Immobilier : personne ne sait comment vont évoluer les prix

 |  | 416 mots
Les notaires estiment les ventes dans l'ancien autour de 723.000 transactions en 2013, en hausse de 3%.
Les notaires estiment les ventes dans l'ancien autour de 723.000 transactions en 2013, en hausse de 3%. (Crédits : reuters.com)
Bien malin celui qui peut prévoir l’évolution les prix de l’immobilier en 2014. Même les notaires, qui possèdent les meilleures bases de données de la place, disent qu'ils en sont incapables.

Le marché immobilier français semble désorienté… et les notaires aussi. "Il est aujourd'hui de plus en plus difficile d'anticiper l'évolution de ce marché dans les mois à venir, le sentiment actuel d'attentisme prudent devrait se confirmer voire s'amplifier", soulignent-ils dans une note de conjoncture. Le prix des logements anciens a connu une baisse de 1,7% en 2013 dans un marché qui reste ainsi "désorienté" selon les notaires, sans qu'une tendance forte ne se dégage pour l'année 2014.

Une tendance timide pour le premier semestre

Leurs indicateurs avancés des prix des appartements anciens en province (compromis et promesses de vente), prévoient tout de même une légère baisse sur le 1er semestre 2014, alors que "le nouvel indicateur avancé pour les maisons fournit une tendance comparable", indiquent-ils. En revanche, ''en Ile-de-France, les indicateurs avancés sur les avant-contrats laissent anticiper des prix de vente en très légère hausse au printemps 2014 dans Paris et une poursuite de l'érosion des prix des maisons en Grande Couronne".

723.000 transactions en 2013

L'année 2013 a pour sa part également été marquée par des "marchés (qui) restent désorientés, avec de faibles variations à la hausse ou à la baisse d'un trimestre à l'autre" mais d'une "manière générale, les grandes villes et leur première couronne résistent mieux que les zones rurales et les petites villes". Les notaires estiment les ventes dans l'ancien autour de 723.000 transactions, en hausse de 3% par rapport à 2012, une tendance qui pourrait se poursuivre sur l'année 2014, puisque le marché atteignait les 726.000 sur 12 mois fin janvier.

Les prix ont globalement baissé fin 2013

Les prix des logements anciens ont légèrement baissé en France sur un an au quatrième trimestre 2013, aussi bien pour les maisons (-1,8%) que pour les appartements (-1,7%), selon l'indice Notaires-Insee publié mercredi. Pour les appartements, c'est en Ile-de-France que la baisse est la plus marquée, à -1,9% contre -1,5% pour le reste du pays. A l'inverse, la baisse est moins marquée dans la région parisienne (1,2%) que dans les autres régions (-1,9%) concernant les maisons anciennes.

Paris, plus de deux fois plus cher que Nice

Paris domine toujours largement le classement du prix moyen au mètre carré des appartements anciens dans les grandes villes. A fin 2013, le prix moyen s'établissait dans la Capitale à 8.140 euros du mètre carré (en baisse de 1,5% par rapport à fin 2012). Elle devance largement Nice (3680 euros, - 0,3%), Lyon (3230 euros, -0,3%) , Bordeaux ( 2960 euros, +0.2%) et Lille (2920 euros, -2,5%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2014 à 7:22 :
La situation de l'immobilier est due aussi à l'immobilisme irresponsable des politiques. Alors qu'on a là un domaine considérable de création d'emplois et de confort pour la population qui souffre, aucun plan de grande envergure, rien depuis 50 ans.... C'est dommage et cela dénote bien la mentalité de nos politiques, aucune vision et aucun courage d'entreprendre un vrai plan de construction de logements, mais la dette de la France s'envole quand même.....
a écrit le 04/05/2014 à 9:50 :
Personne n'a voulu acheter a un prix raisonnable: tout pour rien,et bien maintenant je loue avec une rentabilité de 7% alors l'acheteur y voulait conbien de rentabilité 15%? pour franchir le pas: faut pas déconner
Réponse de le 05/05/2014 à 6:46 :
y croit
Réponse de le 05/05/2014 à 18:37 :
"l'acheteur y voulait conbien de rentabilité 15%?" : Voilà qui traduit une partie de monopoly entre les parasites de la pierre... L'acheteur, il voulait peut-être se loger avec sa famille sans se suicider financièrement? Ha non, suis-je bête : Ils ont éjecté les primo-accédant en leurs demandant de subventionné des loyers délirants à coup d'APL!
Ça ne nuit qu'à 18% de la population, les locataires du parc privé! C'est tout bénef électoralement d'engraisser les rentiers avec l'argent public!
a écrit le 25/04/2014 à 14:35 :
Les prix vont évoluer à la baisse... ou alors, notre pays et sa jeunesse en crêvera.
Réponse de le 28/04/2014 à 10:16 :
si les jeunes achetaient moins de conneries (fringues,tablettes et smartphones hors de prix, consoles de jeu, etc etc) et passaient plus de temps à bosser dur que sur face de bouc, touiteur et autres pertes de temps, peut-etre qu'ils arrriveraient à économiser un peu plus pour acheter!

De notre temps on achetaient à 50% d'endettement et aujourdhui on profite de notre courage ! Si les jeunes doivent payer dur c'est parfaitement normal, vu que ce sont des fénéants et des enfants gatés!
Réponse de le 28/04/2014 à 18:53 :
"fringues,tablettes et smartphones hors de prix, consoles de jeu, etc etc" : Pour rappel, 1 mètre carré, c'est 4500 euros là où on gueule. Comptez le nombre de gadget correspondant à 1 mètre carré et rappelez vous que les jeunes peuvent acheter 2 fois moins grand.
Profitez bien tant que vous appartenez à une majorité électorale. C'est au clientélisme des politiciens que vous devez vos pensions indexées sur l'inflation quand les salaires ne suivent plus et votre immobilier subventionné.
Ça prendra fin et vous cesserez de jouez les paons face à des personnes qui travaillent tout autant que vous (voir plus si vous n'avez pas plus de 80 ans).
Réponse de le 29/04/2014 à 8:01 :
ne diriez pas ça si vous étiez dans leurs cas, vous vous avez pu acheter aux vrais prix, ce qui n'est plus le cas je rappelle
Réponse de le 02/05/2014 à 0:10 :
@Toto
Sans oublier que ma génération de jeunes faineants comme vous dites, va bosser toute sa vie (et même quand vous ne serez plus là) pour rembourser vos 90% d'endettement du pib que votre génération nous legue. Alors gardez pour vous vos commentaires nauséabonds, votre courage c'est d'avoir transmis à vos enfants vos respinsabilités. Ciao
Réponse de le 03/05/2014 à 13:50 :
Attention si les jeunes n'achetent plus de conneries c'est toute l'economie qui part en carafe, et nos retraites avec. Donc ce n'est pas non plus une solution.
a écrit le 25/04/2014 à 14:06 :
Cela fait déjà deux trois que l'on nous parle de baisse . Pour moi , c'est clair les prix sont parfois surévalués de 10 à 15 % pas plus;
N'oublions pas que dans certaines régions très agréables les prix sont déjà très bas ( 1500 Euros le mètre carré )
Tandis que dans d'autres régions il suffit de tendre l'oreille pour entendre parler essentiellement le Russe ou l'Italien et là c'est cher .
a écrit le 25/04/2014 à 13:49 :
La bulle devait éclater et l'immobilier s'effondrer avec la fin des aides, hors les notaires déclarent 750 000 transactions en 2013, pas loin des records et l'immobilier neuf explose à Paris! Même les professionnels sont perdus!
Réponse de le 05/05/2014 à 18:38 :
"La bulle devait éclater et l'immobilier s'effondrer avec la fin des aides" : Il en reste dans le neuf et les APL sont toujours là pour subventionner les rentes sur les chambres d'étudiants à plus de 700 euros en intra-muros et plus de 500 euros en banlieue...
a écrit le 25/04/2014 à 12:54 :
avec tous les Chomeurs !A la baisse affaire d offre et demande !!trop de taxes moins de monnaie sans avoir fait l ENA (école des anes )
a écrit le 25/04/2014 à 12:14 :
Travaillant dans l'immobilier je vois l'évolution du marché plus particulièrement dans le 78 et le 91. Mon constat est clair, cela baisse depuis 3 ans et cela quelque soit le type de biens. Les acheteurs ont la main et ils le savent, quand aux vendeurs ils ont compris qu'il faut négocier le prix. Sinon le bien n'a aucune chance de se vendre.
Réponse de le 03/05/2014 à 13:46 :
D'accord et même dans Paris. Je pense que les chiffres des notaires sont une vaste supercherie, une boîte noire où on ne sait comment et sur quelle pondération sont calculées les moyennes. Moyenne pour tout Paris 8400 e/m2 signé chez notaire = presque 9000 e/m2 FAI, impossible au vu des annonces!
a écrit le 25/04/2014 à 11:25 :
La plupart des vendeurs actuels ne sont pas obligés financierement de vendre rapidement, ils préfèrent maintenir les prix élevés. La majorité de la demande pour se loger , elle, est limitée par son pouvoir d'achat, ayant déjà revu la surface à la baisse.La demande solvable d'épargne se dirige toujours vers l'immobilier considéré comme une valeur sure ( ce qui est parfois discutable car hormis la valeur du bien, les charges d'entretien,et fiscales deviennent souvent énormes)
Les facteurs déterminants sont la situation financière des vendeurs, l'évolution du rendement locatif et les perspectives de plus-value.La situation des acheteurs autrefois déterminante a peu de chances d'évoluer à moyen termes et risque même fortement de se dégrader. On voit que rien n'est joué, mais que une impulsion minime sur les retraites , ou la fiscalité peut enclencher une spirale de baisse.
Réponse de le 25/04/2014 à 12:00 :
Meme si vous n etes pas oblige de vendre vite, ne pas vendre a des couts. Non seulement votrte capital est immobilise et ne vous rapporte rien mais pire, il vous coute de l argent (entretien du logement ou charge de copropriete, impots foncier). Donc c est interessant uniquement si vous pensez que les prix vont remonter. Ce qui est tres tres audacieux vu que les revenus des acheteurs vont plutot baisser (+ de taxes et enconomie en berne) et la periode du credit facile va bien s arreter un jour. Pire l etat n a plus les moyens d une politique de logement cher car la subvention des acheteurs avec du scellier ou PTZ ca coute une fortune
Conclusion il vaut mieux vendre. Surtout que d ici 10 ans la baisse va s accentuer car les baby boomers vont devoir vendre en masse pour payer les maisons de retraites: malgre leur poids electoral, l etat ne pourra pas passer la facture aux jeunes generations deja exangues
Réponse de le 26/04/2014 à 16:35 :
"Les facteurs déterminants sont la situation financière des vendeurs, l'évolution du rendement locatif et les perspectives de plus-value"

Tout est dit , ils seront tôt ou tard obligés de vendre quant aux rendement locatifs ils ne s'amélioreront pas : pas question de subventionner l'enrichissement des branleurs, l'argent public n'a pas cette finalité.Quant au reste , oui, aucune perspective de plus-value, et l'immo baissant, ça va encourager les gens à vendre vite.Tout a une fin dans la vie.
Réponse de le 01/05/2014 à 10:12 :
Tout n'est pas dit, il manque le déterminant fondamental, le taux d'inflation...
a écrit le 25/04/2014 à 9:06 :
Les acheteurs qui ont les moyens de payer de l’immobilier en hausses sont ceux qui font des profits avec du trafic ou de la spéculation générés par l’actuelle création monétaire a tout vat. Les prix montent parce que l’argent vaut de moins en moins. Si on est raisonnable on peut donc admettre que l’immobilier qui n’augmente pas per de la valeur, ce qui est malheureusement le cas un peut partout.
a écrit le 25/04/2014 à 8:11 :
Patience.... La FED va remonter ses taux en début d'année prochaine normalement. Donc les taux vont remonter un peu partout dans le monde également.
Or qui dit taux taux qui montent dit de moins en moins de gens solvables car crédit plus cher. Et avec tout ceux qu'il va falloir placer en maison de retraite dans les années à venir et dont les enfants ne pourront pas s'occuper, il va y avoir de plus en plus de bien sur le marche. Soyez locataire, épargnez un Max et faites vous un bel apport que vous utiliserez lorsque le moment sera venu.
Réponse de le 25/04/2014 à 14:46 :
+ 1000!
La clé ce sont les taux d'intérêts.
Réponse de le 25/04/2014 à 15:12 :
...historiquement, la courbe des taux d'intérêt et celle des ventes immobilière ne sont pas corrélées.
a écrit le 25/04/2014 à 7:25 :
@banquise demande l'intervention de l'état pour faire flamber les prix immobiliers, du grand n'importe quoi.
La fiscalité n'est pas dissuasive pour l'investissement immobilier bien au contraire. Entre les anciens ROBIEN/SCELLIER et maintenant DUFFLOT en passant par les MALRAULT et DUTREIL il y a eu à chaque époque son avantage fiscal. certes la CSG est applicable aujourd'hui sur ce type de revenus, à condition d'être bénéficiaire, mais elle est en partie déductible. Mais l'avantage le plus important est certainement l'imputation du déficit foncier sur le revenu global, qui n'est toujours pas remis en cause.
L'immobilier permet avec l'effet levier de se constituer un patrimoine en partie sur le "dos d'un locataire" @banquise ne semble pas l'avoir intégré, dommage pour elle qu'elle attende des avantages fiscaux déjà existant ! Son comportement résume à elle seule la mentalité d'une classe moyenne avide de l'interventionnisme de l'état, avide des effets d'aubaines....
a écrit le 24/04/2014 à 23:58 :
Tout ce qui part au fisc ne pourra pas servir à se loger... On aura du mal à avoir une poussée des prix dans un contexte ou tout est fait pour décourager l'investissement quelque soit sa forme, de la fiscalité aux lois décourageant l'investissement locatif. Seuls les biens qui peuvent concerner des étrangers risquent de monter, le reste devrait au mieux stagner voire baisser, tant qu'on a des impôts et un marché du travail soviétique.
Réponse de le 25/04/2014 à 1:45 :
Marre des pseudo libéraux se battant pour des marchés subventionnés. Vous vous goinfrez d'argent public sur le marché de l'immobilier et osez parlé de communisme!
Vous êtes moins taxés que les entreprises quand vos PV immobilières sont liées presque uniquement aux biens publics (transport, écoles, etc.)!
Cessez donc de vous moquez du monde! Si ce pays persiste à être le paradis des rentiers dans la pierre, à chasser les jeunes qui partent les poches vides loin des zones d'activité, il est fichu!
Vous ne récupérerez pas vos PTZ, vos Scellier, etc. qui vous permettent de vendre plus cher!
Vous finirez par ne plus être autorisé à intégrer les APL dans le calcul de solvabilité!
Faites votre deuil d'une époque où vous pouviez vous enrichir sans prendre le moindre risque car l'état était toujours pour rendre vos achats solvables : La dette ne permet plus cette gabegie et les banques qui se couvrent en vue de la baisse (apport record, dossier excellent, etc.) ne demanderont pas le sauvetage.
Réponse de le 25/04/2014 à 6:02 :
de plus l'investissement locatif ne sert qu'à faire monter les prix sur des constructions qui auraient été faites de toute façon mais moins cher et pas sur le dos de la collectivité.L'investissement locatif est un cancer pour l'économie.
Réponse de le 25/04/2014 à 11:50 :
Je ne sais pas ou j'ai parlé de subvention, vous ne lisez pas, vous imaginez. Pour être plus clair: avec ce que l'Etat me coute en impot, et je ne suis pas du tout dans le secteur immobilier mais dans l'industrie, c'est autant que je ne pourrai pas investir, par exemple, dans un appart que je pourrai mettre en location ensuite (sachant qu'avec les réglements qui changent chaque jour c'est le dernier secteur ou j'aurai envie de placer mon argent). Je ne parle donc pas de PTZ, scellier et compagnie: tout ces trucs je n'en veux pas. Tout ce que je voudrai c'est justement que l'Etat me ponctionne moins et me laisse faire ce que je veux de mon argent, pour le placer ou bon me semble, pas qu'il finance des montages foireux qui profitent à une poignée d'intermédiaires. La prochaine fois essayez de comprendre ce qui est écrit au lieu de vouloir le voir uniquement par le prisme de vos à priori. Le marché du travail est quand à lui tellement verrouillé (par la même logique qui favorise les locataires, on est dans un pays qui aime les 'insiders') que je n'embauche que lorsque c'est impossible de faire autrement, ce qui est totalement débile: il faudrait que je puisse le faire dès que possible, pour suivre ma croissance.
Réponse de le 25/04/2014 à 18:37 :
"Je ne parle donc pas de PTZ, scellier et compagnie: tout ces trucs je n'en veux pas" : Vous en bénéficiez indirectement puisque ça produit une augmentation globale des prix. Si vous louez 600 euros à un locataire qui gagne 1800 par mois et n'a pas les APL, il est en concurrence sur d'autres logements avec des locataires qui gagnent 1200 euros mais ont les APL.
Vous n'avez pas à être moins taxé que les entreprises sur vos bénéfices en investissant dans l'immobilier, point barre! Les mesures de ces dernières années sont liés à un seul point : L'importance du vote des détenteurs d'immobilier.
"La prochaine fois essayez de comprendre ce qui est écrit au lieu de vouloir le voir uniquement par le prisme de vos à priori" : Essayez de comprendre le système dans son ensemble, vous comprendrez...
a écrit le 24/04/2014 à 23:33 :
Oui ça baisse dans les villes de 20000 habitants et dans les campagnes, c'est le moment pour investir.
a écrit le 24/04/2014 à 21:32 :
1) les prix sont actuellement ridicules. 2) compte tenu de la démographie, il y aura bientôt pléthore de logements sur le marché. 3) étant donné le niveau de chômage et les salaires, on voit mal comment les jeunes pourront acheter ce surplus de logements aux prix actuels. Conclusion: en dehors de niches particulières, il ne faut pas être malin pour en conclure que les prix vont être orientés à la baisse ces prochaines années :-)
Réponse de le 25/04/2014 à 1:51 :
4) Les subventions qui permettaient aux clients d'acheter plus cher se raréfient (PTZ, Scellier, etc.) en particulier dans l'ancien
5) Vous croyez qu'on va continuer éternellement de donner des APL aux locataires pour qu'ils puissent payer des loyers délirants par rapport à leurs revenus?
6) La rigueur ne fait que commencer...
a écrit le 24/04/2014 à 20:55 :
L"immobilier en France est sur coté d'au moins 28% d'après les derniers rapports donc il serait étonnant qu'il continue de monter d'autant que le pouvoir d'achat baisse.
a écrit le 24/04/2014 à 19:47 :
l'immobilier francais est surevalue de 35%, quelque soit la methode d'evaluation ( au moins c'est coherent!)
Réponse de le 24/04/2014 à 20:55 :
Tout à fait d'accord
On ne peut plus déterminer d'une manière le prix d'un bien immobilier surtout en milieu urbain
Réponse de le 24/04/2014 à 22:14 :
@Jo: le prix d'un bien quelconque correspond à ce que l'acheteur veut bien débourser...et comme pour l'emploi, pourquoi payer un type un smic complet si on peut le payer un demi smic :-) Démographie et conjoncture économique aidant, il y aura sous peu plus d'offres que de demandes et ceux qui voudront vendre seront obligés de faire mieux que le voisin qui a le même bien :-)
Réponse de le 24/04/2014 à 22:25 :
Ça fait quasi 10 ans que j'entends le discours de la baisse a venir. Et rien. Depuis j'ai acheté.
Réponse de le 25/04/2014 à 1:44 :
@Max: la situation de chacun est différente et peut-être que pour toi, c'était le bon moment d'acheter. Personnellement, je généralise, mais il est évident qu'à moins que les jeunes achètent 2 logements chacun pour compenser le décès des vieux, on aura forcément pléthore de logements sur le marché, d'autant plus que la conjoncture économique ne permet pas à tous d'acheter.
Réponse de le 25/04/2014 à 1:59 :
" Ça fait quasi 10 ans que j'entends le discours de la baisse a venir." : Ça fait plus de 10 ans qu'on empile des subventions pour que la baisse ne vienne pas... La seule suppression du PTZ (primo-accédant) et de Scellier (investisseurs) a bloqué le marché : Ils ne peuvent plus vendre aux prix affichés car les acheteurs n'ont plus 30 000 euros supplémentaires.
"Depuis j'ai acheté. " : Il y a de nombreuses villes et villages en France où il est à mon avis intéressant d'acheter...
Réponse de le 25/04/2014 à 15:15 :
...le PTZ existe encore dans l'immobilier neuf, et si la défiscalisation dite Scellier n'existe plus la défiscalisation immobilière demeure toujours.
Réponse de le 27/04/2014 à 6:58 :
ce n'est plus pareil : il existe à présent les droits ET les devoirs, doctrine qui n'a pas particulièrement étouffé le gouvernement UMP quand il était aux commandes, raffraichissez vous la mémoire de ce qui a été fait, braves gens avant de vous apprêter à remettre cette équipe particulièrement brillante au pouvoir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :