Immobilier en Ile-de-France : les prix stagnent

 |   |  421  mots
Les prix de l’immobilier évoluent différemment en fonction des arrondissements dans la Capitale.
Les prix de l’immobilier évoluent différemment en fonction des arrondissements dans la Capitale. (Crédits : reuters.com)
Contrairement aux idées reçues sur la baisse des prix de l'immobilier en Ile-de-France, il semble que les tarifs des logements se stabilisent globalement pour les Franciliens. Paris et la Seine-Saint-Denis font toutefois figures d’exceptions.

Non, les prix de l'immobilier ne baissent pas en Ile-de-France. C'est en substance ce que souhaite expliquer la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) du Grand Paris dans une étude publiée récemment. "Vouloir à tout prix annoncer de fortes évolutions des prix du marché de l'immobilier en Ile-de-France déforme la réalité, celle d'une stabilité des prix sur la majorité d'un territoire francilien figé", explique la fédération d'agents immobiliers, visiblement agacée par la multitude de chiffres publiés par les différents acteurs du marché de l'immobilier francilien.

Stagnation dans les Hauts-de-Seine

Concrètement, la Fnaim annonce une stabilité des prix au cours des six derniers mois dans tous les départements du Grand Paris, sauf dans la capitale et en Seine-Saint-Denis. Ainsi, dans les Hauts-de-Seine, les prix des maisons restent, comme avant, plus élevés que ceux des appartements. Dans le Val-de-Marne, les tarifs des logements restent précisément "identiques à ce qu'ils étaient il y a six mois, à l'exception de Sucy-en-Brie, Créteil, Ormesson-sur-Marne et Noiseau, villes dans lesquelles certains secteurs sont à la hausse", explique la Fnaim.

Les prix augmentent énormément à Vélizy-Villacoublay

De même, dans les Yvelines, "les prix stagnent dans 261 villes du département à l'exception de 20 villes où l'on constate une augmentation variant de 0,5% (au Vésinet) à 24% (à Vélizy-Villacoublay, où un tramway sera inauguré le 13 décembre)".
La stagnation globale sévit également dans 196 villes de l'Essonne et en Seine-et-Marne, où "les prix ont généralement stagné, sauf dans 24 villes où ils ont augmenté (entre 1% et 11%), et dans 3 villes où ils ont baissé, à savoir : Attainville, Bruyères-sur-Oise et Villiers-le-Sec", est-il indiqué dans l'étude de la Fnaim.

La Seine-Saint-Denis, seul département en baisse

A Paris en revanche, les évolutions sont très disparates : "Une baisse est constatée dans les 1er, 2e et 13e arrondissements, ainsi que dans le secteur Vaugirard du 6e arrondissement, et de Drouot dans le 9e", explique l'étude. Mais à l'inverse, les prix sont en hausse "dans les 7e et 10e arrondissements, ainsi que dans deux des trois secteurs du 4e et un des secteurs du 5e arrondissement", ajoute-elle.

La Seine-Saint-Denis fait enfin office d'exception dans la région puisque, selon la Fnaim, "les prix sont uniformément à la baisse dans toutes les villes du département (de l'ordre de 2% à 3 %), sauf à Sevran et à Bagnolet". Le Grand Paris intègre pourtant pleinement ce département dans le développement de la métropole. Certaines zones du 93 pourraient du coup prendre de la valeur à l'avenir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2014 à 8:31 :
Pour beaucoup de ménages endettés, l'augmentation des impôts représente un choc financier non prévisible lors de la signature du prêt il y a quelques années.
Un baisse de l'immobilier de 30% n'est pas un scénario absurde, mais tant pis pour l'ISF qui en est le symbole.
a écrit le 28/10/2014 à 16:43 :
on dirait que le lobby des agents immo et des vendeurs de parpaings est entré en mode-panique....c'est sur que si personne ne veut acheter à prix d'or les tas de pierres que les 68ards ont acheté 2 francs 6 sous à l'époque, alors j'en connais qui n'arriveront pas à payer les traites de leur Porsche Cayenne.....je me marre...
Réponse de le 29/10/2014 à 7:22 :
@ mode panique : mais pourquoi donc voulez vous acheter des tas de parpaings mal isolés , mal conçues ( même pas de prise internet dans les WC comme le stipule la norme rte2012 , j exagére à peine)? Achetez du neuf et pas de l ancien ! Je connais déjà votre réponse : tout ça c est la faute du foncier et bien c est faux car vous confondez prix du foncier et prix du foncier aménagé et puis en RP il n y a pas de foncier .Avez vous remarqué qu entre 2000 et 2010 les prix du neuf et de l ancien ont suivi la même courbe ? ( source insee) ? Vous rêvez tous de voir l immobilier ancien s effondrer car le neuf lui ne s effondrer à pas ( coût de la construction, coût de votre salaire ) : et bien je regrette il y aura correction strictement équivalente au prix du neuf ( 10%?) et pas plus à moins que vous acceptiez de voir votre salaire , les parpaings, le prix d un raccordement edf etc .. baisser de 40%..
Réponse de le 29/10/2014 à 15:00 :
@ macomprenant

A mon avis tu as perdu d'avance. Tu essaie d'expliquer des faits rationnels à certains (non pas tous) qui raisonnent plus comme tu l'a noté par "rêve" que par rationalité. Ils espèrent un effondrement du marché pour pouvoir acheter moins cher (car là est ne nerf de la guerre) en occultant qu'on est dans un pays jacobin où tout ce passe à Paris et dans les grandes villes. Villes dans lesquels le déficit clair de foncier freinera inexorablement toute potentielle chute du marché. D'ailleurs pour la plupart des grandes villes les prix sont déjà revenu à la stagnation voir même légère hausse et pour Paris le ralentissement de la baisse est déjà clairement là, un tiers des arrondissements étant reparti à la hausse.
Réponse de le 29/10/2014 à 16:55 :
Bah j'ai envie de dire tant pis. Si les prix remontent après tout et que la propriété reste réservée aux très hauts revenus et aux fils à papa, c'est pas un drame. La location c'est très bien aussi, on peut se loger mieux qu'à l'achat, sauf exception (biens introuvables en location). Avec la quasi stagnation des loyers, on peut mettre de côté pour les mauvais jours, et si on n'a pas la pleine jouissance du bien, on n'a pas non plus les tracas de la propriété.
Réponse de le 29/10/2014 à 23:47 :
"Avez vous remarqué qu entre 2000 et 2010 les prix du neuf et de l ancien ont suivi la même courbe ?" : Vous fixeriez comment le prix de vente d'un terrain si ce n'est en référence au prix de l'ancien dans le voisinage?
Quand à votre coût de viabilisation du terrain, arrêtez l'intox! Je suivais les chiffres dans mon village natal, la commune gagnait de l'argent en viabilisant des lotissements pour vendre des terrains de 15/18 ares dans les 40/50 000 euros.
Ce n'est pas ça qui explique que pépé essaye de vendre son terrain à 300 000 euros en île de France, mais la présence des transports en commun payés par les autres (lui, il encaisse les PV immobilières liées aux aménagements, mais il est trop pauvre pour payer des impôts).
Les 40%, ils viendront pour une raison simple : Personne ne peut faire une opération en achetant à ces prix sans perfusion pour doper les prix de vente. Or, à 2 000 milliards d'euro de dette après 30 ans de gabegie, le pays n'en a plus les moyens.
Réponse de le 29/10/2014 à 23:58 :
"Villes dans lesquels le déficit clair de foncier freinera inexorablement toute potentielle chute du marché." : Qu'est-ce qui freinerait une chute du marché si mes impôts ne payaient pas les rentes locatives via les APL? Combien de locataires seraient en mesure de payer plus de 700 euros par mois à Paris pour des piaules d'étudiants sans ça? Combien d'investisseurs continueraient d'acheter des cages à poules à plus de 150 000 euros? Quel serait l'impact sur la pyramide?
Les prix ne tiennent pas avec le nombre de client : C'est un fait, la demande est là. Seulement, cette demande n'est pas solvable sans les aides et la défiscalisations (ne parlons même pas de ce qui arriveraient si on taxait les PV encaissées sur la résidence principale qui permettent aux secondo-accédants et héritiers de continuer entre eux la partie de monopoly).
Réponse de le 30/10/2014 à 8:16 :
@malcomprenant : bonjour @zola vous nous faites le coup du cousin du copain de la tante à Jules avec votre lotissement à trifouilli les oies ..Le coût de réalisation d un lotissement est extrêmement variable en fonction des voiries à réaliser et souvent les petites communes réalisent quelques lots , non pas pour gagner de l argent pour maintenir leur école, sur des voiries existantes . En RP je répète il n y a pas de terrain à bâtir : dites moi combien de terrains sont à vendre entre palaiseau orsay gif sur yvette ( 80 000 habitants ) ? 10 , 20 au maximum !!! En province et pour faire comme vous en prenant l exemple de ma commune les terrains ( une bonne centaine) ont baissé de 20 % depuis 2008 mais le coût de la construction a augmenté de plus de 20 % ( norme bbc et rte2012) .
Réponse de le 30/10/2014 à 9:01 :
"Le coût de réalisation d un lotissement est extrêmement variable en fonction des voiries à réaliser" : Parce-que c'est plus cher quand il y a des voiries et réseaux à proximité des 20 terrains en vente?
"10 , 20 au maximum !!!" : Combien de ruine dans ces mêmes coins? J'en compte partout dans Paris avec des fenêtres murées! Combien d'usine en ruine en banlieue?
"En province et pour faire comme vous en prenant l exemple de ma commune les terrains ( une bonne centaine) ont baissé de 20 % depuis 2008 mais le coût de la construction a augmenté de plus de 20 % ( norme bbc et rte2012) . " : Le prix est fonction de ce que peuvent payer les clients!
Réponse de le 30/10/2014 à 12:00 :
@@malcomprenant : dans ce cas là baguette de pain devrait être à 10e ..je regrette l immobilier c est la même la chose : une matière première ( du foncier) , des coûts de construction ( salaires etc..) , des marges et beaucoup de fiscalité . Niez vous que la fiscalité immobilière en france est la plus lourde d europe ? et de tout temps !! Personne ne veut faire le rapprochement entre la non éclatement de la bulle immobilière et l autre particularité française la fiscalité sans commune mesure avec nos voisins .A cela vous ajoutez l autre particularité française : hiper centralisation sur l ile de france , avec une ville de plus de 20 000 ha /km , région qui regroupe 40% des immigrés ...Et bien je ne crois pas une seconde que les prix baisseront de 40% en RP car finalement personne ne souhaite l" eclatement" de la RP au profit des grandes métropoles régionales .
Réponse de le 30/10/2014 à 19:34 :
"dans ce cas là baguette de pain devrait être à 10e ..je regrette l " : Bien non, car il ne manque pas de place pour faire une boulangerie qui soit plus que rentable à 5 euros.
"Niez vous que la fiscalité immobilière en france est la plus lourde d europe ?" : Et les subventions? Sinon, vous croyez que la bulle n'est qu'en France ou que les vieux espagnols en ont jusque là bien profiter eux aussi à l'instar des anglais dans une Europe vieillissante?
Réponse de le 30/10/2014 à 20:46 :
@zola ne recommencons pas le debat ! vous savez mieux que quiconque que les subventions , les fameuses " niches fiscales", couvrent même pas la tva pour le duflot par exemple .Vous savez mieux que quiconque que ces subventions ne sont pas faites pour faire plaisir aux riches 68tards mais parce qu elles rapportent plus qu elles ne coutent à l état .Oui @zola les proprios se sont enrichis entre 2000 et 2010 et je peux même vous faire un aveu : mon père a 30 ans était moins riche que mon grand père et moins même à 30 ans moins riche que mon père etc ..On a pas pas fait notre révolution en 68 à cause de ça!
Réponse de le 01/11/2014 à 3:08 :
"vous savez mieux que quiconque que les subventions , les fameuses " niches fiscales", couvrent même pas la tva pour le duflot par exemple" : Arrêtez surtout l'intox en prétendant que quand l'état s'assoie sur une partie des taxes, il s'y retrouve.
C'est difficile à comprendre? L'état paye 10% de la facture pour l'achat d'une voiture, l'état encaisse 20% de TVA : Il perd par rapport aux 20% de TVA non grève des 10%. Un peu d'honnêteté intellectuelle!
"On a pas pas fait notre révolution en 68 à cause de ça! " : On le sait! Dans le temps, vous aviez des valeurs et d'autres rêves que de maintenir sous des loyers délirants les enfants des autres en défendant votre droit à pomper dans leurs impôts pour investir...
Réponse de le 01/11/2014 à 6:46 :
@@malcomprenant: vous avez un raisonnement de gauche ! L ISF rapporte 4 milliards à l état ..si on multipliait l isf par 10 il rapporterait 40 milliards et la conclusion est de dire : l état est donc perdant de 36 milliards . Quand aux loyers précisez toujours pour faire preuve d honnêteté intellectuelle que l état préleve entre 30 et 60 % d impôt ( csg ir taxe foncière isf pour certains) .
Réponse de le 04/11/2014 à 8:35 :
"Quand aux loyers précisez toujours pour faire preuve d honnêteté intellectuelle que l état préleve entre 30 et 60 % d impôt" : Heureusement! Faites le calcul entre ce qui arrive dans la poche d'un salarié et ce qui part de la poche d'une entreprise! Ajoutez à votre calcul de victime les PV immobilière non taxées au bout de 15 ans : Dites nous si on est toujours au dessus des 30% qui frappe les bénéfices des entreprises!
Du reste, ce n'est pas un raisonnement de gauche : Personne ne peut défendre une fiscalité qui oriente l'épargne vers la pierre! Ça ne produit rien d'autres que des hausses des prix et des baisses de volume, c'est nuisible!
Si notre droite défend ça, c'est pour récupérer des votes, pas pour sauver le bâtiment ou l'économie.
a écrit le 28/10/2014 à 16:25 :
Moi j suis un propriétaire heureux en petite couronne, primo il y a 4 ans et secundo il y a 1 an. J ai mis 4 mois a vendre mon appart en petite cournonne au prix que je voulais et maintenant j ai une maison et ce n est que du bonheur. J paye 300€ de plus par mois pour rembourser mon pret par rapport a mon loyer parisien d'il y a 5 ans, je trouve ca honnete. J aurai remboursé la banque pour mes 50 ans. De toute facon je l aurai sans doute vendu avant et si les prix de vente baissent ce n est pas un probleme pour moi car cela voudra dire que le prix d achat de mon futur logement aura baissé aussi. Aucun regret pour ma part, je dors bien la nuit, il faut juste avoir le coup de coeur et se fixer son budget. Je ne comprends pas trop les gens qui postent des commentaires super négatifs, on a l impression qu'ils essayent de se convaincre qu'ils ont raison de ne pas acheter...
Réponse de le 28/10/2014 à 17:15 :
Si vous avez trouvé un logement qui vous convient dans votre budget (conséquent), c'est très bien, mais c'est loin d'être le cas de tout le monde. Par contre, on peut s'interroger sur votre projet. Revente au bout de 3 ans alors que l'amortissement ne devait couvrir ni l'apport ni les frais de notaire... Coup de bol que le marché ait été haussier durant ce laps de temps. Qu'en aurait-il été avec une baisse ou même une stagnation ?
Réponse de le 28/10/2014 à 17:15 :
Si vous avez trouvé un logement qui vous convient dans votre budget (conséquent), c'est très bien, mais c'est loin d'être le cas de tout le monde. Par contre, on peut s'interroger sur votre projet. Revente au bout de 3 ans alors que l'amortissement ne devait couvrir ni l'apport ni les frais de notaire... Coup de bol que le marché ait été haussier durant ce laps de temps. Qu'en aurait-il été avec une baisse ou même une stagnation ?
a écrit le 28/10/2014 à 15:35 :
Ça me fera toujours rire les rois de la précision auto-réalisatrice.
Y a bel et bien des chiffres données par des services autrement plus sérieux que des experts qui ne sont expert de pas grand chose. Paris est bel et bien reparti à la hausse, légère et réelle et étant donné la carence clair de logement dans la région parisienne dite "désiré" ne comptez pas voir les prix de ces villes s’effondrer.
Ça me fais penser à mon oncle qui n'a jamais acheté convaincu que les prix baisseraient et qui est aujourd'hui locataire à 57 ans.
Croyez-en cette bonne vieille maxime, les prix seront toujours trop cher pour certains. En attendant la quasi totalité des retraités aujourd'hui en difficulté sont locataires de leur bien...
Réponse de le 28/10/2014 à 17:17 :
Ça tourne le business en ce moment ?
Réponse de le 28/10/2014 à 17:29 :
Source pour les retraités en difficulté majoritairement locataires avec lien de causalité ?
Réponse de le 29/10/2014 à 4:49 :
les prix chutes d'apres tous les barometres (meilleursagents ... ).
merci de préciser vos sources "serieuse" ....
Réponse de le 29/10/2014 à 12:21 :
@ Sircouf
Bonjour,

Alors mes sources, si on peut citer des sites spécialisés dans l’immobilier citons dans ce cas l’étude LPI/Seloger du mois qui indique une hausse de 2,4% sur le mois d’Aout. L’INSEE étant surpris par un tel résultat répond. « Divergence pour l’Insee, qui dans une note publiée le 9 octobre dernier, avance que le prix moyen dans l’ancien chute de 1,3% sur un an, alors que le baromètre observe une hausse de 0,2% sur la même période. Toutefois, l’Insee concède que les prix dans l’ancien ont légèrement augmenté de 0,4% au deuxième trimestre 2014. »
Tiens d’ailleurs que raconte l’INSEE
http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=96
On y voit que l’INSEE constate une reprise progressive des prix, tout particulièrement portée par les grandes villes de Province. Personne ne dit que on est reparti sur les +5% d’il y a quelques années et heureusement. Mais il suffit d’observer les courbes et d’ailleurs sans faire trop compliqué d’observer sa forme et donc les tendances.
Tout le monde mélange, la baisse observée des prix dans les annonces, salutaire car les vendeurs surestimaient le prix de leurs biens avec les prix réels de vente. En gros ca fait déjà 3 ans que les biens sont en forte baisse, seuls vendaient ceux qui s’alignaient sur les prix du marché. On voit aujourd’hui une baisse des prix des annonces qui n’est qu’un rattrapage par des gens qui ne vendent pas depuis plus d’un an car trop cher.
Je ne parle pas même pas du neuf ou c’est simple je peux donner mon exemple. J’ai voulu acheter aux docks de Saint Ouen (n’étant par encore proprio, d’ailleurs je ne travaille pas dans l’immobilier mais dans le secteur de la pharmacie mais passons, en France il faut soit vouloir acheter un bien immobilier et dans ce cas souhaiter une chute de l’immobilier, soit dire qu’ils ne baisseront pas et dans ce cas être agent immobilier…), impossible d’acheter tout était parti… alors je ne crois mais alors pas une seule seconde à la chûte de l’immobilier. Je suis un peu attentiste pour voir si une belle offre s’annonce prochainement et je sauterais dessus, car j’ai 31 ans et je sais que ceux qui attendent que les prix redeviennent « normaux (très relatif) attendent toute leur vie…
Réponse de le 29/10/2014 à 13:55 :
Autant l'Insee ok, autant le baromètre LPI/Seloger du lobbyiste Michel Mouillart qui se base sur 35% des transactions max, non merci ! Je ne crois pas non plus à une chute, plutôt malheureusement à un scénario à la japonaise avec une baisse lente et longue (sauf si le gvt se décide à perfuser à nouveau l'ancien).
a écrit le 28/10/2014 à 14:24 :
qui peut encore dire que son job existera toujours dans 5 ans, et ce : "dans n'importe quel secteur !"...?

donnez moi un secteur qui ne sera pas touché par les avancées technologies ou par les désengagements/réformes de l'état ?

Comment peut on se reformer quand déjà, on galère pour rembourser un crédit immo ! ? !

Il existe un tas de gens pour qui c'est vital que la cohorte des primos continue à s'endetter au taquet dans l'immobilier. ne tombez pas dans le panneau !
a écrit le 28/10/2014 à 14:04 :
Les prévisions de Jacques Friggit vont se réaliser (voir le tunnel de Friggit) : mécaniquement cela va baisser trés trés, trés fort !!!!! que la FNAIM le veille ou non !
Réponse de le 28/10/2014 à 14:25 :
A paris et proche banlieue, non, impossible, je ne sais pas d'ou vous tenez ça.
Enfin ça fait quelques années qu'on nous annonce cette chute.
Je n'y crois pas une seconde vu la demande qui continue à s'exercer en région parisienne.
Réponse de le 28/10/2014 à 14:36 :
C'est possible, on l'a bien vu pendant les années 90. Si la demande n'a pas les sous demandés, et qu'elle ne peut arbitrer plus sur l'éloignement, la superficie et l'état général du bien, les prix s'essoufflent automatiquement.
Réponse de le 28/10/2014 à 16:59 :
les prix vont jamais baisser sur paris, car tous les jeunes provinciaux quittent leurs villes pour bosser à paris et ça devient de pire en pire !!! La france est foutue avec cette centralisation, bientot paris et le désert autours.
Réponse de le 28/10/2014 à 17:27 :
Je vois plein de jeunes cadres dynamiques quitter la RP, et plus globalement le solde migratoire de la région est négatif. La population n'augmente que par le solde naturel. Pour finir, 30 à 40% de baisse à Paris entre 91 et 98.
Réponse de le 28/10/2014 à 17:31 :
Il est clair que les jeunes provinciaux "qui montent à la capitale" ne peuvent que faire monter les prix car ils sont de plus en plus riches. A moins que vous ne pensiez que l'achat à plusieurs va se généraliser ?
Réponse de le 28/10/2014 à 23:51 :
la baisse de 91 c'est du à quoi ??? au crach de la bourse...alors vous en prévoyez un prochain ? quand et pourquoi ?
Réponse de le 29/10/2014 à 9:06 :
La baisse de 91 dû à un krach boursier, vla autre chose... Sérieusement...
Réponse de le 30/10/2014 à 0:26 :
N'ayez crainte!
Aucun risque sur la finance dans son ensemble! Des banques qui prennent des effets de levier dépassant les 20 des marchés, c'est "safe". Une baisse de 3% et hop : Faillite.
Aucun risque qu'on tape dans les assurances vies (obligation d'état) à 2 000 milliards d'euros de dette.
Toujours à 2000 milliards d'euro de dette, aucun risque qu'on arrête d'aider des primo-accédants à payer 30 000 euros de plus dans la vente aux enchères à coup de PTZ, PTZ+, etc.
Aucun risque qu'on tape dans les pensions de retraite à plus de 5 milliards de déficit par an : Papi et mamie vont pouvoir laisser l'affiche 30% trop cher pendant un an, il n'aura jamais besoin d'argent (Stéphane passera refaire la décoration et ça se vendra).
C'est toujours le moment d'acheter, l'immobilier, c'est comme l'or, ça monte toujours!
a écrit le 28/10/2014 à 14:03 :
ah ba alors vite je vais acheter !

Et puis c'est vrai, l'immobilier ne peut que remonter avec le chômage qui bat des records, les taxes foncières et d'habitation qui s'envolent...On sent le désespoir dans les propos de propagande de la FNAIM.
a écrit le 28/10/2014 à 13:49 :
C'est toujours le moment d'acheter... pour les professionnels de l'immobilier.
a écrit le 28/10/2014 à 12:29 :
Vite vite, il reste peut être encore des pigeons!!
a écrit le 28/10/2014 à 12:12 :
Avec des Espagnols et des Portugais prêts à bosser pour 500 euros par mois, sans parler de l'Europe de l'Est vers laquelle se délocalisent toutes nos entreprises; comment voulez vous que l'ensemble des salaires français ne soient pas tirés vers le bas...Je ne critiques pas les autres pays Européens, mais fait juste un constat. Ce phénomène touche même les cadres avec la liberté d'installation et la réforme des professions réglementées qui arrivent...faut vraiment être aveugle pour croire que le nuage de la déflation salariale s’arrêtera aux Alpes comme jadis celui de Tchernobyle...

Quand dans le même temps, l'état se désengage de plus en plus de ce qui jadis était gratuit ou de ses compétences : école , santé, développement local, investissement, contribution aux collectivités locales...on voit tout de suite que les ménages seront mis à contribution !

Coût de la vie qui augmente + salaires en baisse + chômage + baby boomers nets vendeurs + primo ultra précaire = baisse des prix qui va encore durer longtemps
a écrit le 28/10/2014 à 11:45 :
J'adore la FNAIM! Pourquoi essayer de condredire quelque chose alors que la baisse des prix est avéré et c'est les notaires qui fournissent les chiffres.
a écrit le 28/10/2014 à 10:50 :
Oui michel, surtout ne colportons pas que les prix vont très certainement ENCORE BAISSER. Comme d'habitude, nous avons le droit au traditionnel "vite vite les gens, c'est maintenant qu'il faut acheter parce que demain il sera trop tard les prix vont augmenter".
Un discours que l'on entend encore et toujours pour effrayez les Français et les pousser à acheter trop chers, à relancer la machine à juteux bénéfices, sans avoir à changer quoi que se soit.
Je pense qu'au contraire, il est grand temps de ne surtout plus acheter tant que les prix ne seront pas redevenus en rapport avec le pouvoir d'achat des Français.
Réponse de le 28/10/2014 à 11:16 :
Votre discours baissier sur les prix de l'immobilier et les arguments que vous avancez, on les entend depuis 2005/2006 sur divers blogs tels que "Bulle Immobilière" reprenant la fameuse courbe de Frigit... Ceux qui ont acheté en 2005/2006 sont bien contents de ne pas les avoir écoutés :-)
Réponse de le 28/10/2014 à 12:31 :
Entièrement d'accord avec vous. Si l'on suivait la plupart des personnes présentes ici, ce ne serait jamais le moment d'acheter.
Réponse de le 28/10/2014 à 13:20 :
Dans de nombresuse région de france, les prix sont revenu au nivo de 2005/2006.
Sans les mesures de "relance" de sarko, c'est en 2008/2009 que cela aurait baisser.
Réponse de le 28/10/2014 à 13:34 :
Si l'on suivait la plupart des autres personnes ici, ce serait toujours le moment d'acheter. Vous voyez, c'est très facile de généraliser et d'aboutir à des conclusions absurdes. Personne, mis à part peut-être quelques trolls provocateurs, n'a jamais dit en fait que ce n'était jamais le moment d'acheter. Beaucoup en revanche affirment à juste titre que ce n'est pas toujours le bon moment, qu'un achat ça ne se fait pas n'importe où à n'importe quel prix. Cette position me semble être la seule rationnelle.
a écrit le 28/10/2014 à 9:51 :
d'sous pas d'achat !
a écrit le 28/10/2014 à 9:49 :
Les banques ne prêtent plus ..... d'où le ralentissement des prix !
Réponse de le 28/10/2014 à 11:46 :
Moi, je dirai. Les gens gagnent moins (chomage), les banques pretent moins. Normale quoi.
a écrit le 28/10/2014 à 9:48 :
Rien ne stagne sur terre ni dans l espace. Et si sa monte pas alors....
a écrit le 28/10/2014 à 9:48 :
Les notaires affirment le contraire...et eux ont les enregistrement des transactions....si avec des taux à Zéro, l'immobilier baisse; alors imaginez ce qui va arriver quand ils vont remonter...

vouloir être proprio à tout prix; c'est franchement "has been" aujourd'hui....!
Réponse de le 28/10/2014 à 11:18 :
@bof bof Et vous vivrez de quoi quand vous serez à la retraite ? De votre retraite ? Wouarf, quelle blague !
Réponse de le 28/10/2014 à 13:40 :
Revoilà le mythe du toit sur la tête qui serait la parade ultime et unique à la misère. Combien de retraités propriétaires en difficulté car ils ne peuvent plus assumer l'entretien, les charges et la taxe foncière ? Une maison ou un appartement en location, les retraités en trouvent à partir de 300€ / mois, car ils n'ont plus forcément besoin d'habiter dans les zones dites tendues.
a écrit le 28/10/2014 à 9:46 :
franchement, avez vous déjà vu un poissonnier vous dire que son poisson n'était pas frais ?

L'immo, sur c'est prix; c'est mort et c'est devenu un boulet fiscal pour ceux qui se sont prix des crédits au taquet, car oui, lentement mais surement les impots locaux les étouffent tout doucement....

Proprio, pourquoi pas ? mais pas sur ces prix délirants et c'est pas la cohorte de primo précaires et de boomers désormais nets vendeurs qui vont soutenir les prix !

Aujourd'hui il faut être mobile professionnellement, avoir des frais fixes les plus bas possibles pour encaisser la hausse des coûts de postes qui jadis étaient gratuits pour les familles : école correcte pour les enfants, santé, retraite que nous n'aurons pas...

bref, mettre sur la table ces futurs 25 années de revenu pour pouvoir appartenir à la caste des winners-proprios, ça a un mot : la spéculation....

les Boomers sont obligés de vendre pour financer leur dépendance et la population française n'augmente que grace à l'allongement de la durée de vie.le taux de fécondité est tout juste de 2. Bref, l'argument démographique n'existe plus. Et au vu de l'évolution de la technologie; qui peut raisonnablement affirmer que son job existera toujours dans les 5/10 ans à venir ?

PERSONNE !
Réponse de le 28/10/2014 à 11:20 :
@Immo Ponzi Vous écrivez "bref, mettre sur la table ces futurs 25 années de revenu pour pouvoir appartenir à la caste des winners-proprios, ça a un mot : la spéculation...." Non, on achète pas sa résidence principale pour spéculer. Tout le monde a besoin d'une résidence principale. On ne l'achète pas pour la revendre ou pour s'enrichir mais pour y vivre. Rien à voir avec de la spéculation.
Réponse de le 28/10/2014 à 12:05 :
mettre ses 25 prochaines années de revenu sur la table en prenant un crédit au taquet; c'est de la Spéculation !....rien d'autre..on spécule = on fait le pari que nos revenus, notre pouvoir d'achat augmentera sur la période, au pire, ne baissera pas...et dans le monde actuel, avec la hausse continuelle du coût de la vie, avec en face des impôts qui augmentent et des salaires qui stagnent , c'est être soit aveugle, soit naïf...
a écrit le 28/10/2014 à 9:36 :
On a atteint le point d'inflexion. C'est le moment d'acheter !! Ne loupez pas le train cette fois.
Réponse de le 28/10/2014 à 9:54 :
Vite alors achetons sans attendre....
Réponse de le 28/10/2014 à 11:21 :
Oui, car après il sera trop tard. Une telle opportunité ne se reproduira pas de sitôt. Vous aussi vous pouvez arrêter de payer un loyer à fonds perdus et commencer à jeter un apport et des intérêts par les fenêtes !
Réponse de le 28/10/2014 à 13:10 :
Merci pour le conseil ....demain j'achete....
Réponse de le 28/10/2014 à 14:38 :
Demain c'est trop tard, ce sera déjà vendu plus cher qu'hier. Pourquoi pas aujourd'hui ?
Réponse de le 28/10/2014 à 17:01 :
lol, les prix sont au max actuellement...
Réponse de le 28/10/2014 à 17:33 :
Techniquement ils étaient au max en 2012.
Réponse de le 28/10/2014 à 23:54 :
2012..2014,c'est pareil, c'est quand meme pas le moment d'achter, avec ces prix de fous...on aurait du acheter en 1945, quand plein de gens étaient morts et que les femmes françaises faisaient plein d'enfants avec les survivants de la guerre ...et les apparts coutaient presque rien...enfin on était pas nés, donc là on achète pas, on attend la prochaine guerre,ou bien un crach boursier.
a écrit le 28/10/2014 à 9:14 :
Afficher un titre comme celui-ci revient à relayer une information dirigée. Un peu de distance dans le traitement de l'information...
a écrit le 28/10/2014 à 8:50 :
Stagnation où palier en admettant et en attendant la nouvelle dégringolade...Acheter à l'heure actuelle c'est prendre beaucoup de risque, aucune stabilité et aucune visibilité sur les taxes, l'emplois et les prix!
a écrit le 28/10/2014 à 8:50 :
Quel cynisme de la part de la Fnaim qui tente de protéger sa rente ! les prix baissent sérieusement sur Paris de plus de 1% par mois depuis 4 mois en accélération constante, 12% depuis 2 ans. La Tribune relaye une propagande, où est le travail critique du journaliste ?
Réponse de le 28/10/2014 à 11:23 :
Quel intérêt pourrait bien avoir la FNAIM à dire que les prix restent élevés alors que les volumes de transaction sont historiquement bas ? La FNAIM aurait au contraire tout intérêt à défendre l'idée d'une baisse des prix seule de nature à permettre aux volumes de repartir à la hausse. Un agent immobilier gagne mieux sa vie lorsqu'il vend des appartements à -30 % que lorsqu'il n'en vend pas.
Réponse de le 28/10/2014 à 13:45 :
"Historiquement bas", faut le dire vite.... On aura encore largement plus de 700000 transactions en 2014 (les 800000 et + transactions annuelles constituaient elles véritablement un haut historique), et avec des commissions proportionnelles à des prix toujours élevés, il y a encore de quoi se nourrir sur la bête ! Au contraire, la FNAIM a tout intérêt à montrer qu'au pire la baisse est terminée et que la hausse est de retour, pour le retour de la confiance chez tous les types d'acheteurs : spéculateurs court-termistes, investisseurs, primos et secundos.
a écrit le 28/10/2014 à 8:37 :
La Tribune organe de propagande officiel des lobbies qui payent bien. N'importe qui cherchant un logement sur les sites d'annonces remarquera que les prix baissent sensiblement, mais pas les "journalistes" de la Tribune. C'est tellement plus facile de relayer n'importe quelle info diffusée par le plus offrant !
Ce n'est franchement pas très sérieux de prendre l'information de la FNAIM pour argent comptant alors que c'est un acteur qui est juge et partis.
a écrit le 28/10/2014 à 8:16 :
Non non, il ne faut pas dire ça ! Les prix augmentent toujours et c'est maintenant qu'il faut investir!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :