9:33 :
Si ce type d'investissement est ouvert aux particuliers et pas seulement aux collectivités territoriales, je fonce. C'est comme à Londres qui est détenu par certains Lords , en fait. On fait croire aux locataires qu'ils sont propriétaires de quelque chose et on encaisse des loyers perpetuels( 99 ans , pardon) , si en plus il y a une carotte fiscale et si ces pseudo propriétaires /locataires payent la taxe foncière en plus de la taxe d'habitation , c'est le top1 des investissements immobiliers!
a écrit le 24/04/2014 à 6:30 :
@Quand ça veut pas... Le marché immobilier cher ami... reste un marché! Avec des cycles à peu près régulier de hausse et baisse d'environ 8/10 ans. Et comme tout marché (actions, participations...), on a rien perdu tant qu'on a pas vendu et il s'avère que sur le long terme (en général on n'achète pas sur. 5 ans), la bourse comme l'immobilier ont toujours rapporté (surtout avec des taux bas et un éventuel retour d'une inflation modérée comme de nombreux gouvernements le souhaitent). Restez donc locataires si vous le souhaitez mais arrêtez de raconter n'importe quoi. Décidément quand ça veut pas...
Réponse de le 24/04/2014 à 8:17 :
quand ça veut pas ça veut pas comprendre: on est sur des taux bas avec des prix qui baissent par dessus le marché alors je vous explique pas à quel point ce n'est pas le moment d'acheter : une hausse des taux et c'est carrément la débacle...
Réponse de le 24/04/2014 à 8:30 :
Incroyable comme l'obsession de la propriété fait des ravages. Je m'en vais acheter un petit deux pièces à 1h de mon boulot tiens, je vais être bien avec ma femme et mon enfant, surtout que je n'en aurai que pour 25 ans de traites très supérieures à mon loyer pour le 3 pièces à 15 minutes du boulot, que pour 20000 euros de frais d'acquisition. Pourquoi a-t-on besoin d'argent et d'un minimum de confort quand on peut être propriétaire ?
Réponse de le 24/04/2014 à 9:10 :
En fait vous voulez le beurre et l'argent du beurre: être proprio et ne faire aucun effort, ça marche pas comme ça . Allez rester dans votre confort et locataire mais n'allez pas déverser votre rage , votre haine et votre jalousie envers ceux qui ont fait des efforts pour avoir leur toit à eux .
Réponse de le 24/04/2014 à 9:49 :
si les prix sont
1/trop élevés
2/en baisse ça ne vaut pas le coup d'acheter
Réponse de le 24/04/2014 à 10:11 :
Ou voyez-vous de la rage et de la haine ? Je n'envie aucunement les gens qui se saignent souvent pour le seul statut social de propriétaire, au détriment de leurs conditions de vie, espérant un très hypothétique mieux plus tard. Je veux simplement mettre l'accent sur le fait qu'acheter dans les conditions actuelles, contrairement à ce que beaucoup présentent, dont vous, n'est pas forcément et automatiquement un bon choix ("c'est toujours le moment d'acheter !"), et que la location n'est pas une tare dont il faut se débarasser à tot prix le plus vite possible (pour ne pas "manquer le train" qui ne repasse jamais ! :) ).
Réponse de le 24/04/2014 à 10:19 :
Exact mais
Je rajouterais que si on perd de l'argent à la vente ça ne vaut pas le coup de vendre
Mais donc si personne n'achète et personne ne vend ...le marché est bloqué
Réponse de le 24/04/2014 à 10:27 :
Le marché ne sera jamais complètement bloqué. Il y aura toujours des ventes plus ou moins contraintes pour cause de mutation, chômage, divorce, décès... Ca doit bien représenter quelques dizaines voire centaines de milliers de transactions par an mine de rien.
Réponse de le 24/04/2014 à 11:00 :
Moi proprio, moi encore 2 ans à payer 1200 euros par moi pour maison grande, confortable et eco-nomique-logique. Dans deux ans: plus de crédit, faibles charges (poêle godin+pompe à chaleur) et 1200 roros en plus de pouvoir d'achat. Pendant ce temps, toi te battre avec proprio pour changer tes radiateurs grille-pains et payer tous le mois pour rien... Toi heureux, et moi heureux aussi! Tout le monde il est content quoi...
Réponse de le 24/04/2014 à 11:04 :
Vive le chômage donc?
C'est moche de spéculer sur le malheur des autres !
Affligeant tous ces locataires envieux et jaloux à espérer le pire aux proprio pour faire de bonnes petites affaires immobilières.
N'investissez pas en viager avec une telle mentalité, c'est trop risqué ...pour la pauvre personne âgée
Réponse de le 24/04/2014 à 11:29 :
Merci de ne pas me prêter des intentions. Personne ne souhaite plus de chômage, plus de décès etc. Personne ne spécule sur ces événements. On n'a fait qu'énoncer des faits, vérifiables par tous : les ventes contraintes existent.
Réponse de le 24/04/2014 à 11:35 :
Et nous sommes heureux pour vous. Maintenant faites preuve de la même empathie et constatez qu'en partant avec les conditions initiales d'aujourd'hui, vous ne seriez sans doute pas aussi heureux.
Réponse de le 24/04/2014 à 12:31 :
Un petit chez soi est mieux qu'un grand chez les autres. Quand vous serez à la retraite avec une petite pension , vous êtes certain de pouvoir continuer à payer votre loyer? Alors que si vous avez acheté , vous n'avez plus de credit a payer une fois l'âge la retraite atteint .
Réponse de le 24/04/2014 à 13:31 :
Si je n'ai pas de location à la retraite, j'achète cash dans un coin sympa non tendu. Au pire je squatte dans la famille :D
Réponse de le 24/04/2014 à 13:51 :
On dit simplement que ce n'est plus le moment opportun pour acheter, les prix étant au sommet d'une bulle et étant partis à la baisse,C'est pas compliqué à comprendre.
Réponse de le 24/04/2014 à 14:51 :
Bravo! Refaites le aux prix actuels!
a écrit le 23/04/2014 à 21:13 :
il faut baisser les taxes sur les PV ça bloque le marché , plus d'investisseurs donc moins d'appartements à louer, moins de vendeurs d'appartements donc moins d'offre donc prix hauts et en plus chômage dans le btp en hausse
Stop les dégâts
Réponse de le 23/04/2014 à 21:23 :
Quelle plus-value ? Les prix baissent depuis au moins un an et c'est parti pour durer. Et ce ne serait pas plutôt le prix exorbitant du neuf par rapport aux loyers que l'on peut espérer toucher qui bloquent les vrais investisseurs, ceux qui n'achètent pas juste une defisc et une PV rêvée ?
a écrit le 23/04/2014 à 21:04 :
Pour les caricaturistes qui estiment que l'investissement dans la pierre est stérile: sachez que le BTP c'est 1,5 millions d'artisans et de salariés et 17% du PIB. Ah ben oui!! Tout le monde ne bosse pas dans une start- up ...
Réponse de le 23/04/2014 à 21:10 :
Les investisseurs ne sont pas indispensables au bâtiment, stop à l'enfumage. Par contre, ce sont de bonnes vaches à lait quand il s'agit de surfacturer, boostés qu'ils sont aux PTZ, défiscalisations et espoirs de loyers parfois extravagants.
Réponse de le 23/04/2014 à 23:00 :
"sachez que le BTP c'est 1,5 millions d'artisans et de salariés et 17% du PIB" : Sachez que des propriétaires occupants effectuent plus de travaux que les bailleurs...
"Ah ben oui!! Tout le monde ne bosse pas dans une start- up ... " : Pour défendre les investisseurs dans le locatif et les PV délirantes encaissées sur le dos des primo-accédant qui n'ont plus les moyens de faire des travaux d'isolation, vous devriez vendre des camping car...
Réponse de le 24/04/2014 à 6:35 :
Ça y est, encore des gens hors métier qui vont m'expliquer la vie! Il se trouve que la plupart des chantiers neufs où je travaille sur Rennes ont été acquis par... Des investisseurs! Et ne croyez pas que ceux-ci n'investissent pas dans l'ancien car les travaux sont dans la plupart des cas déductibles de leurs revenus locatifs et leur permettent d'être en déficit sur l'exercice. Votre frustration vous aveugle...
Réponse de le 24/04/2014 à 8:20 :
sont un cancer car ils augmentent la demande sur des logements qui auraient été construits ou rénovés de toute façon , mais moins chers car pas alimentés à coups de merdes défiscalisantes et subventions à gogo.
Réponse de le 24/04/2014 à 8:25 :
Mais, attendez, je croyais qu'il n'y en avait plus d'investisseurs !
Réponse de le 24/04/2014 à 9:13 :
lol
Réponse de le 24/04/2014 à 14:53 :
"la plupart des chantiers neufs où je travaille sur Rennes ont été acquis par... Des investisseurs!" : Avec mes impôts convertis en Scellier, je les ai assez entendu se applaudir la défiscalisation! D'ailleurs, ça se passe comment dans votre branche depuis qu'on a coupée les vannes de subventions?
a écrit le 23/04/2014 à 16:10 :
D'une part pourquoi faire ? pour tuer un peu plus ceux qui ont travaillé et cotisés ?
D'autre part il y a une solution simple : l'arrêt des APL. Les prix baisseront immédiatement de 20%... chiche ?
Réponse de le 23/04/2014 à 16:19 :
Chiche. Arrêt des APL et ALS, arrêt des PTZ, arrêt des prêts subventionnés par les collectivités, arrêt des défiscalisations types Robien, Borloo, Girardin, Scellier, Duflot.
Réponse de le 23/04/2014 à 17:27 :
Si on est propriétaire-occupant, qu'est-ce que ça peut bien faire que la valeur du bien baisse ?
Réponse de le 23/04/2014 à 19:37 :
Entièrement d'accord avec Ben
Réponse de le 23/04/2014 à 20:03 :
Réponse à @baisser les prix: qu'est ce que ça peut faire pour un proprio occupant que les prix baissent:
1/ tu ruines toute l'épargne d'une vie d'un travailleur
2/ plus personne n'achète car tout le monde s'attend à ce que les prix continuent de chuter encore plus
3/ à cause du point 2 , le marche stagne, les transactions stagnent puis baissent car personne ni ne vend ni n'achète
4/ les entreprises du bâtiment licencient , le chômage augmente
Etc....
Depuis le temps qu'on vous le dit "quand l'immobilier va, tout va"
En france on vient de tuer l'un des rares secteurs non de localisables ( merci les taxes sur les plus values) vision de court terme !
Réponse de le 23/04/2014 à 20:59 :
La plupart des proprios achètent pour se loger et éviter de payer un loyer et se foutent pas mal des APL et autres aides.
Réponse de le 23/04/2014 à 21:14 :
J'ai déjà entendu ça il y a pas très longtemps... Voyons... Ah ouais! Les adeptes de la secte de la bulle nous avait déjà promis l'apocalypse, le grand soir des proprios, le radeau de la méduse des rentiers, la nuit des longs couteaux des investisseurs immobiliers il y a déjà un an à la suite de la fin des différentes aides à l'accession à la propriété et du fait du Duflot qui ne rapportait rien. Splendide! Magnifique! Exceptionnel diagnostique: le marché a à peine bougé!! Je voudrais juste expliquer aux gourous de la bulle, aux prédicateurs de la pierre et autres "spécialistes chroniqueurs en patrimoine foncier de la tribune" que l'immobilier est un marché, dans lequel aucune intervention divine (ni maintenant étatique) n'influence quoi que ce soit et qu'avant d'être des investisseurs les gens achètent avant tout un toit. Même sans les APL, vous aurez quoi qu'il arrive du mal à vous dégoter un 4 pièces dans le 6eme pour 300 000 euros comprendo??? Alléluia!!!
Réponse de le 23/04/2014 à 21:19 :
1) Il a acheté pour se loger, pas pour faire un placement juteux (dont il pourra profiter lorsqu'il n'aura plus besoin de se loger, càd quand il sera mort), donc qu'est-ce que cela change que les prix baissent ?
2) et 3) Faux. Les gens souhaitant se loger continueront à acheter s'ils en ont les moyens, et s'ils ne trouvent pas de location équivalente. Et des investisseurs reviendront sur le marché. Avec des prix en baisse et des loyers qui se maintiennent, la rentabilité sera de retour.
4) Faux. Le surplus d'argent qui n'est pas mis dans l'achat pourra aller dans la rénovation, l'amélioration, et d'innombrables autres secteurs d'activité. Par ailleurs, le bâtiment embauche en très grand nombre de la main-d'œuvre étrangère. C'est la première variable d'ajustement. Donc il faudrait qu'on ne construise quasiment plus rien pour que l'impact sur le chômage en France soit significatif. Or malgré le marché baissier le nombre de constructions s'est maintenu à un très bon niveau l'an dernier.
Réponse de le 23/04/2014 à 21:25 :
Effectivement ils s'en foutent car la culture économique est quasi inexistante en France. Ils ne voient pas que toutes ces aides et subventions contribuent au renchérissement de l'immobilier. Il n'ont pourtant aucun intérêt à ce que l'on dope le marché.
Réponse de le 23/04/2014 à 21:42 :
Le proprio achete pour se loger SAUF s'il croit que les prix vont continuer a baisser car dans ce cas il n'achètera pas et préfèrera être locataire . Il faut arrêter de se prendre pour quelqu'un de plus intelligent que les autres dans ce pays . Comme dirait l'un des contributeurs les plus pertinents sur cette discussion compris...enfin?
Réponse de le 23/04/2014 à 22:01 :
Et s'il n'y a pas d'offre équivalente en location, typiquement une maison, rare en loc, que va-t-il faire ? Et l'attrait irrationnel des français pour la pierre ? Et la majorité des français qui se foutent bien de savoir dans quel sens va le marché pourvu qu'un bien dans leur budget leur convienne ? Si l'on vous suit, rien ne devrait plus se vendre dans les coins où le marché baisse depuis 2012 voire plus, or on est encore à plus de 750000 transactions en 2013, tout proche du record historique. Compris ?
Réponse de le 23/04/2014 à 23:14 :
Allez vous enfin nous expliquer pourquoi une baisse des prix ruine une vie d'épargne du propriétaire ?? Eclairez notre lanterne je suis impatient.

Achat initial de 500 000eur les 50m2 (10ke le m2)
Hausse de 20% : Votre "plus value" de 100 000 vous sert juste à...payer la hausse, car il vous faudra maintenant 600 000 eur pour acheter un 50m2 (enfin non 642 000 avec les frais héhé)
Baisse de 20% : Votre "moins value" de 100 000 n'a pas d'importance puisque vous pouvez vous loger pour 100 000 eur de moins dans la même surface (+les frais, again)
Compris...enfin ??
L'évolution des prix de l'immobilier n'intéresse que les investisseurs, les propriétaires s'en moquent (si ce n'est leur capacité à acquérir un nombre suffisant de m2 à un moment donné)
Réponse de le 24/04/2014 à 8:49 :
Je vais donc mettre les points sur les i
Avec plus value et même niveau de credit on peut donc acheter plus grand
Ou aller ailleurs ( c'est grave de croire que si l'on achète un bien , c'est pour y rester jusqu'à la mort) si on veut plus de credit
Réponse de le 24/04/2014 à 9:08 :
Bonjour la régression. Vous ne nous avez toujours pas expliqué en quoi la plus-value facilitait l'achat d'un bien plus grand. Le calcul est simplissime, exposez-le nous, faites-nous grâce de votre supérieure intelligence.
Réponse de le 24/04/2014 à 9:18 :
La réponse est au dessus dans "moi t expliquer" mais je crois que décidément quand ça veut pas....
Allez je me casse assez perdu de temps
Réponse de le 24/04/2014 à 10:01 :
Tout est dit dans ta truculente explication : avec plus value et "meme niveau de crédit" tu peux acheter plus grand. C'est a dire dans mon exemple si l'appart a 500000€ a ete acheté avec 200 000€ de credit, qu'a la revente l'encours n'etait plus que de 50000€, tu proposes de remettre une louche de dette pour arriver a acheter plus grand. Et tu as raison car sans ça pas de m2 en plus. Ce n'est donc pas ta plus value qui te permet d'acheter plus grand, mais un endettement supplémentaire...
Réponse de le 24/04/2014 à 10:06 :
Ce qu'il faut comparer c'est donc ta Plus value (apres frais de notaire, impots, charges etc.) avec ce que tu aurais épargné sans le 1e achat pendant cette periode pour savoir si elle t'a aidé ou non à acquérir plus grand. Fais le calcul aujourd'hui a Paris et tu verras que ca n'a pas sens "financièrement" d'acheter sur le marché actuel (ça en peut etre pour beaucoup psychologiquement, émotionnellement mais c'est autre chose)
Réponse de le 24/04/2014 à 10:16 :
Désolé, je ne vois aucune démonstration dans votre (vos) commentaire(s) laconique(s). D'autres l'ont fait pour vous à plusieurs reprises, saurez-vous les lire et comprendre enfin l'absurdité de votre affirmation ? On ne perd jamais de temps à apprendre des choses.
Réponse de le 24/04/2014 à 10:19 :
Enfin quelqu'un qui comprend, merci ! La situation n'est pas complètement désespérée.
a écrit le 23/04/2014 à 15:06 :
Je connais une ville dans laquelle le maire a été atteint de constructionnite aigüe, résultat, il y a 200 logements vides qui le resteront.
Dans une ville de 13 000 habitants environ qui en perd chaque année, ce n'est pas une bonne idée d'obliger les maires à construire.
Comme quoi, ce qui semble vrai en macroéconomie, peut être faut en micro.
a écrit le 23/04/2014 à 14:59 :
La Tribune et l'Huma même combat!
a écrit le 23/04/2014 à 14:58 :
J'ai que de la bourse parce qu'en cas de divorce (chose ultra fréquente), je file pas 50 % de mon portif à Madame. Donc l'immo en ces temps de divorçage féroce a zéro avenir.
a écrit le 23/04/2014 à 14:40 :
justement il cherche 2 ha de terrains a batir pour le plu du village. Les agriculteur trinque, les propiétaires ont les yeux qui font la machines a sous.
Réponse de le 23/04/2014 à 14:49 :
C'est qui "il" ?
a écrit le 23/04/2014 à 12:51 :
Diminuez le foncier et les normes de construction et les logements seront moins chers ... à Paris, et l'ISF rapportera beaucoup moins à l'état
a écrit le 23/04/2014 à 11:48 :
INCROYABLE! La France est donc bel et bien, avec la Corée du Nord, le seul pays où l'on trouve encore des communistes staliniens!
Réponse de le 23/04/2014 à 16:26 :
Looooool.
a écrit le 23/04/2014 à 11:46 :
Pris l'argent vous dites? N'importe quoi ! Ils ont ACHETÉ leurs biens c'est pas du vol ! Ah oui je voie vous êtes coco "la propriété c'est du vol " . C'est cela? Vous êtes révolutionnaire en fait
Réponse de le 23/04/2014 à 22:28 :
Vous allez payer ce que vous pouvez payer car vous devez vous loger... Ce n'est pas du vol? Payez ce que vous pouvez payer pour vous soigner! Laissez nous épargner pour nos retraites, quitte à payer celles de nos parents en direct, et on en reparlera! Vous êtes coco ou libéraux quand ça vous arrange, rangez vos arguments de force : Vous n'avez pas à vous goinfrer sur l'immobilier!
a écrit le 23/04/2014 à 11:39 :
@loulou: là les gars on en tient un bon... Quand on compare, il faut tout comparer: l'immobilier était moins cher au milieu des années 70 mais les taux d'emprunt tournaient autour de... 12%!!! Soit au bout de vingt ans environ l'équivalent de trois fois le prix du bien versé aux banques! Marre de cette bande de pleurnichards perpétuels qui pensent déjà à leur retraite a à peine trente balais!
Réponse de le 23/04/2014 à 11:53 :
@amarante :..On s enrichissait plus vite dans les annees 70 que dans les annees 2000 car les taux étaient plus élevés et l inflation ( autour de 10%) payait l endettement .
Réponse de le 23/04/2014 à 12:48 :
Le taux d'intérêt réel est quasi identique pendant ces deux périodes . Taux d'intérêt réel: taux tenant compte de l'inflation. Il revient au même d'avoir un taux a 3 et une inflation a 1 ( comme aujourd'hui) que d'avoir un taux a plus de 12-13 et une inflation a 10 . Compris ....enfin?
Réponse de le 23/04/2014 à 14:46 :
De 1968 à 1980, seules 3 années ont dépassé les 10%d'inflation: 1974, 1975 et 1979 donc ne caricaturons pas s'il vous plait. Et lorsque l'on achetait un bien (à l'époque comme aujourd'hui), personne ne savait comment allait évoluer les taux comme l'inflation. Facile de savoir maintenant avec le recul que la prise de risque était limitée, on peut même connaître à posteriori les numéros du loto...
Réponse de le 23/04/2014 à 14:56 :
En complément des messages de "malcomprenant" et de "comprends rien", contrairement au prix d'achat, un taux se renégocie. Si vous êtes suffisamment intelligent, vous ne restez pas avec le taux d'origine alors que les taux baissent. Aujourd'hui avec des taux très bas, il y a peu d'espoir de payer moins que prévu au final. Bref, encore à côté de la plaque.
Réponse de le 23/04/2014 à 14:59 :
Non, car les prêt à taux fixe représente un montant, cette somme n'est pas réévalluée, alors qu'avec une forte inflation, le salaire et les revenus augmentent, pour suivre le cours de la vie, on rembourse donc avec de la monnaie de singe, CQFD.
Réponse de le 23/04/2014 à 14:59 :
Ces chiffres concernant l'inflation sont inintéressants dans l'absolu. Il faut les mettre en regard de l'évolution des taux d'intérêt, des montants moyens empruntés et de la durée moyenne des prêts à cette époque.
Réponse de le 23/04/2014 à 15:02 :
@amarante: je suis né en 1973 et suis arrivé sur le marché du travail au début des années 90 à un moment ou nous avions également 10% de chômage et je ne me rappelle pas d'un défaitisme comme la nouvelle génération semble faire preuve. Je trouve à situation égale les jeunes en effet beaucoup plus pleurnichards et beaucoup plus vindicatifs qu'à "mon époque" ou malgré la difficulté de la conjoncture (10% de chômage, crack immobilier...), nous étions malgré tout prêt à "manger du lion". Nous respections la génération précédente (1968...) pour les avancées sociales et sociétales et voulions nous battre pour nous assurer nous aussi un avenir, sans chercher de boucs émissaires générationnels ou européens. Nous avions surtout appris de nos parents et de la situation de l'époque que nous n'aurions pas la becquée en permanence, que les débuts de carrière allaient (comme maintenant) être difficiles et laborieux, que la carrière se construira dans le temps, en acceptant les CDD et les salaires ou postes de début parfois dévalorisant. Bref que ça ne serait pas facile mais qu'on allait y arriver. Aujourd'hui les jeunes pestent sur la génération de leurs grand-parents, et oublient les patrimoines constitués et transmis, le coût des études payées, les avancées en terme de santé, conditions de vie, société... Cette génération jouisseuse qui ne supporte plus aucune contrainte, ni de la vie à deux, ni du travail, ni de la collectivité, individualiste, impatiente, pressée... est à mon sens très mal barrée!
Réponse de le 23/04/2014 à 16:25 :
Ne mélangez pas tout. Cette "génération" (ça recouvre qui exactement ?) se plaint uniquement d'un marché du travail atone, demandant de plus en plus de flexibilité et de qualification, qui n'ouvre aucune perspective, et d'un marché du logement complètement déconnecté de leurs revenus. Ne cherchez pas, il n'y a jamais eu d'équivalent, rapporté aux revenus, on a atteint un record absolu en 2012 ou 2013 selon les régions. Le taux d'effort n'a jamais été aussi élevé pour se loger.
Réponse de le 23/04/2014 à 18:46 :
Entièrement d'accord avec Leo21!
Réponse de le 23/04/2014 à 19:13 :
Les clichés sont toujours réconfortants. Les généralisations reposent l'esprit.
Réponse de le 23/04/2014 à 22:06 :
Je ne suis pas sûr de vous suivre. Vous êtes bien conscient que quand vous renégociez votre taux, ou que vous faites racheter votre prêt par une autre banque car les taux ont baissé, le montant restant dû baisse, et donc vos mensualités également si vous souhaitez rester sur la même durée. Si non, vous me faites peur. Plein de gens ont contracté des prêts à 5% il y a quelques années et ont renégocié de taux à 3,5 3%, ce sont des milliers d'euros d'intérêts en moins à payer !
Réponse de le 25/04/2014 à 6:10 :
donc tu fais l'apologie de la spéculation immobilière et trouve normal les plus values réalisées sans rien branler?
Réponse de le 25/04/2014 à 6:11 :
tu trouves normal encore que l'immobilier cher plombe la compétitivité des entreprises et crée encore plus de chômage?
a écrit le 23/04/2014 à 11:37 :
Je serais curieuse de savoir qui se cache derrière cette nébuleuse Terra Nova. D'où vient leurs fonds , comment les dépensent-ils, quelle est leur productivité, ont-ils demandé la taxation de leurs biens propres en priorité, pour donner l'exemple, bien sûr ? ! Tout n'est pas très clair;
a écrit le 23/04/2014 à 11:35 :
Affirmatif , il faut lutter contre les rentiers fonciers tous ceux qui prennent de l'argent sans rien amener . L'immobilier est une bulle financière permanente dans notre pays dont il faut revoir les règles de façon urgentes . Il y va de la justice sociale , il y a tellement à dire qu'une page web ne suffirait pas à décrire l'ampleur du phénomène .
a écrit le 23/04/2014 à 11:13 :
Etre propriétaire du bâti et louer le terrain qu'elle inventivité ?
Au bout de 99 ans il y a perte de propriété du bâti en même temps que l'arret du bail sur le terrain. Ce système ressemble à de la simple location déjà pratiquée depuis de longue années dans tous les pays du monde. Les "fonctionnaires" de terra "pas nova du tout" ne seront plus là dans 99 ans pour gérer le problême et comme tous ces ex 68 ar ne laisseront que du négatif à leurs enfants...
a écrit le 23/04/2014 à 10:54 :
Tout le monde le sait depuis longtemps , le prix surévalué de l'immobilier (pas celui de l'Euro) est une catastrophe pour l'économie mais il y a un hic: une reforme visant à faire baisser l'immobilier fait perdre des electeurs et ne rapporte rien à l'état, même pire, les taxes sur les transactions rapporteraient mécaniquement moins. Alors , tant pis pour l'économie et pour le niveau de vie des francais, il faudra attendre un gouvernement courageux! Pourtant celui-ci n'aurait pas grand chose à perdre. Quand aux propriétaires de leurs logement, çà les révulse et pourtant çà ne changerait rien (un bien qu'on ne vend pas n'a qu'une valeur fictive) et pour certains, çà leur épargnerait même l'ISF.
Réponse de le 23/04/2014 à 11:01 :
Et le prix d'un iPhone (600 ou 700 euros) il est pas surévalué ? Et le prix d'une paire de basket? Allons voyons !
Réponse de le 23/04/2014 à 15:05 :
Cette obsession de l'iphone est maaldive cher Amarante. Oui, les prix des smartphones et des baskets peuvent bien être suréavalués, et alors ? La comparaison avec l'immobilier s'arrête là. Est-on obligés d'acheter des smartphones, qui plus est de dernière génération, des baskets de marque ? Sont-ce des biens de première nécessité ? Font-ils l'objet d'investissements et de spéculation ? Est-on obligés de s'endetter sur 25 ans ou plus à 33% de ses revenus en claquant 10 à 20% d'apport minimum soit des dizaines voire des centaines de milliers d'euros si on veut en acheter ?
Réponse de le 23/04/2014 à 19:45 :
Non on n'est pas obliges d'acheter ces gadget de smart phone mais ceux qui le font sont généralement ( bizarre comme c'est bizarre) les premiers a gémir et se plaindre des fins de mois difficiles et à réclamer aux autres des sacrifices mais pas à eux bien sur . Pour réussir dans la vie il faut être soit riche soit économe soit demander toujours plus d'aides sociales ( qui sont les impôts donc les sacrifices des autres ) moi je n'ai pas de iPhone mais je suis un sale proprio .
Réponse de le 23/04/2014 à 21:28 :
Pour faire de telles généralités, vous êtes donc son compère ou un collègue de comptoir ;)
Réponse de le 23/04/2014 à 21:38 :
Si vous n'avez pas de Nike Sir et d'iPhone à 50 ans, propriétaire ou pas, vous avez raté votre vie ;)
Réponse de le 23/04/2014 à 22:33 :
"Et le prix d'un iPhone (600 ou 700 euros) il est pas surévalué ?" : Est-ce qu'on est obligé d'acheter ou de louer un iPhone ou des basket de marque? Vous saisissez la différence, vous qui vous goinfrez sur un marché de bien de premières nécessités?
Réponse de le 24/04/2014 à 9:23 :
un téléphone à 20 euros fait pour téléphoner suffit amplement
Réponse de le 25/04/2014 à 2:38 :
"moi je n'ai pas de iPhone mais je suis un sale proprio . " : Moi, en vendant mon smartphone, mon portable, ma tour et mon écran plat : J'achète 0.5 mètre carré en région parisienne! Après, en bon sale pauvre qui refuse de se cramer financièrement sur 20 ans pour un 2 pièces minuscules, ça ne payerait même pas une année d'impôt sur le revenu de l'assisté que je suis...
Alors, excusez moi d'être un sale locataire qui gueule quand ses impôts permettent à des guignols de louer plus cher (APL) après avoir constaté qu'à 1800 euros par mois, on était moins solvable qu'au SMIC pour les parasites de la pierre!!!
Ce n'est pas le cas de tous les bailleurs : Quand les piaules pour étudiants sont en moyenne au dessus de 500 euros, permettez moi de me dire qu'ils ne sont pas rare!!!
a écrit le 23/04/2014 à 10:48 :
Les jeunes préfèrent souvent louer un 2 pièces que d'acheter un studio. Or ce n'est que comme ça que les "vieux" sont devenus propriétaires. Au lieu d'être envieux et jaloux faites ça aussi. En revendant au bout de quelques années vous rachetez un peu plus grand etc.. Bien sur cela suppose des choix de vie ( finis les super vacances à l'étranger, les fringues de marque faits à Taïwan, les iPhone...) on n'a rien sans rien. Mais ça vous ne voulez pas le faire tout simplement, c'est plus facile de critiquer ceux qui ont fait les sacrifices que vous ne voulez pas faire et si possible même leur voler leur biens
Réponse de le 23/04/2014 à 10:54 :
Commentaire simpliste qui dénote de votre manque de culture économique... et pourtant je ne suis pas jeune..
Donnez-leur des aides, des salaires en hausse, de l'inflation, un immobilier pas cher à la base... et aussi un travail à vie sur la meme ville..
Oui simpliste...
Réponse de le 23/04/2014 à 11:05 :
Quand j'étais jeune je n'avais pas tout ça ! J'ai préféré un petit chez moi qu'un grand chez les autres. Je trouvais bête d'entretenir un proprio. D'autres amis ont préféré louer , ils sont encore locataires...
Réponse de le 23/04/2014 à 12:52 :
@toto
"En revendant au bout de quelques années vous rachetez un peu plus grand etc.. "
Moi pas comprendre, vous expliquez dans quel cas svp ?
J'achète 30m2 à 300 000€ à paris...si quand je revends les prix ont monté de 10%, j'engrange 330 000 €, ce qui me permet de m'acheter...suspense...bah 30m2 du fait de la hausse des prix ! Si les prix stagnent bah pareil...si les prix baissent je gagne quelques m2, sauf qu'il faut tenir compte des 7% lachés à l'entrée en frais de notaire et de mutation.
sauf à acheter un appartement à rénover, ou à acheter dans une ville haussière pour revendre et partir dans une ville baissière, votre raisonnement ne tient pas.
Fascinant l'abscence de raisonnement financier chez les fervents défenseurs de l'acquisition immobilière. Les ressorts sont autres : émotionnels, affectifs ("je possède mes murs !!), mais quand on achète un bien pour soi, rarement financiers (je ne parle pas de la logique du bailleur)
Réponse de le 23/04/2014 à 13:57 :
"Je trouvais bête d'entretenir un proprio." : Payer 150 000 euros de PV immobilière et 70 000 euros de coût de crédit, c'est quoi?
"En revendant au bout de quelques années vous rachetez un peu plus grand etc.." : Les arbres ne montent pas au ciel. Les pyramides de Ponzi, ça s'effondre!
Réponse de le 23/04/2014 à 15:31 :
J'ai des amis qui ont fait exactement comme cela, possibilité d'acheter un F2 à Paris au début des années 2000, mais trop petit avec un enfant ! résultat, des années locataires, avec des enfants, à changer d'apparts, et rêver des copains proprios ! faut savoir ce qu'on veut...
Réponse de le 23/04/2014 à 16:31 :
Alors ils auraient dû faire quoi ? Acheter leur 2 pièces, rester à 2 dedans pendant 10 ans le temps de rentrer dans leurs frais, sans espoir de faire un 2ème gosse, avant d'acheter un 3 pièces ? Oh mais attendez, pendant ce temps les prix ont doublé, ils ne peuvent pas acheter ce 3 pièces. Les voilà repartis en location après avoir cramé un bel apport, payé plein de frais d'acquisition et de détention, mais avec une belle plus-value pour compenser. Aujourd'hui, vu que les espoirs de plus-value s'envolent, qu'est-ce qui peut pousser à acheter et se serrer dans un petit 2 pièces, alors qu'on peut se loger confortablement dans un 3 pièces pour moins cher en location ?
Réponse de le 23/04/2014 à 19:16 :
Je n'ai pas compris "rêvaient des copains proprios". Vous vouliez dire qu'ils les enviaient ? Si oui, qu'enviaient-ils exactement ?
Réponse de le 23/04/2014 à 19:36 :
Et c'est la que offre et demande à raison: en tuant la hausse espérée de l'acheteur potentiel on stoppe le marche : les acheteurs n'achètent plus leur résidence principale car ils pensent que les prix vont chuter, les vendeurs ne vendent plus leur résidence principale car sans plus value il est impossible d'acheter plus grand et les Investisseurs n'achètent plus pour donner à louer car un investissement qui dure 30 ans ( temps à attendre pour ne pas payer la csg sur la PV) n'est pas du tout un Investissement! Compris ....enfin enfin?
Réponse de le 23/04/2014 à 21:33 :
Cher ami condescendant, vous allez nous faire la grâce de nous expliquer par quel miracle vous pouvez acheter un logement plus grand grâce à la plus-value. Il est bien connu qu'il n'y a que le bien que l'on vend, plus petit donc moins cher, qui a pris de la valeur. Le logement plus grand, lui, est resté au même prix, c'est pratique. Ça ne marche que si l'on déménage dans un secteur moins cher.
a écrit le 23/04/2014 à 10:40 :
Vous rêvez la baisse du prix des logements ne fait pas vendre
Réponse de le 23/04/2014 à 11:20 :
parce que la hausse fait vendre plus ???? alors expliquez-nous pourquoi il y a une baisse du nombre des transactions ?
Réponse de le 23/04/2014 à 11:38 :
Depuis la taxe sur les pv (30ans pour être exonéré sur la csg) les vendeurs sont bien sur moins nombreux mais surtout les investisseurs ont préféré investir ailleurs . Le marche est bloqué. Personne ne veut vendre à perte . Personne ne veut "investir pour donner à louer" et être obligé d'attendre 30 ans pour revendre sans perte.
Réponse de le 23/04/2014 à 13:00 :
il n'y a pas d'exoneration de la PV à la CSG mais seulement à l'impot sur le revenu. je suis d'accord avec vous les investisseurs préfèrent retourner sur les investissements financiers, plus liquide et permettant d'avoir des PV plus rapide, nombre d'investisseur en immobilier ont confondu ce placement peu liquide avec les investissements financiers. Jusqu'à présent ils ont pu s'en sortir avec des PV rapides qui ont contribué à la hausse du marché immobilier mais maintenant c'est fini, mais dans ce jeu là on fini par y perdre, en tout cas il y a forcément des perdants, après tout les arbres ne montent pas jusqu'au ciel !
Réponse de le 23/04/2014 à 19:53 :
Faux la pv est taxée l ´IR ( exonération progressive pendant 22 ans) et à la csg ( exonération après 30 ans). Quand on écrit un truc on se renseigne avant.
Enfin, faire fuir les investisseurs c'est faire chuter le nombre de logements à louer, compris ...enfin?
Réponse de le 23/04/2014 à 21:37 :
Toto il faut lire ! C'est exactement ce qu'il dit. Quant aux logements qui disparaissent comme par magie sans les investisseurs, c'est cela oui. De toute façon les vrais investisseurs n'attendent pas de plus value pour gagner de l'argent. La baisse des prix gonfle la rentabilité. Compris ?
Réponse de le 25/04/2014 à 1:31 :
"Personne ne veut vendre à perte ." : Excellent! Parce-que vendre avec 130% de PV au lieu de 150%, c'est vendre à perte? Ils ont tous acheté entre 2008 et 2013???
Stop à l'intox : La purge est nécessaire!
a écrit le 23/04/2014 à 10:32 :
Alors que l'on constate déjà un effondrement dans l'investissement locatif!
plus d'investissseur dans l'immobilier de rapport cela veut dire plus de logement à louer donc évidemment pénurie et hausse des loyers.
Bien sûr les gauchistes de terra Nova vont répondre qu'il suffit de réquisitionner et de collectiviser.OK qui paie?
les errements de Duflot & co nous préparent l'une des plus sévères crises du logement que la FRance ait connu.
Et ceux qui vont vraiement souffrir ce sont, comme d'habitude ceux-là même que ces bonnes âmes avaient entrepris de protéger...
Réponse de le 23/04/2014 à 11:21 :
l'investissement locatif s'est effondré, parceque justement les prix immobiliers sont trop élevés, ce qui a effondré les rendements locatifs. Une baisse de 30% de l'immobilier, à loyer égale, ferait repartir l'investissement! Il faudrait également tuer quelques lois trop favorables aux locataires...
Réponse de le 23/04/2014 à 11:57 :
si l'investissement locatif s'est effondré, c'est notamment:
1/ parceque la fiscalité a explosé, ( le propriétaire étant la vache à lait de l'Etat)
2/ parceque la loi est devenu tellement protectrice du locataire que vous pouvez avoir un locataire qui ne paie plus pendant des années sans que vous ne puissiez rien faire ni pour l'expulser ni pour recouvrer ce qu'il vous doit.
Réponse de le 23/04/2014 à 20:18 :
Réponse à @locatif: c'est tout à fait ça . Entièrement d'accord avec vous.
Réponse de le 23/04/2014 à 21:41 :
Perso, je mettrais les prix en 1, en 2 la protection trop forte des locataires et seulement en 3 la fiscalité car on ne peut pas dire que ce support soit plus taxé que les autres, au contraire.
a écrit le 23/04/2014 à 10:28 :
mais qui a donc écrit cet article? je ne savait pas que la Tribune se faisait le porte parole des Gogos de Terra Nova
Vous oubliez juste un peit détail qui s'appelle le droit de Propriété.
Vous savez l'article l'article 2 de la déclaration des Droits de l'Homme de 1789...
je sais bien qu'aujourd'hui tout le monde s'en fout et que l'appropriation collective du patrimoine immobilier a déjà été engagée avec la loi ALUR
a écrit le 23/04/2014 à 9:45 :
encore un bric a brac d'idées farfelues , l'immobilier comme d'autres secteur souffre mais pas des maux de spéculation , la spéculation et rente immboliere sont produites a cause d'autres phénomène , la première est que les locataires sont plus en plus nombreux a cause de l'accès a l'emploi qui se concentre que dans certaines zones , ensuite l'offre est inférieur a la demande ce qui en résulte une constante évolution des prix a la hausse .. pourtant ils sont pseudo-marxiste .. ils devraient comprendre ce qui est rare est cher .. le logement en plus souffre d'une démographie en europe a la hausse , 1 million de plus d'individus a loger ( naissances ) en 10 ans .. enfin l'interdiction idéologique des tours dans les villes très urbaines a des effets négatifs , précarité des mal logés , donc on prefere s'apitoyer que de prendre des décisions , on prefere le tourisme et l'idéologie a loger les gens précaires qui veulent s'en sortir , enfin il faudrait cesser de voir le propriétaire comme un parasite social , aujourd'hui on fait tout pour le tondre et on se trompe de cible , pourquoi les assurances et mutuelles , banques sont propriétaires dans les centres villes ? , ces élus et think thank ne pensent pas , ils font de la démagogie comme d'autres dans l'écologie a obsolescence programmée
Réponse de le 23/04/2014 à 10:56 :
Oui Balzac une vraie politique des territoires aiderait plus à résoudre le problème vous avez raison.
Pourquoi concentrer nos administrations à Paris par exemple...
a écrit le 23/04/2014 à 9:17 :
une forte baisse de l'immobilier aurait de très graves conséquences pour l'économie française. outre un effet domino immédiat sur les emprunts adossés.
outre une reduction des rentrées fiscales basées sur une assiette plus petite.
l'immo représentnt aujourd'hui 70% du patrimoine des français, et ce patrimoineprivé étant la base de valorisation de la dette française (eh oui, l'état a le droit de préemption sur vos biens propres pour rembourser sa dette abyssale et les avantages acquis des fonctionnaires), si l'immo baisse, les marchés retireront imédiatement leur crédit à l'état et feront flamber les taux, ce qui précipitera la faillitte de l'Etat.
Mais peut-être que l'objectif réel de terra Nova est de pousser la France à une nouvelle insurrection à la mode 1918 pour remettre en place son modèle Stalinien / Maoiste...
Réponse de le 23/04/2014 à 9:32 :
Pour une partie des gens ca ne changera rien acr ils ne sont pas proprietaires. au contraire, il pourront se loger pour moins cher. Pour les proprietaires d un seul logement ca ne changera pas grand chose. Leur logement perdra certes 30 a 50 % mias s ils demenagent, leur autre logement aura aussi perdu 30-50 % ... Ils seront meme gannant s ils veulent acheter plus grand (ie typiquement les jeunes) les seuls perdant sont les multi proprietaires. autrement dit les vieux
Réponse de le 23/04/2014 à 9:49 :
@papillon vous faites erreur, la baisse du marché immobilier relance les transactions et donc les rénovation dans l'ancien et donc le secteur du btp des artisans et petites PME et des magasins de bricolage etc.... Le marché du neuf est bloqué par les gros promoteurs tels que NEXITY- BOUYGUE dont l’intérêt est de faire bénéficier dans ce secteur de niches fiscale participant à la hausse des prix. le marché de l'immobilier s'est figé avec une hausse des prix sans rapport avec la hausse des salaires, le décrochage s'est fait lentement mais surement en 10 ans. Quant à la préemption, elle ne peut se faire que lorsque vous vendez votre bien, l'état ne peut donc pas saisir votre bien pour rembourser sa dette, par contre il peut augmenter les impôts qui sont liés aux biens (isf-taxes foncières, droits d'enregistrement...) !
Réponse de le 23/04/2014 à 10:14 :
Tout à fait, une forte baisse de l'immobilier aurait "de très graves conséquences pour l'économie française". Et que les jeunes se surendettent sur 25 ou 30 ans pour acheter en haut de bulle ou consacrent 50% de leur salaire à des loyers exorbitants, vous appelez çà comment ?
Réponse de le 23/04/2014 à 10:57 :
@Roberto... avoir le sens de l'autre, de l'empathie ,-)
a écrit le 23/04/2014 à 9:09 :
les camarades batisseurs de terra nova rêvent encore de belles barres HLM alignées dans l'horizon riant des banlieues ou tout le monde serait logé également et bénéficierait des aides de l'état en échange de votes favorables au parti... (un peu comme dans les mairies de gôche, tiens...). Tous égaux = tous à gauche = tous pôvres
a écrit le 23/04/2014 à 8:59 :
En Deux-Sèvres les prix approchent ceux de la Thaïlande, bientôt une grande maison à 50keuros...on ne peut pas toujours vivre dans les citées du Luxe.
De la place et des logements dispo, la France en est remplie.
Réponse de le 23/04/2014 à 9:34 :
Et le boulot ?
Réponse de le 23/04/2014 à 15:13 :
C'est pas forcément glander toute la journée au bureau, à remplir des papiers et à faire des réunions...
a écrit le 23/04/2014 à 8:45 :
le choix de l'état a été par des mesures fiscales (borloo-scellier-duflot-malraut..., imputation du déficit foncier sur le revenu global) d'orienter l'épargne des français vers le logement afin qu'il se substitue à l'état. Le résultat s'est traduit par des constructions dans des zones sans tension sur le logement et une hausse de l'immobilier avec des tensions exacerbées sur les centres villes ou sur certaines zones comme paris.
Il faut donc revenir sur la politique fiscale sur les revenus fonciers en supprimant l'imputation du déficit sur le revenu global et autoriser son imputation sans limite de période
En second lieu il y a lieu de lutter contre les logements vacants et d'imposer les propriétaires sur un loyer équivalent. Je suis moi même propriétaire et trouve choquant de laisser des biens "inactifs" cette mesure qui parait injuste, mais le propriétaire bénéficie dans la valeur du bien également les infrastructures qui sont développées par la commune dans lequel il se situe, aurait pour but de motiver les propriétaire à vendre afin de relancer la rénovation (un propriétaire hésitant à louer n’investit pas, le patrimoine non entretenu a tendance a se déprécier...).
Réponse de le 23/04/2014 à 9:50 :
vous avez raison , et j'ai déjà vu dans des zones pourtant riches en france , des ruines , on peut pas squatter certes mais elles deviennent dangereuses car on a un risque d'effondrement et a part les municipalités regardantes , d'autres s'en moquent totalement , mais bon on ressemble a certains quartiers de villes des USA ou les ruines côtoient les villas .. des octogénaires préfèrent pas louer des immeubles entiers qui se délabrent et se plaindre de payer l'ISF .. cela existe et est plus nombreux qu'on pense .. en attendant il faut taper sur le petit propriétaire qui lui est imposable de toutes les manières .
a écrit le 23/04/2014 à 8:44 :
Moi qui suit super liberal, je dis bravo pour une fois a terra Nova. L etat est dans son role en agissant en regulateur du marche. Il n est pas dans son role lorsqu il execute des taches qui pourraient l etre par le prive. En baissant l immobilier, ca permettrait de baisser salaires et retraites d autant pour devenir plus competitif et exporter de nouveau. Un pays sans ressources en matieres premieres doit exporter le plus possible.
Réponse de le 23/04/2014 à 9:35 :
Vous êtes super libéral… et locataire, non ?
Réponse de le 23/04/2014 à 9:53 :
je serais plus libéral que vous , je construit des tours de 30 etages par endroits ( pas dans des banlieues ) et avec le confort en prime , des loyers modérés , la précarité des individus baisse rapidement et l'ensemble des locataires dans certaines zones ainsi productives verrait de facto baisser le prix de leurs loyers .. mais le reve est fini , on prefere spéculer et vivre de la rente .; plusieurs acteurs se partage le gâteau , meme les monuments hystériques qui ne veulent pas d'immeubles modernes .. ah Hausmann revient ..
a écrit le 23/04/2014 à 8:42 :
Tout cela sent le stalinisme immobilier
Réponse de le 23/04/2014 à 16:32 :
Looooool.
a écrit le 23/04/2014 à 8:38 :
J'espère que ça ne restera pas des mots...
a écrit le 23/04/2014 à 8:26 :
L'intercommunalité va générer plus de problèmes qu'elle ne va en régler. En matière d'urbanisme elle va générer un sur-mécontentement dans les communes et des projets qui auraient pu aboutir localement (dans la douleur), vont être systématiquement attaqués lorsque présentés par l'intercommunalité. Merci, messieurs les sénateurs pour avoir redonnés des pouvoirs aux communes, car vous avez bien compris, à l'inverse des technocrates, que la commune est l'élément indispensable de la cohésion sociale.
Réponse de le 24/04/2014 à 2:03 :
"la commune est l'élément indispensable de la cohésion sociale." : On s'entend très bien pour conserver une vue libre de tout immeuble de 5 étages à l'encontre des intérêts du pays et des jeunes après avoir acheté le foncier à prix d'or pour des pavillons.
La démocratie déviante : Utilisée au profit d'une majorité, contre l'intérêt de l'ensemble.
a écrit le 23/04/2014 à 8:21 :
Une étude de Terra Nova! ce groupe est dirigé par un ancien patron de la CFDT, il n'est composé que de membres de gauche (dont Rocard), sponsorisé par des société d'état dont la mutualité qui feraient mieux de garder leur argent pour développer l'emploi ou la prise en charge d'un peu du développement. Une grosse société civile soutien aussi cette association: sanofi dirigée en France par un ancien de la CFDT. Terra Nova n' a aucune crédibilité si ce n'et pour ses membres qui s'engraissent à l'argent public et constituent un groupe de pression qui manipule les médias. Si vous pensez que je délire, allez sur le site de terra nova
a écrit le 23/04/2014 à 8:15 :
Pour que les propriétaires vendent en-dessous du prix de "marché" actuel, il faut juste des incitations fiscales, et dans ce domaine, il y a le choix. Vu la faible rentabilité, les risques, les contraintes règlementaires,beaucoup sont prêts à faire des efforts pour se séparer de leur biens. Certainement pas politiquement correct, mais il faut aussi se poser la question de la démographie. La France pourra-t-elle un jour supporter 80, puis100 millions d'habitants? La politique familiale doit faire partie de la réflexion.
a écrit le 23/04/2014 à 7:42 :
Ce qu'ont oublié de préciser ces khmers roses c'est que l'immobilier est un marché et de ce fait répond à des mécanismes dont l'état a peu de contrôles. La suppression des aides à l'accession et autres défiscalisations devaient faire s'écrouler les prix et il n'en a rien été. Quant aux baux de 99 ans, il accentuera encore un peut plus les inégalités en faisant croire aux ménages à faible revenu qu'ils sont propriétaires de biens qui seront en fait intransmissibles. Le problème ne réside pas non plus dans le manque d'ardeur que certains maires mettraient à libérer des terrains car la plupart des terrains restant disponibles se situent dans des zones non tendues, éloignées des bassins d'emploi et où les biens qui sont déjà à vendre ne trouvent pas preneurs. N'en déplaise à ce groupuscule habitué à nous sortir des énormités et même s'ils exècrent ce mot, l'immobilier reste un marché, régit par l'offre et la demande. Reste la nationalisation et l'expropriation par l'état de tous les propriétaires, bonne chance...
Réponse de le 23/04/2014 à 8:48 :
Supprimons progressivement également les APL et ALS.

Quand on se revendique libéral, on doit assumer jusqu'au bout.

Les vrais assistés sont les rentiers (40 Milliards d'argent public/an).
Réponse de le 24/04/2014 à 1:57 :
+1000. Précis, argumenté et concis. Soyons ultra-libéraux : Laissons le choix aux jeunes pour leurs caisses de retraite et nous verrons s'ils ne vendront pas en masse...
a écrit le 23/04/2014 à 4:44 :
La presse fait la pub des idées du PS pour tester les réactions des électeurs...est ce son role.Pour faire baisser le prix des loyers il faut cessé d'acheter des immeubles pour loger des gens qui ne sont pas originaires de paris et ne travaillent pas dans cette ville.Il est certain que ces investissements sont des voix pour le PS.forcer les villes a construire des logements sociaux alors que des terrains existent a 30 km de Paris a moitié prix est ce bien raisonnable TERANOVA...
a écrit le 23/04/2014 à 0:44 :
Bravo Loulou. Ok avec vous
a écrit le 22/04/2014 à 23:15 :
mais qu'est ce qui ont dans le crâne, de dire autant d'anerie, alléger les taxes 5,5 au lieu de 20,6%, les frais d'enregistrement et d'hypothèque, suffit les logements sociaux pour les résidence de moins de 15 logements, les assurances qui sont triplées pour les mêmes garanties, le B.B.C, qui n'a rien prouvé, La TLE qui a plus que doublée comme les taxes de branchements, les taxes de parking, rien qu'au niveau des taxes les appartements sont majorés d'au moins 40 %, alors vous faites un effort messieurs les socialistes vous tuez la poule aux oeufs d'or, et moins de pouvoir aux maires remise de la DDE à l'état, cela empêcheun peu plus les magouilles locales
Réponse de le 22/04/2014 à 23:49 :
"alléger les taxes 5,5 au lieu de 20,6%" : Le prix est uniquement fonction de ce que les clients peuvent payer sur un marché libre de bien de premières nécessités. STOP à l'intox!
a écrit le 22/04/2014 à 22:28 :
terranova c'est le think tank de laturourou qui a déja découvert les 35h et la semaine de 4 jours ,lui il devrait aller a silicone valley ,ils l'attendent à bras ouverts,pour ces idées géniales,il en suffit d'un comme lui par génération pour faire évoluer les choses
Réponse de le 23/04/2014 à 22:57 :
Répéter le propos ne le rend pas plus intéressant.
a écrit le 22/04/2014 à 22:21 :
La fourmis est une vilaine rentière et la cigale une pauvre exploitée, je conseille donc à la fourmis de danser et de cesser de bosser,elle en feras une geule la cigale,elle n'auras plus que les yeux pour pleurer
Réponse de le 22/04/2014 à 23:00 :
"La fourmis est une vilaine rentière et la cigale une pauvre exploitée" : Foutaise! Ne pas pouvoir payer 150% de PV immobilières à quelqu'un qui a pour seul mérite d'être né 20 ans plus tôt ne signifient pas être une cigale. Que les parasites de la pierre, souvent retraités, se taisent!
Réponse de le 22/04/2014 à 23:44 :
les parasites avant d'être retraités ont été des actifs qui n'ont pas eu peur de se lever tôt et de se retrousser les manches pour bosser dur au lieu de refaire le monde accoudés au comptoir
Réponse de le 23/04/2014 à 8:24 :
ce n'est pas valable pour tout le monde, loin de là
Réponse de le 23/04/2014 à 8:36 :
Ouais ouais, le comptoir ils y sont depuis qu'ils ont à peine 60 ans, profitant de belles pensions indexées sur l'inflation, après avoir cotisé moins et moins longtemps, et profité d'un immobilier abordable. Et ils échangent leurs poncifs sur les "jeunes", qui en ont autant pour eux, avec de bonnes raisons de l'avoir mauvaise.
a écrit le 22/04/2014 à 21:39 :
C'est bizarre dans ce pays, on veut se mêler de tout, et on ne fait que le malheur des gens, car l'enfer n'est-il pas p... etc..? Si cela permet de créer de nouveaux emplois de fonctionnaires pour appliquer cette loi, on va juste renchérir le coût du logement mais bon ce n'est qu'un détail ! et si on laissait la loi du marché s'appliquer tout simplement ?
Réponse de le 22/04/2014 à 23:39 :
"C'est bizarre dans ce pays, on veut se mêler de tout, et on ne fait que le malheur des gens, car l'enfer n'est-il pas p... etc.." : La modération des prix sur des biens de première nécessité vous dérange? Vous voulez peut-être payer ce que vous pouvez payer quand vous consulter un docteur, quand vous achetez de l'essence, quand vous payez votre facture EDF?
Sinon, quand il s'agit de cramer l'argent des contribuables pour maintenir une bulle à coup de Scellier, PTZ, etc. : Vous en pensez quoi?
En bref, vous ne demanderiez pas l'interventionnisme de l'état uniquement quand ça vous arrange?
a écrit le 22/04/2014 à 21:25 :
Perso, je préfère investir au Portugal qui n'a pas de préjugé envers les rentiers fonciers.
Réponse de le 22/04/2014 à 21:33 :
Pas encore, jusqu'à la bulle...
a écrit le 22/04/2014 à 20:55 :
Ils sont drôles à Terra Nova! Osez proposer les baux emphytéotiques comme solution! Il y a des lustres que les Lords et grands propriétaires anglais ont choisis cette solution pour préserver leur patrimoine sur plusieurs générations...
a écrit le 22/04/2014 à 19:55 :
Pendant ce temps là le PS augmente les frais de notaires.

En baissent le prix de l'immobilier donc les les frais de notaires, TVA, loyer, il faudra une compensation. Personnellement au lieu de taxer les salaires et les entreprises je pense qu'en doublant la taxe d'habitation et la taxe foncière cela pourrait équilibrer les comptes.
Réponse de le 22/04/2014 à 20:48 :
Effectivement, les frais de notaires obligent l'acheteur qui doit déménager à augmenter le prix de vente de son bien pour ne pas perdre d'argent. C'est un facteur d'augmentation évident.
Réponse de le 22/04/2014 à 21:22 :
@Ben. Sauf que le budget des acheteurs n'est pas extensible et ceux-ci sont déjà au taquet. C'est par conséquent un facteur de baisse du prix net vendeur.
Réponse de le 22/04/2014 à 23:06 :
Prix d'un bien de première nécessité = Ce que les acheteurs/locataires peuvent payer. Stop à l'intox : Si la défiscalisation a générée un bulle incroyable, c'est justement parce-que votre approche est mensongère... Seulement, quand on veut engraisser son électorat à coup de subventions, on fait l'impasse sur les bases de l'économie et on creuse les dettes pour sauver le marché de l'immobilier, ses rentes et ses PV délirantes!
Réponse de le 22/04/2014 à 23:35 :
"Effectivement, les frais de notaires obligent l'acheteur qui doit déménager à augmenter le prix de vente de son bien pour ne pas perdre d'argent." : Vous ne seriez pas un peu trop habitué à ce qu'acheter signifie se loger gratuitement? Ceci n'est possible que lorsque la pyramide de Ponzi est au mieux de sa forme. Accessoirement, le prix ne dépend pas des souhaits des vendeurs, mais de la capacité d'achat des acheteurs : Plus d'impôt = moins d'argent dans la poche du vendeur qui n'est pas à plaindre quand il a acheté il y a plus de 15 ans.
a écrit le 22/04/2014 à 19:18 :
le coût excessif de l'immobilier en France ne fait qu'accroître la crise et annule les espoirs de relance puisqu'une grande partie des revenus des ménages est ponctionnée pour le logement au détriment de la consommation donc de la croissance ....
tout ceci pour favoriser promoteurs, agents immobiliers ou rentiers...
Réponse de le 22/04/2014 à 19:34 :
Quand on paye un loyer pendant Toute une vie ça fait finalement beaucoup plus d'argent foutu en l'air qu'une mensualité de credit pendant 15 ans ou même 25 ans. Avec en plus une petite retraite on se retrouve vite dans la rue si on ne peux plus payer son loyer( qui a augmenté en plus!) . Réfléchissez un peu plus et un peu mieux. Mais peut être que vous êtes un propriétaire qui loue un bien....
Réponse de le 22/04/2014 à 20:05 :
Et surtout enrichir les caisses de l'état, plus d'argents = plus de taxes, immobilier en chute = baisse du train de vie de la classe politique et des bobos acteurs chanteurs qui ont des cachets à 1Million par an. Au passage ils ont tous des comptes à l'étranger.
Réponse de le 22/04/2014 à 21:29 :
Pas forcément. Les biens à 200, 300 voire plus de 400 loyers (soit + de 33 ans !!) ne sont pas rares. Ajoutez-y l'apport flambé, les intérêts d'emprunt, les frais d'acquisition, les charges, la taxe foncière, les frais d'entretien (eh oui un bien en 30 ans, ça s'use, comptez 1 à 2% minimum par an du prix d'acquisition), et vous ne sortez pas forcément gagnant, d'autant plus que pendant ces 30 ans vous avez sorti une mensualité supérieure à un loyer. Bref, l'achat à tout prix n'est pas l'unique solution, fort heureusement. Ainsi aujourd'hui à Paris, il faut plus de 20 ans pour rentabiliser un achat.
Réponse de le 22/04/2014 à 23:04 :
Supprimez les APL et baisser d'autorité les loyers intégrant les APL dans le calcul = baisse des subventions de l'état au profit des rentiers dans la pierre! A 40 milliards de subvention pour le marché de l'immobilier, on atteint le tiers des recettes de la TVA : Cessez de vous moquer du monde pour continuer à vous goinfrer tranquillement de l'argent public! Ce qui fait la valeur de vos biens, ce sont les écoles, les transports et les entreprises ainsi que toutes les subventions qui ont permis aux prix de s'éloigner des revenus : Il est temps de passer à la caisse, nous ne payerons pas les dettes creusées pour que vos héritiers récupèrent le magot!
a écrit le 22/04/2014 à 19:16 :
N'importe quoi! L'immobilier est la chose la plus rassurante pour les gens , au moins ils ont un toit! Rien à voir avec la bourse ou spéculent des riches !! Alors donc d'après ce think tank il faudrait que tous les français soient locataires , pour rester toute leur vie obliges de payer un loyer , pourquoi vouloir toujours appauvrir les gens ? Pour qu'ils soient obliges d'être demandeurs d'aides publiques et voter toujours pour ceux qui les appauvrissent d'une main et leur fournissent des aides de l'autre main?
Réponse de le 22/04/2014 à 20:46 :
L'essentiel de l'article porte sur l'achat et faciliter l'achat. Relisez l'article. Même les baux emphytéotiques sont une forme d'achat par rapport à la location actuelle car l'achat par baux emphytéotique évite de payer des loyers.
Réponse de le 22/04/2014 à 20:49 :
J'ai vendu il y a dix ans
J'ai placé l'argent
Je loue
Mes intérêts bancaire (assu vie) me payent mon loyer
CQFD1
Aujourd'hui j'ai encore besoin d'une grande maison
Demain mes enfants vivront leur vie
Après demain je prendrai ma retraite
à chaque étape, j'adapterai mon logement à mon besoin du moment (sans frais de notaire ...)
CQFD2
Eventuellement d'ici là je changerai d'emploi sans contrainte de vendre mon logement
CQFD3
Réponse de le 22/04/2014 à 23:28 :
@Bonus, en effet le schéma peut sembler séduisant, toutefois pour arriver à vendre un bien il y a dix ans il faut l'avoir acheté il y a 20 ans... donc être passé par la case propriétaire et avoir fait une plus value (ce qui n'est pas un crime) car le même schéma avec une moins value fonctionne beaucoup moins bien !
Réponse de le 22/04/2014 à 23:39 :
"Un bail évite de payer des loyers": dans quel pays de bisou nours vivez vous? C'est comme un loyer ça ! Mais il dure 99 ans ! Payer tant d'années et pas être propriétaires au final c'est juste très bête . Mais bon il faut bien des gens qui acceptent d'être locataires pour enrichir les propriétaires! Continuez à payer votre loyer vous faites au moins du bien à quelqu'un et surtout n'oubliez pas de profiter de la vie en achetant des tas de gadgets inutiles (sauf pour frimer et encore...) comme par exemples des ipad iPhone fringues made in chi....allez profitez bien!
Réponse de le 23/04/2014 à 8:42 :
Bonjour Amarante
a écrit le 22/04/2014 à 18:09 :
Simple en fait, il suffit comme dans toute chose de se mettre à hauteur de son interlocuteur.
Le rentier n'est pas un "riche" ou un "salaud de patron", il ne crée pas de richesses et quand il atteint un certain poids nuit à l'économie... je le vis encore là en pleine négociations pour installer mon entreprise face aux quelques bailleurs qui CONTROLENT ma ville.
Donc leur défense est de dire qu'ils peuvent faire ce qu'il veulent pour le profit.
Dont acte.
Que l'Etat fasse comme eux :
1/ Un impôt foncier exponentiel corrélés au nombre de possession
2/ Une taxe sur le non-loué professionnel ou particulier exponentielle là-aussi
Quels risques :
1/ Une chute de l'immobilier
2/ une extension des m2 mis sur le marché
3/ des capitaux qui cherchent ailleurs où gagner plus et par exemple vers les entreprises
Oui la solution est bien de tuer les rentes... même celles de situation...
Réponse de le 22/04/2014 à 20:51 :
Je vous suis sur votre programme !
Réponse de le 22/04/2014 à 21:31 :
Moi aussi je vous suis.
Réponse de le 22/04/2014 à 23:53 :
Vous oubliez le seul moyen de récupérer du foncier en zone tendue : Ne plus permettre la conservation de ruines en l'état par pure spéculation...
a écrit le 22/04/2014 à 17:58 :
Poutine attaque la Crimee, La France ses habitants!!!!
Au secours les Etats-Unis!!!! Vite aidez-nous!
a écrit le 22/04/2014 à 17:57 :
Le Pays coule! Merci le Think Tank et vos super idées!
a écrit le 22/04/2014 à 17:47 :
Moi je serais encore plus dur. Il faudrait limiter la propriété immobilière a :
Une résidence principale.
Une résidence secondaire.
Et puis c'est tout.

Le reste n'est que pipeau. Le logement doit retrouver sa fonction première : assurer un toit à chaque être humain. Tout ceux qui se font du fric sur le dos des autres mériteraient d'aller dormir ne serait-ce qu'une seule nuit dehors ou dans de leur clapier à lapin qu'ils louent une fortune.
Le logement ne doit plus être un espace d'investissement.
Réponse de le 22/04/2014 à 18:23 :
+ 1000
Réponse de le 22/04/2014 à 19:37 :
moi je fais partie de ces ignobles riches qui, comme vous le soulignez, s engraissent en ne faisant rien avec l Immobilier.
un immeuble de 4 apparts réhabilités de mes mains, isolés, propres et loués a prix honnêtes a des travailleurs et leur famille !
un immeuble en complete réhabilitation pour loger quelques 5 étudiants et stagiaires a moins de 350 euros par mois ce qui leur permet de vivre travailler et s amuser !

un appart ou logent gratuitement mes parents et leur maigre retraite.

j ai plutôt l impression d apporter ma pierre a l edifice plutot qu etre le sale rentier sur lequel vous crachez ...
mais si vraiment ca vous fait plaisir, on peut aussi aller mettre nos euros et notre energie ailleurs...

merci de ne pas mettre tout dans le meme panier !
Réponse de le 22/04/2014 à 19:57 :
En faisant moins d'enfants on règle aussi ce problème. Je me suis limité à 2 quand d'autres en font 4 voir plus...
Réponse de le 22/04/2014 à 20:54 :
@l'ignoble riche

Bonjour,

Je ne sais pas si vous êtes un "ignoble riche" mais comprenez qu'il y a aussi une MAJORITÉ d'ignobles pauvres âgés de 30 ans , avec un bac+3, issu de famille plus que modeste, qui gagnent 1380€ NET par mois dont 800 finissent aux impôts chaque année, qui n'ont aucun patrimoine, et qui sont obligés de faire un crédit a 110% (pas d'apport, pas d'argent pour le notaire comment mettre de coté avec un tel salaire !) pour financer leur logement...alors que eux aussi travaillent dur, comme vous.

On se plein beaucoup en France...sans regarder ce qu'il se passe juste a coté.
Réponse de le 23/04/2014 à 11:07 :
1380 euros net pour un trentenaire!!! mais normalement meme avec un loyer, on arrive a mettre de l'argent de cote!!! nous avons vécu avec 1700 euros à 4 (couple avec 2 enfants) et un credit de 500 euros. donc a 4 il nous restait 1200 euros pour vivre avec toutes les charges. on s'en sort.
donc 1380 euros seul, on doit arriver a mettre de l'argent de cote. apres c'est sur, yaura pas de superflu pas de vacances loin de chez soi et apparemment pour beaucoup, c'est cela le plus dur.
chacun sa priorité donc.
Réponse de le 23/04/2014 à 13:11 :
@ricks

Je vous remercie de votre commentaire et soyez assuré que je le comprend. j'interviens assez souvent sur le site (sous pseudo ddt) pour décrier les méfaits du capitalisme outrancier tel que nous le vivons (notamment cette chasse aux sorcières qu'est la masse salariale dans les entreprises, complètement contre productive et issu de l'horrible guerre neo liberale que nous vivons tous).
Toutefois, je voulais souligner à gerard que les theories stalino marxiste n'ont pas que des bienfaits. Et que l'abondance de logement doit aussi passer par l'abondance de propriétaires qui mettent une partie de leur richesse dedans.
D'ailleurs je suis complètement pour la sur taxation des biens non loués en zone tendue.

Mais il me semble important de ne pas mettre tout le monde dans le même panier. Entre le propriétaire par héritage de logements à Paris, notamment un fabuleux 1,5m² loué 500 € (vu dans la presse) et l'investisseur à 4/5 % net qui répond à une demande en investissant argent et énergie dans une offre décente et aux normes, il y a un fossé qu'il convient de ne pas oublier !
a écrit le 22/04/2014 à 17:40 :
.... il n'y aura que des pauvres encore plus pauvres. Le jour ou les français (politiques et journalistes) comprendront que les riches créent de l'emploi la France aura fait un grand pas. Certes il y a des riches peu sympathiques. Mais il y a aussi des pauvres peu sympathiques. Les commmuncautés françaises se développent à l'étranger, c'est le nouveau colonialisme à la française !!!! fuir les impots et taxes, les privations de LIBERT2, les augmentations d'inEGALITE et la remise en place des lutte de classes (merci François Hollande !) qui anihile toute FRATERNITE
Réponse de le 22/04/2014 à 18:04 :
On ne parle pas de riches mais de rentiers...
Un footballeur qui gagne 200 000 euros par mois est riche mais s'il les dépense il aide le pays...
Les rentiers sont une gangrène
Réponse de le 22/04/2014 à 20:01 :
Si la France stoppait son flux migratoire, les logements il y en aurait assez. Mais dans ce pays, on veut accueillir, mais on ne veut pas construire sur l'argent public car les gens se plaignent de l'mpôt. Bref les français ne savent pas ce qu'ils veulent, ah oui ne pas bosser et avoir un toit gratis......
Réponse de le 22/04/2014 à 20:35 :
"les riches créent de l'emploi la France"

--> Mme Bétencourt (héritière) possède l’équivalent du patrimoine des 13 millions de français les moins aisés. Est-ce que Mme Bétencourt crée 13 millions d'emploi pour mériter, en tant qu'héritière, qu'on lui accorde toutes les réductions fiscales dont elle a bénéficié ?

Je n'aime pas le socialisme, et encore moins celui qu'on applique a ceux qui n'en n'ont pas besoin.

d'autre part, cette exemple précis démontre a quel point la théorie du "ruissellement" fonctionne jusqu’à un certain point.

Aux USA durant les 30 glorieuses, les super riches étaient imposés a hauteur de 90%...c'était l'époque du plein emploi.
Réponse de le 22/04/2014 à 22:00 :
Les riches ne créent pas d'emploi, c'est seulement l'état, les collectivités locales et les entrepreneurs et artisans/profession libérale et le petit commerce de proximité qui créent des emplois.
Les riches jouent au meccano, en achetant et revendant des entreprises déjà existantes, des parts de capital, et en général ils sont plutôt destructeurs d'emplois, en compressant les salaires du personnel pour amortir le coût d'achat de leur propre entreprise.
Réponse de le 22/04/2014 à 22:33 :
@PauvreFrance
Pensez aussi aux divorces (un couple sur deux ?), vu la démographie, il en fau(drai)t de plus en plus de logements...
Il doit y avoir un ennui quelque part (méthodologie ?), on parle toujours des arrivants mais jamais des partants, pourquoi ne les compte-t-on pas également (comme un comptable, +/-) ?
Réponse de le 22/04/2014 à 22:50 :
tout le malaise du pays dans votre commentaire grotesque.

un idiot incapable d aligner trois phrases qui gagne en 1 mois plus que n importe quel travailleur en une vie c est normal

un ignoble propriétaire qui s est endetté, a fait des travaux, et se charge de mettre un bien sur le marché pour une renta de 5/6 % c est dégueulasse...

a écrit le 22/04/2014 à 17:12 :
La France pourrait être le premier pays communiste nouvelle "vague" !
Et si on en venait tout simplement à des mesures simples d'incitation à la construction et à la mise en location : aides sérieuses aux investisseurs non institutionnels, expulsion rapide des locataires qui ne paient plus le loyer, fiscalité incitative...
Et tout redémarrerait...d'autres pays occidentaux sont passés par-là et toute la population y a trouvé son intérêt : beaucoup d'appartements libres, loyers en baisse, propriétaires rassurés...
Bon on peut réver...
a écrit le 22/04/2014 à 17:08 :
Non, non, vous vous trompez, c'est pas comme ça : vous luttez contre rien, vous bossez dur comme moi, pas dans des assoc' pignoles, vous rentrez du cash, vous achetez des appartements et devenez rentiers comme moi.
Après vous pouvez glander et donner plein de conseils sur tout.
Vous voyez le truc ?
a écrit le 22/04/2014 à 17:03 :
AU SECOURS ON COULE !!!! GLOUP !! GLOUP !!
a écrit le 22/04/2014 à 16:57 :
Préparons nous à la soviétisation de la propriété privée. Prendre aux classes moyennes pour donner à la clientèle électorale de base des socialistes. Retour vers le futur. Les bonnes années Miterrand. Les rentiers pour les socialistes, ce sont les autres. Pas eux. Sauf qu'ils piquent votre argent pour le distribuer comme ils l'ont fait durant 2 ans :
a écrit le 22/04/2014 à 16:56 :
mécanisme détourné pour dire au propriétaires qu'ils ne le sont plus mais qu'ils paiement pour les autres.
merci les socialistes (facho au communiste face de la même pièce ) vous allez parvenir à nous rendre tous esclaves des finances et d'une poignet de sal...o
Réponse de le 22/04/2014 à 17:21 :
Les prix de l'immobilier ont augmenté d'avantage en France que dans tous les autres pays européens. Une baisse des prix est donc bien nécessaire, et ne signifie absolument pas une expropriation des propriétaires. Ou alors considérez vous que le propriétaire d'actions est exproprié quand sa valeur baisse ?
a écrit le 22/04/2014 à 16:53 :
Supprimer les aides au logement et l'immobilier baiosera.
Réponse de le 22/04/2014 à 17:09 :
Désolé, mais empêcher des travailleurs de pouvoir occuper un logement n'est pas forcément la meilleure idée. Comment voulez-vous qu'ensuite un couple qui travaille et gagne 900€/mois puisse payer un logement sans apl ?
Réponse de le 22/04/2014 à 17:37 :
Comment voulez-vous qu'un bailleur puisse proposer un logement en location à 900€/mois sans APL ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :