Le nombre de crédits immobiliers devrait rester stable en 2014

 |   |  446  mots
Entre 650.000 et 700.000 acquisitions immobilières devraient être financées cette année.
Entre 650.000 et 700.000 acquisitions immobilières devraient être financées cette année. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
En 2014, un emballement de la distribution de crédits immobiliers semble peu probable. Tous les fondamentaux sont réunis pour que la production, hors renégociation, soit stable ou en légère hausse par rapport à 2013.

La production de crédits immobiliers en France devrait croître faiblement par rapport à 2013 si l'on retraite les renégociations de crédits qui ont atteint un niveau exceptionnellement élevé l'année passée grâce à la baisse des taux.
Grâce aux niveau des taux d'intérêt de crédits immobiliers qui reste très bas à environ 3%, les renégociations devraient toujours représenter, "entre 10 et 15% de la production nouvelle en 2014", estime Philippe Taboret, directeur général adjoint du courtier Cafpi. Il prédit entre "650.000 et 700.000 financements d'opérations immobilières" cette année.

Ce chiffre avancé par Philippe Taboret est largement tiré par les financements "contraints" (environ 550.000 opérations) liés en premier lieu à l'appétence des Français pour la propriété, mais aussi à la mobilité professionnelle, aux séparations, aux décès, ou à l'agrandissement des familles. Bref, des dépenses qui résultent d'un projet de vie, plutôt que d'un investissement.

Faire revenir les primo-accédants

Pour revenir aux niveaux de crédits immobiliers d'avant crise en France, Philippe Taboret ne voit que "le retour des primo-accédants sur le marché de l'acquisition" qui ont quasiment disparu des radars depuis 2009.
A sons sens, les 150.000 à 200.000 financements qui manquent par rapport à la période d'avant crise sont quasiment uniquement dus à leur retrait du marché de l'accession. C'est pourquoi le directeur général adjoint de Cafpi milite, comme d'autres professionnels du secteur, pour des mesures comme l'élargissement du prêt à taux zéro à davantage de ménages.

Le dispositif Duflot devrait mieux marcher

Une mince éclaircie cette année pourrait en revanche provenir de l'investissement locatif dans le neuf. Le dispositif d'aide fiscale à l'investissement locatif dit "Duflot" devrait en effet séduire davantage d'investisseurs que l'année passée, où seulement 30.000 opérations ont été lancées. Le gouvernement en attendait le double.
De l'avis de plusieurs professionnels, le dispositif retrouve des couleurs en ce début d'année 2014. Ce qui tire la demande de crédit à la hausse. Le "Duflot" est désormais mieux compris et les ambigüités techniques du dispositif, notamment sur la détermination des plafonds de loyers par les préfets, sont levées.

Les taux évolueront peu en 2014

Concernant les taux de crédits immobiliers, peu de signes laissent présager une remontée fulgurante en 2014.
Les effets concrets du renouveau de la titrisation ou du ralentissement de la politique monétaire accommodante américaine sont davantage attendus pour 2015, explique Philippe Taboret. Le pouvoir d'achat immobilier des Français ne devrait donc pas être affecté à court terme. D'autant que des variations de prix significatives dans les zones tendues ne sont pas à attendre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2014 à 7:35 :
Ah!Ah! Soit (comme en 2013) 750 000 transactions dans l'ancien! Pas mal pour un marché qui devait s'effondrer déjà depuis 10 ans selon les "spécialistes amateurs bloggeurs" et autres gourous de la bulle! On va pas être loin des records historiques sur le nombre de vente...
Réponse de le 12/05/2014 à 8:40 :
Facile de comprendre la raison pour laquelle le nombre de transactions dans l ancien reste à un niveau très correct : le prix du neuf explose ! merci à la norme rte2012 (+15%) qui fait suite aux normes BBC , hanficapé etc ..La constructions de maisons individuelles est passé de 170 000 ( 2010) à 100 000 . C est la faute aux proprios?
Réponse de le 12/05/2014 à 17:09 :
Et ce que ça coûte à nos entreprises, à l'investissement, à l'emploi, ça vous fait rire ? Quand vous en recevrez le résultat sur votre imposition, votre rire deviendra jaune...En économie, tout est lié. Et au fait, les pays qui ont laissé éclater la bulle entre 2007 et 2010, ils en sont où ? Vous pouvez le lire sur ce même site : usa, gb, l'immo a re-démarré, est facteur de croissance, tellement même qu'ils se posent des questions sur un trop gros échauffement du marché ? Et nous pauvres français ? La situation se dégrade lentement mais sûrement, entraînant le reste de l'économie avec...Pour en rire, il ne faut vraiment pas voir loin...
Réponse de le 12/05/2014 à 18:37 :
"Pour en rire, il ne faut vraiment pas voir loin... " : Quand les pensions de retraite sont indexées sur l'inflation, que les revenus sont indexés sur l'immobilier, etc. il ne faut pas chercher bien loin pour comprendre pourquoi ils se marrent.
D'ici quelques années, ils auront beau crier au scandale, la massue frappera : Une bonne attaque des marchés qui se goinfreront en gonflant les taux d'intérêts et nous verrons s'ils jouent toujours les paons sur leurs tas de pierre.
Réponse de le 12/05/2014 à 18:41 :
"le prix du neuf explose ! merci à la norme rte2012 (+15%)" : Le foncier à 3000 euros par mètre carré construit, plus de 50% du coût de production, par contre, c'est du pain béni pour le bâtiment hein?
Cessez de vous moquer du monde pour faire diversion : Si le neuf se vend pas, c'est parce-que nous ne sommes pas assez débile pour acheter des 2 pièces à 200 000 euros! Et ne venez pas nous dire que les normes sont le problème, nous voyons aussi les prix des terrains : 250 000 euros pour construire des maisonnettes de 60 mètres carrés à 100 000 euros, ça ne profite qu'aux parasites de la rente foncière qui ont pour seul mérite d'être né avant et d'être une majorité électorale!!!
Réponse de le 12/05/2014 à 21:15 :
@@malcomprenant : toujours votre parisianisme primaire! La construction d une maison individuelle en france est 1/3 pour le foncier ( aménagé) et 2/3 pour la construction . Le foncier depuis 2008 s est stabilisé, voir baissé ,par contre le cout de la construction a depassé 30% . Le prix moyen d un terrain a bàtir en france est 80 000e .
Réponse de le 12/05/2014 à 22:08 :
Je parle de l'ile de France! Je parle de la région PACA! Je parle de Lyon! Ça concerne suffisamment d'habitant pour que vous nous racontiez pas que dans la creuse ou au fond du Jura, tout va bien!
"Le prix moyen d un terrain a bàtir en france est 80 000e " : C'est déjà scandaleux! C'était le prix de maison de 150 mètres carrés sur 10 ares de terrain à la frontière Suisse il y a de ça 15 ans!
Je connais des bénéficiaires de cette bulle, des quadras qui en ont profité pour monter des entreprises en vendant : Ils savent que la situation est scandaleuse et ne se plaignent pas des taxes en la matière! Ils savent qu'elles sont autrement plus faible que celle qui frappent les entreprises quand les 3/4 des retraités jouent les victimes de la fiscalité en étant assis par magie sur des fortunes!
Cessez d'essayer de défendre l'indéfendable! Considérez que la fête est finie! Arrêtez avec vos normes quand vous demandez le retour des PTZ permettant aux primo-accédant de lâcher 30 000 euros de plus avec les impôts des locataires n'ayant pas 100 000 euros d'apport familial!
La France a dépassé 1800 milliards d'euro de dette du temps où tout allait bien pour les bénéficiaires des subventions dans la pierre!
Il est temps de récupérer le pognon avant que leurs héritiers ne nous refourguent les dettes!
Réponse de le 12/05/2014 à 22:36 :
@@malcomprenant ..répondez justement a cette question précise : combien coutait une maison de 110 m2 ( sans le terrain ) il y a 15 ans ? Je peux vous répondre car j ai construit en 1999 .
Réponse de le 13/05/2014 à 22:34 :
"combien coutait une maison de 110 m2 ( sans le terrain ) il y a 15 ans ?" : Je n'ai pas les chiffres pour des 110 mètres carrés, je vous cite des exemples dans mon entourage. Pour l'ancien, le coût de construction des baraques construites en 1980 et avant a changé dans le temps? C'est peut être les normes qui justifient les 150 à 200% de hausse? Vous êtes ignare en économie ou vous avez compris que les prix du neuf s'alignaient sur ceux de l'ancien avec un calcul simple? Vous croyez que le vendeur du foncier ne fait pas le calcul : Prix au mètre carré dans l'ancien - coût de la construction au mètre carré?
Allez, allez, continuez bien à défendre les guignols qui vendent des terrains à prix fort! Cramez votre cash dans la pierre si ça vous chante! Cessez juste de pleurnicher pour que mes impôts vous permettent de vendre plus cher!
Réponse de le 14/05/2014 à 8:29 :
@@malcomprenant: pour être crédible il ne faut pas insulter les gens ..he bien oui le foncier a suivi le cout de la construction et comme vous êtes "balaise" en économie vous savez qu on ne peut pas dissocier prix de l ancien du neuf ..oui je pleurniche non pas pour moi mais pour tous les jeunes qui ne peuvent pas ..je ne parle des jeunes voulant acheter à paris , en PACA ou dans le genevois , je parle des jeunes qui veulent acheter proche d une grande ville bordeaux toulouse nantes etc .acceptant l efforr de quelques minutes de transport .Oui le foncier comme le coût de la construction est trop chère , on fait quoi ? On taxe ..34% de PV ? oui sauf que ça marche pas . Comme vous êtres " balaise" en éconmie vous allez m expliquer comment les prix baissent si on ajoutant des taxes .
Réponse de le 14/05/2014 à 23:05 :
"je parle des jeunes qui veulent acheter proche d une grande ville bordeaux toulouse nantes etc ." : La nécessité d'avoir un emploi, même deux emplois, ça vous parle? Vous croyez qu'on quitte nos villages de moins de 300 habitants par plaisir pour aller dans les villes où il est difficile de se loger mais où on peut bouffer?
"Comme vous êtres " balaise" en éconmie vous allez m expliquer comment les prix baissent si on ajoutant des taxes . " : En étant dissuasive et en ne permettant pas la rétention de biens. Si l'état se contente de taxer les PV, les biens ne seront pas en vente dans l'attente d'une fiscalité plus clémente (comptez sur la droite des entrepreneurs en SCI) :
- Taxe foncière gonflée au bout de 2 ans pour les ruines et terrains constructibles
- Une loi grave dans le marbre que les bénéfices de la rente foncière doivent être taxer comme ceux des entreprises, sans prise en compte de l'inflation.
Conséquences :
- Les irréductibles de la rente immobilière se barrent et gonflent des bulles ailleurs
- Il est plus intéressant d'investir dans des entreprises que dans la pierre, la finance est redirigée dans les entreprises
- Le coût du logement baisse : Les jeunes peuvent épargner et monter leurs boites
PS : Votre condescendance à l'égard des français bloqués en zone tendue et votre défense du panier de crabe qui y règne n'appelle pas vraiment au respect... Comptez le nombre de chômeurs, observez le nombre de candidats pour un poste en province et vous verrez à quel point nous avons le choix entre engraisser les seigneurs locaux et partir sans attendre les années d'expérience sur le CV ou les économies pour monter une boite.
Réponse de le 15/05/2014 à 10:14 :
Voilà les jeunes d'IDF, PACA, de Savoie et des grands centres urbains en général, ils n'ont qu'à accepter de se faire tondre ou retourner chez papa-maman.
Réponse de le 15/05/2014 à 18:08 :
@@malcomprenant : et bien moi jeune je faisais 1h30 matin et soir pour bosser à paris et j étais pas seul dans ce cas car de tout temps il était difficile d acheter en proche banlieue .Oui on peut inciter les gens à vendre en alourdissant les PV à 30 ans sauf qu hélas , mr l économiste : ça ne marche pas ..Beaucoup préfereraient vendre moins chere à des jeunes mais comme vous êtes dans "l conflit des générations" et que vous n avez pas fait ni ferez 68 vous penserez automiquement que tout proprio est un profiteur ..Vous fermez tout débat.
Réponse de le 16/05/2014 à 2:27 :
"et bien moi jeune je faisais 1h30 matin et soir pour bosser à paris et j étais pas seul dans ce cas car de tout temps il était difficile d acheter en proche banlieue" : C'était monnaie courante que ça concerne des ingénieurs et des couples dans les 20% des meilleurs revenus? Vous défendez cette idée pourquoi? Pour continuer à nous allumer sur l'impôt sur le revenu tout en épargnant les pauvres retraités encaissant l'équivalent de 10 ans de nos revenus sous forme de PV immobilière qui forment des légions d'électeurs?
"Beaucoup préfereraient vendre moins chere à des jeunes" : Ils se sont peut-être contenter de leurs PV et rentes immobilières ces dernières années? Vous connaissez beaucoup de gens qui ne cherchent pas à maximiser leurs profits?
"vous n avez pas fait ni ferez 68 vous penserez automiquement que tout proprio est un profiteur .." : Je pense surtout qu'entre 1968 et 2013, les pauvres boomers ont accumulés l'essentiel du patrimoine immobilier de la France (leurs parents avec leurs pensions de misère vendaient plus facilement).
La seule liberté qu'ils recherchent désormais, c'est le droit de pouvoir siphonner jusqu'à la moelle les enfants des autres via cet immobilier.
L'heure des comptes viendra : Nous ne ferons pas mai 68, nous serons bons élèves quand vous serez à votre tour électoralement minoritaire.
Réponse de le 16/05/2014 à 8:43 :
@@malcomprenant : et surtout gardez votre cagoule comme vous le faites en permanence sur ces forums
Réponse de le 16/05/2014 à 15:00 :
Sauf qu'ils n'ont plus le luxe de choisir le prix de vente depuis que le marché a perdu de sa folie. Dans les coins que je surveille, il y a un écart de 10 à 20% entre les prix de présentation et les prix de vente (source Patrim), et les prix de présentation sont en baisse puis au moins 6 mois (source Castorus).
a écrit le 10/05/2014 à 20:02 :
Ce qui va chuter en revanche c'est la production d'acte de vente d'appartements.
La loi ALUR, entrée en vigueur fin mars, a produit un véritable "choc de complexification" de la procédure de vente de lots de copropriété. En multipliant les contraintes procédurales et les pièces à annexer, cette loi absurde va non seulement augmenter considérablement les coûts pour les acquéreurs mais surtout prolonger considérablement les délais de réalisation. Duflot qui ne connait rien à la question a pondu un texte qui est exactement à l'inverse de ce qu'il fallait faire . Pour le plus grand préjudice de l'économie française...
a écrit le 10/05/2014 à 12:14 :
"C'est pourquoi le directeur général adjoint de Cafpi milite, comme d'autres professionnels du secteur, pour des mesures comme l'élargissement du prêt à taux zéro à davantage de ménages." : Les prix sont délirants suite aux subventions, rétablissez les subventions pour que les vendeurs continue à se goinfrer.
Quand est-ce qu'on va arrêter les conneries dans ce pays?
a écrit le 10/05/2014 à 11:15 :
Acheter en France alors que le prix du M2 est exorbitant sans compter d'autres critères qui font que c'est "surévaluée"... Non merci.

Je préfère investir en Allemagne ou ailleurs.
a écrit le 10/05/2014 à 10:13 :
Il n'y a pas que les primo accédants qui ont disparu, le vrai problème c'est le dégonflement en douceur de la bulle immobilière, et trouver des pigeons c'est moins évident...
a écrit le 10/05/2014 à 10:09 :
Surtout pas élargissement des prêts aidés! Laisser le marche se stabiliser avec des prix en baisse franche fera revenir les primo-accédants. Et en prime, monter les impôts sur l'immobilier: 2% de la valeur du bien par an sans prendre en compte les revenus.
a écrit le 10/05/2014 à 9:54 :
Le duflot mieux compris par les pros c'est un debut. a part ca effectivement il est peu probable que 2014 signe un emballement du marche immo en France. Mais sait on jamais, un petit point sur les risques de la crise est toujours bon...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :