Le logement social, moteur de la construction ?

 |   |  416  mots
Le relèvement du plafond du livret A a participé à accroître le volume de fonds disponible pour le financement du logement social
Le relèvement du plafond du livret A a participé à accroître le volume de fonds disponible pour le financement du logement social
Le nombre de logements sociaux construits devrait progresser de 13% entre 2013 et 2015. Une hausse supérieure à l’ensemble des mises en chantier résidentielle.

D'ici à 2017, 30% des nouveaux logements construits seront des logements sociaux si l'on en croît les promesses gouvernementales, soit 150.000 nouveaux logements conventionnés. Les pouvoirs publics ont d'ores et déjà mis le paquet pour tirer vers le haut l'offre de logements sociaux, une manière de redynamiser un secteur de la construction de logements résidentiels déprimé.

"Le nombre de nouvelles constructions de logements supérieurs devrait en effet progresser de l'ordre de 13% entre 2013 et 2015, soit une hausse largement supérieure à celle qui aura lieu dans l'ensemble des mises en chantier résidentielles (autour de 7%)", prévoit le cabinet d'études Xerfi.

De nombreuses mesures pour soutenir la production

De nombreuses mesures de soutien à l'immobilier social ont en effet été mises en place. Que ce soit la loi de mobilisation du foncier public - entrée en vigueur en janvier 2013 - qui permet aux bailleurs sociaux de bénéficier de terrains publics à prix réduit ; les allègements de TVA avec le passage au taux réduit de 5,5% au 1er janvier 2014 pour la construction neuve et les travaux de rénovation. Mais aussi le relèvement du plafond du livret A en deux temps entre octobre 2012 et janvier 2013, qui a participé à accroître le volume de fonds disponible pour le financement du logement social.

Moins de subventions, donc plus de recours à l'autofinancement

Toutes ces mesures permettront de desserrer la contrainte financière qui pèse sur les organismes HLM. Principalement du fait qu'ils bénéficient de moins en moins de subventions de l'Etat. Ceci les oblige à recourir de façon systématique et soutenue à l'emprunt et aux fonds propres. Deux sources de financement dont il ne faudrait pas abuser.

"Une dette élevée représente un frein potentiel aux nouveaux engagements, notamment du fait d'un poids trop lourd des annuités de remboursements des prêts", explique l'étude de Xerfi. "Le recours aux fonds propres est également de plus en plus important pour boucler les financements des nouvelles constructions, ce qui fait peser un risque sur les futures opérations", ajoute-t-elle.

En outre, si, principalement grâce aux loyers, les bailleurs sociaux dégageaient jusqu'ici un niveau d'autofinancement suffisant, "les efforts croissants qui vont être mis en œuvre pour augmenter les constructions neuves et les travaux de rénovation risquent d'entamer légèrement cette capacité d'ici 2015", jugent les auteurs de l'étude.

D'où l'urgence de prendre des mesures nécessaires pour atteindre cet objectif de nouveaux logements construit, encore jamais atteint. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2014 à 11:57 :
Le promoteur qui construit des logements sociaux les vend à prix très réduits au m²
faut t-il voir avec la RT 2012 - Pari presque impossible
a écrit le 09/06/2014 à 16:06 :
ah! la belle difficulté , le parcours du combattant, la tenacité, vaillance et entêtement pour un Français, d'obtenir une HLM! pour , certains, c'est tellement plus facile /// oui ! oui !
a écrit le 09/06/2014 à 15:21 :
le logement,qu'il soit social,ou privé, n'est pas
exportable
sous contrôle,administratif et policier ne pourra pas faire du travail au noir
offre des multitudes d'emplois induits,à franciser
nous avons plus de 3 millions de mallogés
on attend quoi???
a écrit le 09/06/2014 à 8:41 :
Il faudra qd meme s'interroger pour savoir si les gens veulent habiter des logts sociaux qui sans sub seront proches des prix du marche sauf a inventer une potion magique faisant qd disant social le cout de production des dits logts baisse de 30%.
a écrit le 04/06/2014 à 7:50 :
"Des logements sociaux et des industries" : c'était le credo communiste dont on peut encore voir les effets funestes dans nombre de banlieues françaises, classées en zones "politique de la ville" ! Les affairistes maçons ont la vue courte.
Réponse de le 07/06/2014 à 6:53 :
Vous avez raison, moi non plus je n'aime pas les pauvres, y a pas moyen de les envoyer en Afrique ou hors de France ? Qu'on reste entre bourgeois, je ne cotoie jamais les pauvres, question d'honneur.
Réponse de le 09/06/2014 à 0:17 :
Quel rapport entre votre message et celui de Britannicus? On ne peut pas dire qu'on a su construire des logements sociaux jusqu'ici.
Réponse de le 21/02/2015 à 15:18 :
Ces logements ont été construits après guerre pour loger les français. Bien pour eux mais pas assez pour des immigrés qui, chez eux, habitaient dans des cases ou des gourbis?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :