Immobilier : haro sur la loi Duflot !

 |   |  650  mots
La garantie universelle des loyers pourrait ne jamais voir le jour
La garantie universelle des loyers pourrait ne jamais voir le jour (Crédits : reuters.com)
Depuis le départ de Cécile Duflot, les professionnels de l’immobilier font pression pour vider de sa substance la loi Alur votée en mars par le Parlement et que l’ancienne ministre du Logement avait portée. Il semble que cela commence à payer.

Est-ce bien surprenant ? Cécile Duflot débarquée du gouvernement en avril dernier, il n'aura semble-t-il fallu aux professionnels de l'immobilier et de la construction que deux mois pour convaincre le nouveau gouvernement de détricoter la loi pour un accès au logement et un urbanisme rénové (Alur), adoptée par le Parlement le 26 mars dernier.
Trop dépendante de plus de 200 décrets d'application fondamentaux qui se font attendre, la loi Alur devrait être vidée de sa substance par le nouveau gouvernement, même si celui-ci a démenti cette information.

Il aura en fait suffi que Cécile Duflot s'en aille pour que les requêtes des professionnels du secteur soient prises en considération. A son départ, plusieurs professionnels de l'immobilier déclaraient d'ailleurs en coulisse qu'il leur serait désormais plus aisé d'imposer leurs réformes avec la nouvelle ministre du Logement, Sylvia Pinel, car Cécile Duflot et ses équipes "imposaient un vrai débat idéologique", se souvient l'un d'entre eux.

L'offre de logements au centre des priorités de Sylvia Pinel

Dès son intronisation rue de Varenne, Sylvia Pinel a d'ailleurs inversé l'agenda de son prédécesseur, en replaçant l'offre de logements au centre des priorités. Une ligne plus en phase, selon certains, avec les promesses électorales du président François Hollande de relancer la construction grâce à 500.000 nouveaux logements par an.

Cette posture sied davantage aux professionnels de l'immobilier qui s'étaient élevés unanimement contre les deux mesures phares de la loi Alur : l'encadrement des loyers, soit dit en passant une promesse de campagne de François Hollande, et la garantie universelle des loyers (GUL). Cette dernière ayant été sérieusement modifiée dans le cadre du débat démocratique au Parlement, puisque sa dernière version retenue n'était qu'optionnelle.

La GUL, un boulet législatif

Du reste, le risque est grand que la GUL ne voit tout simplement jamais le jour, car son application n'est prévue que pour le 1er janvier 2016 et que l'on attend encore des décrets importants qui sont censés fixer son champ d'application. Selon le député PS Christophe Caresche, le gouvernement songe désormais à revenir sur cette "GUL" que le parlementaire définit lui-même comme "un boulet législatif". "Il est prévu que la GUL soit financée sur des fonds publics, mais l'Etat n'est plus aujourd'hui en capacité de dégager une marge supplémentaire pour ce type de dispositif ", expliquait-il ce matin lors d'un colloque sur le logement organisé par l'agence de presse AEF.

L'encadrement des loyers favoriserait les riches...

Concernant l'encadrement des loyers, les Echos ont révélé mercredi que les pouvoirs publics songeraient à laisser aux collectivités locales la décision d'appliquer le dispositif et d'endosser la responsabilité de ses possibles effets pervers. En effet, le gouvernement aurait pris conscience des risques de cette mesure, "il a très peur que le loyer faible d'un retraité locataire de longue date augmente de 10% et que le loyer du trader payant cher une location de standing baisse", assure un professionnel du secteur aux Echos.

Mais cet argument ne tient pas, selon la sénatrice PS Marie-Noëlle Lienemann. Coûte que coûte, "il faut mettre en œuvre ce dispositif d'encadrement des loyers", demande-t-elle, pour donner un peu d'air aux locataires qui consacrent une par trop importante de leur revenus pour se loger. Et "si des dysfonctionnements comme ceux qui sont évoqués apparaissent, il ne sera alors pas difficile de faire un ajustement législatif pour les supprimer", ajoute-t-elle.

La sénatrice socialiste est une des rares à se battre pour la survie du dispositif. Et s'il advenait qu'il soit supprimé, on sera tenté de paraphraser le président de la Fédération national de l'immobilier (Fnaim) Jean-François Buet : "tout ça pour ça"...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2014 à 11:47 :
Argenteuil/Bezons,3 éme communauté d'IDF,se moque de ces lois,
les deux maires,UMP/SOcialiste avec un EGO délirant font du surendettement un motif pour ne rien faire.Alors les lois Duflot/Tartempion,basta
Ces villes du moyen age ,sont l'exemple même de l'inaction des ELUS
Alors avant de tenir des longs discours ,pratiquer le terrain.
a écrit le 13/06/2014 à 15:18 :
Avant de vouloir mettre en place un encadrement des loyers, il aurait peut-être fallu trouver une mesure cohérente du niveau de loyer cible. Or il suffit d'aller faire un tour sur le site de l'Olap, rubrique loyers médians, pour voir que c'est loin d'être le cas. Pour ne prendre qu'un exemple le loyer médian devrait être le même à Barbès quartier Goutte d'or - l'un des plus défavorisé de Paris - et au coeur du Marais !
a écrit le 13/06/2014 à 11:48 :
branleurs ont de beaux jours devant eux à présent que les politiques se laissent faire par les lobbyes, quand le chat n'est pas là (C Duflot) les souris dansent.
a écrit le 13/06/2014 à 11:03 :
Quel est le premier de l' œuf "déflation" ou de la Poule "loi Duflo".
Ils retirent la loi à cause de la déflation qui menace en Europe, ou ils la retirent parce qu' elle a bien rempli son rôle déflationniste, et la-cata-arrive-mais-cé-pas-nous ?
a écrit le 13/06/2014 à 9:38 :
On parle encore d'elle, bizarre. Je croyais que c'était un nuage toxique qui était passé.
a écrit le 13/06/2014 à 8:31 :
Voilà méthode Hollande, tout cela est du n importe quoi qui nous empeche d avancer sereienement vers le redressement. Ce type est vraiment nul.
Réponse de le 13/06/2014 à 10:58 :
d'abord défaire ce que l'ignoble équipe précédente avait mis en place puis contraindre et taxer un max et enfin refaire...un peu: c'est le retournement.
Réponse de le 13/06/2014 à 14:23 :
c'est bien vu mais il y encore 30 % de français qui votent pour les partisans de cette idéologie de bolcheviques
Réponse de le 17/06/2014 à 7:59 :
l'idéologie précédente était bonne quand par exemple un maximum de subventions publiques et merdes défiscalisantes ont été déversées sur le marché immobilier sans doute?Car je rappelle que c'est en très grande partie ce qui explique la cherté du logement aujourd'hui.
a écrit le 13/06/2014 à 8:02 :
Encore un article rideau de fumee! Comme si le probleme viendrait des regles de construction.
En effet le probleme fondamental dans le secteur est le prix gonfle artificielement par l'etat. Et le fait que l'immobilier en France est une enorme niche fiscale. J'ai rien vu dans 'article sur le sujet. Les deux contribuant a l'ampitation drastique du pouvoir d'achat des francais.
Il faut juste provoquer une chute de 30% des prix et le marche repartira. De toute facon, on constate que meme sans construire beaucoup et avec des taux nuls les prix baissent....
Réponse de le 13/06/2014 à 9:36 :
Ce que le gouvernement va chercher à faire est, là comme ailleurs, de céder aux lobbies (lobby immobilier, syndicats SNCF, taxis, etc), le président craignant pour sa réelection. Par conséquent, on va maintenir les anciens dispositifs de niches fiscales et d'aides dans l'immobilier, directement pourtant à l'origine du problème de coût de l'immobilier. Combinez à cela la politique monétaire et de taux d'intérêt qui incite à l'endettement en dissimulant le coût réel de l'affaire, tout est dit. On continuera à incriminer les normes de construction (les mêmes pourtant qu'en Allemagne) et la prétendue pénurie pour expliquer le prix stratosphérique. Voilà un pays dans lequel l'investissement dans un appartement haussmannien à Paris, construit au XIX eme siècle donc zéro création d'emploi, ne génère aucune taxation de la plus-value si l'on en fait sa résidence principale, tandis que le même investissement dans une PME créatrice d'emplois, peut entraîner jusqu'à 60% de taxation de la plus-value. Que doit faire l'investisseur avisé qui dispose d'une épargne limitée ? Les mêmes qui réclament aujourd'hui le maintien des biais fiscaux en faveur de l'immobilier, s'étonneront ensuite du niveau de chômage. Pendant ce temps, aux USA, il y a Google ou Tesla.
Réponse de le 15/06/2014 à 9:41 :
sur le fond pour Tt il a raison , sur la forme 6 français sur 10 sont locataires de nos jours et c'est pas la joie vu les contraintes exigées par des bailleurs privés qui eux meme se voient imposés largement , les écolos qui ont des solutions a tout et a rien ont crée un bazar de plus dans un secteur qu'ils méconnaissent .. ce n'est pas l'offre qui est abondante mais le contraire .. une demande qui ne cesse d'amplifier a cause du prix d'achat de biens immobiliers dans les grandes villes qui sont du luxe ou du délire voir les deux , locataire ? pas mieux si on compare le loyer sur 40 ans et un bien acquis a prix constants .. les prix locatifs ou proprietée se rejoignent sur la longue durée .. le problème c'est qu'on veut du pavillonnaire a foison au détriment de logements denses ( tours ) mais pas des clapiers a lapins non plus , aux US ils ont compris depuis longtemps .. enfin chez nous on a des demagos écolos qui comprennent rien a l'économie de masse .. ni en énergie ni en habitat d'ailleurs .. c'est navrant
a écrit le 13/06/2014 à 7:35 :
HOLLANDE est la bêtise incarnée. Il avait fait la place belle aux verts et la Duflot les représentatif. Elle a cassé le marché de l'immobilier français car on ne s'improvise pas spécialiste quand on prend une place de ministre que pour le fric. HOLLANDE a validé tout ce qu'elle a fit pour la paix avec les verts et maintenant il détruit pour reconstruire tout en gardant les bases des lois Duflot. Bref, il continue a démontré sa nullité sans arriver à relancer l'économie française et toujours en augmentant ses couts.
Réponse de le 13/06/2014 à 9:36 :
heureusement que votre intelligence équilibre la chose.
Réponse de le 13/06/2014 à 20:49 :
a rien cassé du tout, le problème a été le bombardement d'argent massif sous l'ump, les sauveurs de 2017, ce qui a fait gonflé les prix à l'achat.On ne pouvait pas continuer dans cette direction , politique qui n'a fait qu'enrichir les branleurs au détriment de la compétitivité des entreprises.
a écrit le 12/06/2014 à 22:58 :
A Paris des cages à lapins de 15m2 se louent 700 euros. En quoi bloquer ces loyers démentiels mettent ils en cause l'envie d'investir. Les proprios de ces biens se font des c.... en or, même si les prix sont gelés 10 ans ils continueront en s'en mettre plein les poches!!!
Réponse de le 12/06/2014 à 23:05 :
t es certain bosser dans paris?
Réponse de le 13/06/2014 à 9:34 :
Oui
Réponse de le 13/06/2014 à 16:35 :
Si le proprio n'a plus de prêt et a les moyens oui sinon... à 8000€ voir 10000€ le m², je ne suis pas sûr qu'il se fasse des c... en or.
Réponse de le 13/06/2014 à 17:47 :
pourquoi tous ces gens veulent ils habiter à paris, si c'est si cher c'est qu'il n'y a plus de place;
Réponse de le 15/06/2014 à 9:47 :
a parigo , ces clapiers a lapin de 15 m2 a 700 euro sont rendu possible a cause de quoi ? , une demande locative très forte difficile de résorber , un marché de vente immobilier sur paris qui est très couteux pour un jeune couple acquéreur , des banques frileuses a prêter au premier venu , enfin des bâtiments historiques qui font de l'ombre a de nouvelles constructions plus verticales et a la démagogie électorale et d'associations de mal logés qui ne veulent pas de tours verticales comme aux US ou ailleurs , ils préfèrent voir des gens être a la rue ? ou dans des conditions sordides .. genre bidon ville comme au nigeria ou au bresil ?.. donc ces logements indignes sont déjà du fait du non renouvellement de parcs entiers de vieilles bâtissent plus au normes depuis 1 a 2 siècles mais entrenu pour être un musée et une exploitation de la demande humaine .. triste constat de la vie urbaine dans un musée
Réponse de le 16/06/2014 à 12:18 :
@parigo @balsac : 700e pour un clapier de 15 m2 et bien j affirme qu il faut êtte rentier APL pour habiter à Paris , il me semble cette ville est bien déservie par 6 gares + 3 lignes RER ..Ayant bosser moi même dans cette ville pendant plus de 20 ans et n ayant jamais eu les moyens d habiter cette ville dans les annees 80 j affirme que seuls ceux qui ont droit à HLM peuvent vivre dans cette ville ...pire j affirme que beaucoup qui y vivent travaillent en banlieue.
a écrit le 12/06/2014 à 22:54 :
çà a été une très grande perte heureusement il nous reste Taubira...
a écrit le 12/06/2014 à 22:47 :
Si vous lisez ce texte ( oui je sais il faut beaucoup de courage) l'objectif global de madame Duflot vous sautera aux yeux : elle a tout simplement entrepris de changer le régime politique de ce pays.( qui était déjà en la matière l'un des plus bolcheviques de la planète!

Trois mois après le vote de ce texte par le parlement FH s'en rend compte ...
a écrit le 12/06/2014 à 22:41 :
La loi ALUR c'est "surveiller et punir"
a écrit le 12/06/2014 à 22:34 :
La loi la plus toxique et la plus caricaturale que le parlement français ait votée depuis des décennies
et pourtant la barre était haute...
a écrit le 12/06/2014 à 20:22 :
Faut être dément pour investir actuellement dans de l'immobilier locatif.
Réponse de le 12/06/2014 à 20:48 :
l investissement locatif sera très ciblé mais surtout les propriétaires vont devenir beaucoup plus sélectifs pour le choix de leur locataire ..Quand a l immobilier de loisir on peut parier que dans quelques annees la france ne sera plus la 1 ere destination touristique du monde ( dépassée par l espagne) car il faut etre encore plus fou pour investir dans l immobilier de loisir ( PV 22 ans csg 30 ans sans tenir compte de l inflation) ..Les anglais quittent massivement la dordogne ..l immobilier de montagne s effondre.
Réponse de le 12/06/2014 à 21:35 :
Ce n est pas que l immobilier francais qu il faut fuir, mais tout investissement en france...
Réponse de le 13/06/2014 à 9:37 :
J'ai investi comme un imbécile en actions dans deux boîtes françaises, elles ont été placées en cessation judiciaire et mes deux comptes sont passés à zéro. Plus un sou pour ce pays c'est la devise, j'ai de la chance je suis frontalier.
a écrit le 12/06/2014 à 20:13 :
Duflot a été une catastrophe nationale pour la construction en France, laissant tout un pan de l'économie sinistrée.
Avec cette loi, personne n'investira dans le logement locatif qui n'est plus rentable.
Réponse de le 17/06/2014 à 7:56 :
Et c'est tant mieux, on a attiré trop de branleurs rentiers sur le marché, demande supplémentaire qui a fait monter massivement les prix.
a écrit le 12/06/2014 à 20:03 :
Duflot, erreur de casting
Réponse de le 12/06/2014 à 22:12 :
Nous attendons la réponse de l'intéressée
Comment va t'elle réagir de l'annulation d'une partie de sa loi
Je la trouve bien discrète
Mais elle n'est pas la seule a avoir fait des lois qui nous envoient dans le mur depuis 2 ans
Réponse de le 13/06/2014 à 20:51 :
l'équipe d'avant qui nous a foutu dans le mur en distribuant des subventions sans réfléchir et en étant aux bottes des lobbyes du bâtiment.
Réponse de le 16/06/2014 à 13:05 :
La politique du précédent gouvernement quia alimenté la demande d'un marché en surchauffe avec de l'argent public lui a bien donné de l'élan pour s'y propulser, ds le mur...
a écrit le 12/06/2014 à 18:44 :
Même avec le réaménagement de la Loi DUFLOt, il faut fuir comme la peste, l'investissement dans l'immobilier.
a écrit le 12/06/2014 à 18:30 :
il était grand temps de foutre en l'air les lois DUFLOP !
a écrit le 12/06/2014 à 17:58 :
La guerre des socialismes est en cours : vont-ils arriver à s'autodétruire ?
Réponse de le 12/06/2014 à 18:32 :
réalisme est en bonne voie !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :